Lire la Loi

Cette nuit encore je repense aux affolantes ratures de Flaubert sur ses manuscrits ; je me demande ce que nous aurions perdu si Gustave avait disposé d’un traitement de texte … Madame Bovary, impeccable dès le travail de conception ! Quelle perte ! Nous n’aurions jamais su l’immense travail effectué. Et de dériver vers une méditation sur la Loi, sur – justement – cet immense travail.

Nous sommes -dans le monde occidental, ailleurs je ne sais pas – parmi les champions des textes de lois (décrets, arrêtés …) :

– quand une loi ne fonctionne pas, au lieu de se poser la question du pourquoi et de se donner les moyens de l’appliquer, on en fait une autre.

– si la Droite prend le pouvoir, elle se dépèche de mettre en place de nouvelles lois pour faire pièce aux lois passées par la Gauche précédemment, et vice-versa,

– on ne se demande que très peu si l’on va avoir les moyens d’appliquer une nouvelle loi ; c’est un problème subalterne, la loi est la loi, et basta. Donc on sort une loi, et bon vent. Par exemple cette superbe loi sur la distance minimale de 2 secondes entre deux automobiles qui se suivent : qui peut appliquer ça ? (*)
Et puis, donc, le Journal Officiel publie des lois, décrets, arrêtés …

Donc notre paysage de lois ressemble à une forêt de lois ? que nenni, il a plutôt l’aspect de ces forêts au lendemain de la tempête du siècle (fin 1999). Ce n’est pas du texte sur ordinateur, ce sont les affolantes ratures de Flaubert (qui, lui au moins, s’efforçait d’être clair au fil de ses retouches).

D’abord la bardée de « Vu … vu … vu …  » (ça rappelle aux anciens bidasses l’inénarrable « vu l’arbre en boule ») :

Vu la loi no 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires, ensemble la
loi no 84-16 du 11 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de
l’Etat ;
Vu le décret no 48-1108 du 10 juillet 1948 portant classement hiérarchique des grades et emplois des
personnels civils et militaires de l’Etat relevant du régime général des retraites, ensemble les textes qui l’ont
complété ou modifié ;
Vu le décret no 2006-1635 du 19 décembre 2006 portant statut d’emploi de directeur de l’académie de Paris ;
Vu l’avis du Conseil supérieur de la fonction publique de l’Etat en date du 28 février 2006,

(je vous le fait court, il peut y en avoir des palanquées)

Puis on y va sur l’énoncé :

Art. 1er. − A l’article 2 de l’arrêté du 7 octobre 2002 susvisé, les mots : « payeur général du Trésor » sont
remplacés par les mots : « comptable assignataire ».

Vous croyez que quelqu’un aurait l’idée de reprendre, modifier, ressortir une nouvelle mouture propre de l’arrêté 2 « susvisé » (ouaf ouaf) du 7 octobre 2002 en y remplaçant le machin qui ne va plus ? trop facile ! à vous de vous éreinter à retrouver ce que disait ce fameux arrêté 2, et de voir ce que ça donne maintenant !

Encore là je ne vous livre qu’un exemple ultra-simple : parfois c’est dantesque ! et je ne parle pas des modifications en cascade, car l’arrêté 2 en question pourrait lui-même faire référence à un arrêté antérieur (possiblement susvisé) qui lui-même …

Voilà c’est ça la Loi en France, lapidairement : indémerdable. On n’y voit que ce qui surnage ; les profondeurs des strates successives, ajouts, ratures, lois z’obsolètes mais jamais z’abrogées … sont le domaine des juristes, constitutionnalistes, toutes vieilles barbes talmudiques habiles à retrouver l’alinéa qui tue, enfoui sous des centaines de textes postérieurs mais non contradictoires.

Mais … NUL N’EST CENSE IGNORER LA LOI.

(*) tout de même, ça permet aux agents de la Force Publique qui veulent vous coincer coûte que coûte de vous trouver un poil dans le nez : « vous rouliez à moins de 2 secondes de la voiture précédente » ! Crac dedans.

Hollande pète un joint

Les propositions de notre Premier Secrétaire (PS en raccourci) rapportées hier dans Le Monde (entre autres) en matière d’impôts laissent pantois. On repique aux années Marchais-Fiterman-Mauroy dans les débuts du quatorzennat de Mitterand. On découvre que ces gens-là n’ont qu’un vieux bouquin de recettes de la Sociale à la place de la matière grise ; que les constats aveuglants -largement étayés par de multiples recoupements – sur la sur-pressuration des Français par l’impôt et la très mauvaise utilisation des deniers publics de notre pays (un Etat nul en économie ménagère) sont gaiement passés à la trappe. Et Hollande de proposer d’en remettre une louche !!!

