Dans la (gou)gueule du loup

( Le sommet du G7, avec ses sherpas – normal, pour les sommets – et ses pléthoriques délégations : il y a un programme des Chefs, et un programme des conjointes, concubines, copines des Chefs… car le mari d’Angela, seul mâle pressenti, et instruit par les précédentes expériences, s’est fait porter pâle : il a déjà donné. Il en a marre de comparer la rutilance et la surface développée des chapeaux (*), les étiquettes des grands couturiers et de se taper la visite des orphelinats du coin ou des conserveries de sardines.

Au fait, ça dure trois petites journées le G7 : il y a vraiment besoin d’y véhiculer les Premières Dames ? pas moyen que ces messieurs s’en passent soixante-douze heures et se la mettent momentanément sous le bras – quittes à trouver sur place, en cas d’urgence,  une âme compatissante ? ça nous coûte un max, ces petits à-côtés, et si ça se trouve, ils seraient demandeurs d’un peu d’air frais, nos Chefs de la Planète : trois jours sans leurs moitiés, tiens… bonne idée ! pour la prochaine fois. )

Et puis l’autre jour, au cours d’une discussion un peu animée avec une amie, son mobile posé sagement à ses côtés, celui-ci s’est mis soudainement à jacter : « Je ne comprends pas la question« , énonçait madame Gougueule.  Non mais… on ne l’avait pas convoquée ! de quoi qu’elle se mêlait, celle-là… si ça se trouve, quand vous jouez à la bébête à deux dos, le mobile sur la table de nuit, elle est foutue, madame Gougueule, de vous casser l’ambiance !  : « Le temps demain à Bézouil sur Ortense sera généralement gris et maussade« …. ou, pire, de vous espionner en douce. Allez savoir ce qu’ils en font, de tout ça ? hein ?

Donc je suis allé voir comment désamorcer cette espionne, cette Mata-Hari électronique et intrusive. Il semble que, oui, on peut lui river son clapet (quant à la rendre sourde, alors là… je ne parie rien !). Moult sites expliquent la manip, pas sorcière : j’ai retenu celui-ci, qui est assez complet, et dont le titre va bien à mon humeur : OK Google, tu m’énerves !.

Tibert

(*) Sur la photo, là, madame Donald tient largement la corde : ce galure, mes amis ! a la sombra sans problème toute la journée, avec ce truc.

Dans l’arrière-cuisine ?

L’actualité étant d’une maigreur anorexique en ce deuxième demi-août, je me bats les flancs pour vous trouver, estimés lecteurs, de quoi vous mettre un truc pas emmerdant et utile à lire. C’est dur… on pourrait rameuter les marronniers à la rescousse, mais j’y répugne. Et, voilà, je tombe sur le Fig’ragots qui nous entretient du prochain G7 qui va se tenir à Biarritz, ou à côté, incessamment sous peu. Bref ils-elles seront sept, plus 2.500 flics, gardes du corps, agents secrets, etc. Sept, mais sans Poutine ! puni, Vladimir, depuis qu’il s’est octroyé la Crimée en douce et sans la permission.

Privé de surboum, donc, Poutine, mais Macronious, compatissant, fait un geste : il va le recevoir. Si, si, allez faites pas de façons, venez dîner à la maison, à la fortune du pot. Poutine devrait, s’il est gentleman, lui apporter un panier des premières girolles de l’année… Au menu, donc, on peut imaginer, outre lesdites girolles – en omelette, ou avec un rôti de veau en cocotte, et pourquoi pas un Arbois rouge de 4-5 ans d’âge et assez frais -, les discussions à venir et les problèmes pendants – pendant le plateau de fromages, par exemple.

