Relax max, mais encore ?

( Hier 6.000 « migrants » (migrant.e.s, écriraient les zélateurs de la grammaire genrée), des Marocains, mais pas que, ont atteint à pied, juste en se mouillant les pieds, voire le  bas des jupes ou des pantalons,  l’Eden espagnol de Ceuta, bizarre enclave européenne en Afrique – de même que Gibraltar est anglais, allez savoir pourquoi. A ce propos et pour simplifier la géographie, pourquoi ne pas procéder à un échange simple, lumineux, évident : que l’on refile Ceuta aux Britanniques, les Espagnols récupérant Gibraltar ? non ? ah bon ?

Six-mille, c’est un record – provisoire, comme tout les records. Obtenu entre autres grâce à une inefficacité, remarquable d’efficacité, de la Police marocaine, qui regardait ailleurs, allez savoir pourquoi. Il va évidemment se trouver chez nous des acharnés de l’accueil mordicus, des portes grandes ouvertes, welcome et toutes ces sortes de choses, des qui sont « fiers de ne pas détester etc etc... » (voyez mon précédent billet) mais si ça continue ainsi ça va forcément mal finir, d’un côté ou de l’autre. )

Mais, autre chose : monsieur Mélenchon – décidément je m’acharne, mais c’est lui qu’a commencé, m’sieurannonce que les députés de son parti, forcément insoumis à son instar, ne se joindront pas à la manif des policiers demain 19. Il est contre, voyez, et ses collègues aussi. Il a des arguments à l’appui : revendications étroitement catégorielles, mobiles pas valables, etc (notez, à la manif contre l’islamophobie, concept fumeux et hautement récupérable pour le profit de l’islam politique, ils étaient pour). Et parmi les raisons invoquées pour sécher la manif des flics, le jefe, le lider critique une demande des syndicats de police pour plus de sévérité envers les tueurs de flics ; je cite : « le code pénal actuel prévoit déjà que le meurtre d’un fonctionnaire de police peut être puni de la réclusion criminelle à perpétuité. Quoi de plus ? ».

Quoi de plus ? eh bien, voilà : a) il y a perpète et perpète ; la perpète est hautement élastique, au gré des remises de peine quasiment automatiques ; b)  Certes, le maxi est bien calibré au taquet, si « perpète » veut dire perpète  ; mais le mini ?  le mini il n’y en a pas, et c’est là que le bât blesse ! les peines-planchers, ça a eu existé, comme disait Fernand Reynaud, mais il n’y en a plus, madame Taubira les jugeait méchantes. Au vu des dernières actualités, il serait judicieux de corriger le tir, de border la mansuétude des juges, que les malfrats tueurs de policiers sachent que c’est forcément très cher, voire dissuasif.

Tibert

Cherchez la femme

« Si tu vois la foule se ruer vers la droite, va à gauche ! » (mon père)

Je sais, je suis mal placé pour en causer. Mécréant mâle, je vais vous causer de la place des femmes dans les trois grandes religions monothéistes : sur les strapontins !

Moi ça m’a interpellé : regardez ces photos de la catastrophe d’un pélérinage juif avant-hier ; notamment celle où ils sont – beaucoup trop nombreux, et trop serrés – tout en noir, feutre noir par dessus la kippa, papillotes redingotes et lunettes de myopes – car ils sont l’immense majorité à porter des lunettes (*) : sans masques, bon, ils sont paraît-il tous vaccinés, et puis ce n’est pas le sujet. Le sujet ? que des hommes ! Dans les synagogues les femmes sont à l’étage, les hommes dans la nef en bas ; dans les mosquées les femmes sont isolées « derrière » ; chez les Chrétiens c’est moins pire si je puis dire, ça se mélange quelque peu, ad libitum, sauf que les prêtres catholiques doivent impérativement porter testicules, il semblerait que Dieu attache de l’importance à ce détail. Il n’est que les Protestants pour se montrer modernes de ce point de vue.

