Comme c’est bien dit !

( Les rebelles au masque… au lieu de leur coller des prunes à 135 euros, il serait moins enrichissant pour l’Etat, mais plus éducatif pour eux de leur infliger quelques heures de travail dans un service de réa-covid (avec masque, gants, blouse, bonnet et tout le tralala), histoire qu’ils voient ce que c’est que choper cette vérole quand ça tourne mal… je pense qu’ils modifieraient leur point de vue sur l’ «inadmissible privation de liberté » et autres antiennes protestataires. )

Ceci dit, au fait : moult pays « musulmans » (où l’Islam est religion d’Etat ou quasiment, les autres croyances étant réduites à la portion rikiki, voire rien du tout, quand ce n’est pas carrément la répression) sont en pétard à cause des caricatures de Mahomet. Ils ne peuvent admettre qu’on moque une religion – la leur, en l’occurrence ; quant à brocarder la chrétienté, le judaïsme et autres, c’est ad libitum ! (*) Le Pakistan est en pointe dans ce domaine, ça n’étonnera personne. Un  Conseil des sages musulmans, sis à Abou Dhabi, a l’intention de poursuivre Charlie Hebdo devant une cour constituée pour l’occasion… et s’est fendu d’une déclaration de principe  où l’on peut lire : « La liberté d’expression (…) doit respecter les droits d’autrui et ne devrait pas permettre d’utiliser les religions dans les marchés de la politique ou dans la propagande électorale ». C’est superbement dit ! il ne reste plus qu’à l’appliquer dans ces pays où l’Islam s’impose à tous, y compris à celzéceux qui n’en sont pas. Messieurs (**), c’est à vous !

Tibert

PS – En Chine, je me suis laissé dire qu’on s’en prend vraiment aux Ouïgours, ces musulmans pas « dans la ligne du Parti » ; ce ne sont pas juste des caricatures possiblement offensantes. Eh bien ? silence dans les rangs des défenseurs du Prophète : personne ne moufte, même pas Erdogan.

(*) Petit rappel, en France, croit qui veut à ce qu’il veut tant qu’il n’emm..bête pas les autres avec sa croyance. Les religions sont des OPINIONS : il y a une variété d’opinions, toutes fondées sur des révélations et des constructions humaines, vu que les dieux, hein, on n’en a pas encore vu la couleur. Le blasphème – insulte à un dieu et/ou à ses prophètes – n’existe donc pas juridiquement, vu que ledit dieu participe d’une opinion.

(**) On ne voit guère de femmes dans ces manifs anti-Macron, anti-France, anti-Charlie. Allez savoir pourquoi ?

Vraiment pas cher !

( Deux voitures foncent, pas loin de l’Elysée, sur un militaire en faction… 7 personnes à bord, soi-disant des Britanniques, jeunes, est-il besoin de le préciser. Il s’agissait semble-t-il d’une nouvelle rigolade importée des USA, qu’ils appellent le « hit and run », en français « frappe et barre-toi » (courageusement). Les fausses plaques des bagnoles portaient d’ailleurs cette fière inscription. Et ça se passait, hasard fortuit, juste à côté de l’ambassade d’Israël.

On a réussi à retrouver rapidement les énergumènes. Inculpation, évidemment, gnagnagna… vous savez ce que ça coûte ? « refus d’obtempérer », pour le conducteur d’un des véhicules. Avouez, à ce prix-là, c’est pas cher de l’attentat ! )

Mais bon… le Conseil de l’Europe a pointé du doigt les carences de notre Justice – hors des carences comme celle que j’ai relatée plus haut, qui sont navrantes et heurtent le bon sens – : un budget vraiment rikiki, au regard des tâches qui lui incombent. C’est constant, chez nous la Justice tire le diable par la queue, c’est génétique semble-t-il… remarquez, ça fait une excuse pour la minabilité de fonctionnement que tout un chacun peut constater. Que monsieur Dupont-Moretti, pugnace comme on le connaît, se félicite de ce budget « obtenu avec les dents », montre que ça n’est pas près de changer… tant pis pour ce pays.