Après la CSG (déductible et non-déductible*, eh oh, vach’tement technique, on est des bons aux Finances), le RDS, le ??? tiens, disons le DIAP (Dernier Impôt Avant le Prochain).
Bon. Si c’est un appel du pied pour inciter les tenants de la gauche « anti-libérale » (Voynet – Gluckman – Besancenot – Bové – Laguiller – Buffet – et j’en oublie-) à voter PS, c’est une mauvaise blague ; si c’est le programme de Mme Royal, je doute de son bon sens. Ou alors c’est son compagnon qui lui glisse des peaux de bananes sous les pieds ?? Il manoeuvre pour qu’elle reste à la maison « pour garder les gosses », selon la délicieuse formule amicale de l’ex-plus jeune premier ministre de France ?

(*) CSG non-déductible, ou l’impôt récursif – le moyen de nous faire payer des impôts sur des sommes qui nous ont été soustraites : malin, non ?

Où va le fric ?

Vu hier le débat sur France 5 – merci la TNT – avec l’inévitable Ségolène, le CNPF en force, des parlementaires … très utile, car abordant les vrais sujets, et très frustrant, car constatant une fois de plus que tout le monde campe sur ses positions et que les réponses ne sont pas données ; bref un bon débat comme on sait le faire chez nous – soyons objectifs, généralement c’est bien pire, plein de vociférations et d’anathèmes, de démagogie, de mauvaises fois (la foi au pluriel ! 😉 … hier cétait plus classe.

Mais nom de nom – restons calmes – où va le fric ? on a les charges les plus élevées sur les entreprises, on a des charges salariales z’énormes, des impôts directs que même Johnny veut se tirer, un taux de TVA parmi les plus méchants -quasiment 20 %), des taxes sur les tabacs, l’essence … que je ne vous dis que ça, et les fonctionnaires z’et assimilés pleurent et grèvent à qui mieux mieux parce que « la baisse des effectifs », « le démantèlement du Service Public », « la privatisation rampante » ; les flics se plaignent de ne pouvoir faire leur boulot à cause de leurs maigres moyens, les magistrats se lamentent sur la misère de la Justice, les chercheurs s’indignent de la pingrerie de l’Etat, les cheminots dénoncent l’abandon des lignes déficitaires, on a une dette de plus de 1.000 Milliards … mais c’est dingue !!

Oh la Cour des Comptes, vous auriez une réponse ? La cave à vins de la Mairie de Paris ? l’entretien des monuments historiques ? le train de vie de l’Etat ? les caisses noires des clubs de foot ? les salaires des fabricants de cocottes en papier au fond de leurs bureaux ? Le sauvetage chronique de Bull ? le renflouement du crédit Lyonnais ?

Saura-t-on jamais qui nous pompe notre fric ? tonneau des Danaïdes, mais qui sont ces Danaïdes ? qu’on leur fasse la peau ?

Johnny s'évade, et alors ?

Ségo la royale vitupère M. Halliday pour se soustraire au Fisc (allez, une majuscule pour le Fisc, parce qu’il le vaut bien !) : c’est dingue, il y a des tas de Français qui ont déjà franchi la frontière, tels les Huguenots ou les ci-devant en d’autres temps : Aznavour, Prost, Loeb, Delon et je vous épargne la suite. Ségo perd là une occasion de faire de bonnes remarques sur la contre-productivité des impôts trop élevés chez nous … On l’a pourtant abondamment entendue, cette maxime, mais c’est une maxime non importable chez nous : trop d’impôt tue l’impôt.
Ce qui nous sauve (collectivement, hein, car nos impôts profitent à tous les Français, c’est bien connu) c’est que les pauvres cadres moyens, employés, petits chefs, chefs moyens-gros etc … n’ont aucune chance de pouvoir aller poser leurs valises en Suisse : c’est trop cher. Chez les Belges à la rigueur, mais c’est moins classe … donc en gros, population captive, nos Grands argentiers peuvent se rassurer.
Puis-je suggérer une solution : barricadons les frontières, empêchons Johnny de passer, coinçons-le tel Louis XVI à Varenne ! Les Suisses n’auront pas notre rocker national.

« Les portes du pénitencier

Bientôt vont se refermer,

Et c’est là (à Neuilly sur Seine) que je finirai ma vie

Comme Ségo l’avait dit. » (air connu)

Ah ? un peu de bon sens à Brussells ?

Tiens dans le Figaro en-ligne (eh oui même ça ne nous est pas épargné … le Figaro !!) cet intéressant article :

« l’UE prête à freiner son élargissement »

http://www.lefigaro.fr/international/20061214.FIG000000221_l

_ue_prete_a_freiner_son_elargissement.html

Ah, on dirait que ça bouge … jamais trop tard pour arrêter les conneries (quoique … Chypre dans l’ UE, avec la Turquie en perspective, c’est chercher le conflit !!)

Nos Eurocrates se sont enfin avisés que nous étions sur un territoire de taille limitée, situé à l’ouest du continent qui va de l’Irlande (re-quoique … c’est une île, mais bon !) à Vladivostok !

Enfin ils prennent en compte la communauté historique, culturelle, les liens économiques, ethniques (si, si) … et on a quelques chances de voir se mettre en place une politique de consolidation de ce vaste magma qu’est l’UE, plutôt que d’élargissement (voir mes topos précédents sur le sujet).

