Envisageons d’encercler

Le Fig’ragots – que je lis peu, vu que 80 % des articles sont réservés aux abonnés – a sa rubrique « Vérifions !  » comme ça se fait beaucoup aujourd’hui. On appelle ça en français « fact-checking« , c’est vachement mieux que « vérification ». Mais bon… et le sujet c’est que la rumeur, c’est-y vrai ou pas ?,  court que dans le 9-3 les flics ne doivent pas poursuivre les bagnoles ou motos en fuite (*). Au passage, si c’est vrai on a officialisé les territoires perdus de la République, ça peut paraître au Journal Officiel. Comme quoi les émeutes systématiques dès qu’on veut faire appliquer la Loi, ça marche !

Bref… le canard réserve ça à ses abonnés, oeuf corse ! mais lisant l’article – le début, du moins – on arrive à distinguer cette fin pâlotte : « Lorsque Laurent Nunez arrive au commissariat de Bobigny (…) un comité d’accueil l’attend. Plusieurs dizaines de policiers l’envisagent, prêts à en découdre »... (après c’est trop pâle, il faut acheter le Figaro, ou s’abonner).

Voili voilà… envisageriez-vous de choisir entre dévisager, encadrer ? c’est à vous de voir. A la loterie du verbe tiré au sort, remarquez, le journaleux chargé de cet article est tombé pas trop loin, ça fait presque sens. Songez, si c’était  …l’annulent, … l’enflamment, …l’oblitèrent… etc.

Tibert, à peu près.

(*) On se rapproche ainsi du système états-unien avec ses 50 états : si, fuyant les keufs à donf’ dans les rues du 9-4 tu arrives à atteindre et franchir la limite frontalière du 9-3, t’es sauvé, mon gars ! les shérifs du coin y sont cools.

Emmêlage de pinceaux

( On me signalait récemment la mort de la marque « Eskimo… », du fait d’un nouvel oukaze sur le mot, ou sur le logo, jugé raciste : enquête faite, il s’agit non de la mort d’une marque, mais de la modification prudente de sa stratégie marketing, comme on dit (du fait, effectivement, de connotations jugées racistes, c’est très tendance de trouver des trucs racistes partout) ; non d’une célèbre marque française d’esquimaux Ge…ais, mais du fabricant états-unien de crèmes glacées « Eskimo Pie » (*), marque que je n’ai jamais vue de ce côté-ci de l’Atlantique. Bref : les diffuseurs de cette info gagneraient à être plus précis avant de balancer des bobards )

Et puis notre charmante porte-parole du gouvernement, madame Ndiaye, se retrouve au coeur d’une polémique superflue : voilà-t-il pas qu’elle n’est pas fichue de déclarer clairement, sobrement, simplement, qu’il est interdit de caillasser les flics – c’est d’ailleurs puni par la Loi, et très sévèrement. Que c’est interdit, et puis dangereux ! Elle s’est lancée dans des phrases alambiquées, et si à suivre la totalité de ses propos, on comprend à peu près qu’elle condamne ce genre d’agression, on bute sur une phrase pour le moins curieuse, je cite : « je ne saurais pas expliquer aujourd’hui à mes enfants s’il est normal ou pas de jeter des pierres sur les forces de l’ordre ». Ce qui en a fait sursauter plus d’un ! Elle ne saurait pas expliquer… elle n’a pas les idées claires sur la question ? c’est pourtant assez simple. Et puis, une sage maxime qu’on m’a serinée dans ma jeunesse, et qui à mon humble avis vaut encore, c’est que quand on sait pas, on cause pas !

Tibert

(*) Le site Houèbe référencé ici est manifestement traduit du rosbif « à la pelleteuse », ce qui donne des phrases cocasses ; mais le contenu reste lisible.

Eloquent mais imprécis

Les flics ont bien de la misère, comme disent les Québecois. Mal aimés, surtout quand d’aucuns – toujours du même côté – forcent le trait, à nous dépeindre quasiment des « escadrons de la mort » ; mais réclamés « on paye nos impôts, mais on n’est pas protégés » dès que le désordre s’installe. C’est bien incohérent tout ça… tenez, un magasin Lideul a voulu faire un coup, proposer une console de jeu à 95 € au lieu de (300 – 1 = 299) €, prix d’entente amiable et marquéteux des enseignes classiques (*) : une marée humaine devant le magasin ! la foire d’empoigne… et les distances de sécurité ? mon cul ! comme disait Zazie. Il a fallu appeler les flics, what else ? sinon c’était le pugilat général.