Bref pourquoi grands dieux – c’est le cas de le dire – faut-il que les femmes soient systématiquement absentes, ou en retrait ? ça ne leur pose pas de problème, aux dévots mâles ? ça leur paraît normâle ? Remarquez, un bien pour un mal : lors de la bousculade mortelle dont nous traitons plus haut, et bien qu’aucun bilan ne le détaille, les femmes y ont très probablement échappé. Je ne vais pas dire – ce qui est survenu est affreux – que c’est bien fait, mais tout de même…

Tibert

(*) Quand on lit, l’Echo des Savanes, le Talmud, la Bible, Les Rougon-Macquart, Feu le Catalogue de la Manufacture des Armes de Saint-Etienne, … bref ce que vous voulez -, quand on lit, il faut y voir clair, de la bonne lumière ! sinon on se crève la vue, je vous parle en connaisseur.

Tempête dans un verre d’eau minérale plate ?

Je reviens un peu plus en détail sur l’incident monté en épingle hier : vers 15 h, un touïtt publicitaire de l’eau d’Evian (ridicule, à mon avis, mais bon…) : « RT Si vous avez déjà bu 1L aujourd’hui ! » (*).

Première réaction d’un touïtteur malintentionné et qui n’a que ça à foutre :  « Pourquoi aujourd’hui spécifiquement ? C’est vicieux quand même ». C’est en effet le début du Ramadan, et alors ? Evian envoie ce genre de touïtts quasiment tous les jours… ce n’est pas ce jour, spécifiquement. Et quand bien même ? la République n’interdit à personne de boire entre le lever et le coucher du soleil. Or, voyez comme on déforme les choses, le site France-Info énonce : « Dans la foulée, un premier tweet souligne simplement le « Pire timing », pour vanter les mérites de l’eau au 1er jour du Ramadan quand les musulmans sont en plein jeûne et ne pourront boire,[c’est moi qui ai mis en gras, NDLR] ni manger, avant le coucher du soleil. »

De une, Evian n’écrit pas qu’il faut boire après le lever du soleil : c’est trop long, et puis on a le droit de boire son litre d’eau AVANT, non ? au petit-dèj’, par exemple. De deux, ce ne sont pas « les musulmans », mais ceux d’entre eux qui veulent.  Et puis c’est surtout faux et assez vicieux d’écrire « … sont en plein jeûne et ne pourront boire… » : c’est un choix, le jeûne ; c’est voudront, pas pourront.  A la différence des pays où l’Islam et ses contraintes sociétales sont imposés nolens volens à tout le monde, Pakistan Arabie Saoudite Algérie Indonésie etc…, en France – et heureusement ! – on est libre de pratiquer, ou pas, la religion qu’on veut. Personne n’oblige le jeûneur à jeûner. Si je raffole des rillettes mais ai décidé d’en réduire ma consommation, je suis en droit de faire censurer toute pub pour les rillettes ? d’interdire à quiconque d’en manger sous mon nez ? c’est débile !

Voilà, c’est tout, une bien mince affaire, mais de méchants imbéciles – des trolls, selon la terminologie en vogue –  ont monté ça en mayonnaise malsaine. Pire, peut-être, Evian s’est excusé, a fait tapis, comme on dit au Québec. Lamentable couardise face à un mauvais procès : « Bonsoir, ici la team Evian, désolée pour la maladresse de ce tweet qui n’appelle à aucune provocation! ». Des fois qu’au Pakistan ils incendient notre ambassade et boycottent l’eau d’Evian…

Tibert

(*) RT : Re-touïtt. Incitation à propager des propos schématiques et souvent sans aucun intérêt. Ce faisant on perd son temps, et on encombre les réseaux…

R ou T ? C c’est T !

Une fois par ci-par là, le Parigot nous gratifie d’un article utile, pertinent, révélateur (*). Il s’agit ici, excusez l’atroce anglicisme, de food-checking, chez nous on dirait « Vérif-bouffe », mais avouez que c’est moins classe, ce n’est que du français. Il s’agit de vous poser la question : si je mange de la viande autre que porcine (celle-là est hors-concours), mangé-je de la viande, bovine, ovine, voire chevaline ? obtenue par abattage classique, repéré par la lettre T = Traditionnel (animal étourdi avant que de le saigner sans plus de souffrance),  ou abattage rituel = R, c’est-à-dire hallal ou casher (saigné à mort, encore conscient un bon moment) ? eh bien si c’est de la barquette de supermarché, vous ne pouvez pas le savoir ! R et T ont disparu, à vous de deviner.

