De la facturation des blablas

La SNCF, qui maintenant verrouille tous azimuts ses offres – billets nominatifs, je vous en ai causé, comme si la fourniture d’un siège dans un train pour se déplacer d’un point A vers un point B présentait une différence entre Pierre, Paul ou Jacques, pourquoi nominatif, qu’est-ce que ça peut faire ? (*) – et force la main (**) pour ses TGV « Oui-oui », la SNCF, donc, revend ses bus Macron « Ouibus » à Blablacar. Les bus Macron, enfin une idée qu’elle était bonne, mais mal foutue, sabotée, avec des gares routières souvent minables ou inexistantes. Et puis des bus qu’on est quatre de front dedans, serrés comme des harengs en caque, alors que les cars de tourisme modernes vous casent à trois par rangée, pas plus. Mais bon… le Français sait se serrer, pas vrai ? sans rouscailler…

Blablacar, ce fut au départ une bonne idée, simple, conviviale, on offre ou on demande une place pour aller en bagnole de X à Y en passant par Z, pas trop cher ; et puis les gros sabots des « managers » se sont pointés, y avait du blé à faire, et maintenant voilà c’est une boîte avec tout ce que ça implique, qui prend son gros pourcentage au passage, impose ses règles, vous catalogue, vous cible, vous facture, etc. De profundis l’esprit de blablacar, place au bizness. Pourquoi Blablacar achète les Ouibus ? on le saura bientôt. Simple mise à mort via une filiale, ou espoir de faire des profits ? attendons et observons, les financiers sont à la manoeuvre.

Tibert

PS – Scène de la vie quotidienne… trois djeunes assis sur un muret de pierre dans un jardin public, éclusant chacun sa boîte de bière « Heineuquenne » 33 ou 50 cl, je n’ai pas l’oeil assez exercé… je suis repassé vingt minutes plus tard au même endroit. Les trois boîtes de bière par terre, les trois djeunes partis ailleurs. Je ne dirai rien de l’aspect similaire des individus en question, on me soupçonnerait de… va savoir, et puis les statistiques en cette matière sont interdites, comme chacun sait.

(*) J’ai lu il y a quelque temps un commentaire là-dessus, savoureux : « Ben moi je pense que pour les billets longue distance c’est normal que ce soit nominatif« . Puissant… d’une logique impeccable ! Comme disait en substance Albert Einstein, le génie a ses limites, la connerie, non.

(**) La nouvelle et débile gare TGV de Montpellier, je vous en ai aussi déjà causé, bâtie au mépris et en contradiction totale avec l’intérêt des clients ( on dit « usagers », ça fait comme si on ne payait pas). Ou comment perdre une heure pour gagner trente minutes. Les « bons » trains  vous contraignent à y aller ou y descendre, sinon c’est plus cher… horaires moins pratiques… L’ « ancienne » gare du centre-ville, bien plus facile d’accès, et qui a été rénovée tout récemment à grands frais avec un superbe grand parking tout neuf à côté, eh bien… les billets sont plus chers. Ou comment foutre en l’air l’argent public – pas foutu en l’air pour tout le monde, rassurez-vous – et piétiner l’intérêt général. Demandez-vous pourquoi.

Doublures, enfumage et piou-pious

( La grosse Cadillac de Donald T., venue tout exprès de l’ambassade des USA,  crachait un nuage de fumées cancérigènes à particules pas trop fines à la gueule du couple Macron, dans la cour de l’Elysée : façon de signifier au p’tit gars qui tient la piaule du 55 Faubourg Saint-Honoré, que les gaz à effet de serre, il peut se les carrer oùs’qu’y pense, Donald.  A voir les deux types côte à côte sur le perron, on mesurait déjà la différence de tour de taille, d’envergure, de tout, quoi… comment dit-on « freluquet », en anglais des States ? )