Tibert

 

Les coucous de la fibre

On vient de m’en rapporter une qu’elle est bien bonne et croustillante. Brillante illustration du système « Ôte-toi de là que je m’y mette ! ». Ça se passe dans la bonne ville de Montpellier… largement « fibrée », évidemment, cette grosse métropole ex-régionale (*) et moderne ; on n’est pas chez les bouseux au fin fond du Larzac, à tenter de décrypter les signaux de fumée. Le citoyen branché sur la Toile a le choix, évidemment, entre les 4 principaux z’opérateurs de la connexion Internet, en abrégé F, S, O et B – disons les BOFS.

Bref, un jour récent, monsieur M., qui a son abonnement chez F. depuis plusieurs années, constate que sa box internet est en rade… chez lui tout est correct, mais à fouiller et chercher d’où vient le problème, il finit par découvrir, dans sa rue, quelques longueurs de câble optique manifestement tranché de frais. Ah… il a entretemps téléphoné chez F. pour faire réparer, lequel F. vient trois jours plus tard – c’était évidemment, loi de Murphy oblige, à cheval sur un houiquinde.

Les gars de F. constatent qu’effectivement, le câble dédié à monsieur M. a été coupé, et que la prise correspondante est occupée par… une toute neuve bretelle installée par l’opérateur B. ! Aussi sec, F. débranche l’intrus et rétablit la ligne régulièrement affectée à monsieur M., mais prévient celui-ci que, y a pas de raison, le gars récemment branché par B. et désormais en panne, va se manifester afin qu’on vienne « réparer » sa belle ligne toute neuve : le petit jeu va donc sans doute se reproduire !

Effectivement, une camionnette siglée B se pointe un peu plus tard, munie de son échelle télescopique. Monsieur M., sur le qui-vive, sort de chez lui, prend des photos de ladite camionnette, et engage le dialogue avec les techniciens de B. (menace de dépôt de plainte, etc…), lesquels repartent finalement et prudemment sans avoir réitéré leur tour de cochon.

On en est là… mais ceci suggère un constat : c’est la loi de la jungle, les branchements-fibre. On se pique les connexions entre confrères – du moins B. pratique ce genre de forbanterie – et si ça se trouve un jour il y aura des morts. Bref, au lieu de promettre aux nouveaux abonnés des branchements-éclair qu’on pique aux autres faute de place, on ferait mieux d’installer honnêtement de bonnes connexions ADSL des familles, en attendant des jours meilleurs : ça marche très bien aussi, pourvu que les raccordements soient faits sérieusement. Je dis ça, mais je ricane tristement en mon for intérieur : qui se promène à Montpellier (et ailleurs !) dans les rues ne peut que constater un peu partout l’état lamentable des borniers de connexion téléphoniques, fils débordant en broussaille, capots ouverts à tous les vents, connecteurs rouillés, boîtiers pendouillant comme ça peut… le Tiers-Monde, en quelque sorte.

Tibert

(*) C’est désormais Toulouse la capitale du tandem « Occitanie », merci monsieur Valls pour cette ridicule réforme « quick and dirty », vite bâclée.

Audiard et Lapalisse sont dans un bateau

( L’intérieur Darmanin va demander l’expulsion de 231 militants étrangers, fichés « S » et en situation irrégulière sur notre territoire ! ça c’est une décision qu’elle est bonne ! outre que ledit ministre n’a pas à « demander » aux préfets concernés mais à leur en donner l’ordre, on s’interroge : quel masochisme, quelle complaisance, quelle mansuétude aberrante, quelle lâcheté ont voulu que jusqu’à présent on ait toléré ces dangers publics sur notre sol ? En situation irrégulière, c’est ouste, dehors, normalement, non ? c’est quasiment une lapalissade. Mais allez savoir, il est des considérations qui nous dépassent, en politique…)

« Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît », vous connaissez, évidemment. Illustration supplémentaire avec cette superbe débilité nuisible du groupuscule Extinction-Rébellion (d’obédience rosbif)  à Bordeaux. Ces imbéciles ont les SUV (*) dans le nez, et leur ont donc infligé des dégonflages de pneus. Ils se basent sur des statistiques aussi débiles qu’eux, qui additionnent les supposées pollutions au CO2 desdits SUV au niveau mondial… On n’a évidemment aucune indication sur la fabrication de ces statistiques : quels véhicules ? quelles grandeurs sont mesurées ? dans quelles conditions ? s’agit-il des mesures de rejet de tonnes de CO2, ou plutôt de l’augmentation de ces rejets, comme l’énonce l’article ? C’est différent… Tenez, deux énoncés :

  • « les SUV sont les deuxièmes pollueurs de la planète, avec 19,6 % des rejets de CO2 »
  • « Les SUV, 32ème pollueurs en quantité de CO2 émis avec 1,67 %, (**) sont les deuxièmes au palmarès de l’augmentation de ces rejets etc etc… avec + 27 % d’augmentation sur 10 ans ».

Mais le distinguo entre une grandeur et son évolution dans le temps (en maths c’est une dérivée), ça leur passe au dessus de la tête, à ces résolus dégonfleurs. Dégonfleurs qui n’habitent sans doute pas les zones rurales montagneuses, où le « 4 x 4 » est chaudement  😉 recommandé, voire indispensable en hiver. L’hiver, premier responsable des rejets de CO2 dans l’atmosphère, vu qu’il faut se chauffer : dégonflons l’hiver !

Tibert

(*) Entre un SUV, un break, un monospace, une berline un peu trapue, bien malin qui pourra définir les bornes. Les Etats-Uniens et Canadiens – ils ont de la place, eux – utilisent massivement les gros mahousses pick-ups genre Ford F150, y compris dans les villes : si ça se trouve, ils ne sont pas comptabilisés, ce sont des « trucks ».

(**) J’écris n’importe quoi, ce sont des chiffres pour illustrer mon propos.

Les villes à la campagne

C’est clair, il faut déménager Paris en Sologne, Lyon dans les Bois Noirs thiernois, Montpellier sur le Causse, etc. On pourra y festoyer (pas plus de six, évidemment) à loisir jusqu’à pas d’heure, et la Maréchaussée n’aura rien à y redire – sauf à faire souffler les conducteurs dans le ballon, ça va de soi.

Blague à part, c’est frappant comme ce désir, cette revendication de fête sans entrave sont omniprésents ces jours-ci ! à croire que les étudiants, les employés de bureau etc… passent leur temps à se poivrer la gueule au bistrot. Leur arriverait-il de faire autre chose ? J’écoutais hier un Parisien se lamenter, on ne peut pas aller dîner à 18 h 30, tout de même ! Mais, pourquoi pas ?

Ceux du Nord de l’Europe, du Canada etc… sont nombreux à dîner à 18 h. Ils ne s’en portent pas plus mal… Ils n’ont pas, c’est vrai, la sale habitude des bureaucrates de par chez nous de faire du rab’ le soir (quittes à embaucher largement après 9h) aux fins de faire croire à leur patron qu’ils l’aiment et se défoncent pour lui. On peut se lever plus tôt et se coucher itou, c’est possible ! Il me souvient également avoir vu, il y a quelques années, la télé française annoncer fièrement que dorénavant, scrogneugneu, les programmes du praïme-taïme (début de soirée, en français) démarreraient juste après 20 h30 ! c’était nettement mieux, les gosses pouvaient aller se coucher vers les 22 h, mais je t’en fous, ils ont repris leurs mauvaises habitudes d’horaires parigots imposés au Pays : rien du début de soirée ne démarre avant 20 h 55, voire plus tard : bande-annonce, pub, bande-annonce, feuilleton morne et convenu, re-pub, etc etc. Lamentable…