Pourquoi prive-t’on le consommateur carnivore de savoir si la viande qu’il va manger vient du R, hallal-casher ou du T, traditionnel ? C’est inique : achetant  du hallal sans le savoir, par exemple, 1) on cautionne un abattage inutilement cruel et qu’on réprouve ; 2) on verse une obole involontaire, voire contre son gré, au culte musulman. Pourquoi ? la réponse est facile : parce que ça vous inciterait (moi oui, en tout cas) à chercher autre chose ! de la viande pas confessionnelle, de la viande sans Dieu ni violence superflue.

Bref, résumons : en principe, achetant du « bio » vous êtes sûr de ne pas manger du R : Rituel ne peut pas être bio (**). Vive le bio, donc. Et puis le porc, pas de problème : du porc fermier, du Label Rouge, du porc qui a vécu autre chose que l’enfermement, l’entassement et le béton hors-sol. Autrement ? il reste une centaine d’abattoirs qui ne font pas le R, des abattoirs profanes, laïcs, en quelque sorte. Le site oaba.fr vous les liste. Or, si ni R ni T ne sont indiqués sur vos barquettes de viande, le code de l’abattoir, lui, y est obligatoire. Amis soucieux de ne pas cautionner les pieuseries et les traitements cruels, emportez vos listes d’abattoirs recommandables chez Carrouf’, SuperHue et tutti quanti. Et adressez un grossier signe de réprobation aux lobbies qui nous privent de savoir si c’est du R ou du T.

Tibert

(*) On pourra se passer de la vidéo associée : c’est saignant et pas beau à voir. Et puis le texte à lui seul est assez explicite.

(**) Corollaire : la barquette de boeuf « hallal » ET « bio », c’est du merle blanc !

Une fourmi de dix-huit mètres….

… avec un chapeau sur la tête / Ça n’existe pas, ça n’existe pas.»

Merci monsieur Desnos, madame Greco, pour ce frais poème, qui se termine par « et pourquoi pas ? ». Ceci pour mettre « ça n’existe pas » en perspective : j’avais soupesé cette formule dans un précédent billet , formule brandie par les enseignants-chercheurs zélés de l’intersectionnalité et de la repentance décoloniale : « l’islamo-gauchisme, ce n’est pas un concept scientifique, ça n’existe pas » – comme la fourmi de 18 mètres. Mais voyez l’article de Franssinfo sur cette sale attaque ad hominem à Sciences-Po Grenoble, où de courageux syndicalistes anonymes désignent nommément les têtes de profs à raccourcir pour cause de non-soumission à l’obligatoire islamophilie : on a peinturluré sur les murs le slogan « l’islamophobie tue ». Superbe inversion des faits, tout d’abord, quand on compte les morts ! Rappelons aussi que « phobie » n’est pas haine, mais crainte, et ce bricolage sémantique mérite un petit coup de boomerang : l’islamophobie, ce n’est pas un concept scientifique, ça n’existe pas.

En cadeau bonus, cette controverse bien française, et conne, façon sexe des anges et pieuse-pensée, qui voudrait que le « passeport sanitaire » – permettant aux vaccinés du Covid de revivre plus normalement – soit impensable, condamnable, voire carrément anti-constitutionnel… l’argument massue, le voici : inégalité ! ceux (ooops… celzéceux, excusez) n’ayant pu se faire vacciner (*) seraient brimés, eh oui, ce serait pas juste, donc brimons les vaccinés. Et puis, enfin ! quand quasiment tout le monde aura été vacciné, ce passeport deviendra inutile (**), pas vrai ?

Sauf que c’est un débat dépassé, vain. Ce passeport est déjà en vigueur, ailleurs, tenez, deux exemples : aux USA, les vaccinés et porteurs d’anticorps peuvent se réunir sans masques. En Israël, les restaus sont ouverts sans chichi aux porteurs du « passeport » ; la compagnie El-Al a inauguré un vol « sans Covid », et de nombreuses compagnies aériennes s’apprêtent à faire de même, se basant sur ce fameux document. Un peu partout dans le monde on va pouvoir échapper à la quatorzaine d’isolement à l’hôtel grâce au « passeport » ; bref, voyager normalement. Officiel ou pas, tatoué sur la peau, carte à pu-puce ou bout de papier tamponné, le passeport « vaccin anti-Covid » a déjà commencé à fonctionner, ailleurs. Ergotez, flûtez, psalmodiez, invoquez donc la Constitution ! c’est un combat d’arrière-garde.