Juste pour marquer le centenaire : plus con et sanglant que la guerre de 14-18, on trouvera difficilement. Où la chair à canon prend tout son sens… honte donc à tous les politicards qui ont organisé et se sont entêtés dans ces massacres pour laver la débâcle de 1870-71 ; fustigeons (*) la volonté prussienne de domination et d’expansion qui a goupillé l’annexion manu militari de l’Alsace-Lorraine  en 1870 ; dénonçons les conditions iniques et léonines du traité de Versailles de 1919 : on s’est essuyé les pieds sur des Allemands déjà mal en point, prémisses de la revanche voulue par Adolf H, etc. On sait tout ça. Une pensée émue pour tous les pauvres gars des deux bords qui se sont fait hacher menu, nolens volens. « Plus jamais ça », qu’ils disaient, et je suis d’accord.

Mais  redescendons sur terre, terre à terre… hier deux zigues ont sonné à ma porte : c’étaient soi-disant des éboueurs de la ville, venus échanger un calendrier de m…, prix de revient 35 centimes grand maximum, contre un biffeton de 5, 10, voire plus si affinités, à vot’ bon coeur. Au passage, je précise que les pompiers les facteurs les éboueurs les concierges les… me les gonflent menu à faire la manche tous les ans à cette époque. Moi aussi j’ai des factures à payer et un budget à boucler ! Mais bon… pas de pot, j’avais déjà un calendrier 2019 des éboueurs ! curieuse coïncidence, que je leur ai mis sous le nez : c’était une autre production, un autre sigle, bref d’autres éboueurs : cherchez l’erreur !

Moralité : quelqu’un s’est foutu de ma margoulette, manifestement. Qui étaient les VRAIS éboueurs ? biffez la mention inutile, aussi inutile que les calendriers des pompiers, des postiers, des éboueurs, des… etc.

Tibert, sonnerie aux un million cinq-cent-mille morts, et j’en oublie.

(*) les journaleux écriraient « taclons ». Superbe, taclons ! le vocabulaire du foot ça leur botte, aux journaleux. Surtout avec des protège-tibias.

Des fines particules et des couleurs

( J’ai été faire hier le plein de gasoil de ma tuture, filtre à particules fermé, donc plus propre que les WC de Buckingham . Je sais, je suis un mauvais Français, diésel caca ! c’est l’antienne actuelle. Cependant que passent à proximité les bagnoles de la Police Municipale, diésel indubitablement, elles aussi… Je suis un mauvais Français, qui ai écouté en leur temps les chaudes recommandations gouvernementales, et qui ai acheté, écolo comme on me connaît, une bagnole « dans la ligne du parti ». J’attends toujours les excuses humbles et contrites des hauts fonctionnaires qui nous ont tous engouffrés dans le gasoil : ils nous ont enduits d’erreur et se sont / nous ont bien plantés, donc, les deux pieds dans la mouise et leur crasse ignorance, mais il n’y a jamais PERSONNE POUR S’EXCUSER. Irresponsables et donneurs de leçons par surcroît. )

Mais bon…  causons d’autre chose. Affreux et illégal, il y a un fichier ethnique au PSG ! le PSG, le club de foot de Saint-Germain-en-Laye et de Paris réunis. C’est épouvantable : un gars non identifié  (pas les responsables, évidemment, eux sont blanc-bleu) a introduit les catégories « Français, Maghrébin, Antillais, Africain » dans les données informatisées.

D’abord c’est un classement idiot : un Maghrébin (*) est Africain (du Nord, certes, mais c’est le continent africain) ipso facto, et possiblement Français. Par exemple, monsieur Benzema (il ne joue pas au PSG, je sais) est Maghrébin, Africain du Nord, sa famille du moins en est originaire) et Français, né à Lyon : on coche trois cases. De même, « Antillais » peut être aussi Français, s’il s’agit des Antilles françaises, etc. « Africain » ? ce peut être un caucasien, il en reste plein en Afrique du Sud et en Zambie. Classement stupide.