Bref les couche-tard sont punis dans certaines métropoles, et pour un temps limité ? c’est gravissime ; y survivront-ils ? La solution, ce serait de faire d’un couche-tard un lève-tôt : il y a juste la première nuit qui est difficile ; ensuite, c’est fait ! (*). Vous verrez comme les petits matins sont chouettes. « Morgen Stund’ hat Gold im Mund » comme disent les Allemands : les heures du matin sont les meilleures – y compris dans certaines activités ludiques de la sphère privée, vous voyez ce que je veux dire.

Tibert

(*) Les veinards, dimanche prochain ils auront une heure de plus à cuver leur nuit : c’est l’heure d’hiver qui se pointe – la meilleure, d’ailleurs.

« Et si… », suite en si mineur

Navré, je suis. Si vous avez lu mon précédent billet, vous y avez peut-être vu l’espoir d’une saine réaction gouvernementale à ce qui ressemble de plus en plus à de la guerre larvée dans certains territoires disputés à la République. Eh bien, le Darmanin de l’Intérieur a tout compris ! Les flics sont en grand danger, la nuit, retranchés dans leurs commissariats ? on va augmenter les effectifs, et améliorer les primes ! surtout la nuit.

En somme, à risquer leur margoulette, nos forces de l’ordre y gagneront de quoi améliorer le périlleux ordinaire, du beurre en plus dans les épinards, des emplâtres plus luxueux sur les plaies. Quant à s’organiser « pour que la peur change de camp », comme ils disent en montrant leurs biscotos là-haut, on verra ça aux Calendes Grecques.

Vous me direz : oui, mais la Police est démotivée, quasi paralysée : a) la Justice ne suit pas – voire pédale à contresens – et laisse divaguer les malfaisants laborieusement pourchassés ; b) les médias et nos élus insoumis, verts-rouges et similaires, sont à l’affût de la moindre espérée bavure, prêts à hurler, dans l’attente de la Divine Grosse Boulette qui permettra de monter ça en mayonnaise, etc etc. Que faire ?

Ben oui… tiens, ça me déprime.

Tibert

 

Traduire « What if … »

Oui, évidemment, on a une réponse simple – mais longuette – à la question posée en titre : « Que serait-il arrivé si… »,  « Que se passera-t-il si… ». Je propose plus bref :  « Supposons que… » ; ou, encore plus bref :  « Et si…». On est vachement plus court, là…

Reste à faire fonctionner notre « Et si…», en y collant une hypothèse : « (What if) Et si… les quarante assaillants du commissariat de Champigny, avant-hier soir, avaient pu pénétrer dans les lieux ? ». Vous me direz, si ma tante en avait deux, etc etc…, je sais. Mais ces types avaient des barres de fer à la main, ce n’était pas pour jouer à la marelle, ni déposer des mains courantes en groupe. Fort heureusement, les vitres blindées ont résisté, pas de bobos humains, juste des déprédations, comme on dit. Ceci dit, what if , j’insiste, que se serait-il passé si… ?

Tout ça pour dire que l’action en question visait clairement à terroriser (faire peur, foutre la pétoche, vous direz ça comme vous voudrez). Et plus si affinités : cogner, blesser, faire mal, etc. C’était de la terrorisation, si vous me permettez ce néologisme. Et de terrorisation à terrorisme, on trouvera l’épaisseur d’un cheveu, ou guère plus : le principe est le même. Ceci dit, il ne s’agit pas – comme moult lecteurs indignés des canards-sur-le-Houèbe le suggèrent ou le réclament – de faire intervenir l’armée pour rétablir l’ordre, ce n’est pas son boulot (*), ça ferait des dizaines de morts, dont de braves gens étrangers à l’affaire ; mais de qualifier les faits. Ce degré d’ensauvagement, ce n’est plus simplement de la délinquance, c’est ni plus ni moins du terrorisme ; mais je vous parie un paquet de cahouètes que ce ne sera pas sous cette qualification que la Justice va traiter l’affaire.

