Mais vous en êtes un autre !

Comme le fait indirectement remarquer un lecteur, les médias papier, télé, radio, internet redeviennent à peu près fréquentables : on en est aux queues de dithyrambes, si j’ose écrire, sur Feu monsieur Smet ; l’atmosphère redevient respirable. Monsieur Aznavour, tenez bon ! qu’on ait un peu de temps pour traiter d’autres choses.

Ouais, bon… ah oui, une grève des RER à Paris. La routine, quoi… Parisiens, mes amis, je vous plains. Sachez, c’est réconfortant, que c’est forcément pour un excellent motif que vous galérerez, et puis vous avez l’habitude : « tensions chroniques [qui] dégradent significativement l’offre de transport, aux antipodes du service que sont en droit d’attendre les usagers»… ce sont les syndicats grévistes qui annoncent ça. C’est sûrement de l’humour.

Et puis le plat de résistance en guise de dessert : sur le Parigot… Stéphanie de Muru (jamais entendu ce nom auparavant) rejoint la chaîne radio « Russia Today ». Apparemment cela dérange certains quelque part, je ne sais pourquoi, et c’est de peu d’intérêt ; mais tenez, cette perle, dans l’interview de la star : « Je n’ai de leçon d’intégrité à recevoir de personne !« . J’adore ce genre de propos, qui s’échange fréquemment entre politiciens. Je ne sais pas ce qu’il en est pour la Stéphanie en question, et je m’en tape ; mais s’agissant des politiciens, je vous traduis : « Oui, je sais, je suis un salopard, OK. Pourri ? oh eh, doucement… mais… vous en êtes un autre, et comment ! et pour enfoncer les autres faudrait d’abord avoir les cuisses propres. Sur ce point-là, on est du même bord, cher ami. »

Cela s’appelle se tenir par la barbichette. Et ce n’est pas drôle, pas de quoi se marrer.

Tibert

 

 

Toujours aussi con… fus

Je passe sur la dépouille de Johnny Halliday-Smet embarquée pour les Antilles : bon vent, monsieur Smet ! (les Alizées, le top !), et voilà une tombe qu’elle aura pas trop de visites métropolitaines – françaises ou belges. Sniff, et puis RIP, comme on dit sobrement. Chouette, on peut maintenant passer à autre chose.

Je passe sur le scrutin pour désigner le président des LR, où, toute boussole politique égarée, les bulletins font dans l’écriture  inclusive, ce monstre bisexué. On avance au pif, les yeux bandés…

Je glisse fissa sur monsieur Macron : « Statut de Jérusalem : Macron «surpris» par la position du Crif« , dixit le Figaro, car le CRIF (le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) encourage icelui à reconnaître lui aussi, après Trump le provocateur « America First« , Jérusalem comme capitale d’Israël… les membres du CRIF ont pété des durites, là, probablement… ça devient du n’importe quoi… et puis que monsieur Macron soit surpris ? surpris la main dans le pot de confiture ? surpris à bailler pendant l’office funèbre ? non, étonné ! étonné de l’initiative aberrante du CRIF. A ce niveau de l’Etat, on comprend mal ces imprécisions de vocabulaire.

Je salue rapidos la fin territoriale de Daech, annoncée par l’armée irakienne. Bonne nouvelle, mais où sont passés les fanatiques armés de ce régime abominable et fugace ? disparus dans la nature ?  hem…

Enfin, revenant sur l’initiative de Trump pour son ambassade en Israël : ça a foutu le feu, bien évidemment, c’est comme ça  que fonctionnent les provocations. Hélas, on gueule un peu partout dans les pays musulmans (raccourci commode pour « pays à population majoritairement musulmane ») des trucs comme « mort aux Juifs » ; on s’en prend aux synagogues, etc. Cet amalgame malsain entre les Juifs et l’état d’Israël est lamentable, il est lassant d’avoir à le redire encore et encore. Et l’initiative du CRIF sur Jérusalem-capitale, dont je traite ici plus haut, s’inscrit hélas pleinement dans cette logique de confusion. Où le CRIF rejoint Trump…

Tibert

C’est délicate de traiter de la neutre…

Oui, je sais… Johnny, ah que… gnagnagna… rocker… idole… manque… vide, etc. Oh, manque… pas tant que ça, je n’ai jamais déboursé UN centime pour abonder son compte en banque, concerts, disques, films : zéro. Mais saluons l’homme, le pro du spectacle, sinon ses réalisations. Au fait, Jean d’Ormesson aurait pu lui laisser la priorité, à trois jours près : après vous, cher monsieur, je vous en prie ! Mais non : résultat des courses, premier d’Ormesson, deuxième Smet. Ce qui va accélérer fissa le passage du premier aux oubliettes journalistiques ; Johnny c’est autrement meilleur à tartiner médiatiquement (**).

