Vaccin au centre

Question stupide : si le tant espéré vaccin anti-Covid-19 – jackpot pour le labo qui le crée  ! – arrive enfin, vous ferez-vous vacciner ? a) Ben oui, évidemment, ça va de soie (*), fini de se masquer la glotte et les amygdales, de se tenir à plus d’un mètre, de se laver les mains toutes les dix minutes, de fuir l’éternuement à venir du type en face, etc.  Pouvoir s’accouder sans méfiance ni mètre-ruban au zinc du rade… renifler les fleurs… revendre son stock d’eau de javel sur le GoodCorner… bref : revivre. b) Ben non, car 26 % des Français disent que non, soit un bon quart. Voyez cette étude assez décoiffante.

C’est assez dingue, non ? obscurantisme, jem’enfoutisme, sectarisme, crédulité, méfiance paranoïaque, les qualificatifs abondent. Certes il y a cellzéceux (**) qui, ayant déjà chopé, approché, cotoyé le virus, pensent à tort ou à raison être dès lors et naturellement à l’abri… mais ça fait très loin de 26 % ! Et ce qui me questionne, m’interpelle, me donne à songer, c’est cet extrait de l’article sus-souligné, qui pointe la typologie politique des opposants au vaccin : « Ceux ayant voté pour un candidat d’extrême gauche ou d’extrême droite lors du premier tour de la dernière élection présidentielle étaient ainsi beaucoup plus susceptibles de déclarer qu’ils refuseraient le vaccin, ainsi que ceux s’étant abstenus de voter« . En somme, résumons-nous, cet espéré vaccin est d’inspiration Macron-Fillon ! au vu des nombreuses casseroles accrochées aux basques de Fillon, et connaissant la détestation, voire la haine quasi viscérale et irraisonnée que professent d’assez nombreux citoyens pour notre actuel président, admettez que 26 % c’est vraiment pas cher payé.

Tibert

(*) locution typiquement lyonnaise, notamment sur les pentes de la Croix-Rousse.

(**) locution typiquement politicarde, pour caresser les électrices dans le sens du poil.

Lectures de circonstances

( … circonstances, au pluriel, car étant donné les circonstances… )

Macronious nous a informé il y a peu qu’on n’avait pas été en rupture de stock sur les masques. Des tensions, certes, mais de rupture de stock, point. Ah bon… je ne suis qu’un pauvre clampin fort modeste et lambda, et n’entends que pouic à la gestion des stocks, mais quand au tout début du confinement je me suis rendu dans les magasins pour me ravitailler, que dalle ! ah si, des ventouses à déboucher les lavabos, des épingles à linge, des stylos-feutre… de pâtes, patates, riz, huile, PQ, biscuits, beurre… de tout ce qui est utile tous les jours, le vide ! et, notamment, les masques : zéro, les gels hydro-alcooliques, zéro. Bon, je veux bien que quelque part (*) des masques soient restés planqués en bas de gondole, assurant courageusement et subrepticement la non-rupture de stock toute théorique, mais cessons de jouer sur les mots, halte aux contorsions sémantiques : des masques, il n’y en avait pas. Pas même pour les soignants !

Mais passons… je voulais juste terminer sur une note littéraire. Je relisais il y a quelques jours le célébrissime « La Peste » de Camus : c’était tout indiqué, par ces temps de pandémie. Cette histoire, elle, ne concernait que la ville d’Oran, c’était juste une épidémie. Mais bref, tournant une page, en tête de chapitre, j’ai pu lire : « Peu après le prêche, les chaleurs commencèrent« . Je vous assure, la teneur dudit prêche – développée au chapitre précédent : la peste comme punef’ collective et avertissement divin – était pourtant, on le voit, tout sauf égrillarde. Les Oranais des années 40 avaient sans doute la tête ailleurs…

Tibert

(*) Et vu qu’on était confinés, comment aller les quérir, ces précieux objets ? encore aurait-il fallu un traceur GPS pour les localiser…

 

La Dent Bleue te regarde

Vous connaissez la blague du gars super-branché, qui a une oreillette greffée au lobe de l’oreille droite, un micro vissé dans une dent, le processeur téléphonique implanté sous la peau du ventre ? il s’en vante auprès d’un ami, qui, lâchant alors un pet sonore, lui explique : attends, je viens de recevoir un fax… c’est juste un peu poussé ! car vous avez, forcément, un mobile, un cellulaire, un ordiphone, un « portable« , non ? évidemment que oui, sauf quelques vieux schnoques indécrottables – dont Covid devrait rapidement débarrasser la surface de cette Planète. Un mobile d’ailleurs de plus en plus lourd, encombrant, vous n’avez pas le choix : en dessous de 16 cm de diagonale  on ne trouve plus rien, les fabricants se sont donné le mot, c’est pour votre bien, soyez-en sûrs.

