France, profonde

Il fallait que monsieur Z, Z comme Zemmour, aille à Marseille, cette ville si chère à monsieur Mélenchon (et Tapie, et d’autres…). Marseille, ce creuset méditerranéen, brassage de populations, gnagnagna… vous connaissez le refrain. Marseille où monsieur Z a été, paraît-il, fraîchement reçu ! le Mistral soufflait, délavant le ciel mais gelant les os. Mal reçu ? quelle surprise ! Connaissant a) la composition de la population de la ville – assez approximativement, vu que les statistiques ethniques, black-out ! Verboten ! – et la sur-représentation de Marseillais « issus de l’immigration » dans les quartiers centraux du Panier, la Canebière, Noailles, St-Charles… ; b) les thèmes de monsieur Z sur l’immigration, on se demande comment il aurait pu être reçu favorablement : ce ne sont pas ses groupies ! les douces musiques de LFI et des Mélenchoniciens (portes grand-ouvertes aux « migrants », salaires revalorisés, sur-taxation des riches, laïcité élastique aux poussées religieuses intrusives…), par contre, là oui.

Il se trouve, oh my God ! que monsieur Z a fait un geste déplacé, un doigt dit « d’honneur » (où l’honneur va se loger ! ). Lamentable, condamnable, les médias sont tous d’accord là-dessus. Peu élégant, vulgaire, pas beau, certes. Sauf qu’il répondait là, impromptu, au geste identique que lui adressait une supposée Marseillaise anti-Z, qui pour le moment reste anonyme, aucun photographe n’ayant pris la peine de fixer symétriquement la scène (en cour de récré, on aurait dit « qui c’est qu’a commencé ? » , mais on n’était pas à la récré).

Détail intéressant, monsieur Z n’est pas allé en train jusqu’à Marseille ; il est descendu en Aix-en-Provence, finissant le trajet en voiture. On l’attendait en effet gare Saint-Charles, bruyant et agressif « comité d’accueil » : en l’espèce, les antifas, groupuscule qui entend dicter SA démocratie. C’est la mise en application du fameux slogan-pirouette, oxymoresque, « pas de démocratie pour les ennemis de la démocratie » . Marseillais, mes chers compatriotes, pauvres citoyens incultes et crédules, les antifas étaient là pour vous éviter, – vociférations, projectiles divers, horions, baston… – d’entendre malencontreusement les chants des sirènes du mauvais côté.

Tibert

Les Pipeûls et leurs misères

D’horribles, terribles et croustillantes informations sont pendantes, ou déjà lâchées. Françaises, Français – et même entre les deux – vous devez déjà vous régaler à voir et entendre causer « de plus près » de monsieur Hulot – Nicolas, pas l’homme en vacances – et de monsieur Z, alias Zemmour, encore lui, toujours lui, mais ici par ricochet, en quelque sorte. Tenez, Clauseur, la célèbre feuille de chou des pipôles, celle qui trônait-traînait chez votre coiffeur avant que le Covid déboule, veut sortir cette info, comme quoi la conseillère politique de Z serait enceinte. Dingue, non ? voilà une nouvelle qu’elle est importante ! croustillante ! Eh oui : je vous explique… c’est qui le géniteur ? eh eh… ah ah… eh oui, bon sang mais c’est bien sûr ! ça c’est de la politique, coco.

Et concernant monsieur Hulot, quelle vieille rancune racornie veut que ressortent de nos jours, sur la chaîne 2, envoyée vachement spéciale, des faits prescrits ? pour quoi faire ? qui déterre les vieilles merdes pour les jeter au ventilateur ? qui est derrière ce missile daté ? ça, vous ne le saurez pas. Mais « il a demandé à Charlotte (*) de l’embrasser dans le cou » , vous vous rendez compte ? et les journaleux de la télé et des talc-chauds de tartiner à perte de vue et se gargariser à longueur d’émissions pour savoir si Nicolas H. est fondé à faire de l’humour – il a osé faire de l’humour (**) – sur un sujet de cette gravité ! allez savoir, si ça se trouve, il n’aurait pas vendu du beurre aux Allemands ?

Bref la presse fonctionne, qui pour alimenter la pompe à purin, qui pour gloser, disséquer, inlassablement. C’est assez lassant… ah, dans mon oreillette… on me cite un entrefilet… oui, il semblerait que d’aucuns affirment (ce serait dans le Fig’ragots) que « le wokisme n’existe pas, c’est un fantasme de réactionnaire » : donc Colbert tagué, les réunions interdites aux mâles Blancs, tout ça… c’était de l’humour ?