Mais le problème n’est pas là : l’horreur, c’est qu’on fait là du fichage ethnique ! « Dès que j’entends le mot ethnique, je sors mon bréviaire de la Bonne-Pensée« , pourrait-on dire, à ma gauche. On aurait pu définir les catégories « Caucasien (Blanc) , Maghrébin, Noir Antillais, Noir africain », ç’aurait été déjà plus clair. Mais c’est interdit de l’écrire ! ( les Anglo-Américains le font sans vergogne, eux, bande de grossiers, de malpolis !). voilà où nous en sommes au pays de Tartuffe et de Faux-Cul réunis. Pas de fichier ethnique ? donc pas de statistiques ethniques, et nous voilà rassurés. On peut dormir tranquilles.

Tibert

(*) Attention : je cause dans l’abstrait, là, je ne sais pas ce que peut être concrètement un « Maghrébin », c’est juste une catégorie hypothétique, un pur concept – il doit  bien exister un terme pour ça en philosophie – et d’ailleurs l’Administration non plus n’a pas à en connaître.

Des armées mexicaines et des selfies

(Les Etats-Uniens ont voté hier… à cette occase, je vous-nous rappelle ces chiffres éloquents : USA, 325.000.000 d’individus, 435 + 100 = 535 élus aux deux chambres… France, 65.000.000 de citoyens, 577 + 348 = 925 élus, députés et sénateurs. Soit… USA : 1,65 élu par million d’habitants ; France : 14,25 … y a pas photo, comme on dit. Huit et demi fois plus de « représentants du peuple », qui émargent au budget de l’Etat, que vous et moi finançons (en principe, notre démocratie devrait fonctionner au moins huit fois mieux que celle des USA, mais j’ai des doutes). Les taxes sur le carburant pourraient baisser drastiquement si nous cessions d’entretenir cette armée mexicaine d’élus, qui – cerise sur les profiteroles – bouffent du carburant pour leurs voitures de fonction et sans regarder les prix, vu que c’est à nos frais – et les voitures avec. On me dit que c’est de l’essence, pas du gasoil ? aaah ! ça va tout de suite mieux).

Mais c’est terriblement populiste ce que je vous dis là… je sais, je sais. La fine démocratie que la nôtre, au plus près des Français, au total UN élu pour 100 habitants, record du monde. Ruineuse, certes, mais faut ce qu’y faut, non ?

Mais au fait : j’écoutais hier une émission de radio, et j’ai retenu cette note d’une intervenante, à propos des moeurs actuelles. Elle disait ceci : au Louvre, les foules de visiteurs vont évidemment vers la salle de la Joconde, Joconde obligatoire, mais au lieu de contempler son immuable sourire finaud – enfin, tenter de l’apercevoir – on lui tourne le dos : on se fait un selfie avec Mona Lisa ! C’est comme ça maintenant. J’y ajoute mon grain de sel : hier j’ai fait l’erreur – trop de monde dans les rayons – de faire des courses de fond (bières eaux minérales (*) pinards sucres farines et j’en passe) au SuperMahoussRabais pas trop loin de chez moi : ça m’a pris une bonne heure entre la prise du caddie vide et la sortie… une jeune nana a fait quasi pile-poil le même parcours que moi, même entrée, parcours voisins, sortie au même moment. Tout en remplissant son panier à roulettes, elle causait au téléphone, kit « mains libres », mobile dans la poche arrière du jean, tenant son mini-micro d’une main pour le rapprocher de la bouche… aperçue comme ça  au début, elle était comme ça pendant nos divagations parallèles, et comme ça à la caisse. Une plombe à bavasser dans son micro ! qu’est-ce qu’on peut raconter pendant une heure ? mais non, je ne l’ai pas vue faire de selfie, il n’y avait ni Macron, ni Mona Lisa.