Mais autre chose, qui a défrayé les chroniques : cette infirmière manifestante, avant-hier, à la gestuelle éloquente – jets de pierres sur les flics, suivis de doigts d’honneur explicites et bilatéraux dans la même direction… infirmière qui se fait ramasser par les susdits, qui l’ont repérée… interpellation mouvementée, la dame n’étant pas du tout d’accord. Evidemment, hurlements d’indignation de la part des mélenchonistes et assimilés : une infirmière ! elle qui a tant donné pour la patrie et les victimes du Covid !  – comme si ça autorisait les insultes et les caillassages. Une asthmatique, cruellement et temporairement privée de sa ventoline ! Mais on en sait un peu plus maintenant, grâce à France-Info : bon, elle admet, elle a balancé des cailloux, oui, mais c’était humain, quoi, un « pétage de plombs » suite aux héroïques et harassantes journées au chevet des malades ; quant aux outrages, il y a maldonne : « Elle reconnaît des doigts d’honneur, non pas contre les policiers mais contre l’État ». Ah, vous voyez !

On rejoint ainsi une autre et fâcheuse erreur de destinataire, souvenez-vous, cette photo où Macronious, en Guyane, pose complaisamment, tout sourire entre deux jeunes autochtones : l’un, torse nu, dresse un majeur explicite vers le haut. En fait ce n’était pas du tout adressé au Chef de l’Etat, non non. « Sur le moment, il [ le jeune autochtone, NDLR] a juste fait ça pour le style. Il a fait ça envers les gars qui ne veulent pas qu’on avance dans la vie… ». De ces deux malheureuses confusions, il ressort clairement que le doigt d’honneur, ce majeur qu’on insère symboliquement dans un trou de balles, n’indique pas de manière suffisamment explicite sa cible, à qui appartient ledit trou. Un bon truc : si ça tourne au vinaigre, si le geste fâche, on peut toujours dire que ça visait l’Etat : au fond, il est plutôt accommodant, l’Etat.

Tibert

(*) On peut, à l’aide d’un rapide calcul, et sachant que les ventes à perte sont interdites, estimer la marge plus que confortable que se goinfrent les enseignes classiques sur ce genre de produit technique à la mode, et fabriqué, devinez ou ?

Fais-moi peur !

J’ai donc (suite du précédent épisode) laissé mon écouvillon à la poubelle de l’Histoire : je suis persuadé, mais n’ai pas de preuve, que le goupillon a supplanté l’écouvillon dans sa fonction essentielle, non parce qu’il fait d’un seul coup le récurage et la bénédiction des culots de bouteilles, mais parce que, c’est tout con, c’est un mot moins difficile à dire… ! comme l’aréoport, l’infractus, et autres créations approximatives et plus faciles à prononcer. L’écouvillon est victime de sa sophistication, en quelque sorte. C’était pourtant un engin d’une robuste rusticité et d’usage fort intuitif…

Mais passons… je lis que l’amende pour jet de saletés sur la voie publique serait susceptible d’augmenter… je cite le canard : « Jeter des déchets sur la voie publique, un masque ou encore un mégot pourra être sanctionné d’une amende de 135 euros, contre 68 euros actuellement, selon un projet de décret, a annoncé dimanche 7 juin la secrétaire d’Etat à la transition écologique, Brune Poirson« . Mazette ! ça va fort. Juste un petit problème, hélas récurrent. On peut mettre les amendes à 10.000 euros, pas de problème, vu que ça n’est pas appliqué. Les lois et décrets en France ont deux destins : on les applique (les impôts, taxes et assimilés, qui pèsent sur le citoyen éduqué, responsable gnagnagna… donc on peut y aller franco), ou on ne les applique pas (tout le reste) : c’est juste pour faire joli, pour faire comme si. A Singapour (« The fine country« , jeu de mots pour « le chouette pays » mais aussi « le pays des amendes »), on décrète, et on applique, car on se donne les moyens d’appliquer, au lieu de faire des moulinets dans le vide.  Et ça marche. Et le paysage est tout différent : c’est propre !

Tibert

PS – Ceci dit, Singapour est lamentable dans son utilisation démentielle de sacs plastiques non biodégradables, chaque virée au super-marché en consommant au bas mot une dizaine, le sac dans le sac dans le sac etc. Nobody’s perfect !