Deuxième pari : à supposer (what if, toujours) qu’on gaule quelques-uns des énergumènes qui y étaient, et qu’ils passent en justice, on va découvrir, attendris, que ce sont tous de braves petits, enfance malheureuse, pas eu leur chance, les voisins : « aucun problème, poli, serviable, tout ça »… C’est, vous en conviendrez, un scénario classique, râbaché, voire usé – et ça use !

Tibert

(*) L’armée se fout de maintenir l’ordre, alors là, comme de sa première paire de chaussettes. L’armée a pour tâche d’établir un rapport de forces à son avantage, quelque soit le bordel que ça engendre et les dégâts à constater. On n’en est pas encore là.

 

La ferme, soyez bref, etc.

 

( Trois MNA se font gauler dans un cambriolage près de Montpellier… des étrangers « Mineurs Non Accompagnés » – de jeunes Algériens, en clair. Je cite le journal : « Ces mineurs non accompagnés étaient logés par le département dans un hôtel de Montpellier et pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance. » Mais comme la bouffe n’était pas terrible, l’hôtel peu luxueux, et sans moyen de locomotion autonome, ils ont éprouvé le besoin d’améliorer l’ordinaire, vous voyez. Des ingrats ! voilà ce qu’ils sont. De mon temps, une orange à Noël gnagnagna… )

Mais bon… le Parigot de ce jour nous suggère ici très laconiquement de nous exprimer court, bref, elliptique ; a) parce qu’en fait il ne le dit pas explicitement ; b) parce que l’article en question est tronqué dès le début, réservé aux abonnés, dont je ne suis pas (le foot, je m’en passe à l’aise, et le PSG, alors là, pfffft… !) : en gros, je résume, moins on cause, mieux on se porte ! Eh oui : plus on parle, plus on balance de Covid dans l’air – si l’on est « chargé », évidemment – et ce salaud de virus sait y rester, en l’air, justement, en suspens, en aérosol… dans l’attente d’un nez, d’une bouche, voire d’un oeil accueillant. Et plus on cause, plus on postillonne, et il y a des champions qui atteignent les deux mètres, ou un peu plus de 6 pieds pour ceux qui comptent avec leurs pieds. Des postillons à deux mètres… ce n’est plus de l’aérosol, c’est du tir tendu !

Accessoirement, il nous est conseillé d’aérer, ça diminue les risques. En somme, aux deux extrêmes, vous mettez quelques pipelettes bien en forme et privées d’auditoire pendant trois jours dans une pièce close – toutes infectées ou presque, bien entendu – avec mission de se raconter leurs varices et leurs recettes pour aller à la selle, le tout sans masque ; à l’opposé, deux trappeurs sourds-muets au grand air dans le nord du Canada, en pleine santé et s’exprimant par onomatopées dans le langage des signes, à dix mètres l’un de l’autre – ou par télégraphe Chappe, pour être encore plus éloignés.

Le langage des signes ? bon sang mais c’est bien sûr ! le masque + les mains à laver + la distance + le langage des signes, voilà la martingale imparable. Covid, tes jours sont comptés. Avantage annexe : l’anglais est foutu, aussi, on va pouvoir oublier  » my taylor is rich », et on ne perd rien. C’est universel, le langage des signes ! Le bras d’honneur, tiens, c’est idem dans toutes les langues, et sans postillonner.