Tibert

(*) Je snobe par principe les eaux minérales, l’eau du robinet – pas du tout gratuite – devrait être correcte et suffire ; mais là où je crêche présentement, l’eau n’est vraiment pas fameuse, terriblement calcaire, goût assez prononcé  : alors, on boit de l’eau minérale…

 

Madone et maldonnes

Je suis béat d’admiration devant l’entêtement et la mauvaise foi – la faux-culterie, pour être plus imagé – de nos Grands Chefs : il faut l’oser ! entendre Philippe Premier, depuis le Vietnam ou ailleurs, justifier les augmentations « scrogneugneu » des carburants « pour sauver la Planète« , c’est un grand moment « les yeux dans les yeux » de mauvaise foi. Il est bien clair pour tous que c’est depuis des lustres une des rentrées de fric favorites de nos bons et imaginatifs fonctionnaires de Bercy, et c’est si commode ! on en a absolument besoin, pas vrai ? il faut y passer, à la pompe. Il faut raquer, nolens volens, c’est réglé comme du papier à partoches.

Evidemment la pollution vient des voitures, mais pas que ! oh non pas que… tenez, les industriels… et les chauffages au fioul : j’en connais des tonnes de gens qui se chauffent au fioul, dans nos campagnes, vu que le gaz de ville… reste dans les villes – les canalisations vers les hameaux c’est trop cher pour des bouseux – et que les citernes à propane, sous l’oeil impavide et goguenard de la DGCCRF (censée surveiller la concurrence loyale et les fraudes) sont la chasse gardée et super juteuse de cinq ou six larrons en foire (*). Eh bien, le chauffage au fioul, ça ne pollue pas ? hein ? bien pire que les bagnoles ! il n’y a pas de filtres à particules… mais qui propose, là haut chez nos Chefs, aux mauvais Français qui s’en servent salement, de passer à des chaudières propres avec du gaz à tarif raisonnable, voire, rêvons un peu, subventionné ? ou avec des pompes à chaleur abordables ? silence de mort… apparemment ce n’est pas tendance. Alors ? alors polluez, polluez, on va en emm… asticoter d’autres, au hasard… les z’automobilistes, tiens.

Mais au fait : Ségo, notre Madone des Pôles et de Melle (dans le 7-9) réunis, madame Royal, dans un article que j’ai apprécié, s’en prend, elle aussi et comme moi, aux taxes obstinément croissantes infligées aux automobilistes. Lisez donc ça : c’est du nanan. Madame Ségolène, nonobstant un opportunisme sous-jacent et que je subodore, vous parlez d’or.

Tibert

PS – Tiens, Notre Macronibus Rex vient de confirmer ce que dit son bras droit : « J’assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l’essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail ». Certes… noble cause… eh bien, soit, et pour préserver le pouvoir d’achat des Français, et enfin casser cette sale habitude de tout mettre sur  le dos des automobilistes, « y a qu’à » baisser la fiscalité des deux types de carburants pour qu’ils soient alignés. Pas con, hein ?

(*) Vitogaz Antargaz Finagaz Primagaz Butagaz, les trois mousquetaires-gaz du propane en citerne à tarifs soignés, plus Repsol par-ci par-là au Sud-Ouest, et puis quelques frontaliers… pour les frontaliers.

Un bonbon ou une châtaigne

On sait peut-être qu’un individu mal embouché ou au Q.I. bas de plafond – ou les deux – avait, pour la soirée de Halloween – fête américaine assez débile importée hélas chez nous – appelé à une « purge » consistant à cogner massivement sur les policiers. Ce surdoué des idées stupides et / ou malsaines en ligne avait, hélas, rencontré un écho important sur les « réseaux sociaux » – quel euphémisme ! j’appellerais plutôt ça les « tam-tam de merde« . S’étant fait gauler, le jeune pasionario de la baston anti-flics a déclaré pour sa défense que c’était « une blague« . Une blague, bien évidemment… belliqueux et franc du collier en diable, le p’tit gars.