Eh bien, on va vous surveiller « covidement » grâce à votre mobile, et ceux des gens qui passent à côté ! eh oui. D’ailleurs les Gougueule, Fesse-bouc, Appeul et autres GAFAM sont prêts à s’y coller, par pure bonté  😉  . L’idée est belle : si un gus a le virus, son ordiphone, qui est évidemment au courant (*), rayonne grâce à sa dent-bleue, son bluetooth, prévenant ainsi le voisinage, qui peut tilter, teinter, sonner, bref prévenir !  c’est la version 2020 de la crécelle du lépreux, qui faisait fuir les passants. Quel bond technologique !

Le souci, c’est que nous n’avons jamais été foutus de nous entendre sur des standards : les prises de courant… le sens de roulage… les normes de télé… et ça continue. L’Europe est infoutue de définir un modèle homogène, vertueux, indépendant des marchands de soupe. Voyez, les Allemands se jettent dans les bras de Gougueul-Appeul. C’est affreux… mais à, réfléchir deux secondes, les dés sont fichtrement pipés : qui est-ce qui « anime » nos mobiles ? Gougueul-Appeul, à 98 %.  Restent 2 %, « quelques vieux schnoques indécrottables etc etc… » – voir ce que j’en écris plus haut. Autant dire qu’on est sacrément coincés…

… Mais il est vous est encore possible de décocher la case « Bluetooth » sur votre mobile. Savoir si ce n’est pas un bouton factice ?

Tibert

(*) Une bonne idée : s’en vanter auprès de ses innombrables « amis », connaissances, suiveurs et autres fêlés des « réseaux sociaux », ces caniveaux.

Vrais faux-culs

( Oyez braves gens ! On déconfine !  vous pouvez donc aller au Carrouf du coin en couple et sans document administratif. Aaaah ! on revit ! le caddie à pousser à deux dans les allées… quel bonheur. )

Mais autre chose : ce montage-photo où les têtes du Chef-Chef du Medef et celle du Grand Manitou de la CFDT ont été rapportées sur une photo de couple sazo-mado, le MEDEFeux en cuir dominateur, le CFDTiste heureux d’en baver avec son collier de chien. Et le titre, pour les non-comprenants : Sado et Maso, une production Medefdt. Bon, on peut comprendre que la CGT réprouve et fustige la faiblesse coupable – selon elle – de l’autre syndicat vis à vis des Patrons et de leurs desiderata. Autre chose est de sortir des cochonneries pour ensuite jouer les innocents « ah bon ? c’est homophobe ? pas du tout ! on se sera mal compris…« .

Et, preuve à l’appui, de nous sortir un autre montage du même métal – postérieur, si je puis dire, au premier – où c’est une dominatrice aux nichons moulés dans le cuir qui s’y colle dans le rôle de la fouetteuse, avec la trombine de la Ministre du Travail… DONC ce n’est pas homophobe ! et toc ! y en a pour les masos de toutes nuances. Et de nous informer, à tout hasard (je cite) : « Nous rappelons que le Sadomasochisme est une perversion sexuelle (pratiquée par des hétérosexuels ou des homosexuels) [… gnagnagna… voir le Ralousse]. L’assimilation à un message homophobe est donc étranger [sic, NDLR]  à notre objectif ainsi qu’à nos valeurs ou la défense de tous les opprimés ou personnes discriminées« .

C’est beau comme du Louis Aragon mal réveillé qui aurait débranché son correcteur syntaxique-orthographique. Ces gens-là, allons, voyons… n’avaient pas du tout en tête, goupillant ce montage, que ça puisse être immédiatement perçu comme pointant les pratiques homos « cuir ». Qu’est-ce que les gens ont l’esprit mal tourné ! (*)

Tibert

(*) Ce qui me remémore cette blague : Un patient, examiné par un psy, répond au test dit du Rorschach… chaque image, ou presque, lui évoque des scènes explicites de sexe, qu’il commente complaisamment. Très inhabituel ! ils en discutent ensuite, et, pressé, sommé de donner des conclusions, un diagnostic explicite, le soignant, à bout d’arguments, lance finalement : Clairement, vous êtes ce qu’on appelle un obsédé sexuel.  – Mais dites-donc ! s’indigne l’autre, c’est vous, ou c’est moi, qui sort des images de cul ?