Tibert

(*) Le prénom a été changé, par précaution.

(**) Pierre Desproges le disait déjà, et Charlie-Hebdo l’a démontré dans le sang : on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui.

Menaçantes bouteilles d’eau

( Les services de renseignement russes « nient tout projet d’invasion de l’Ukraine » : c’est dans le Parigot de ce matin. Nous voilà pleinement rassurés ! c’est vrai, quoi, d’aucuns aux USA prétendaient que… chars en grand nombre… concentration de troupes… manoeuvres… du vent ! c’est tout faux, ce sont les Russes eux-mêmes qui vous le confirment. Ce sont quand même eux les mieux placés pour en parler, non ? )

Et puis ces matchs de foot où l’on ne peut plus tirer un corner sans EPI, Equipements de Protection Individuelle : un footeux de Marseille s’est pris une bouteille d’eau sur le crâne, pour le punir de jouer dans l’équipe adverse ! c’est vrai, quoi… si les 22 joueurs étaient du même côté, ça éviterait les conflits. En attendant qu’on en vienne à cette sage disposition, pourquoi ne pas renforcer – au vrai sens du terme – les tenues sportives des footballeurs ? regardez les gars du « foot » états-unien, ceux du hockey sur glace… ils sont bien enveloppés, à l’abri sous leurs carapaces. Puisqu’on ne peut pas aller contre la violence dans les stades – c’est une cause sans espoir, vu l’évolution de notre belle société – aux pâles et modestes protège-tibias, ajoutons casques, épaulettes, matelassages divers, coquilles bas-ventrières, souliers ferrés à coque. Avec quelques nids de mitrailleuses placés judicieusement aux coins des tribunes circulaires, on pourra savourer les matchs de NOS équipes, où 11 mercenaires croates, zambiens, marocains, moldaves, écossais, péruviens, ivoiriens… défendent avec ferveur les couleurs de NOTRE ville.

Tibert

Robert et roberts

( L’utile canard hebdomadaire « Que faire à Montpellier cette semaine » , alias La Gazette, 2 euros tous les jeudis, penche à gauche, ce n’est pas un scoop – sans doute pour tenter de faire contrepoids. Un bref article (1/5 ème de page) – avec une photo d’ oeuvre d’art : un mannequin de vitrine empaqueté dans un sac plastique – commente la nouvelle expo du MO.CO (MOntpellier COntemporain (*)) : « L’épreuve des corps » . Il s’agit du corps, donc… et, je cite le directeur dudit MO.CO, « …et la façon de le traiter dit beaucoup de nos sociétés » . Eh oui… extraits de l’article : « on montre donc le corps dans tous ses états : en transition de genre avec les sculptures de Michele Rizzo… » ; il est vrai que c’est très bien vu, très tendance, avant de devenir banalissime, et bientôt remboursé (sic) par la Sécu : on se fait maintenant raboter la zigounette comme on irait pisser, et ça participe grandement de la dénonciation du système macho-capitaliste. J’exagère ? je pousse le bouchon, là ? à peine. Tenez, la suite de l’article : « Surtout, les artistes dénoncent sa soumission (la soumission du corps, NDLR) par des diktats masculins (…) ou par une société capitaliste qui broie le travailleur insuffisamment productif (…). Encore une fois, le MO.CO montre ici comment l’art contemporain s’approprie des sujets sociétaux pour mieux les dénoncer » . Au MO.CO, donc, on dénonce (sic) les sujets sociétaux, au moyen de l’art ; et c’est le détestable diktat masculin, la malfaisante société capitaliste qui s’y collent – comme d’hab, ajouterais-je. )

Mais le Robert, le dico bien connu, dans son édition en-ligne, a introduit « iel » : entre il et elle, mais en commençant par il, on lit de gauche à droite, nobody’s perfect ! Lu à l’envers, ça fait la monnaie roumaine, valide au Scrabble tout comme zyklons, avant que iel y fasse aussi son entrée victorieuse – c’est l’affaire de quelques semaines. Mais, cher Robert, il reste pas mal de pain militant sur la planche – à pain, justement, à propos de roberts ! car si le/la tout récent.e iel se revendique de genre résolument, fièrement indéterminé.e (**), notre langue sexiste renferme encore des tombereaux de termes hélas genrés ! de pluriels neutres donc masculins ! Il va falloir turbiner ferme, Robert, pédaler dans la BONNE direction, abonder la BONNE cause ! Sur le site du Robert, justement : « robert – nom masculin. Familier : sein » . Délicieusement ambigu.