Mais bref… il se trouve aussi qu’un flic en civil et tout seul – quelle imprudence, de nos jours ! – s’est fait tabasser par une dizaine de courageux d’jeunes de la bonne ville de Hyères, dans le 8-3. C’était au matin du jeudi de Halloween… tenez, l’article du Monde sur le sujet. C’est évidemment très grave qu’on s’en prenne ainsi aux gardiens de la paix, terme qui dit bien ce qu’il veut dire. Il est clair que la Police fera son boulot pour coincer les agresseurs, c’est normal , et j’imagine qu’elle en a aussi la motivation. Il est non moins clair que si c’est à la Police d’appréhender les fautifs, c’est à la justice de punir, ça fonctionne comme ça en principe. Faute de quoi, autant pisser dans un violon pour jouer du Gounod. Et là j’ai comme un doute…

Cerise sur la tarte aux pommes, Le Monde conclut son article par ceci : « Bien que les faits se soient produits au moment de la « purge » annoncée sur les réseaux sociaux contre les policiers dans toute la France, rien n’indique à ce stade que ces événements soient liés. » C’était, en somme une broutille, juste un petit tabassage dans un coin d’un flic isolé : rien à voir, donc, avec cette « purge » se voulant de grande ampleur. Nous voilà rassurés.

Tibert

Chaperon 2.0

( Je déteste ces appellations Bidul’Truc 2.0 : cette référence à une version « plus avancée » d’un logiciel est débile. La mouture 2.0 du programme Schmurtz est toujours suivie, dans la vraie vie, par la Schmurtz 2.0.1 ou la 2.1 etc… bref 2.0 c’est du n’importe quoi, du journalisme pour les [ journalistes ] nuls ).

Mais bon… je lis dans le Firagots du matin-chagrin qu’on embauche maintenant sur les plateaux de cinéma des chaperons pour veiller à ce que les tournages de scènes de cul se passent en tout bien tout honneur. C’est un métier qu’on a rebaptisé du jouli nom de coordinateur (…trice) d’intimité ! Il est vrai que les femmes de ménage sont maintenant des techniciennes de surface, ce qui, vous en conviendrez, a nettement plus de gueule, tout comme technologique le fait infiniment mieux que technique. Alors donc, la présence sur le plateau – outre les acteurs et actrices, évidemment – du cameraman, du perchman, du scénariste, du metteur en scène, de l’éclairagiste, du preneur de son, de la script… et j’en oublie, ne garantirait pas que ça se passât vertueusement ? on va où, là, comme on dit à la télé ? jusqu’où ira-t-on ?

Ce système des chaperons – c’est très nord-américain, ce truc, mais pas que – est déjà utilisé dans certains pays par les gynécologues et plus généralement chaque fois qu’un mâle doit intervenir au plus près d’une femelle. Se pointe alors la caution, le chaperon, la coordinatrice d’intimité – généralement une femme assez rassise et revenue de tout émoi charnel – qui dissuadera par sa seule présence tout abus éventuel et pourra témoigner, si nécessaire, que tout s’est bien passé. Et donc on va le faire au cinéma, vu que les gros cochons y pullulent, paraît-il.

Je vais vous dire : on est loin du compte, là. Savez-vous qu’il y a des gynécologues-femmes et lesbiennes ? si si. Donc, la pauvre nana qui croit être peinarde en allant consulter ce genre de spécialiste… elle a tout faux. Vite un chaperon ! Symétriquement, imaginez un proctologue mâle et homo… hein ? Il va falloir généraliser le truc. Et pour être sûr de couvrir le large spectre des inclinations sexuelles diverses et variées, ce n’est pas UN coordinateur d’intimité qu’il va falloir, mais une équipe pluridisciplinaire. D’où l’intérêt des poupées gonflables pour les scènes torrides : elles ne balanceront jamais leur porc ! plus besoin de chaperon. Et d’une patience, avec ça ! Cerise sur le pudding, elles ne sont généralement pas syndiquées…

Tibert

C’est ça ! le joli bulletin rose, là…

Aux USA, on va voter, comme ils disent, au « midterm« , à mi-course du mandat décoiffant de monsieur Trump. Des législatives, en quelque sorte, pour corriger le tir de l’élection tonitruante de Donald T, ou, si ça se trouve, pour enfoncer le clou populiste et mal hotru d’il y a deux ans. A ce sujet, on glose, dans Le Monde, sur les dizaines de milliers de citoyens états-uniens qui ne pourront pas voter, Amérindiens, Noirs, Latinos… pour des raisons diverses et pas toujours honnêtes.