Et le Firagots de nous interpeller gravement :  » Emmanuel Macron a-t-il raison de recevoir Vladimir Poutine à Brégançon ? « . En voilà une question qu’elle est pertinente ! Pour la petite histoire, ils sont massivement pour, les lecteurs du canard. A vrai dire, c’est un point pas con à débattre : où recevoir Poutine ? hein ? J’ai regardé les restos autour du fort susnommé : Tripes-advisor en donne plein aux alentours, Bormes-les-Mimosas, Le Lavandou… des couscous, des pizzas, des kebabs, et d’autres ! Y a le choix. Mais bon, le resto, on sait ce que c’est, ça fait jaser. Sarko en sait quelque chose ! Et puis Macronibus a déjà donné : on a pu lire qu’il s’était montré récemment « avec ses proches dans une pizzeria du Lavandou, au milieu des autres clients« . Reste Brigitte : elle réussit bien dans les soufflés ; faudra penser à acheter des oeufs. Ou alors un taboulé ? ça se garde bien, le taboulé, si on fait beaucoup.  Il reste aussi des carottes râpées, un calendos au lait cru… y’aura qu’à commander une charlotte aux fraises chez le pâtissier du coin, il nous l’enverra par le Déliveroue du même coin.

Non, sérieusement, Brégançon ça doit pouvoir se faire.. évidemment y aura pas la vaisselle de Sèvres de l’Elysée, mais bon… Vladimir comprendra… à la bonne franquette… C’est clair, il a raison, Manu ! Je vote OUI ! qu’il le reçoive donc à Brégançon ; je suis d’accord.

Tibert

On peut rien faire !

( Tenez : je viens de trouver cet article sur un truc super-branché : le « Niksen » (c’est du batave). Ce concept prometteur théorise et justifie le farniente en tant qu’activité, oxymore juteux… ! Buller, glander de manière organisée et structurée, c’est l’idée : ça fait un bien fou. Je confirme, je fus pionnier en la matière, expert en coinçage de bulle, mais incapable toutefois d’y donner un cadre structuré : il aurait fallu y travailler…)

Mais, au boulot ! je constate qu’on progresse dans la stupide quête du tout-correct / pas un poil qui  dépasse. D’aucuns, en effet, interrogent : Y-a-t’il trop de cigarettes dans les productions Netflix ? et d’autres rouspètent au nom de la cause animale, parce que deux ministres (*) sont allés assister à des corridas. Notez bien qu’ils n’y étaient pas es qualités, ces deux ministres ; il et elle y sont allés (ensemble ? eh eh, c’est à vérifier, ça, voyez Gala ou Clôser) sans costard-cravate ni tailleur-executive-woman, en simples illustres particuliers, possiblement en vacances et en espadrilles.

Et alors ? moi je déteste la corrida, je trouve ce spectacle ignoble. Qu’il y ait une beauté à ces tueries chorégraphiques (**), sans doute… soit… mais à mes yeux ça ne justifiera jamais de martyriser de braves mammifères pacifiques – avant qu’on vienne les emmerder salement. Battons-nous donc pour qu’on en finisse avec ces spectacles barbares. Mais un ministre en vacances y assiste ?  et alors ? c’est un quidam de plus dans la foule des amateurs de frissons tauromachiques. Si ça se trouve, la ministre de la Santé clope « off the records » comme un pompier, le président de la Ligue antialcoolique ne crache pas sur un bon Côtes-de-Nuits-Villages… tenez, dans moult films classiques, de Touchez pas au grisbi à Casablanca, ça fume à en obscurcir l’atmosphère. « The barber« , des frères Coen : ça pétune à mort du début à la fin ! des cigarettes à gogo, des gros cigares… et alors ? le film est contestable ? moins beau ? Bref, pour moi, à choisir entre un bon film-à-clopes et un navet aseptique, c’est vite vu ! Ce que nous subissons du Politiquement Correct est d’un pénible… peine-à-jouir… répressif ! Et ça ne va pas en s’arrangeant.

Tibert

(*) Jacqueline Gourault, ministre de la Ville, et Didier Guillaume, pour l’Agriculture.