Tibert

(*) Moi non plus. Et pourtant, j’yédroit !

(**) De même, quelle ânerie d’avoir développé le Minitel, le code Morse, les ampoules à filament… la preuve, c’est tout parti à la poubelle !

Demi pressions

( Le Parigot, pas malin, annonce fièrement qu’avec de l’astuce et une seringue ad hoc, on peut tirer, eh eh, d’un flacon de vaccin Pfizer pour 6 injections, une septième dose ! Sachant que Pfizer avait commencé en facturant 5 doses puis a corrigé le tir avec 6, que croyez-vous qu’il va arriver, maintenant que la combine a été naïvement éventée ? on n’est pas chez les Bisounours, là. Tsss… pas cap’ de garder un secret. )

Mais bref… cette histoire de menus « végétariens » aménagés et uniques pour toutes les cantoches scolaires de Lyon fait des remous, c’est clair. D’abord, remarquons que ça implique une cuisine centrale ! Tous les repas sont préparés au même endroit, puis distribués aux différents établissements, réchauffés sur place, reconditionnés etc… : c’est le marteau-pilon administratif, anti-écolo au possible, gaspilleur d’énergie et déresponsabilisant. Les cuistots « locaux » ne font plus rien de créatif…

Mais au delà de ce constat, la décision du Maire de Lyon (*) n’est pas stupide, loin de là. Monsieur Doucet a finement fait remarquer, et toc ! que monsieur Collomb, son prédécesseur, avait pris la même initiative, sans que personne ne se soit indigné. Premio, ce ne sont pas des menus végétariens (lentilles / pois chiches / haricots noirs, rouges, blancs (prouuutt) / tofu / riz complet… gnagnagna…), mais juste sans viande, nuance !  Avec oeufs ou poisson, donc pas de carences en protéines animales, pas de clins d’oeil aux vegans et autres sectes alimentaires extrêmistes ; c’est possiblement équilibré. Deuxièmo : pas de lever de boucliers hallal, casher, hindou… les religieux n’y verront pas d’embrouille (**). Troisio : rien à choisir, donc ça va simplifier et accélérer la rotation des élèves à la cantine, problème difficile avec les contraintes dues au Covid. Donc c’est bon pour les mesures sanitaires…bien.

Sauf que les acteurs de la filière « viande animale » sont furieux ! Ils rouspètent, et on ferait, je ferais pareil à leur place. Monsieur Doucet, apaisant et rassurant, comme son nom le laisse suggérer, énonce que c’est une mesure temporaire. Et c’est là qu’on peut l’attendre au tournant du virage, si je puis dire. Car n’oublions pas sous quelle bannière il opère, monsieur Doucet : écolo écolo, dur de dur. Il est évident, que sous cette initiative innocente en surface, pas conne, il tente, planqué derrière son petit doigt, de promouvoir son credo légumier-légumineuses-anti-viande-local-bio et tutti quanti – antiennes connues. Il ne sera pas inutile de surveiller sur la durée les menus des cantines scolaires lyonnaises : les adeptes du boeuf-miroton, de la bavette à l’échalote et du poulet-curry – sans oublier le glorieux tablier de sapeur et la classique salade de clapotons – sont prévenus.

Tibert

(*) Désolé, je ricanais malgré moi et hors de propos : ça me rappelle irrésistiblement le Merdelyon, mais c’était dans un autre temps, et un autre sujet.

(**) Hélas, on fait la génuflexion devant les interdits carnés, stupides et d’un autre âge. Laïcité, qu’ils disaient !

La haine, c’est kwa ?

Monsieur Darmanin, qui ne veut pas paraître islamophobe et pas plus, après avoir dissous des officines islamistes, entreprend de distribuer des baffes d’un autre côté : il veut dissoudre Génération Identitaire, mouvement… identitaire, donc, et carrément à l’opposé, suppute-t-on (on se souvient des cris de vierges effarouchées (« les heures les plus sombres… ») quand monsieur Sarkozy voulait aborder le sujet de l’ Identité Nationale… donc identitaire, je vous dis pas ! )… On lui a donc, au ministère, cherché des arguments valables, propres à bâtir un dossier, étayer la sanction. Vu que ces identitaires évitent de cogner, casser… façon blaquebloc, et s’attachent surtout à démontrer – ce que personne n’ignore, mais c’est grôôssier de le constater à voix haute – que nos frontières sont des passoires à l’immigration illégale, comment les coincer ? on planche semble-t-il sur l’argument « incitation à la haine raciale ». De quoi on cause, là ?