Ahhhh ! rêvons : une zone Euro plus forte et pas sapée par les Anglais, une politique de Défense capable de dire Merde au parapluie et aux aventures américaines, des institutions reflétant la cohérence de notre continent … une réponse enfin audible à l’Oncle sam. C’est pour bientôt ?

Ségo sur la corde raide

Amusant, ce petit voyage de notre Royale Ségo au Moyen-Orient : voyez comme elle était guettée au coin du bois par ses « compétiteurs » comme diraient les américains : disons ses adversaires politiques de l’UMP. N’eut-elle rien dit, on lui aurait reproché de ne rien dire ; s’exprimant, elle voyait ses propos décortiqués sous une malveillante loupe, apte à dénicher les bévues là où le commun des mortels ne verrait que propos prudents et diplomatiques. N’ayant pas entendu l’adjectif « nazi » accolé à Israël, ou prétendant ne pas l’avoir entendu – bien malin qui pourra l’établir – elle se voit reprocher de n’être pas montée sur ses grands chevaux, ce qualificatif méritant qu’elle claquasse la porte. Parions que si c’est ce qu’elle avait fait, elle se serait vu reprocher d’avoir mis la France en porte-à-faux par son manque de sang-froid.

On touche là du doigt une des conneries fondamentales de notre système : quoi que fasse ou dise Paul, s’il est catalogué comme adversaire de Pierre, Pierre trouvera cela détestable. Système de meutes, de territoires, de « godillots » comme disait le Grand Charles. Pourtant, quel progrès si ces messieurs-dames essayaient d’écouter leurs voisins au lieu de puiser systématiquement dans leur stock d’anathèmes.

Un article américain de 35 pages, de mars 2006

Ce petit mot pour introduire la traduction que j’ai effectuée, de cet article d’universitaires américains sur « le Lobby » comme ils disent … sans adhérer à la totalité de leurs propos, je trouve cette étude pertinente et éclairante sur les groupes de pression aux USA et les inflexions qu’ils entraînent sur la politique étrangère américaine.
En revanche, je n’ai pas encore eu le courage de traduire les 40 pages de notes et commentaires. Pour ma part j’ai noté en bas de pages les expressions anglaises intéressantes sur le plan de l’apprentissage de la langue.

Bonne lecture !

Voir cet article

Rose, rose pâle, rouge, plus ou moins …

Fin août 2006 :

Fabius (tourné populo) Royal (nom prédestiné !) Lang (le garçon-coiffeur) StrausKahn (Dom’ la science) Jospin (le pénible disponible) Hollande (voir madame) Besancenot (Krivine en plus sexy mais toujours rrrrévolutionnaire) Laguiller (la der des der, promis – si ça pouvait être vrai ) Aubry (après son éclatante cata sur les 35 heures … ) Gluckman (fossile trotskyste chez les fonctionnaires) Buffet (le PCF respire encore, si si) et pourquoi pas Chevènement (pas à une connerie près) sans compter les divers verts : On se la rejoue avril 2002, on en redemande, et en cinémascope.

Bref : une gauche en manteau d’Arlequin, nulle, des miettes de gauches, soit pour le Pouvoir, soit pour nous seriner à vomir leur immuable préchi-précha. Travayeurs-travayeuses, le Grand Kapital etc …

On se prépare encore un second tour à suspense : Sarkozy contre Le Pen.

Pôvres de nous.

Un musée de plus

Juin 2006- Et un musée de plus à Paris, un !

Les Arts Primitifs ne pouvaient pas être installés à … Lille, Besançon, Poitiers, Toulouse, Tours, Nantes … toutes ces villes de Ploucs. Il fallait Paris, qui a déjà tout et le reste ; mais en remettre une louche ne gêne pas nos Grands Irresponsables.

Donc Paris. Encore et encore, et toujours Paris. Et tant pis pour les Provinciaux, comme d’hab’. C’est une majorité, certes, mais mineure, mineure.
Ah si, on a rapatrié les Phares et Balises ailleurs ! et le Musée de la Poupée est à Nantes, non ? Vous voyez bien qu’on s’en soucie, de l’harmonieux aménagement de notre beau pays …

Elargissement, suite !

Eh voilà, nos Eurocrates bruxellois continuent obstinément à vouloir nous « élargir » notre CEE.

On a pu noter nombre de réticences, ça oui. Nous Français et nos amis Néerlandais avons manifesté notre mécontentement. D’autres ont renoncé à demander l’avis de leurs concitoyens, de peur de se « planter ».
Mais rien à faire : ces fous veulent élargir. Turquie, Roumanie, Bulgarie, Ukraine, quoi encore ?? nous savons pourtant bien que nous y perdons une âme, que ça rejoint les visées Nord-américaines – relayées par le groupie local Tony Blair – tendant à nous fabriquer un vague machin, énorme, ingouvernable et sans âme. Et ils y vont, droit dans le mur.

Tant pis si on perd notre temps, mais disons-le encore, haut et fort : l’Europe c’est une zone de surface LIMITEE, et assez homogène pour pouvoir fonctionner. Oh, là haut à Bruxelles, comprendo ??

Allez comprendre …