(**) Les Romains appréciaient de voir les premiers chrétiens se faire déchiqueter par des fauves à jeun. C’était beau… et Jeanne d’Arc, se tordant dans les flammes de son bûcher : magnifique !

 

C’est pas parce qu’on a du mal avec sa page blanche que…

Un titre de film – un nanar – des années « porno » au début du septennat Giscard énonçait : « C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule« , citant une boutade d’Audiard. Dans la même veine, il y eut : « Je sais rien mais je dirai tout« , « Comment réussir quand on est con et pleurnichard« , etc. Ces titres à rallonge sur des scénarios improbables et farfelus tentaient d’attirer l’attention des  clients – mâles, essentiellement – partis se rincer massivement l’oeil : la loi de 1975 libérant le porno filmé avait quasiment asséché la veine du cinéma « normal ». Dans l’enthousiasme et l’ivresse des débuts juteux, les promoteurs de films de cul aimaient à orner leurs productions de titres ronflants et inventifs du genre « Avec quoi tu soulèves l’édredon ?« , « Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole« , et il doit y en avoir d’autres. Façon de compenser l’indigence, la minceur des scénarios et la répétitivité de scènes stéréotypées, connues d’avance.

Eh oui, c’est pas parce qu’on a rien à dire etc etc… : un long titre permet de masquer l’indigence du sujet. C’est ainsi que j’avais prévu de vous entretenir de l’indigence des actualités telles que les chaînes de télé nous les fourguent ; à vrai dire c’est quasiment cuit ! si j’étais producteur de JT, de Journal Télévisé, je songerais sérieusement à me recycler. Toutes les infos sont déjà connues au moment où le présentateur vous les réchauffe sous le nez ! On est saturés d’informations, on a même pu les visionner sur son mobile, sa tablette, on en reçoit même si on n’en veut pas… bref, le JT, c’est mort, nonobstant les reporters cadrés en plan américain devant l’Elysée et les reportages sur le nouveau café-épicerie-boucherie qui fait revivre le centre de Bouzeuil-sur-Gartempe. Mais, vous vous en doutiez ? oui ? … c’est bien la peine que je me décarcasse à faire un billet, tiens… ah c’est pas comme sous Giscard, quand Poivre d’Arvor surgissait sur l’écran du 20 heures : il allait nous dire des trucs qu’on ne savait pas, il nous apportait des nouvelles ! fraîches ! c’était une autre époque, on achetait le journal…

Maintenant c’est tout du réchauffé. Tiens, l’autre jour, à propos de cinéma, justement, Mocky rendait l’âme ; trois secondes plus tard c’était diffusé, quasi en direct : J-P Mocky est mort ! J’ai toujours été – ça n’engage que moi – réfractaire au cinéma de Mocky ; évidemment on lui a servi la soupe à titre posthume, la télé nous gratifiés d’une de ses oeuvres,  « Le miraculé« … j’ai bien essayé, je confirme : c’est vulgaire, moche, outré, même Jeanne Moreau y est détestable, c’est dire. C’est pas parce qu’on veut flinguer la religion et les pélerinages à Lourdes qu’on est obligé de faire ça de manière aussi crasse. J’ai abandonné au bout de cinq minutes. On en regretterait presque des trucs comme « Coupe-toi les ongles et passe-moi le beurre » : au moins le titre était marrant, à défaut d’autre chose.

Tibert

Quand ça déliveroue (de vélo)

Un délicieux article de ce site branché engins électroniques et autres gadgets indispensables, nous énonce que « Apple va délivrer des iPhone à des hackers pour renforcer la sécurité d’iOS« . Délivrez-nous des anglicismes stupides ! de fait, plus loin dans l’article sur les iPhone à des hackers, on se reprend, c’est reformulé en presque français : Apple va distribuer des iPhone « jailbreakés » (*) à des hackers pour qu’ils recherchent tous les défauts… eh oui, délivrer c’est chez nous supprimer une contrainte, couper des entraves (… mais délivrez-nous du mâle, par exemple, pour une prière féministe), et non faire une livraison, qui peut se dire tout connement livrer, distribuer, fournir, ou autre, suivant le contexte. Délivrer un message ? livrez-le donc, ça suffira bien.