Cen sans sens, mais à l’avance

( La Prévention Routière s’alarme, et madame la Présidente de la Ligue Contre la Violence Routière, que le Covid a semble-t-il épargnée (la Présidente, pas la Ligue)  reprend son antienne, son refrain d’avant le confinement : ça va trop vite ! accidentogène ! Il faut dire que le confinement comblait ses voeux : pas de circulation ? pas de morts … sur les routes ! car à l’hôpital, à la maison et dans les maisons de retraite, là en revanche, ça douillait. Bigrement plus, même, car 28.000 morts en deux mois et demi, même du temps d’avant Chichi la route n’y arrivait pas : à peine la moitié en un an, à la pire époque.  Mais il faut bien mourir de quelque chose… )

A cette occasion, j’ai pu lire que, ce houiquinde, moult automobilistes avaient franchi sans vergogne la limite des 100 km en vol plané. Les inconscients ! et le Covid, hein ? ils ne pouvaient pas attendre deux jours de plus ? certains, finauds, avaient même, au cas où, contrôles de police, va savoir… « préparé des excuses à l’avance« . Essayez donc de préparer un truc sans que ce soit à l’avance, et vous me direz comment vous faites.

Tibert

PS – Le titre ? ah oui, le titre… j’avais en tête la locution « sens dessus dessous« , que d’aucuns écrivent à tort « sans… », ce qui n’est pas sans sens également, mais inapproprié. Littré en tenait pour « cen », contraction de « ce en », pour dire que ce qui est normalement dessus est dessous… sujet captivant, n’est-il pas ? et puis, bof, j’ai pensé à autre chose, et suis parti ailleurs. Que voulez-vous, nobody’s perfect !

Liberté et pluralité sont dans un bateau

Le SNJ, le syndicat des journaleux, este (je sais, c’est pédant – verbe intransitif, pour « aller en justice »), bref, plus lisible, agit en justice pour que le gouvernement supprime de son site la page « Désinfox » qu’il a mise en ligne, pour, évidemment, contrecarrer les tombereaux d’insanités émises sur le sujet du moment – devinez quoi – un peu partout, genre les huiles essentielles en suppositoire, le jus de salsepareille en cataplasme, des fumigations d’eau de javel dans les bronches, c’est encore un coup de Bill Gates, et j’en oublie.

Je n’oublie pas – j’ai la rancune tenace –  que, si je ne m’abuse, Sibeth N. la porte-parole de notre beau gouvernement a utilisé à ce propos le terme fake-news, adressant ainsi un signal de mépris aux petits gars qui se cassent le baigneur chez nous pour conserver un minimum de tenue à notre langue et un corpus suffisant de termes non-rosbif. Mais, passons… il s’agit officiellement d’infox, bref d’intox, de bobards, de désinformation !

Désinformation ? le SNJ semble considérer que seuls les journaleux-journalistes des journaux ont le droit de balancer les infos qui (leur) vont bien dans le sens qui leur plaît : il dénie donc au gouvernement le droit de s’exprimer, car, paraît-il, cela porte atteinte « aux principes de pluralisme dans l’expression des opinions et de neutralité des autorités publiques« . Tiens donc ! comme disait Gabin. De une, le pluralisme, quand il y a N+1 voix au lieu de N, c’est encore plus pluraliste, si je puis dire : tant mieux !  De deux, le site gouvernemental – vous pouvez vérifier – se contente de renvoyer – pas au hasard, bien entendu – à des articles de la presse « classique ».  Pas plus, pas moins que moi quand je cite tel ou tel canard, estimable revue ou lamentable feuille de chou.

Je résume : pour les gens du SNJ, on (on : eux, bien évidemment, mais aussi n’importe quel clampin, inculte ou malfaisant, sur son site Fesse-Bouc, pour ses suiveurs de Touïtteur…) a farpaitement le droit de balancer des conneries ; mais c’est à eux, au SNJ, et personne d’autre, de mettre les choses au point. Non mais !

Merci les journaleux ! sans vous qu’est-ce qu’on deviendrait ?

