Sur le bouton Pause

Je m’en vais faire une pause. On reprendra quand on reprendra, ou pas.

Je m’aperçois billet après billet que nonobstant mes leitmotivs abondamment ressassés – trop ! – la barque continue de dériver, imperturbablement : autant pisser dans un violon ! Ce pays qui se nombrilise et se pâme avec son Pâris, ah Pâris… ; ce pays (*) où tout un chacun fume, a fumé, fumera du shit, de l’herbe… mais où ces produits sont strengt verboten ; ce pays où les flics se crèvent à courir après les voleurs mais où moult juges s’évertuent à les relâcher aussi sec ; ce pays suicidaire qui fonctionne avec la logique absurde Service Public DONC Fonctionnaires DONC {Avantages Acquis + Grosse Force de Nuisance} ; ce pays qui voit chaque grève-prise d’otages répétitive et abusive desdits fonctionnaires ou assimilés s’accompagner des manifestations du syndrome de Stockholm, abondamment brassé par les médias – ah c’est sûr ça nous emmerde salement mais on les comprend ! ; ce pays où les bandes mafieuses qui incendient des locaux publics et tendent des guet-apens aux flics ne sont qu’ une petite bande d’imbéciles et d’irresponsables (panpan-cucul ? rappel à la Loi ? dix heures de TIG ?) ; ce pays où appeler à l’insurrection suscite la plus grande bienveillance, quand manifester pour préserver la famille traditionnelle est vu comme carrément fasciste… bref ce pays est insincère, biaisé, faux-cul, maso, malsain – mal barré.

Et puis ce blog ne m’appartient plus, et là c’est le syndrome du coucou. Et puis je tourne un peu en rond, et puis on me dit que ça devient emmerdant. Donc : à plus tard, qui sait ? sous d’autres hospices auspices, ou ailleurs, ou pas du tout.

Tibert

(*) Tenez, cher Normal-Moi-ex-Président, une anaphore que la vôtre de 2012, à côté, c’est du pipi de scrivaillon stipendié par le PS – mais il faut reconnaître que vous la saviez par coeur et la déclamâtes bien. Et tout ça nous a fait un Président, ou ce qui en a tenu lieu.

Dé-fêtes

A chaque fois qu’on fait la fête, ça pète – et ça rime. Tenez, Allo-Houine : c’est états-unien, ce truc, on n’en a rien à cirer par chez nous. Ils ne nous fourguent pas Independence day, non ? ni Thanksgiving ? ils ne fêtent pas le 14 Juillet ? alors que vient faire Allo-Houine par chez nous ? bon, des années ça foire, ça tombe à plat ; d’autres, ça mord. Les gamins aiment ça paraît-il, ça leur permet de se gaver de bonbecs sans se faire engueuler.  Cette année on prétend que ça a fonctionné… moi j’ai vu un squelette animé par un moteur électrique chez le marchand de journaux, avec des LEDs qui clignotaient dans les orbites : qu’est-ce que c’était con ! Et trois gamines vaguement grimées sont venues me taxer de quelques Harrybos – j’en avais, par un heureux hasard ; ça c’est arrêté là…

… Sauf que les flics et les pompiers ont été sur le pont toute la nuit dans certains coins de l’Hexagone (qui en compte largement plus de six), vu que dans les « quartiers » on prend prétexte de n’importe quelle petite célébration de rien du tout pour cramer des bagnoles, des poubelles, bref tout ce qui peut prendre flamme. Le Parigot (*) estime que ce fut relativement plus calme que l’an dernier… voire ! une seule solution ; arrêtons les fêtes ! ça sauvera nos automobiles, épargnera les pompiers, maintiendra le calme dans les cités, et puis ça évitera tous ces excès de sucreries, de pinard, de… qui gâtent l’existence. DE toutes façons il n’y a plus grand-chose à trouver l’occasion de se réjouir, vu que la Planète va s’effondrer très bientôt sous le poids des gaz à effet de serre.