Tibert

(*) Une lectrice de Nantes suggère l’ Art Comptant pour Rien.

(**) Quelle soupe !

Cynisme, mode d’emploi

Un titre du Monde sur les pressions mi-grattoires à la frontière polono-Biélorusse : « des milliers de migrants visés par des canons à eau et des gaz lacrymogènes » … : en somme, les militaires polonais sont venus les embêter, les migrants ? non mais, où on va, là, on peut même plus rentrer en Europe clandestinement comme on veut ! Notez, Le Monde persiste dans son parti-pris : « Un policier polonais a été grièvement blessé, vraisemblablement victime d’une fracture du crâne, dans les heurts, a annoncé la police. » . Sur d’autres sites, on n’a pas écrit « ... a annoncé la police » : c’est donc vu comme un fait, pas comme un bobard de la police polonaise. Vous vous ferez votre opinion…

Il en est qui glosent, sarcastiques, sur le sujet. Les officiels russes, le ministre de l’étranger, Lavrov, ce boute-en-train ; Poutine, et d’autres. Tenez, les commentaires outrés de monsieur Lavrov : « « Le comportement de la partie polonaise est absolument inacceptable » ; et puis « Ils violent toutes les normes juridiques » . C’est dingue, non ? des gens qui osent protéger leurs frontières contre une invasion instrumentalisée ! où sont les Droits de l’homme ? les Bonnes Ames ? les Assoces ? je vais vous dire : monsieur Lavrov, il est vachement déçu du comportement des Polonais. Il les voyait mieux que ça. Normalement, c’était un plan salaud mais imparable, et ça risque de partir en quenouille…

Notez, nous ne savons toujours pas QUI, en Europe politique, QUI, à la Commission, au Parlement… ne veut pas qu’on aide les Polonais à mettre efficacement en échec la bidouille provocatrice de la bande Poutine-Loukachenko. Zut quoi, c’est normal, ce qui se passe ? les étonnants charters de touristes moyen-orientaux vers la riante, pittoresque Biélorussie, avec excursions récréatives aux frontières polonaise et lituanienne ? D’aucuns à Bruxelles, une fois, devraient rendre des comptes pour leur duplicité, leur mauvaise foi, leurs calculs malsains envers la Pologne, qui, « fait le job » , il faut le dire ici. Remarquez, la transparence, à Bruxelles…

Tibert

On va matcher la réconciliation

Triste collecte de galimatias ce matin. Il faut croire que le dimanche soir les correcteurs de langue jouent relâche ? mais pas que. Tenez, le Grand Chef des rugbymen français, après une victoire de notre équipe contre celle de Géorgie, et avant un match contre les Tout-en-Noir : « On va chercher à matcher avec les All Blacks, partout et tout le temps » … déjà que l’anglicisme matcher est utilisé abusivement (on a les bons verbes chez nous, et le local c’est tout de même mieux !) pour correspondre, coller ( « ça colle pile-poil » ), on le met maintenant à la sauce rivaliser, tenir tête. Encore un vague verbe flou et fourre-tout pour accompagner un « euh… et… voilà !  » . Enfin… c’est du sport !

Mais plus grave, c’est une avocate qui cause, là, en argot une « baveuse » (j’ai hardiment féminisé baveux, je suppose que c’est politiquement correct, comme l’omelette du même métal), gens rompus au langage, à l’éloquence. C’est madame Raquel Garrido, du groupe politique mélenchonesque, qui causait sur un plateau télé. Verbatim, donc, l’extrait d’article du Fig’ragots, et c’est madame Garrido qui s’y colle : «Les familles ont fait des efforts incommensurables pour participer au procès, pour trouver en eux la force de témoigner, de rendre hommage à leur mort, de trouver le chemin vers la réconciliation, y compris avec les terroristes eux-mêmes et les personnes qui sont poursuivies». Bon, deux belles fautes à « … en eux » (en elles, les familles) ; et puis « … hommage à leur mort » : il y a eu plusieurs morts, possiblement dans chaque famille ; donc leurs morts, sinon on comprend que c’est la mort des familles ? elles y rendent hommage ? absurde. Ici, en fait, à l’oral il n’y a pas faute (*), c’est le canard qui l’écrit faussement comme ça, « leur mort » : c’était verbal, donc supposons que c’était la bonne formule, au pluriel.