Ce qui m’amène à évoquer les soubresauts de la plate-forme de livraison de bouffe à domicile et à bicyclette Deliveroo. Les émoluments des livreurs à vélo (pas les délivreurs, notez bien !) ayant changé en faveur des courses longues,  ceux-ci rouspètent, car ils préfèrent faire 3-4 courses courtes qu’une seule longue, c’est plus rentable pour eux – moins crevant aussi, peut-être ? Mais le système qui lie un restaurant, un client, la plate-forme de commandes-livraisons et le coursier, a sa logique perverse : il est tentant pour Deliveroo et consorts de court-circuiter les restaurants, c’est plus juteux ! donc on installe des cuisines « maison » (**) quelque part en banlieue, on y mitonne les trucs habituels – souvent « ethniques » – prisés des urbains branchés (kebabs, couscous, sushis, tacos, chicken wings et autres vacheries exotiques, beaucoup plus rarement du tablier de sapeur, du gratin de nouilles ou de la tête de veau ravigote), ça supprime un acteur, c’est tout bénef… mais il faut véhiculer la bouffe depuis cette lointaine cuisine ! et à vélo…

Bref, outre que par chez moi  les livreurs cyclistes seraient vite rebutés par le dur relief du terrain, outre que la conurbation où je crêche n’a pas la taille critique permettant de rentabiliser un service de livraison, je reste convaincu que cette évolution à commander des plats stéréotypés, improbables et tiédasses au lieu de se mitonner son petit frichti soi-même est une régression dans la civilisation. Boycottons donc tous ces pourvoyeurs, ces délivereurs de tambouille, non pour faire plaisir aux coursiers mécontents, mais pour préserver un peu d’humanité, de créativité, de noblesse à la fonction de manducation. Bénéfice secondaire, ça coûte moins cher.

Tibert

(*) jailbreakés ! oh qui dira le délicieux frisson du jargon technique pour épater le lecteur ! débridés, déplombés auraient fait l’affaire, mais ça n’est pas assez obscur.

(**) on appelle ça des dark kitchens ! bien sombres, les cuisines en question. C’est pour ne pas effrayer les cafards ?

Peau de chagrin chez les ploucs

C’est du vécu, une belle tranche de vécu. Tout frais : voilà, je dois poster un colis assez urgent – du matériel électronique à réparer. Samedi c’était trop tard pour aller à la poste, j’attends ce lundi. Et ce lundi matin 9 heures je vais au bled le plus proche, what else ?, 4 km à parcourir, trop long pour aller à pied, trop crevant à vélo (gros dénivelé), et donc je prends ma caisse. Patelin vivotant mais vivable, 2.000 habitants environ, deux boucheries, deux boulangeries, trois restos, deux supérettes, un dentiste… et une poste ! pas une agence postale, non, une Vraie Poste. Mais… la poste «est fermée le lundi toute la journée».

C’est nouveau, avec un bel écriteau en dur sur la porte. Notez bien que le courrier est distribué, on voit vaquer les facteurs-et-les-factrices dans la rue, mais le bureau, lui, est fermé… en juillet elle était ouverte le lundi. Rude nouvelle, mais bon… le service public, hein, il y a des hauts mais aussi des bas… donc je reprends ma caisse – diesel, 10 ans d’âge, environ 7 litres aux 100 – et je vais au bourg le plus proche, 6 km de là, plus gros, avec une belle poste. Mais la poste… est close : elle «ouvre de 10 h. à 12 h. le lundi». Il est 9h 20… que faire ? attendre quarante minutes ? pfff… je décide, puisque j’ai deux-trois courses à faire au chef-lieu de canton, d’y aller  aussi sec : on y dispose de deux bureaux de poste ! c’est 10 km plus loin.
Rendu sur place à la première poste, la plus importante : elle est fermée ! pour cause de rénovation. Eh bien… mais 2,5 kilomètres plus loin, la deuxième poste, elle, est ouverte ! alleluïa, merci Mon Dieu et le Service Public.