A ce propos, Greta T. la jeune pasionaria du climat se trouve prise à contrepied : la COP25 devait se tenir au Chili ; hop elle avait réservé un yacht dernier cri pour joindre le sud du Pacifique depuis New-York (via les côtes mexicaines, le canal de Panama vers l’Ouest, cap au Sud, la Colombie, le Pérou… facile. Patatras ! la COP se tiendra à Madrid, les Chiliens ont renoncé, c’est trop risqué ! du coup elle cherche un co-yachtage, urgent, pour retourner en Europe. Si vous avez un tuyau…

Tibert

(*) Une perle dans l’article cité : à propos de 2018 et de l’Essonne, le 9-1 : « En revanche, de nombreux incidents avaient émaillé le département« . Ils sont vernis, dans l’Essonne, ils ont un département émaillé : c’est plus reluisant.

Trois P : pain, PERT et prosélytisme

Il est connu que dorénavant et jusqu’à nouvel ordre, on va dans les cantoches scolaires se taper, une fois par semaine et rituellement, du steak de soja, des fayots en salade, du tofu sauce gribiche, des pois-chiches en ragoût, et autres délicieuses spécialités sans viande ni poisson. Nos chères petites têtes plus ou moins blondes auront ainsi l’occasion de s’apercevoir qu’on peut se passer jusqu’à un certain point (qui n’est pas précisé) des produits animaux. Excellente initiative ! juste un peu trop de flonflons et de battage médiatique là-dessus : les écolos y tiennent, c’est tendance, etc etc.

Justement, il y a une campagne de pub – oops, excusez, de communication – là-dessus dans l’Est, et les agriculteurs rouspètent. Outre que la photo illustrant le plateau-repas du potache végétarien (carottes braisées toutes nues sans persil, omelette tristounette, une tranche de pain, un bout de pseudo-camembert industriel, une petite pomme et un truc non identifiable dans un ravier (le hors-d’oeuvre ? des rondelles de concombre ? de la compote de navet ?) n’ouvre guère l’appétit, on peut se demander s’il n’y a pas là une campagne anti-éleveurs, bref du prosélytisme… la Loi de 1905 pourrait quasiment être invoquée, au vu de la ferveur des tenants du végétal-et-rien-d’autre. Pour ma part, je trouve cette photo rebutante et contre-productive : si c’est ça la bouffe végétarienne, vive le bar au fenouil et le rognon de veau grillé !

Et puis j’ai trouvé une belle phrase sur Le Monde, au gré de mon butinage sur la toile : une jeune femme traite de son amour du bon pain… je cite : « En fait, le temps lui-même est un ingrédient. Notamment pour le pain et les fermentations longues qui lui apportent tant. Je corrige toujours ceux qui disent que faire du pain prend du temps : non, cela dure longtemps« .

Eh oui, et nous voilà rendus à la méthode PERT, qui théorise l’ordonnancement des tâches d’un processus pour en minimiser la durée globale. Eh oui, car on peut laisser reposer la pâte trois-quatre bonnes heures près de la chaudière pour que les arômes se développent, et puis faire du piano, tailler les rosiers, courir vingt minutes, écrire un bout de blog… pendant que la pâte lève ! C’est fou ce que la fabrication du pain permet d’activités passionnantes. En plus, s’il est bon…

Tibert

Retrait au petit poil

J’ai essayé de prendre le train ce jour : plaignez-moi ! et plaignez les millions de Français une fois de plus – soupir, rengaine – pris à la gorge par les syndicats de la SNCF. Tâchez-moyen de trouver une autre solution, ou bien reportez votre voyage, qu’ils disaient : yaka !

Et ce, juuuste au début des vacances de la Toussaint, heureux hasard ! Le droit au retrait (du temps de mon grand-père, on appelait ça sauter en marche (*)) opportunément brandi, faux-nez pour une grève infâme, je pèse mes mots. Je ne dis pas que les rames  de train à UN agent ne posent aucun problème : on peut concevoir que ce soit trop peu, et à la merci d’une grosse emmerde. Aux types de la SNCF de régler ce litige ; mais quand on prend les clients en otage – et en faisant bien gaffe à ce que ce soit au pire moment – c’est tout simplement infâme. On ne peut pas s’habituer à l’infâmie.

Tibert

(*) Ne descendez pas avant l’arrêt complet du train ! et attention à l’espace entre le marchepied et le quai, gnagnagna.