Tibert

On est bien peu de chose

Deux trucs : un, Le Fig’ragots titrait ce matin (ça a été rectifié dare-dare, mais on l’a vu de visu sur l’écran, hilares ; je ne puis hélas que citer de mémoire) : « 22.564 morts ont perdu la vie« . Certes ! et je dirais même plus, paraphrasant la FDJ, la Française des Jeux à qui joue-perd : «  100 % des morts ont perdu la vie « . Merci le Figaro pour ce truisme et ce moment de grâce (là je paraphrase l’ex-femme politique NKM, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui parlait du métro…).

Et puis monsieur Henri Weber, figure de la gauche, vient de mourir. Comme il était Covid-positif, on va le compter +1, dans les morts du jour, à l’actif dudit virus. En fait, il avait 75 ans, et ce n’est sûrement pas moi, qui ne l’ai plus croisé depuis juin 68,  qui pourrai soutenir qu’il avait, ou pas, atteint de toute façon le bout de son rouleau… ptêt’ ben qu’oui, ptêt’ ben qu’non. Mais voilà un gars que la gauche unanime salue, irremplaçable, grande figure, etc… et c’est bien normal : il en était, de la gauche, la gauche institutionnelle, assise et rassise – sénateur, c’est dire, il y a pire comme situation, une réélection tous les 9 ans. C’est un ex-dirigeant brillant, jeune et trotskiste, qui a ainsi entrepris de « se ranger des voitures » et de rallier les rangs plus paisibles, puis les huiles socialistes, plutôt que de continuer à prôner et appeler de ses voeux le MGS, le Matin du Grand Soir. Nombreux d’ailleurs sont ceux qui ont accompagné ou suivi sa démarche : le PS, du moins ce qu’il en reste, et les éclats de son explosion de 2017, sont truffés d’anciens militants de la LCR, de LO, des Lambertistes, Posadistes et autres innombrables nuances de la descendance idéologique de Léon T. le barbichu. Ben quoi… ils ont vu de la lumière, ils sont entrés (*)…

C’est bien normal, on évolue, et nombreux sont ceux dont les certitudes d’une jeunesse folle et radicale se diluent, s’arrondissent – comme le tour de taille – et s’édulcorent, quand elles ne se font pas carrément la malle. Et non, ce n’est pas tourner en eau de boudin, c’est juste qu’en prenant de la bouteille, on gagne en lucidité, en jugeote ; en d’autres termes, si l’on perd en vigueur, on devient un peu moins con.

Tibert

(*) Sans aller jusqu’à évoquer l’entrisme ! pratique chère aux groupies de Léon le Barbichu.

Si on causait d’autre chose ?

Oui, parlons-écrivons ailleurs que sur le coco, le cococo, le covid. On oublie le PQ, l’huile, les pâtes, la farine, le sucre, le riz, les cubis de vin rouge manquants ( les cubis de pinard – autres que les très bas de gamme « de la communauté européenne », le rosé raide et insipide de l’été prochain, les blancs qui fichent la migraine – introuvables ! révélateur, non ? quels sont les salauds qui osent me priver de mes bags de 10 litres de Gaillac, de Corbières, de Côtes-Roannaises ? ). Mais si, on oublie !! on essaie d’oublier la confination confinementale, les justificatifs de perlin-pinpin, tout ça.

Un bouquin que je lis en ce moment nomme cette plaquette – plate, évidemment – et d’environ 16 cm sur 9, dont des tas de gens scrutaient hypnotiquement la surface brillante et colorée dans la rue – au risque de se prendre un lampadaire dans la poire – et que maintenant ils ne scrutent plus que chez eux, la rue étant bannie, virgule, je disais donc, dans ce bouquin on nomme ce truc un ordiphone. Oui madame, ordiphone ! Pas mal, non ? Le problème, c’est que les journaleux, ceux qui hélas donnent le LA – faux comme une casserole –  de la façon de parler et d’écrire, continuent lamentablement de nous coller des pouces comme unités de mesure, des smartphones, des fake-news etc : indécrottables. Que tenter ? faudra-t-il souhaiter méchamment – et en vain – que tous ces suppôts du frangliche soient exterminés par la vague virussienne ? l’ordiphone a hélas autant de chances de s’imposer dans notre langue que les allumeurs de réverbères et les réparateurs de bidets de reprendre du service. Moi j’en tiens pour le mobile, le cellulaire, le fofone. Mais vox clamantis in deserto… tu peux t’époumoner, Tibert, tu peux flûter… le frangliche, yaksa !