Virus politiquement douteux

Booonnn… si on parlait d’autre chose ? d’autre chose que du Covid, é(co)videmment. Tenez, à Paris, la nature revient, si si. Une poule d’eau couve au parc de Bercy, dont j’ignorais l’existence (du parc, mais aussi de la poule). Et, lisant l’article cité plus haut, j’ai appris qu’existe un Observatoire de la Biodiversité Parisienne ! incroyable, non ? j’aurai vécu si longtemps sans savoir ça… il a fallu une pandémie galopante et deux mois de confinement pour que ce discret organisme – pourtant essentiel, d’une utilité criante – révèle son existence, fasse en quelque sorte son coming-out ; sachez, chers lecteurs parigots et confinés pour quelque temps encore, que ledit Observatoire de la Biodiversité Parisienne veille, nonobstant le pernicieux Covid.

Et puis une célèbre marque de spiritueux anisés, dont le nom commence par Ri et finit par ard (*) lance, intrépide, en pleine pandémie, des versions citron et amande de sa célèbre boisson qu’on allonge avec 5 volumes d’eau. Voilà qui adoucira la douloureuse période que nous vivons, surtout, comme le déclare la Manager Innovation (mazette !) de la marque, si l’on est dans le coeur de cible (**), je cite : « Ces pastis apportent de la modernité. Ils s’adressent en particulier à des gens de 25-30 ans à l’affût de nouveaux produits. Ils ont besoin d’être rassurés sur l’environnement et recherchent d’autres saveurs ». Voilà qui tombe bien : pour vous rassurer sur l’environnement, il y a donc ces nouveaux pastis, et puis l’Observatoire de la Biodiversité Parisienne. Enfin… si vous êtes parisien.

Je termine ce large tour d’horizon par une étude en rosbif… eh oui, la VF étant payante sur le site des Echos, je me suis remis aux langues vivantes. Je cite cette étude sur la mortalité liée au Covid, étude qui s’applique au Royaume-Uni, mais clairement pas à notre beau pays : et d’une, nous avons, nous, le camembert au lait cru moulé à la louche, et ça change tout  ; et de deux, nous ne faisons surtout pas de comptages ethniques. Et toc ! C’est donc le nez bouché et avec des pincettes que je cite cet article anglais plutôt shocking (je traduis pour vous, mais vous avez la VO) :  « Les gens d’origine Asiatique ou Noire ont un risque nettement accru de mort à l’hôpital du fait du COVID-19, et, contrairement à une hypothèse antérieure ce n’est que partiellement attribuable à des facteurs cliniques de risques pré-existants ou de carences ; des recherches plus poussées sur ces corrélations sont par conséquent urgentes. »

C’est dingue : c’est clairement politiquement pas correct du tout. Et en plus, ils s’obstinent !

Tibert

(*) Hai que beber con moderación ! (allez-y mollo !)

(**) Ce n’est pas mon cas. Je resterai donc, nolens volens, fidèle à la version standard, avec la casquette du Tour de France qui va z’avec. Et quand il fait chaud, en espadrilles et chemisette, la soirée s’annonçant douce et paisible, la terrasse accueillante, les fauteuils confortables, les olives de Lucques croquantes et fraîches, et les amis avenants.

Et vous, c’est bon, votre truc ?

Le plan de déconfiturenement est là, on va y aller, on y va. Espérant que les introuvables masques seront au rendez-vous, et contingentés ! le phénomène PQ (riz, pâtes, huile, sucre, farine…) risque fort, en effet, de se reproduire pour les masques. Dès qu’un rayon en proposera, il sera vidé, lessivé, caddies pleins ras la gueule de masques, de quoi tenir jusqu’à l’an 40 (de ce siècle, tout de même) pour ceux qui les auront raflés ; les autres mettront leur cache-nez, sur le nez, justement. Avec des trous de 0,3 mm entre les mailles, les Covid à 0,5 µm de diamètre ne risqueront pas de passer à plus de 50 de front !

Mais bon, on aura peut-être trouvé quelque chose d’ici l’été… en attendant cette échéance, les cafetiers-bistrotiers vont pouvoir aménager leurs espaces de clientèle : traçages au sol, entrée et sortie distinctes, le zinc compartimenté, 1 mètre de large par gus, avec des parois pare-postillons, en plexiglas tout de même pour qu’on se voie et se sourie, et rinçage (de la glotte) à l’eau de javel pour tout le monde – c’est la méthode Trump, avec ça on est clean ! Ah j’oubliais, pour les oeufs durs qu’on fait glisser avec un ballon de Côtes : tout oeuf touché sera considéré comme vendu ; le sel : non plus dans la saupoudreuse qui trône habituellement au centre du présentoir, mais dans des sachets jetables, oeuf corse !