Pour notre bien, comme d’hab

On a eu les GJ ; on en a encore un peu, d’ailleurs, et leurs revendications initiales restent d’actualité : démocratie réelle, « descendez de votre cheval !« , retour aux 90 km/h sur les routes qui vont bien (*), des prix raisonnables sur les carburants, référendums là où c’est utile, et le frigo pas encore totalement vide le 15 du mois…

… mais on a trouvé un autre truc : ce sont maintenant les XR, alias Extinction-Rébellion, gracieusement exportés chez nous par les Grands-Bretons et qui font en gros la même chose, pourrir la vie de leurs voisins, mais pour des buts semble-t-il différents. Reconnaissons-leur jusqu’à présent l’absence de casse et de pillages, les black-blocs et autres furieux ne s’étant pas encore mêlés au mouvement. Ces jeunes gens des XR, donc, eux qui savent, pétris de leurs certitudes fin-du-mondistes, bloquent – avec la grande bienveillance de la Mairie de Paris, impavide – des artères et des carrefours stratégiques et provoquent de magnifiques embouteillages indémerdables et fort polluants ; ce que faisant, ils nous affirment sans rire que c’est pour notre bien !

Outre qu’entre des revendications de pouvoir d’achat, d’essence pas chère et de frigo à maintenir garni, d’une part, et l’exigence de dé-consommation et de décroissance portée par XR, d’autre part, il y a comme un hiatus, ce genre de discours « c’est pour votre bien » (ou votre sécurité, etc… ) est une rengaine fatigante et pétrie de mépris. En clair : on nous brime, nous agresse, nous bouscule, nous emmerde, mais c’est pour notre bien : nous sommes, hélas, nous autres pauvres citoyens bornés, des abrutis et des infirmes du ciboulot. Il faut nous malmener, eh oui, que voulez-vous… c’est pour notre bien !

Tibert

(*) On a rarement vu élus locaux aussi trouillards, paralysés et débinards à propos de cette affaire : quelques rares départements ont revu les limites de vitesse sur leurs routes ; les autres n’ont rien fait, tétanisés par le chantage gouvernemental à la mortalité sur les routes. On saura s’en souvenir…

Surtout ne signez pas !

Les déconndeurs du Monde se sont surpassés hier, expliquant doctement et justifiant pourquoi Greta Thunberg et ses copains en culottes courtes (*) ont porté plainte, sans doute assistés de quelque cabinet d’avocats bien intentionnés, contre, entre autres, la France et l’Allemagne, tandis que les très gros pollueurs, Chine, USA, Inde etc ne sont pas mis en cause. C’est limpide : une simple question de droit ! Il s’agit de poursuivre des pays pour leur non-respect supposé d’une convention sur le climat (**) où ils se sont engagés vertueusement à « préserver… réduire… etc etc« . Il est donc impossible juridiquement de poursuivre des pays qui n’ont pas signé cette convention ! et toc : Chine, USA, Inde, etc. Tenez, la liste des neu-neus qui, eux, ont imprudemment signé la CIDE.

Donc : vous ne voulez pas être em…bêtés par de jeunes trublions vindicatifs ? ne signez pas, ne signez rien, ne vous engagez à rien ! c’est simple, imparable, et vous continuez à polluer tranquilles.

Au passage, les chiffes indiqués dans l’article – et les commentaires des lecteurs patentés – donnent à réfléchir. Dans l’absolu, la Chine est le pollueur Number One, mais rapporté au nombre d’habitants, pas tant que ça ! les USA sont largement en tête, sur ce critère, enfin… pour les « grands pays », car il y a des petits surdoués. Tenez, des chiffres de 2014, en tonnes par habitant… USA : 16,5 /  France : 4,6 / Chine : 7,5 / Inde : 1,7 / Koweit : 25,8 / Qatar, 43,9 !!

Tibert

(*) Seize enfants originaires de douze pays du monde âgés de 8 à 17 ans. Huit ans, et déjà cap’ d’intenter un procès !

(**) Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), censée protéger la santé et les droits des enfants et adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU en 1989.