Tibert, virgule

La femme du boulanger, bis (*)

Les dicos ont du souci à se faire : accusés de sexisme, quand la préfète est définie comme l’épouse du préfet, idem la boulangère (*), la bouchère, etc… Effectivement, préfète désigne en principe la femme-préfet, pas la meuf du mâle qu’on imagine classiquement dans ce rôle. Il y a des mentalités à changer, du vocabulaire à trouver… gros boulot ! il y a pourtant du vrai à la bouchère, qui trône – toujours les images sexistes, on n’en sort pas – derrière la caisse, tandis que son Jules s’active à parer les entrecôtes et ficeler les rôtis, « et avec ça ? » : c’est un équipage, une boucherie, très souvent un homme, une femme, chabadabada. Dans le même ordre d’idée, qui peut nier l’influence, l’assistance réelle et utile de l’épouse du préfet (ou du mari de la préfète, pour ne pas fâcher les pointilleuses gardiennes de la symétrie) dans les tâches de son conjoint (**) ? « quelque part », la meuf du préfet porte les épaulettes de son compagnon.

Allons plus loin : certes la Présidente n’est pas, au vrai sens du terme, « la femme du président« , mais une femme qui préside. Certes. Mais il y a de la métonymie là-dedans, qui fait sens : quand je dis que le boucher est ouvert (ça ne se dit pas de la bouchère, allez savoir pourquoi), je n’exprime pas que ce monsieur s’est éventré du haut en bas ; il s’agit, moins sanglantement, de son magasin. Le magasin enveloppe de son aura et désigne tout ce qui y est attaché, hommes, femmes et bêtes. Et, heureux hasard, les magasins ne sont pas sexués.

Tibert

(*) Marcel Pagnol était un précurseur du Sexuellement-Correct : il s’est bien gardé d’intituler son oeuvre La boulangère ; au reste elle ne boulangeait pas, se contentant de faire porter les cornes à son pauvre mari. On pourra en revanche épingler monsieur Rohmer, avec sa Boulangère de Monceau : en fait de boulangère, c’est une vendeuse ! Le film aurait pu s’intituler « correctement » La vendeuse de la boulangerie de Monceau, titre nettement moins vendeur.

(**) Je pose que conjoint est neutre, c’est comme ça, et le neutre, en français, s’exprime par le masculin. L’écriture inclusive, cette vérole, ne passera pas par moi.

Mouche et galimatias

( Un peu de grammaire… compte-rendu d’une prise d’otage jeudi dernier à Paris… par un journaleux d’un journal. Je vais charitablement taire d’où ça vient, et je cite : « Les ravisseurs contactent son père qui possèdent des commerces dans ce secteur de Paris et exige qu’il leur remette plusieurs dizaines de milliers d’euros« . Comprenne qui pourra… qu’est-ce qu’on leur apprend, aux journaleux ? ou bien  il était surmené ? grippe ? burnes-out ? vite un arrêt-maladie, et puis il faudra reprendre les fondamentaux, le pluriel et le singulier des verbes, qui fait quoi, sujet et COD , etc etc ).

Mais Macronious, ce grôôssier, est allé au théâtre ! vous vous rendez compte ? au lieu de, peinardement retranché dans son ghetto doré, ourdir des réformes contre le peuple qui constate la vacuité de son frigo le 15 du mois, il sort ! il se divertit comme vous et moi. Incroyable, et inconvenant, apparemment, puisqu’une @professeure (de gauche, forcément, tendance écriture inclusive, supposé-je) du comité de grève du 12ème arrdt de Paris touïtte ceci : « Macron vient d’entrer au théâtre des Bouffes du Nord pour assister à un spectacle ! Il se moque de nous ! Soyons toutes et tous devant dès maintenant pour l’accueillir comme il (*) se doit !! ». Car aller au théâtre c’est se moquer du peuple, sachons-le (si c’est une prof de français qui a écrit ça, ça relève de la schizophrénie, ou du je-m’enfoutisme professionnel). Bref, la culture ? quand j’entends le mot culture je sors mes manifestants à hurler Macrondémission. Depuis juin 2017 qu’on lui demande poliment de démissionner, ça commence à bien faire… si ça se trouve il va aller au bout de son mandat, ce malotru.

Tibert

(*) NDLR : Ce il se doit est une insulte aux femmes, pourrait-on argumenter… je sens que ça va venir, les jours de ce masculin exclusif et provocateur sont comptés ; Il.elle se doit (se doigte ?) sera bientôt la formule politiquement correcte.