En revanche, c’est assez énorme ce qu’elle nous sort là, l’avocate insoumise ! réconciliation, y compris avec les terroristes eux-mêmes ? Ils vont bientôt leur faire des guili-guilis, des fois que ça aiderait à voter LFI ? Non mais… avoir vu sur des vidéos, relayé par les RSP (**), le sieur Abbaoud traîner en blaguant des cadavres d’infidèles attachés au cul de son son pick-up (enfin, du pick-up affrêté par Daech) ; avoir connu, le procès du 13 novembre tirant à sa fin, le détail des massacres ignobles de gens pacifiques venus écouter de la musique, et se réconcilier avec ceux qui ont fait ça ? jamais ! La justice, oui ; le pardon, la réconciliation, jamais. Comme disait l’un des témoins de la tuerie du Bataclan, faisant le parallèle entre le terrorisme islamiste et un cancer (je cite de mémoire) : « on ne négocie pas avec son cancer, on le combat ». Je suis bien d’accord.

Tibert

PS – Tiens, une fausse nouvelle, une intox, infox, un bobard, une fable : il faut que ça s’appelle fake-news, sinon ça va avoir l’air vrai – enfin, pas vraiment faux, vous voyez ? et puis on bouffe, froid, du cold case à toutes les sauces figées, quand ce serait tellement plus digeste, à la mode affaire classée.

(*) Sauf si c’est prononcé façon Topaze dans sa fameuse dictée « Des moutonnssess paissai-eu-nnt dans un pré » ; mais je n’ai rien entendu de tel.

(**) Réseaux-Sociaux-Poubelles

Les charmes de l’Est

( On a encore vu et écouté Macronibus ces derniers jours, longuement : « Passe, acte II » et « Travail, travail » ont été les antiennes du Chef. Il a l’air de considérer qu’avec lui aux manivelles, ça roule impecc’… il a juste oublié de nous causer insécurité, politique anti-drogue absurde, quartiers interdits, immigration haute pression. Ah si, le Pouvoir d’Achat, ça va être son dada d’ici mai 2022 : il paraît qu’ il a augmenté ! vous apprécierez… les réactions ? les gourous de la Gauche Authentique ont diagnostiqué chez Manu-les-Rouflaquettes des « marqueurs de Droite » : il y a des mots, comme ça, hop, on sait automatiquement de quel côté c’est ; travail ? de Droite. Exercice : imaginez le marqueur symétrique, labellisé « de Gauche » )

Mais, causons de la frontière Biélorusso-polonaise ! Le Monde a sorti là un article circonstancié mais d’une pudeur, d’une prudence remarquables. Enfin, quoi, tout le monde sait que le moustachu de Minsk, le doudou de Poutine, veut forcer l’UE à supprimer les sanctions qu’elle a prises contre lui depuis qu’il a été réélu de manière totalement frauduleuse ; pour ce faire il prend en otages des êtres humains, qu’il coince devant la frontière polonaise, et défense de reculer. Il importe que l’UE fasse savoir Urbi et Orbi, là où l’on recrute des candidats au tourisme à Minsk, ce qui les attend. Et il importe que l’UE apporte son soutien ferme à la Pologne dans son véritable bras de fer frontalier : quand il y a le feu à la baraque on ne demande pas au pompier s’il a sa carte du Parti ! Il importe enfin qu’on sache clairement QUI à Bruxelles veut qu’on laisse les Polonais et les Lituaniens se démerder tout seuls : un peu de courage, levez le doigt et expliquez-nous ça, nous sommes tout ouïe.

Tibert

PS – Et pourquoi les « migrants » ne demandent-ils pas l’asile politique à la Biélorussie plutôt qu’à la Pologne ? c’est chouette, c’est accueillant, là-bas, démocratique, humain…. les icônes de la Vierge, les églises à coupole… les soupes à la betterave…

A gauche en sortant

( Marre des exploits de Tintin Pesquet dans la capsule ISS : quasi impossible d’échapper au concert des médias sur ce personnage flottant, devenu quasiment un marronnier des infos. On n’a pas pu échapper non plus au projet qu’il a de redescendre sur Terre ce mardi : vivement mercredi, qu’on passe à aut’chose ! )