D’abord, deux mots pour la même chose, haine et phobie ? comme roustons et valseuses ? justement non. Phobie, je crains ; haine, je déteste. Je crains ( ouille ! ) les haricots blancs, je déteste ( beurk ! ) les ravioli en boîte (on peut les craindre ET les détester, ça fonctionne aussi). Haine raciale = on déteste une race. Or personne ne peut être condamné pour une idée : si je hais ma belle-mère, tant que ça reste de l’ordre du sentiment, c’est regrettable mais pas pendable. Et si je me contente de persuader mon coiffeur, ma concierge… que ma belle-doche est haïssable, où est le délit ? c’est pourtant de l’ordre de l’incitation à la haine. Qu’elle soit raciale (*) ou pas ne change rien : ça reste du ressenti, des sentiments, des idées qui circulent. Bon, si je proposais à mon auditoire de lui faire la peau etc…, OK, ce serait condamnable. Mais « incitation à la haine (raciale) » ? on est là dans la répression de l’échange des idées : haïr n’est pas agir. On aura vite fait de tomber dans l’arbitraire, là.

Tibert

PS – Mon vieux voisin a reçu un courrier-papier de l’Assurance Maladie, pas au courant des pénuries de vaccin – on leur dit rien : « Si vous n’êtes pas vacciné, vous êtes invité à le faire ». Mais qu’est-ce que vous attendez, enfin ? … tsss….

(*) D’aucuns s’accordent à nier, pour les humains, la notion de race : « haine raciale » serait ainsi une chimère, un concept bâti sur du rien.

Impures, tentatrices…

( L’ Educ’Nat’ dans le collimateur ; à Riom dans le 6-3 – on prononce « Rion », pas Riomm’ – on a fermé un lycée, car menaces de mort itérées, ambiance craignos… à Nantes, des cons ont incendié un bâtiment où devait se tenir un exam’  : déjà qu’on apprend de moins en moins et de plus en plus mal, si l’on doit en plus gérer la violence… à quand les miradors autour des bahuts ? )

Mais autre chose, le papam François autorise les femmes (les transgenres, il faudra attendre quelques siècles) à lire les Saintes Ecritures en public, et à assister l’officiant – mâle, forcément mâle – lors des cérémonies : tendre les burettes et la serviette, tenir le missel, sonner la clochette, tout ça. Wahooo ! me direz-vous, quel vent de modernité souffle sur le Vatican ! Mais, mollo molto moderato, dire la messe, consacrer, confesser… non. Les femmes, non, ça le fait pas ! Je le cite : « En ce qui concerne les ministères ordonnés, l’Eglise n’a en aucune façon la faculté de conférer l’ordination sacerdotale à des femmes ». Et qui, alors, a « la faculté de conférer » gnagnagna… ?  Dieu, alors ? qui d’autre ? on va attendre qu’il se manifeste ? qu’il ouvre la Mer Rouge ? qu’il envoie sa Mère apparaître en robe blanche à une conductrice de bus – les bergères au bord du Gave, ça se fait rare – dans la salle de réunion du Comité d’Entreprise ? on va attendre longtemps. Je ne suis pas un groupie du pape, vous vous en doutiez peut-être ; mais, sincèrement, on a du mal pour les croyants, là. On se demande où il mène sa barque… qu’est-ce qu’elles ont, les femmes, hein ? où est-ce que ça coince ? un peu de lucidité, que diable !

Tibert

Chouette 31

Castex-en-Chef l’a dit : oui à Noël, non au Nouvel An. Pour faire la fiesta toute la nuit ? ce sera autour du Petit Jésus dans son berceau avec de la paille, entouré du boeuf (un Salers, ça tient plus chaud), un âne (gris selon les Ecritures, peut-être un baudet du Poitou ?) et puis  son père adoptif, Joseph le charpentier barbu, et bien sûr la môman, agenouillée mains jointes et tête bâchée-baissée, dans sa belle robe blanche à liserés bleus (*). Les athées, musulmans, juifs, boudhistes etc … et agnostiques, en profiteront lâchement, ou feront semblant, ou rien du tout.