Sale boulot

J’avais, il fut un temps, critiqué vertement messieurs Valls et Hollande sur leur semblant de réforme des régions, travail bâclé, du mauvais bricolage – genre panneau de placoplâtre sur un mur lézardé. Ils n’ont tenu aucun compte de mes mises en garde, bien que certainement lecteurs de mon blog : c’est dire le sérieux des personnages ! la réforme se disait salutaire, novatrice, simplificatrice, dépoussiérante, elle fut étroite, coûteuse et a tout compliqué. On devait faire la peau aux vieux départements, largement obsolètes ? ils sont toujours là, et leurs élus avec, et leurs fonctionnaires, leurs palais, leurs lourdeurs et leurs coûts. On devait remodeler les régions ? on s’est contenté de les appairer telles quelles en mode combinatoire, créant ici et là des monstres, pérennisant des découpages idiots ou historiquement contre-nature. Et le millefeuilles administratif ? il va très bien – il a épaissi, en fait.

La cour des Comptes le dit en substance et en termes plus châtiés, ce fut une réforme de m… qui n’a surtout pas dérangé les mauvaises habitudes, si confortables pour nos élus. Le Parigot donne quelques exemples – extrait sur l’Occitanie : « Faute de disposer d’un hémicycle assez grand à Montpellier, la présidente de la région, Carole Delga, est contrainte de louer le parc des expositions de Montpellier pour accueillir ses 158 conseillers régionaux en séance. Prix à payer : 137 000 euros par réunion, d’après l’opposition…« . Bon, l’opposition a dû chiffrer aussi les agrafes et les bâtonnets à touiller le café soluble, mais voilà, c’est à ça, et à ce niveau de dépenses, que servent nos impôts, mes chers auditeurs.

Epilogue… l’un des auteurs de cette opération à la Dubout dédicace son bouquin « Les leçons du pouvoir » à travers la France en faisant des bons mots ; il y excelle, et c’est à peu près tout. L’autre écume les ramblas de Barcelone, où il a entrepris de rebondir : il est bilingue, ça aide, en politique.

Tibert

Vieillophobie

Ils ont décidément les vieux dans le collimateur, les Chefs là-haut. La dure CSG déjà, juste adoucie pour les plus pauvres ; et puis cette histoire toute récente, là : ils voulaient supprimer la « niche fiscale » pour les aides à domicile des anciens, ooups… des séniors. Tout le monde a trouvé ça idiot, même les anciens : économies de bouts de chandelles, image désastreuse, frein à l’emploi, encouragement au travail noir, etc…

Ils avancent, et puis aussi sec, ils reculent, comme dans le tango : ça ressemble à quoi, ces ballons d’essai improvisés ? c’est nul, contre-productif, ça donne un sentiment d’impréparation, de bricolage, de cacophonie, bref c’est très mauvais. On attend de gens aussi avisés, responsables, soucieux d’écouter les citoyens, des initiatives réfléchies et concertées ; des avancées utiles, pas des bouts de ficelles anti-vieux. Qu’est-ce qu’ils ont de pas bien, les anciens ? quelle est leur faute ? ils ne travaillent pas, c’est ça ? ils tardent à laisser la place ?  D’ici qu’ils mettent en place l’épreuve du cocotier pour les plus de soixante-dix (septante) printemps, il n’y a pas loin.

Tibert

( P S : je change de sujet : marre des pouces anglo-américains ! A la rigueur, qu’on parle de 12 pouces, 17 pouces… pour des jantes, des télés… ça peut se supporter, ce sont des nombres ronds. Mais quand on nous sort du 6,17 ou du 5,92 pouces pour un écran de mobile, ça  rime à quoi ? le CENTIMETRE, nom d’une pipe. Le Système de Mesure International ! il existe, et il y a en tout quatre pays au monde qui ne veulent pas l’utiliser – et d’indécrottables journaleux. )

Tu vas la prendre, ta pub, oui ?