Mais bon… je pensais, cette nuit, dans ma tête, ignorant du drame apocalyptique dont je vous cause ci-dessus. Je pensais au neutre ! y a-t-il un genre neutre dans notre langue ? on me dit à ma gauche-gauche, non. Masculin féminin et basta, le masculin l’emportant etc etc…, règle honnie qui fait problème de nos jours – citons la « grande souffrance » (sic) des petites filles découvrant cette injustice grammaticale, selon les promotrices de l’écriture inclusive. Nous avons ainsi à faire face à l’émergence indigeste du sexuellement correct, qui veut qu’on cite les divers sexes de manière exhaustive, qu’on les voie tous bien !

Moi je vais vous dire : j’aime la concision. En maths on utilise élégamment la notion d’ensemble : tous les membres de l’ensemble Grand-E, qu’ils soient moches ou beaux, vieux ou laids, héritent des propriétés communes à Grand-E. Ce qui m’épargne l’énumération besogneuse de chacun de ces éléments. Eh bien, pour moi le genre humain est un ensemble Grand-H. Tout homme est mortel – les femmes aussi, donc.

Bon, soit, mais le neutre ? tenez, la phrase « C’est tout de même malheureux de devoir expliquer ça« . « C’est malheureux de… » c’est du neutre. C’est « on », l’indéfini, qui est neutre. « On a bien rigolé » : des hommes? des femmes ? des trans ? des… on s’en fout, on a bien rigolé. Il se trouve, c’est historiquement hélas indéniable, et quelle souffrance, que le neutre se confond avec le genre grammatical masculin. C’est comme ça, et si l’on veut faire concis – les journaleux en sont à écrire massivement de l’anglais parce que c’est plus soi-disant plus concis, « black friday » est en effet plus court d’un caractère que « vendredi noir » (*) – c’est pertinent, vu qu’au féminin on ajoute parfois, pas toujours, des lettres. « C’est difficile de…« , c’est kif-kif, mais « C’est malheureux que… » fait plus court que « C’est malheureuse que…« . Pas de beaucoup, mais sur tout un texte…

Bon, j’arrête là, je sens que je vais me faire des inimitiés. Mais pourtant, le neutre existe ! eppur’, si muove.

Tibert

(*) Vendredi Noir c’est sinistre, ça ne fait pas vendre. Tandis que Black Friday, là, je sens qu’on va faire des affaires.

(**) La débilité gagne du terrain à grand pas : une ovation debout  (en anglais, of course, « standing ovation« , ça fait plus debout) pour Johnny ! et où ça ? pas à son fan-club, non, à l’Assemblée Nationale. Bravo les gars…

Lénine et Jean-Paul II sont dans un billet

D’abord, je lis ce truc dans le Figaro matinal, à propos des résultats moches et désespérants des rugbymen français :  » Et maintenant, on fait quoi ?  » (*). Ce qui me fait irrésistiblement penser à cet opuscule fameux de Vladimir Ilitch Oulianov, « Que faire ? », qu’étudiaient studieusement (!) tous les maos et jeunesses marxistes radicales des années soixante… Lénine aurait probablement dû intituler son opuscule  » On fait quoi ? « , c’est quand même plus journalistique, et puis surtout corvidien, et terriblement laid. Qwwah ? qwwah ? Que faire, mon Dieu, que faire ?

Mon Dieu, justement, tiens… aviez-vous remarqué que Dieu ( enfin, l’être suprême, le top du top) est masculin ? bon, je n’insiste pas, ça va encore déclencher des tempêtes. Mais nous voilà ainsi, admirez la transition, aux pieds de la nouvelle statue de Jean-Paul II à Ploërmel, statue coiffée d’une copieuse et massive croix manifestement chrétienne. Croix qui fait débat, pour (racines chrétiennes, fille aînée de l’Eglise, etc…) ou contre (laïcité, nom d’une pipe !). Moi je vais vous dire : représenter Gainsbarre ou Prévert sans la Gauloise au bec, c’est nous donner à voir un couteau sans lame : la Goldo fait partie du personnage, comme l’écharpe rouge à Tonton, la verrue sur la joue à Mao et le cigare à Churchill. Donc, le papam Jean-Paul II ? AVEC sa croix, évidemment, le pôvre, il y tenait – il s’y cramponnait, sur la fin ! Mais une croix à sa taille, en proportion, pas un bras d’honneur de quatre mètres de haut à la laïcité. La laïcité, c’est le rempart contre tous les empiètements des dévôts et des obscurantismes ; la laïcité, c’est sacré, si je puis dire.