Et puis cette bonne vieille promiscuité parigote dans les boui-bouis… le rendement au mètre-carré… classiquement, on arrive à coller deux personnes face à face, autour d’un guéridon de 45 cm de diamètre, la corbeille de pain, le sel, le poivre à leurs pieds, y a qu’à se baisser… et en plus ils ne protestent pas… le guéridon voisin à 30 cm… quand vous coupez votre escalope, attention à votre coude droit, qu’il n’aille pas éborgner le type de la table voisine !  et les éclaboussures… c’est chouette, on peut piquer dans son assiette quand il regarde ailleurs, sans se contorsionner, ou mélanger les conversations… c’est bon votre osso bucco ? bof, les pâtes sont trop cuites, mais votre onglet a pas l’air terrible non plus… je peux goûter ?

… c’est chouette, mais c’est terminé ! La distance, il va falloir respecter la distance. En gros, de 20 tables on va descendre à 7-8 grand maximum ; les serveurs pourront louvoyer et manoeuvrer à l’aise ; fini le stress ! De même que les eaux de la lagune vénitienne redeviennent transparentes – on y a même vu des canards, un poulpe égaré… – les « garçons » parisiens vont dorénavant se montrer serviables et souriants. c’est dingue, non ? Et  puis, faisons un rêve : si les cafetiers s’avisaient enfin que leurs guéridons sont légèrement sous-dimensionnés ?

Tibert, serviette autour du cou

Bidouilleurs confinés, c’est à vous !

Je lis dans la presse, ce matin, que quatre grosses pointures, Air Liquide, Schneider, PSA, Valeo, se sont associées sous la houlette de la première pour produire en masse des respirateurs artificiels. Les gouvernants ont passé commande, délais, prix, gnagnagna, il y a urgence… Il y a deux modèles, un compliqué, le T60, et un plus simplet :  Osiris-3, qu’il s’appelle… Bref, je résume, on fabrique rapidos plein d’Osiris-3, y a l’feu. Le problème, c’est que ce genre d’appareil ne semble pas adapté aux cas sérieux du Covid-19 ; tout juste pour un transport de malade, pour un raccord…  (*) ah zut alors. C’est pas d’chance.

Mais qu’à cela ne tienne, SEB, qui a sûrement fabriqué quelques-uns des engins  utiles ou stupides qui trônent sur la paillasse de votre cuisine, ou croupissent au fond d’un placard, reliques d’une Fête des Mères : bouilloire, grille-pain, mixeur, ratatine-ordures, calibreuse à frites etc… s’est lancé à fabriquer des respirateurs au low-cost, 1.000 euros pièces, trois fois moins cher que l’Osiris-3 pourtant pas plébiscité par les pros (c’est une litote). Est-ce que ça va fonctionner ? on n’en sait encore rien. C’est vingt fois plus cher qu’un grille-pain moyen avec ramasse-miettes, mais ça ne fait pas la même chose. A suivre.

Tout ça pour dire qu’au concours Lépine (en un seul mot, et au singulier) du bricolo-respirateur, vous avez votre chance. Des vieilles planches, une perçeuse sur établi, un poste à souder, des clés à pipe, du papier de verre ? c’est à vous.

Tibert

(*) Il paraît que les Grands-Bretons et leur National Health System s’en trouvent satisfaits… si vous avez une info pertinente là-dessus… ?

Placebo, ça vous plaît ?

Oui, je sais, je me fais rare. Que voulez-vous, le con, le concon, le confinement, voilà le problème – outre la pauvreté des évènements, qui se limitent au co, au coco, au covid.

Mais je lisais il y a peu une glose sur les arguments du célèbre professeur Raoult, de Marseille, pour défendre sa façon de faire des essais cliniques. C’est loin d’être stupide, ce qu’il dit. Un peu forcé, peut-être… la comparaison avec les essais d’efficacité d’un parachute est réjouissante, enfin, vu de l’extérieur ! vous collez X cobayes pour étudier le truc, dont une proportion dotée d’un placébo : un parachute factice, donc, mais vachement ressemblant à un vrai, une copie crédible, donc. On fait ça en double aveugle, ça le fait mieux et plus sérieux : ni vous ni eux ne doivent savoir si c’est un parachute ou un paquet de vieux Paris-Match. Et vous larguez tous ces braves gens de 2.500 m d’altitude, pour voir…