Et donc, il n’y aura pas de seconde chance au grattage ! le Nouvel An ? à la maison ! devant la téloche, ou le Houatsappe, ou le Squaïpe, ou le Zoum, etc. Trinquâges et embrassades virtuelles !  Et c’est réjouissant à plus d’un titre :

Premio, les bagnoles seront incendiées en moins grand nombre, vu que c’est en principe le 31 décembre que d’aucuns croient traditionnel de cramer des voitures. Eh non, ce n’est pas traditionnel, ce serait même puni par la Loi – si du moins dans ce pays on appliquait les lois.

Deuxièmo, moins d’Alqua-Seltzair, moins d’Asprôt, moins de para-7-amolle et autres rince-cochons ! les crises de foie ? oubliées. On va pouvoir, le 1er janvier midi, bouffer normalement son steak-purée au lieu du traditionnel Hépattoume au bouillon de poireaux.

Laste beutte note Liszt – ou cerise sur le quatre-quarts, si vous préférez – le couvre-feu sera à 20 heures, excellente initiative : ce soir-là, j’avais justement prévu de rester chez moi, peinard. Cette mesure ne me pose donc rigoureusement aucun problème : faites comme moi ! Je vais vous dire : se souhaiter une bonne année à venir en se bisoutant, c’est débile. D’abord malsain : s’il y a là UN Covidopositif, c’est tout le monde qui va le choper, le virus. Et débile : vous vous souvenez, l’an dernier ? vous avez formulé des tas de voeux mirobolants à plein de gens, pour 2020. Le résultat ? magnifique, une année de m… comme on en a rarement vue ! donc, vos petites formules magiques, ça ne marche pas ! « La santé, hein, surtout ! la santé ! », avez-vous clamé, un peu pompette, un peu à tout le monde. Justement, la santé en 2020… parlons-en : l’horreur absolue ! Et le pire, je n’ai toujours pas trouvé de vaccin anti-grippe : y en a pas, obstinément.

Tibert

(*) Y repensant, c’est une posture assez improbable. Les parturientes récemment accouchées sont quasi toujours vues ou représentées couchées et dolentes. Un  miracle, sans doute.

Ficelles, « shibari » (*) et autres liens

Hier, alors qu’on traitait en large et en long d’un attentat commis par un demandeur d’asile tunisien (?) dans une basilique à Nice, j’ai pu voir à la télé une équipe gouvernementale morne, pas résignée mais presque : piteuse ! En guise de réponse à la menace, du Vigipirate+++, soit pas grand-chose. Que les militaires patrouillent benoîtement en plus grand nombre ne protègera guère plus face à un fêlé fanatique armé d’un couteau et décidé à trucider quelques passants au hasard en offrande à son supposé dieu.

C’est quand même un monde ! nous avons des tas de dispositions pour parer ces menaces, mais ne nous en servons pas (**). Ce pays est décidément le ventre mou de l’Europe occidentale, et nos ennemis le savent : nous sommes « bons » ! bons et faibles. Les Droits de l’Homme par ci, la stigmatisation par là… les détestables machintrucphobies en plus. Dès qu’il s’agit de prendre des dispositions un tant soit peu énergiques pour défendre l’intégrité physique de nos concitoyens, ça va hurler au liberticide.

Et nous sommes ficelés ! on peut pleurnicher, c’est à peu près tout. Comptez : nous avons cinq juridictions par dessus nos têtes pour veiller sur les Beaux, Grands et très Paralysants Principes, en décalage terrible avec la réalité. Nous avons un conseil constitutionnel, un conseil d’état, une cour de cassation, une cour européenne des droits de l’homme,  et enfin une cour de justice de l’Union Européenne. Chacune peut vous faire les gros yeux, retoquer votre copie, si vous faites mine de prendre des outils pas assez nickel-chrome à ses yeux, pour défendre la peau de votre beau pays.

Donc, terroriser les terroristes, qu’ils disaient ? on en est juste à se pelotonner un peu plus pour ne pas trop prendre de coups.

Tibert

(*) L’art du saucissonnage à la japonaise, appliqué à des jeux pas sages.

(**) Idem, à quoi bon dépister des porteurs du Covid ( trop tard, en plus !) si l’on ne les met pas efficacement, vraiment, à l’isolement ? des tas de pays le font, et… ça, ça marche !