Tibert

(*)  » On fait qwwah ? « eh bien si l’on commençait par s’apercevoir que le rugby n’est pas, dans son esprit, un sombre et massif pugilat de tranchées, mais un jeu d’adresse, de feintes et de déplacements vifs ? et qui devrait être plaisant à regarder, pas une punef’ ? ce serait déjà moins sinistre.

Un estafet, une décodeuse (décodeure, décodrice ?)

Allez, une lampée de pétrole lampante pour exciter, ksss ksss, les pasionarias du féminin – LE féminin ? quel horreur !  Le Monde, qui sous son titre globalisant et masculin, hélas, cache les yeux de Chimène pour l’inclusivité scripturale, nous proclame son camp : il ou elle roule pour l’écriture inclusive, résolument – hélas les adverbes sont invariables, que ne les féminise-t-on ! résolumente… c’est belle, résolumente.

Oui, bon, les Décodeurs du Monde nous balancent des salves de décodage pour vanter et défendre l’écriture inclusive. Tiens, il y a peu, c’est Alain Finkielkraut qui se faisait aligner ; et puis ce matin les Décodeurs récidivent, sous la signature décodeuse de Mathilde Damgé, madame Mathilde Damgé, donc, a priori : eh bien elle ne s’intitule pas décodeuse ! un oubli, une inconséquence, qui la prive de l’occasion de revendiquer par l’écrit sa féminitude. « Les décodeu.r.se.s », j’ai bon, là ? pointilleux, ça oui, très laid mais politiquement correct ?

On ne va pas s’appesantir là-dessus : c’est un débat très parisienne, un débat de militantes. S’il faut étriper notre langue, lui faire rendre gorge et l’achever, contraindre les mâles à la repentance inépuisable – très tendance, la repentance – s’il faut exhiber la féminine partoute où elle se trouve, alors symétriquement masculinisons les fonctions femelles ouvertes aux mâles, comme le couturier – déjà fait – et puis le puériculteur et le sage-homme, l’estafet, le dentelier et le shampouineur – il y en a d’autres. Et puis comment ne pas s’insurger devant ce terme « moulinexien » et terriblement macho, éplucheuse de pommes de terre ?

On l’a compris, certaines et leurs dévôt.e.s veulent tordre notre langue pour la contraindre au féminin explicite, noir sur blanc (noire sur blanche ?), bien lisible. Mais elle regorge de féminin tout partout, notre langue. UNE langue, et c’est LA nôtre, CE bien précieux et commun. Voyez comme les deux genres s’y mêlent harmonieusement… tellement plus sexy que le neutre omniprésent de l’anglais.

Tibert

Tare partisane ? grammaire insoumise ?

Je vous causerai un de ces quatre du smart-faune et de ses ravages, notamment sur les jeunes, qui en deviennent sourds, aveugles et idiots. Mais ce qui m’interpelle ici, c’est un touïtt de  monsieur J-L. Mélenchon, le lider des Insoumis. On sait qu’il a du vague à l’âme – si tant est qu’il s’en reconnaisse une – du fait des flops piteux des diverses révoltes du Peuple, de la Rue, espérées, appelées, invoquées de toute son éloquence, mais que dalle ! On sait aussi qu’une des ses bras droites, Raquel Garrido, a tiré l’échelle et filé sa dèm’, devant choisir entre la juteuse et baveuse télé chez C8 et la rude politique chez Méluche : bref c’est une ambiance assez morose.

Morose, d’autant plus que monsieur Jack Ralite vient de mourir. Ancien ministre communiste – un des quatre – du premier gouvernement d’Union de la Gauche avec Mitterand, un gars bien, si l’on en croit les hommages funèbres (*). Bon, Méluche se fend donc, comme moult autres, d’un sobre touïtt à la mémoire de monsieur Ralite, ça se fait, ça… et alors ?

Et alors, ça donne ça : « Jack Ralite, ancien ministre de François Mitterrand, nous a quitté. » Pas « nous a quittés« , ou « nous a quittées« , non. Nous a quitté, nous. Nous ? nous, Mélenchon, au singulier.