Tibert

A la pêche aux aimants

(Covid-info : On va encore pouvoir bouffer au restau à Paris : c’est bien et c’est normal, car les tenanciers sont capables de sérieux et de responsabilité. S’accouder en grappes (clusters en anglais) au zinc d’un rade pour y refaire le monde sans masque est nettement plus risqué, et d’ailleurs ce n’est temporairement plus possible : on paye là la légèreté des jeunesses de l’été… un de ces écervelés, dans une grande tablée de bistrot où ça jacassait et se conta-minets sans vergogne (*) énonçait, narquois, au micro tendu à sa bouche découverte : « la vie comporte  une part de risque ». Il omettait juste de dire : pas pour moi, pour d’autres… les vieux ? ah oui, bof, tant pis.)

Mais bon… Vieux serpent de mer des bobards qui courent l’Educ’Nat, l’enseignement de l’arabe à l’école refait surface. Notre Darmanin de l’Intérieur y est allé de son argumentation là-dessus, et ma foi il est vrai que si l’on a des cours à l’école, plus besoin d’aller en suivre dans une assosse opaque, religieuse et plus ou moins endoctrineuse. Mais il manque une précision, pour casser les pattes aux rumeurs ; il manque un mot dans cette apologie des cours d’arabe… « obligatoire » OU « facultatif ». Hic jacet lupus, comme disait l’autre, c’est là qu’est le hic. Car si ça vous chante d’apprendre la dentelle du Puy en CE2 et qu’il y a cette option optionnelle au menu, grand bien vous fasse ! Certes, parler l’arabe peut être utile, de même que l’ourdou si l’on commerce avec le Pakistan, ou le mandarin pour aller rencontrer les Chinois, etc. Tout connement : plus je parle de langues, mieux c’est ! Le hic (jacet lupus), c’est que le cerveau et les emplois du temps ont leurs limites : on apprendra l’arabe, mais au détriment d’autres matières. Tenez, le français ou les maths, par exemple, déjà que c’est de plus en plus piteux.

Mais, télescopage journalistique de ce matin, j’ai trouvé cet article dans le Monde, et ma foi il colle bien avec les propos darmaniens sur l’enseignement de l’arabe. La pêche aux aimants, pour draguer les fonds… quand on a  besoin qu’on vous aime.

Tibert

(*) Je sais, c’est assez poussif, mais chargé de sens.

… Et je retiens 3

La médaille Fields pour un matheux français ? ce ne sera plus, bientôt, qu’un rêve inaccessible. On s’éloigne, on s’éloigne, on est de plus en plus nuls. Tenez, le Parigot vous en dit plus, ici. En chute libre, le niveau de maths des CM2 ! Et ledit  cyber-canard de nous illustrer ça avec un élève en chemise de bûcheron canadien,  gaucher qui plus est, bossant au tableau noir sur une équation du troisième degré ! M’étonne pas s’ils ont du mal, les malheureux de CM2… déjà qu’ils n’arrivent pas bien à faire les retenues dans les soustractions d’entiers naturels (ou les additions d’entiers relatifs, et vice-versa). Mais à mon avis le gars qui a pris le cliché ne savait probablement de quoi ça causait : ça ressemblait à des maths, non ? y a des « x ».

Tout ça pour dire que cet article pointe les grosses disparités liées, semble-t-il, aux niveaux socio-culturels des élèves : dans l’enseignement privé et les classes plus aisées, ça reste sur un bilan estimable sinon reluisant ; l’enseignement public et les couches plus « populaires » s’en tirent de plus en plus mal. Que faire ? comme titrait un ancien célèbre dirigeant politique. On ne peut pas laisser les choses se détériorer inexorablement, les bras croisés, non ? les profs de fin du primaire ont de plus en plus d’élèves juste capables de lire, écrire alors là ça devient périlleux, quant à compter, je vous dis pas ! On paye là des lustres de bonnasserie, de pommade « l’apprenant se construit son propre savoir » du bon Dr Meirieu, de renoncement devant l’ensauvagement qui monte, de chamboulements quasi annuels des programmes, de confusion des rôles, de baisse des exigences. L’effort ? quesaco ?

Deux options pour remédier à ça : a) on remonte les notes ; b) on baisse le niveau d’exigence. Ou les deux, tiens…

Tibert