Cependant, chez nous, en opposition avec ces dispositions contestables, voire louches, nos Chefs ont pris d’autres initiatives : TOUS les handicapés vont pouvoir se pacser, se marier – puis éventuellement divorcer, ça se passe dans cet ordre-là – et voter ! Tous les handicapés ? tous. Un paraplégique, un aveugle, une manchote… ça va de soi. Mais un trisomique, une Alzheimer, un autiste ?  Je cite l’intéressant article du Monde, encore lui, qui traite de ce sujet : « Avant 2009, la norme restait l’interdiction [ du droit de voter, NDLR] et le juge pouvait être saisi pour la lever. Aujourd’hui, les personnes sous tutelle ont toutes le droit de voter et c’est au juge de demander une interdiction. (…)  L’Unapei estime à 100 000 le nombre d’handicapés mentaux sous tutelle en France, ce qui porte à 400 000 le nombre total d’handicapés mentaux en âge d’être inscrits sur les listes électorales« .

Voilà : avant on pouvait autoriser à voter, maintenant c’est par défaut la démarche inverse. Je ne sais pas comment les juges chargés des tutelles vont affronter, se coltiner ces 100 000 interdictions éventuelles du droit de voter ; songeant aux pratiques de nos politiciens, incontournables visites aux maisons de retraite, chaleureux serrages de cuillères aux mamies plus très opérationnelles dans leur fauteuil roulant (« et surtout n’oubliez pas d’aller voter dimanche ! Dugenou, vous vous souviendrez ?« , je m’interroge… derrière ces manifestes « bonnes intentions », est-ce bien sensé, et surtout franc du collier ?

Tibert

L’invention de l’eau tiède, enfin

( La mairie de Paris vient de se voir encore une fois envoyer sur les roses avec ses voies sur berges pour les piétons flâneurs et autres happy-few tandis que la valetaille qui a besoin de sa bagnole se morfond sur les quais de surface… deux à zéro, reste évidemment à la mairie de Paris de contester derechef, etc etc : quand on ne veut pas reconnaître, madame Hidalgo,  qu’on a pris des initiatives iniques et dommageables, on s’entête… à suivre, donc. )

Et puis notre gouvernement, décidément un des plus féconds en taxes nouvelles – ils y vont à donf, c’est sidérant ce que ça taxe – veut fluidifier le trafic des autoroutes au passage des péages. Eh oui, amis lecteurs, je vous en avais  causé : les autoroutes ça va encore, ça roule couci-couça, mais les péages c’est terrible : ça bouchonne abominablement, c’est une plaie. Chez nos voisins ? ça va très bien, merci, et de plus ils sont moins chers… à Singapour, tenez, chaque voiture a un boîtier radio, et les portiques qui surplombent les routes « lisent » à la volée ces boiboîtes pour facturer ce que de droit. En France on n’est pas aussi avancés techniquement, vous pensez bien.

Mais j’y songe : en France en payant un « pass », un abonnement, on passe, justement, les péages sans s’arrêter (on roule douuucement devant le poste de péage). Donc ça existe ? eh oui ça existe, on n’est pas si ringards que ça, mais IL FAUT PAYER l’abonnement. Vous pensez bien que les sociétés d’autoroutes n’ont pas loupé cette fabuleuse occase de vous faire casquer EN PLUS pour ne pas bouchonner, ou bien vous résigner à bouchonner à chaque péage, sur ces autoroutes déjà les plus chères d’Europe.