Mais, p… ! c’est exactement la même faute d’orthographe que faisait Clémentine Autain dans son oraison funèbre en 140 signes maximum à Jacques Sauvageot : « L’une des grandes figures de 1968, Jacques Sauvageot #PSU #UNEF, nous a quitté. Emotion ». Madame Autain, du parti de Mélenchon !

Une telle convergence disorthographique est confondante, avouez !  ça méritait bien un billet, non ? mais au fait, qu’est ce que ça signifie ? bonne question.

Tibert

(*) J’ai beaucoup aimé – ça exprime pile-poil mon propre sentiment – un des commentaires des lecteurs du Monde concernant la mort de J. Ralite, je vous le ressers ici : « Les humains n’ont pas suffisamment de qualités humaines pour vivre en communistes« . Ce qui s’est toujours vérifié jusqu’ici.

#Emotion

Certains journaux se demandent et nous questionnent : l’heure est grave depuis l’Occupation et les tickets de rationnement, les B.O.F. qui faisaient leur pelote en mouillant le lait etc : « Comment, mais comment faire revenir le beurre dans les rayons des magasins ?  » eh oui, le beurre ! pénurie terrible qui frappe nos tartines, confiture orpheline, tandis que l’argent du beurre, lui, ça va très bien merci, ne vous faites pas de bile pour lui.
Et puis ayons une pensée émue pour toutes les langues issues du latin et menacées par les pasionarias déchaînées de l’inclusif.ve (voir notamment Rue89, où elles ont pris le pouvoir et s’agitent un max) : la nôtre, et l’italienne, la portugaise, l’espagnole, la roumaine, sans oublier les régionales, la catalane, l’occitane, la provençale… toutes langues pour lesquelles le genre neutre, collectif indifférencié, prend la forme masculine. Ragazzi e ragazze, hermanos y hermanas, les mecs et les nanas ont en eux le péché grammatical originel du latin : c’est terrible !

Mais soyons sérieux : Jacques Sauvageot est mort ces jours-ci, le Sauvageot de Mai 68, du trio fameux avec Geismar et Cohn-Bendit. Il était du PSU façon Rocard, lui, ou tout comme, ou du même tonneau, dans cette gauche protéiforme de l’époque. Et les notables d’aujourd’hui et de la gauche revendiquée, de réagir comme il se doit, « adieu camarade » etc, évidemment.  En particulier à La France Insoumise, un des emblématiques bras droits de J-L Mélenchon : Clémentine Autain ! qui touïïttait ceci hier, texto : « L’une des grandes figures de 1968, Jacques Sauvageot #PSU #UNEF, nous a quitté. Emotion« .
nous a quitté ! mais, le pluriel de majesté autaine, ça donne « nous a quittée » ; le singulier féminin et très intime ce serait « m’a quittée » ; le pluriel neutre banal « nous a quittés », et s’il n’y a que des femmes, « nous a quittées » ; sans oublier la mixture inclusive qui bouffe connement quelques-uns des chiches 140 caractères : « nous a quitté.e.s ».
Voilà comme on écrit un touïïtt ému sous le coup de l’ #Emotion : on en oublie sa grammaire et les accords, les accords de gauche, évidemment.

Tibert

De l’éloquence du taiseux

Le probable futur Grand-Chef des « Républicains », Laurent Wauquiez, a des formules délicieusement croustillantes, et cela devrait lui ouvrir tout grand les portes de la chefferie de son parti. Il fait du Sarkozy sans Sarkozy, lui, il a le bagout ferme et patriote qui va bien, et, tenez, il nous a sorti cette perle, que le Figaro nous rapporte brute de fonderie : « le candidat [Wauquiez, NDLR] s’est dressé en porte-parole de la «majorité silencieuse» qui «n’est pas entendue»« .

Bon, d’accord, c’est du niveau de l’Almanach Vermot, je sais, mais c’est toujours aussi rigolo, ce genre de cornichonneries… ça exerce les zygomatiques et ça ne rend pas sourd, contrairement à d’autres activités.

Allez, bonne journée, ça commence pas mal du tout. Tibert.