Bref j’ai roulé 40 km aller-retour pour aller poster un colis, j’ai perdu un temps considérable, j’ai brûlé 3 litres de gasoil soit environ 4,20 euros. Que dire ?  C’est un service public de m… qui nous est fourni, malgré des taxes et des impôts mahousses. On veut clairement pousser tous les «ruraux» à peupler, eux aussi, des achèlems blêmes avec vue imprenable sur la barre d’en face et les rodéos de Mobs trafiquées en dessous, les contraindre à fuir les cambrousses : les cambrousses ne sont pas rentables !

Au fait, ce serait trop demander, puisque les buralistes, les bistrots, les… font couramment office de point-relais pour retirer des colis, qu’ils le fassent aussi pour déposer des colis ? c’est trop dur ? pourtant ça n’a pas l’air si compliqué, même les postiers y arrivent !…on veut nous faire crever, ou quoi ?

Tibert, fatigué

Les « bienveillantes » en V.O.

On suit cette affaire de fête de la musique à Nantes, fête localement fort bruyante (de la techno, avec des murs de son – en français, sound system ), prolongée au delà des bornes horaires, et qui a vu un jeune gars disparaître – et refaire surface, si j’ose dire, au fond d’un bras de la Loire. Les flics étaient intervenus pour faire respecter les règles, etc etc… vous connaissez le débat. Une enquête est en cours sur les causes de la mort de Steve – noyade, agression, suffocation, crise cardiaque ou autre – puisque c’est ainsi qu’il se prénommait. Mourir pour du boum-boum-boum lancinant qui fait vibrer la peau du ventre et rend sourd, c’est idiot, on est d’accord.

Mais Le Monde a la réponse ! je cite : « … à deux pas du quai Wilson, où Steve Maia Caniço a perdu la vie à la suite d’une intervention policière controversée« . C’est donc à la suite de…, lien de causalité évident. L’enquête ? bof… ils savent, eux. Bien renseigné, Le Monde !!

Dans l’abondant et contrasté courrier des lecteurs qui suit cet article, j’ai trouvé ce commentaire d’un / une signé Euménides, commentaire que je vous soumets tel quel, car je le trouve pertinent et lucide. On en fera ce qu’on voudra, mais il met, selon moi, le doigt là où ça fait mal… « Effectivement depuis 30 ans petit à petit une tradition de la violence et du non respect du droit en toute impunité a émergé. Cela a commencé par les agriculteurs incendiant ou déversant du fumier sur les préfectures; les routiers qui bloquent le pays et les raffineries; des rodéos nocturnes tolérés en ville ; les nomades s’installant dans des complexes sportifs municipaux; des squats illégaux; des déboutés d’asile non expulsés; des bidonvilles tolérés ; des teufs ne respectant pas les engagement pris par les organisateurs; des ZAD au moindre prétexte. Tout cela fait en toute impunité et tout le monde s’est habitué . Plus personne n’est choqué que toutes les manifestations légales soient noyautées par des casseurs et se terminent par un saccage . Nous vivons dans une collectivité nécessitant du respect mutuel qui a disparu. La démocratie est fragile et elle est basée sur le respect du droit. La France s’en éloigne progressivement et devient une fédération d’individualismes. »

Pcc : Tibert

Au fait : Euménides (littéralement, les Bienveillantes) c’étaient chez les Grecs anciens les déesses des remords ! on les nommait ainsi pour ne pas se les mettre à dos, par antiphrase en quelque sorte.