Mais bon, on y survivra, à T. Pesquet ; du moins on va essayer. Autre chose : monsieur Montebourg veut faire Président à compter de juin 2022, et il propose des trucs qui décoiffent. Pour qu’enfin les 100.000 (c’est son chiffre, ce n’est pas moi) étrangers indésirables sur notre territoire – donc sous le coup d’une OQTF (*) – déguerpissent, et bonjour chez vous, il veut interdire les transferts d’argent, genre Houesterne Younion, vers les pays qui traînent les pieds à les récupérer. C’est évidemment « clivant » car on suppose que cet argent sert surtout à entretenir les proches restés au pays : ça lèsera les travailleurs immigrés, pour le coup, qui paieront pour les brebis galeuses…. ça paraît farferlu, ça l’est peut-être d’ailleurs… mais songez que les Africains envoient des sommes colossales au pays : 85 milliards de dollars environ pour l’ensemble du continent en 2019. Et puis il faut sortir de cette impuissance à exécuter des décisions de justice : on a l’air de quoi ?

Bref, ça pourrait marcher : 1) Cet argent abonde largement l’économie des pays dits « pauvres » , qui en ont besoin ; 2) cette mesure peut faire bouger les lignes, et se révéler, on peut l’espérer, de très brève durée, quelques semaines tout au plus… le temps que ça se décoince dans les pays concernés.

Mis voilà, c’est catalogué « mesure de droite », voire d’extrême-droite ! Monsieur Montebourg essuie donc – c’est automatique, quasiment presse-bouton – les critiques, horions et quolibets de ses ex-copains. Comme quoi tenter de mettre vraiment à exécution des décisions qui sont présentement des chiffons de papier, c’est de droite ! Le pompon à madame Sandrine Rousseau, typique modèle écolo « pastèque » (vert dehors, rouge dedans), qui suggère à Montebourg de « prendre à gauche en sortant du studio » . On attend avec espoir et intérêt 😉 les propositions de madame S. Rousseau pour faire enfin aboutir les OQTF en souffrance.

Tibert

(*) OQTF, Obligation de Quitter le Territoire Français. Moi j’ai une autre solution : dans l’attente de leur expulsion effective, on ouvre Biribi-2 pour y loger les personnes concernées.

Rites et opacité

Aujourd’hui, ça caille… bon, c’est normal, il faudra bien passer l’hiver, non ?

Mais autre chose : je vous ai déjà causé des abattoirs qui font du halal / casher ou pas : si vous n’êtes pas végétarien et voulez manger « profane » , « mécréant » , « athée » , vous avez deux solutions : a) du cochon (de bonne provenance, évidemment), là pas de problème ; b) de la viande en provenance d’un abattoir qui ne fait jamais d’abattage rituel. Pour ce faire il faut identifier l’abattoir sur l’étiquette, regarder s’il est dans la bonne liste… pffff ! pénible. Pénible ? c’est fait pour, pour qu’on laisse tomber.

Le truc, c’est qu’on (« on » , c’est la filière « viande » + le gouvernement, complice de cette magouille) ne veut pas que nous sachions si nous consommons du halal / casher ou pas : information « sensible » ! (*). Or la traçabilité fonctionne très bien : on est capable de rappeler des lots de steaks hachés défectueux, etc. Donc on pourrait nous informer, mais non : il faut que nous mangions dans l’ignorance.

Un article fort utile du Monde titre sur la nécessité de ne plus faire d’abattage rituel en France ! En Europe, je cite, « l’abattage rituel est aujourd’hui interdit en Autriche, en Suisse, en Norvège, en Slovénie, en Islande, au Danemark et en Belgique » (et en Grèce, il me semble, NDLR). Du coup, les enragés du « rituel » viennent faire abattre en France ! Ce qui favorise la filière idoine. Outre que l’étourdissement préalable à l’abattage garantit une fin plus douce aux animaux, l’abattage profane a le gros avantage de ne financer – encore heureux ! – ni les mosquées, ni les synagogues. Pour information (c’est très-très difficile de trouver des chiffres), on cite ici 8,5 centimes d’euro par kilo de viande. Manger halal sans le savoir, c’est financer à son insu le culte musulman : dans un pays qui se veut laïc, c’est assez scandaleux.