Mais, soyons sérieux : supposons, supposons que vous soyez covid-positif et atteint, salement amoché, les poumons en marmelade, à la presque agonie, cas désespéré, quasiment… on vous propose d’essayer un médoc supposé faire beaucoup de bien, voire vous sauver la peau – enfin, on le pense, c’est très encourageant. Mais… mais faut faire ça dans les formes, sinon ça vaut pas !  il y aura donc un groupe « placebo », qui recevra du sirop de grenadine en intra-veineuse, mais chuuut, on ne vous le dira pas, pour ne pas perturber les résultats. Vous êtes partant ? ah, vous refusez d’être dans les placebo ? mais vous le saurez pas ! … ah, vous voulez le médoc ? mais c’est un essai, voyons…

Tibert

l’arroseur, tout mouillé, comme d’hab

Il y a peu, j’écrivais « Boris le Blond, le Churchill du Brexit, annonce aux Britanniques de la sueur, du sang et des larmes : « Beaucoup de familles perdront des proches ».

Ce jour, je lis que Trump, le pote à Boris, le grand ami des Britanniques, y va d’un « tous les américains prient pour [son] rétablissement« . J’y vois là au moins deux mensonges, disons plus gentiment deux abus de langage :

  • Que monsieur Trump se croie fondé à parler au nom des Etats-Uniens, ça peut s’admettre ; mais les Canadiens, les Guatémaltèques, les Argentins, les Mexicains… tous habitants des Amériques, ne sont pas ses administrés, que je sache. Cette façon des USA de s’annexer un continent entier est assez détestable.
  • Non tous les Etats-Uniens ne prient pas pour monsieur Johnson : j’en suis sûr, car je connais de ses compatriotes, qui ont deux sous de jugeote et ne gobent pas le truc à dormir debout du Grand-Sachem-Barbu qui veillerait sur nous, là-haut derrière les nuages – il nous aurait même envoyé son fils en otage ! – bref, des salades et des contes de fées.
  • S’agissant du Boris qui est en soins intensifs à Londres et annonçait benoîtement aux Britanniques qu’ils allaient, en nombre, perdre des proches, permettez-moi un rictus amer : c’est encore et toujours l’histoire du mec qui se prend les pieds dans le tapis qu’il vient de dérouler. On ne va pas dire que c’est bien fait – ne soyons pas inutilement méchant – mais tout de même, imaginons qu’il existât par extraordinaire un Grand-Sachem-Barbu qui, de là-haut, administrasse une bonne leçon à un décideur blond et froidement cynique : on aurait là un bon scénario – peu crédible, certes, mais vendable.

Tibert

Si on causait d’autre chose ?

Oui, parlons-écrivons ailleurs que sur le coco, le cococo, le covid. On oublie le PQ, l’huile, les pâtes, la farine, le sucre, le riz, les cubis de vin rouge manquants ( les cubis de pinard – autres que les très bas de gamme « de la communauté européenne », le rosé raide et insipide de l’été prochain, les blancs qui fichent la migraine – introuvables ! révélateur, non ? quels sont les salauds qui osent me priver de mes bags de 10 litres de Gaillac, de Corbières, de Côtes-Roannaises ? ). Mais si, on oublie !! on essaie d’oublier la confination confinementale, les justificatifs de perlin-pinpin, tout ça.

Un bouquin que je lis en ce moment nomme cette plaquette – plate, évidemment – et d’environ 16 cm sur 9, dont des tas de gens scrutaient hypnotiquement la surface brillante et colorée dans la rue – au risque de se prendre un lampadaire dans la poire – et que maintenant ils ne scrutent plus que chez eux, la rue étant bannie, virgule, je disais donc, dans ce bouquin on nomme ce truc un ordiphone. Oui madame, ordiphone ! Pas mal, non ? Le problème, c’est que les journaleux, ceux qui hélas donnent le LA – faux comme une casserole –  de la façon de parler et d’écrire, continuent lamentablement de nous coller des pouces comme unités de mesure, des smartphones, des fake-news etc : indécrottables. Que tenter ? faudra-t-il souhaiter méchamment – et en vain – que tous ces suppôts du frangliche soient exterminés par la vague virussienne ? l’ordiphone a hélas autant de chances de s’imposer dans notre langue que les allumeurs de réverbères et les réparateurs de bidets de reprendre du service. Moi j’en tiens pour le mobile, le cellulaire, le fofone. Mais vox clamantis in deserto… tu peux t’époumoner, Tibert, tu peux flûter… le frangliche, yaksa !

Tibert, virgule