Finasseries et débine des « aux »

Quasi personne n’utilise le pluriel de l’ail. Même celles-et-ceux qui préparent des aïolis, où il faut DES, pluriel, gousses. Et la fête de l’ail rose de Billom, dans le 6-3… C’est pourtant beau, les aulx ! Ma si, pas les eaux (*), ni les os, ni les zoos, mais les aulx ! Les ails, c’est d’un laid… et incorrect. Mais les équarrisseurs de langue, implacables et rabat-joie, feront la peau aux aulx : l’appeau et les zoos…

Ceci dit, je lis dans le Monde, à propos d’un petit progrès dans la protection de notre vie privée (les emmerdeurs-harceleurs au téléphone n’auront plus le droit de nous emmerder par leurs méthodes actuelles), je lis, donc : « le gendarme des télécoms espère protéger les utilisateurs finals contre les nuisances« . Les utilisateurs finalsfinaux, non ? cheval canal festival (oups, pas lui), fanal… fanal-fanaux, final-finaux, ça tombe sous le sens, non ?

Je consulte donc les ayatollahs de la langue (Julie La Rousse, en l’occurrence), et je lis ceci : « Les deux formes finals ou finaux sont admises au pluriel« . Façon de s’en laver les mains… plus loin, La Rousse explique pourquoi, je cite :

« il est préférable d’utiliser finals pour éviter une ambiguïté ou un calembour involontaire avec finauds : après élimination des candidats moins rapides ou moins chanceux, demeurent en lice les concurrents finals ».

Mais c’est justement ça qui était marrant ! Les candidats finaux… pour une fois qu’on pouvait sourire d’une phrase par ailleurs très ennuyeuse. Un calembour involontaire ? mais la langue se nourrit, précisément, de calembours ! Vive donc le calembour voulu, pourvu qu’il soit bon et à point (un bon calembour au lait cru, élevé sous la mer, moulé à la louche…). Je vous concède que « comment vas-tu-yau de poële ? » est assez pénible, mais au second degré, ça passe très bien : n’oublions pas le second degré, qui permet de recycler pas mal de calembours fatigués – et les utilisateurs finauds. 

Tibert

(*)  Clin d’oeil à Massy-Palaiseau, ville dont je me contrefous par ailleurs…

Même sans les puces

L’ordinateur et ses remarquables progrès ont bouleversé le paysage de cette planète : la Toile, la bouffe – enfin, de quoi se nourrir, hein, pas la délicieuse blanquette de mémé ! –  commandée « en ligne » sur un coin de canapé, les réseaux « sociaux » qui permettent à Akemi Otsuko, à Osaka, Japon, ainsi qu’à des palanquées d’autres, de savoir quasi instantanément que Cécile Dugenou, de Trouvert-sur-Yvette, a pris son quatre-cent-vingt-septième selfie, selfie inutile comme presque tous les autres mais qui va la suivre pendant toute sa vie, si personne de sensé ne prend l’initiative de faire un peu de ménage.

Et pus les vaches modernes, écornées et branchées, les moutons… passent sous un portique avec leur petite pupuce-radio enfouie dans le lobe de l’oreille, et ça peut déclencher à la sono de l’étable le Divertimento en La majeur K 327 si la Noiraude apprécie Mozart et que ça favorise sa lactation, ou l’arrivée d’une charge de minéraux dosés pile-poil dans la mangeoire… bref on sait à peu près tout faire automatiquement. Il suffit d’imaginer, on n’a plus de limites, ou guère : le fric, essentiellement.