( Les Contribuables Associés ont lancé une consultation sur le rond-point routier le plus moche, le plus idiot… (le plus ruineux, le plus mégalo, le plus contre-productif…) : on sait que la France détient de très très loin le record mondial du plus grand nombre de ronds-points, gloire débile et ruineuse, puisque ça a coûté des dizaines de milliards aux citoyens, et que ça continue ! tant les maires sont dans l’émulation à çui qu’en aura le plus, et les plus grotesques. Qui saura les arrêter dans cette dérive folle, coûteuse et mortifère ? Vous vous ferez votre opinion, mais l’ouvrage de Pontarlier avec le totem d’André Malraux, effectivement, tient la corde : il est assez ignoble )

Mais les films interdits à la télé le mercredi, vendredi et samedi, ça sera peut-être bientôt fini, vu que cette mesure stupide – supposée obliger le consommateur à se sortir et à consommer des loisirs payants (*) – ne sert plus à rien, ou pas grand-chose : les Netflix et compagnie, les replay… tout ça a chamboulé la donne. Du coup, on assouplit, mais pas que : la pub va aussi monter d’un cran ! Tenez, je cite : « L’interdiction de diffuser des films de cinéma à la télévision certains soirs (mercredi, vendredi, samedi), par exemple, devrait être levée. Comme les chaînes le réclament, l’inclusion d’une troisième page de publicité pendant les films d’au moins 90 minutes devrait être autorisée. La diffusion de publicité avec ciblage géographique devrait également devenir possible (avec par exemple des pages de pub différentes sur une même chaîne à Paris, à Lyon ou à Strasbourg)« .  Bénéfice secondaire, pendant les films, et toutes les trente minutes, on va pouvoir aller pisser.

Notez bien, on n’a pas touché le fond, on n’a pas encore les délicieux cookies des ordinateurs à la télé, mais ça va venir ! vous avez commis l’erreur de laisser l’écran allumé sur les spots de bagnoles pendant que vous alliez faire pipi ? vous allez en bouffer ad nauseam, des pubs de bagnoles !

Tibert

(*) Quant aux ruraux, loin de tout cinéma, théâtre, boîte de nuit…, qu’ils crèvent et se gavent de talcs-chauds, de reality-shows, de… bref les merdouilles du samedi soir à la télé.

Pollution, bénévolat et circuit fermé

( Quand un type de l’administration Trump voyage, il descend dans un hôtel Trump ; pour sa partie de golf il se rend sur un terrain Trump etc… : premio ce sont des installations de première bourre, grand luxe et super bien placées ; deuxio comme ça l’argent va là où il est le plus intéressant qu’il aille ! Et ce ne sont pas pour des cacahouètes : il y en a eu, récemment, pour 3,6 millions de dollars, lors d’un déplacement de Donald-Casque-d’Or en Irlande, sur SON domaine de golf de terrain de golf à Doonbeg. On est des amateurs, nous en Europe, on ne sait pas faire des trucs astucieux comme ça… )

Mais, voyez cet intéressant reportage de France 24 : au Burkina-Faso, les Ouagadougoutiens se retroussent les manches pour d’utiles initiatives citoyennes. Là-bas, vu que les bouches d’égoûts  sont obstruées par des tas de cochonneries, l’eau y stagne, ça macère, ça pourrit et ça pue, les moustiques prolifèrent etc… et comme les services de la mairie ne font pas les curages nécessaires, eh bien ce sont les habitants qui s’y collent, vu que ce n’est pas tenable ! Chez nous c’est plus compliqué, il y faut un support idéologique ; alors on s’invente des « journées de la propreté », des « nettoyages militants », des B.A. façon scouts-toujours…

Tout ça parce qu’il faut remédier aux dégradations, déchets sauvages, négligences et incivilités ! Qu’en est-il des actions de la police municipale ouagoudoutienne pour sévir contre les pollueurs ? l’article de France 24 est muet là-dessus, et probablement pour une simple et bonne raison : nada ! Chez nous c’est pareil… on laisse faire. Tenez, hier, sur mon parcours de jogging urbain, sur un trottoir nickel sans doute fraîchement nettoyé, je croise un type qui ouvre un paquet de biscuits et balance l’emballage par terre : je me suis  bien gardé de lui faire les gros yeux et de l’engueuler, il avait l’air balèze et patibulaire. Non mais, j’ai envie de finir mon jogging en bon état, moi… pour rattraper je vais devoir m’inscrire à une journée « nettoyage citoyen » ; je vous parie que je n’y retrouverai pas ce sale type.

Tibert