#DénonceTaTruie

Allez, allons-y Alonso : on va causer des remous actuels déclenchés par l’affaire Weinstein… la parole féminine se libère, paraît-il. Entre autres, notre ministr-e de la santé dit avoir, comme tant de femmes, été emmerdé-e, notamment durant ses études de médecine… et, tenez, ce sondage : une femme français-e (adulte ?) sur deux dit avoir été importuné-e, harcelé-e (*). Parallèlement, il appert (un quizz du Monde) que plein de gens ne savent pas, moi non plus, ce qu’est le harcèlement sexuel, notion juridique donc forcément bordée et pointilleuse (moi non plus : je l’ai fait, le quizz… résultat 2 / 8 , je suis très mauvais en Droit du Harcèlement Sexuel) : additionnez les deux, et vous pouvez affirmer qu’il se dit tout et n’importe quoi, bien qu’il y ait un vrai malaise, un gros problème, et qui ne date pas d’aujourd’hui.

Comportement sexiste : qu’est-ce que c’est, sexiste ? marqué par l’appartenance sexuelle ? il se dit banalement – c’est sûrement sexiste – que l’homme propose (une tasse de thé , voyez ce modèle de didactisme sexuel appliqué à la tasse de thé), et la femme dispose : « Do you want a cup of tea ? – no, thank you » : dans mon exemple elle n’en veut pas, de votre offre inopportune, et comme vous ne devez pas harceler de votre thé vous pouvez vous la mettre sous le bras, la déguster tout seul, votre tasse… encore a-t-il fallu que vous la proposassiez, sinon elle n’aurait pas eu la possibilité de vous rembarrer. Voilà un cliché sociétal typique : c’est LUI, généralement, qu’on s’attend à voir proposer la botte, pardon la tasse de thé ! et l’on trouve ça normal. C’est bien qu’il y a dissymétrie des rôles, non ? dissymétrie implicite, consensuelle… et s’il ne propose pas ? d’abord c’est un grôssier, comme disait César, et puis il risque de louper un chouette échange autour d’une tasse de thé – ça pourrait marcher, va savoir…. c’est dur, c’est compliqué, hein ? eh oui, c’est dur.

Mais venons-en à #BalanceTonPorc » : alors là c’est nul, limite dégueulasse. D’abord parce que les réseaux « sociaux » véhiculent des immondices, des tas de bobards, et pour un vrai « porc » balancé combien de dénonciations mal fondées ?  et puis zut, le porc est un animal estimable, qui n’est sale que parce qu’on ne lui permet pas de rester propre – et manger chaud. Il mérite mieux que ça, le porc, et surtout pas des anathèmes sur touïtteur ; tout est bon dans le porc, c’est ma grand-mère qui le disait en découpant la palette aux choux et aux patates.

Tibert

(*) écriture inclusive : j’arrête, c’était juste pour voir ce que ça donnait : c’est effectivement très con-ne.

Celzéceux et tout’zétous, etc

Je reçois un canard électronique « bio » d’une coopérative de consommateurs de l’Hérault… extraits : « vous avez répondu présent·e·s » ; « Elles et ils ont 3 missions » ; « beaucoup se sont improvisé·e·s, peintres, électricien·ne·s, menuisiers, informaticien·ne·s« … : voilà où l’on va, et notez bien qu’hélas il n’existe pas encore de menuisières, mais on devine que le rédacteur (ou la rédactrice ?) de la gazette en question a dû mûrement peser la chose avant de renoncer.

Bref ça devient de plus en plus con – adjectif qui fait référence à une partie – de genre mâle – spécifique du corps de la femme, allez comprendre. J’ai ouï dans la même veine monsieur le Président Macron hier soir, cerné par trois journalistes myopes et au ras des pâquerettes, obnubilés par les grossièretés supposées proférées par icelui (« foutre le bordel… »). Ils ont en vain tenté de lui faire honte de son langage de charretier (langage « familier« , répliquait-il) : il n’a rien lâché là-dessus, et tant mieux, il a eu raison. Mais parallèlement il nous a éblouis de sa sûreté dans ces formules virtuoses, « celles et ceux« , « les Françaises et les Français« , « toutes et tous« , et j’en passe, il n’en loupait pas une : confondant ! il rejoint ainsi haut la main l’éditorialiste de la gazette bio de l’Hérault (c’est pareil au masculin et au féminin, éditorialiste, nananè-re !). Gageons que les Françaises (et les Français, alors ?) sont ravi-e-s de se voir ainsi mis-e-s littéralement en avant, cité-e-s systématiquement les premièr-e-s (c’est d’un chiant, ces simagrées scripturales !) : c’est que ça change tout ! et notamment la grammaire, mais la grammaire, bof…

Tibert, sans Tiberte, eh oui.

PS – On me dit : « Et Weinstein ?? et le harcèlement ? et « BalanceTonPorc » ? oh eh… doucement ! Une prochaine fois.