Et l’on pourra très bientôt se prendre en selfie-vidéo – avec cet appendice naturel, plat et rectangulaire, l’incontournable mobile – et refiler le fichier à l’Administration (*) : la signature numérique de notre visage ainsi définie sera notre nouvelle Carte d’Identité.  Plus besoin de papiers, ni même de puce dans le lobe de l’oreille : juste notre bonne bouille. Extrait de l’article cité plus haut sur le futur système AliceM : «  (…) scanner la puce de son passeport biométrique à l’aide de son téléphone et prendre une vidéo de soi pour créer son compte et pouvoir accéder à des services administratifs en ligne… ». Accéder à des services en ligne, administratifs… ou pas ! AliceM permettra aussi de nous pister chaque fois que nous passerons sous une caméra de reconnaissance faciale, et il va y en avoir des tas partout.

Bref à défaut de casquette bas sur le front, de fausse moustache, de persil dans les narines, nous ne pourrons plus faire un pas dehors sans que ça se sache là où ça peut servir.

Remarquez, c’est déjà un peu comme ça : notre promenade nous fait longer la devanture du kebab « Au Bosse fort » (**) ? Sur votre mobile et dans les cinq minutes, Gougueule-qui-sait-tout va vous proposer de communiquer à vos proches et vos confrères ou consoeurs en tripotage compulsif de smartphone, votre très utile appréciation sur ce boui-boui. A vous de l’envoyer se faire cuire un oeuf : et si on pouvait nous lâcher la grappe ?

Tibert

(*) Sans oublier de cocher, sinon ça vaut pas, la case « j’ai lu et  j’accepte les conditions générales gnagnagna… » – sans les avoir lues, bien entendu : personne ne les lit.

(**) En hommage à madame la Porte-parole de l’Elysée, qui apprécie tout particulièrement cette tambouille bien de chez nous.

Logique territoriale

( Au fait : ayant acheté il y a quelque temps un gros parasol, abondamment bricolé depuis pour en prolonger la frêle durée de vie – le mécanisme d’ouverture, le socle, etc… – j’ai voulu en changer la toile à bout de souffle, l’armature étant, elle, en très bon état d’usage. Bernique ! la toile est aisément amovible, et de dimensions banales et courantes, mais… il faut racheter un parasol ! les toiles de remplacement, ça ne se fait pas. Politique assez dégueulasse, bassement marchande, méprisante pour le pauvre idiot de consommateur. Et l’on nous rebat les oreilles sur la préservation de la Planète ? du pipeau, oui… ! Moralité : j’ai fait faire à l’identique une toile de parasol, cousue à partir de vieux rideaux, et… ça marche ! bien fait pour leur gueule. )

Mais on cause ces temps-ci de l’emploi « à vide » de nombreux fonctionnaires territoriaux payés à rester chez eux, vu que leurs employeurs, mairies, conseils Généraux, etc… n’en ont plus l’usage. Eh oui, c’est débile – et ruineux pour les contribuables – mais courant, sans oublier celles et ceux  😉 qui sont payés à ne pas faire grand-chose, ou à faire semblant (notons cependant, soyons justes, que certains travaillent, et parfois beaucoup). Mais outre cet état de faits scandaleux, on se heurte à des obstacles « territoriaux » assez ahurissants : hier, jour de canicule de chez Canicule, des gosses en Centre Aéré auvergnat devaient, selon le programme connu de longue date, se faire une journée « baignade au plan d’eau » (ombragé, le plan d’eau, notez-le). Annulée, la baignade ! c’était, ont-ils appris, pour cause de canicule. Comprenne qui pourra… quand certains pètent les bouches à incendie pour se rafraîchir, quand les Parigots font trempette dans les bassins et fontaines publics, des ronds-de-cuir ont découvert que la baignade en été par grosse chaleur, c’est soit déraisonnable, soit fatigant, soit contraire au règlement… ou les trois.
Au fait : les parents qui m’ont rapporté la chose ont emmené leurs gosses à la baignade, le soir venu : ils l’ont fait, ils sont revenus indemnes ! incroyable, non ?

Tibert, à l’ombre, bien évidemment.