Plus fort : on trouve des sites houèbe indiquant que, par commodité et « humanité » , on adoucit le rituel halal par électronarcose préalable sur les volailles (choc électrique, qui les étourdit avant l’égorgement) ; et de s’interroger gravement : est-ce encore halal, ma brave dame ? Bref, on nous cache la provenance de ce qu’on mange, on fait du « rituel » plus ou moins, on finance certaines religions de manière totalement opaque : il est urgent d’interdire en France l’abattage sans étourdissement préalable, comme en Autriche, en Suisse, en Norvège, en Slovénie, en Islande, au Danemark et en Belgique. Et, enfin, de nous dire si c’est de la viande profane ou pas : nous avons le droit de savoir.

Tibert

(*) Je fus récemment à déjeuner dans un restau de spécialités kurdes : c’était correct mais bof… ceci dit, RIEN n’indiquait, nulle part, que les produits étaient en fait halal. Il a fallu questionner la serveuse. Je n’y retournerai donc pas : on se moque de nous, là.

Dissolution d’un autre « machin »

Tenez (ici c’est un article du Monde), voilà ce qui a été diffusé, quelques heures, sur les médias européens, façon pub : des suites de visages de jeunes femmes vues de face, coupées verticalement au mitan, d’un côté en cheveux, et foulard-bâchées de l’autre, façon tchador, ou plutôt hidjab. Le hidjab, vous savez, cet ensemble de tissu front-occiput qui masque aux mâles – ces irrépressibles prédateurs – la chevelure des femmes, moyennant quoi ceux-ci sont supposés ne pas les solliciter (sinon, bien évidemment, ce sont des putes, what else ?).

Cette campagne de pub a donc, suite à de justes et véhémentes protestations, été retirée fissa. Il faut savoir que c’est le Conseil de l’Europe qui finance ces appels non dissimulés à prendre le voile… je vais y revenir. Mais, une brève analyse du contenu de cette campagne : « Beauty is in diversity as freedom is in hidjab » , est-il écrit. Sachons, au passage, que les deux langues officielles de ce Machin sont l’anglais et le français, comme au Canada. Je traduis donc 😉 : « la beauté est dans la diversité, de même que la liberté est dans le hidjab » . Nous allons, perversement, inverser le propos : en Afghanistan, au Pakistan, en Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Yemen… liste non exhaustive, on INTERDIT aux femmes de ne pas porter de voile (sinon ce sont des putes, je l’ai déjà précisé). Chiche que ces pays de liberté abolissent cette obligation privatrice de liberté ! Eh bien, oui, la liberté, vue d’un point de vue étroitement égoïste, c’est de faire ce qu’on veut de sa chevelure – et pourquoi pas un entonnoir sur la tête, comme Michel Debré ? – mais en France, pays où l’athéisme et les diverses religions sont libres, on veille à ce que celles-ci n’envahissent pas la sphère publique, et l’on interdit dans certains lieux, notamment à l’école, les signes religieux ostentatoires, comme le hidjab ou la kippa, justement : pas de prosélytisme.

Mais ce Conseil de l’Europe, keskeçé ? malgré la ressemblance des termes, c’est autre chose que le Conseil Européen, organe de l’UE, présidé par monsieur Michel. Créé en 1947, cet espèce d’ONU-bis, biscornu et mal foutu, fédère 47 pays dont certains sont en Europe comme moi je suis soprano coloratura. Il y a des pays « observateurs », comme les USA – qu’est-ce qu’ils foutent là ? – et même un candidat rigolo, s’agissant de veiller aux « droits de l’homme » : la Biélorussie ! On y trouve la Suisse, qui nonobstant sa fière neutralité se voit là européenne, mais aussi l’Azerbaïdjan, la Turquie, la Russie, le… voyez la page houèbe citée plus haut. Le budget – auquel nous participons – permet de financer des campagnes « pour la liberté, les droits de l’Homme » : vaste programme, comme disait MonGénéral. Nous avons donc partiellement financé, avec nos impôts, cette pub « de liberté » glorifiant le voile islamique, ce symbole de sujétion au mâle.

Bref, il est urgent qu’on quitte ou saborde ce navire pourri, travaillé en douce et savamment par des influenceurs délétères.

Tibert

PS – Gros titre de Ouest-France : « « Ça m’a détruit » : cette assistante maternelle a été accusée de viol.

Certes, une accusation de viol, à tort, c’est épouvantable. C’est un vrai coup de massue ; ça l’a détruite, féminin, l’assistance maternelle. Elle va se faire engueuler par les activistes de l’écriture inclusive, l’assistante maternelle. Et le canard, donc, qui laisse passer des verbatim comme ça !