Moi je vois bien une possibilité : que nos chefs, pour une fois courageux, prennent enfin NOTRE intérêt en considération, et sachent expliquer aux gestionnaires d’autoroutes que, dorénavant, tout le monde passera les péages sans surcoût avec ce système de « pass ». Ils se sucrent déjà plus que suffisamment, et puis rouler à 130 pour perdre des quarts d’heures entiers à chaque barrière – sur la Côte d’Azur il y en a tous les 300 mètres, j’exagère à peine –  c’est idiot, c’est minable, lamentablement mercantile, et indigne d’un pays qui se prétend moderne.

Tibert

PS – d’ailleurs techniquement nos postes de péage sont pas mal en retard : pour payer en sou-sous il faut presque partout insérer ses piécettes une  à une dans la fente – et ça peut tomber, etc… avec les emmerdes qui vont avec. Dans les pays un peu évolués, on vous propose un « panier » large et facile d’accès, vous y balancez vos picaillons en vrac, et ils s’en débrouillent ! pas croyable. Chez nous on sait pas faire ça… mais ça permet d’admirer le paysage plus longtemps en faisant la queue derrière celui qui a fait tomber une pièce de deux balles et la cherche sous ses roues après avoir réussi à entrouvrir sa portière suffisamment pour se contorsionner hors de sa bagnole.

Tout le monde le fait mais faut pas le dire

( Au fait : au Canada, on a fait les comptes et additionné deux plus deux, puis tiré les conclusions : c’est maintenant possible d’acheter de l’herbe dans les boutiques – et de la fumer en privé, ça va de soi – sans raser les murs ni  s’exposer à des poursuites policières : ils sont moins cons que nous, les Canadiens )

Mais bon… autre chose : quatorze trotskistes sur cent-vingt-sept cadres de FO, paraît-il, soit un petit 11 %… FO, la centrale syndicale qui est a priori le point de chute et de nidation préféré des émules de Léon le barbichu. Pourquoi je vous cite ce chiffre ? eh bien le Palmipède Bridé révélait il y a peu l’existence d’un fichier (informatique ? en tout cas lisible à l’oeil nu après impression) façon trombinoscope enrichi de commentaires divers et variés, « ordure« , « homo« , « trop intelligent pour entrer au bureau confédéral » (sic), « collabo » etc… fichier qui fiche, justement, les « cadres » de cette centrale syndicale. Qui fiche illégalement, bien entendu : c’est strictement interdit, atteinte à la vie privée. Le rigolo de l’affaire, c’est que les syndicats – tout à fait dans leur rôle – ne manquent pas de pousser des hurlements chaque fois que dans une boîte on découvre l’existence de ce genre de pratiques.

Et alors ? et alors c’est l’arbre qui cache la forêt ! même moi je suis fiché ! Ah-ma-zone et LeChouetteCoin savent farpaitement tout ce que j’y ai acheté depuis que ça existe, Le Parigot (et tous les autres) sait lesquelles de ses pages houèbe j’ai bouquinées, si j’ai cliqué sur une accroche de cul – c’est juste un exemple – ou plutôt le nouvel aspirateur de chez Dugenou, etc. Nous sommes tous fichés, et le plus amusant c’est qu’il y en a plein qui en rajoutent, qui veulent en dire plus ! qui se racontent en long et en large sur Fesse-bouc ou Ouate-Sape, les photos du petit dernier, le barbecue de dimanche et le selfie avec la marchande de cacahouètes qu’était sympa.

Evidemment, on ne trouve pas sur les serveurs du Chouette-Coin les annotations pittoresques du fichier de FO, « abruti » ou autres noms d’oiseaux. Et alors ? on est toujours l’abruti de quelqu’un. Je vais vous dire : ces trucs de fichage, c’est massif et irréversible, depuis que Gutemberg a inventé l’imprimerie – avant, avec les moines copistes, ça limitait les possibilités, et puis peu de gens savaient lire. En latin, en plus… comment on écrit « abruti« , en latin ?

Juste un truc à savoir : quand d’aucuns trop curieux découvrent un fichier nominatif gênant et illégal, toujours se dire sidéré, abasourdi, ciel que vois-je ? comment se fait-ce ? ça alors !  toute autre attitude serait contre-productive.

Tibert