Y fait rien qu’à nous embêter !

Je lisais ce matin que le « suspect »  (doux euphémisme) du dernier attentat islamiste à Paris était un Pakistanais (*) de 25 ans, alors qu’il se prétendait mineur à son arrivée en France : ça semblait peu crédible, l’administration avait demandé une expertise osseuse pour voir – et un juge l’avait refusée ! donc c’était un mineur ipso facto, si si, donc dispositif spécifique d’aide, etc etc… en fait, le juge s’est planté ou a traité ça par le mépris, avec les conséquences que l’on sait. Errare humanum est, soit, mais ce juge se fera-t-il remonter les bretelles pour ce qu’on peut qualifier au minimum de légèreté ? j’en doute fortement.

  • Mais voilà que nos magistrats se sentent persécutés et se plaignent au Macronious : Dupont-Moretti, leur ministre – disons EDM -, il fait rien qu’à leur chercher des noises. En somme, le Président devrait désavouer son ministre, qu’il a adoubé dans l’équipe Castex.  Pour eux, EDM  est un malfaisant, « détruisant le lien de confiance devant unir les citoyens à la justice ». Pour détruire le lien, il faudrait qu’il existasse ! En fait notre Justice est loin d’être très bien vue…

On peut avancer des tas de bonnes raisons, budget minable etc : c’est vrai, mais cette justice a des trains de retard, et en pagaille ; elle est d’une lenteur exaspérante. Et puis, les policiers le disent souvent et nous le constatons, ils travaillent souvent en pure perte : ils chopent un type, le refilent à la Justice – c’est le circuit normal – et ledit clampin revient le lendemain, libre comme l’air, faire des bisque-bisque-rage aux policiers.

Bref, on constate qu’ EDM gratte les magistrats là où ça les gêne : très bien, il fait son boulot. Cette institution clame son droit à l’Indépendance (superbe principe en platine iridié, légèrement surévalué : la Justice ne doit pas être un état dans l’Etat), mais elle a tout de même des comptes à rendre : moralement d’abord, devant les Français (**). Vous me direz, ça, ça ne mange pas de pain ! c’est vrai, c’est un très beau principe, mais concrètement ? eh bien il y a le ministre de la Justice…

Tibert

(*) Le Pakistan n’est pas un « pays à risque » : que foutait ce type en France, à demander l’asile ? il se plaignait d’ailleurs d’avoir atterri dans un pays de mécréants. Pauvre gosse… l’aurait-on contraint à venir chez nous plutôt que dans un pays « islamique » ?  on est en pleine Absurdie, là ; l’immigration en France c’est le Bateau Ivre.

(**) Aux USA et en Bolivie, les juges sont élus. Ce n’est pas la panacée – clientélisme, démagogie… – mais ils rendent très concrètement des comptes aux citoyens. Chez nous, le citoyen, il est bien loin…

 

Dieu dans tous ses Etats

( Arrivant sur les lieux du dernier attentat près des anciens locaux de Charlie-Hebdo, le Premier Castex s’est exprimé devant les micros de la Presse, ça fait partie de son boulot. Extrait des articles : Interrogé sur l’état des deux blessés hospitalisés, le chef du gouvernement a répondu : « Leurs vies ne sont pas en danger, dieu merci ». De quel dieu bienveillant s’agissait-il, on l’ignore à l’heure où je mets sous presse. Dans une république qui se dit laïque, venant d’un Chef en chef, ça fait bizarre, non ?)

Mais j’ai également pu lire une déclaration grave et profonde de l’ex-Pépère-Normal, « Nous n’en avons pas fini avec le terrorisme islamique ». Notons au passage qu’il le qualifie, le terrorisme ! chose qu’il répugnait à faire du temps de sa prudente mandature, c’était du « terrorisme » tout court et basta ! On évolue, les écailles nous tombent des yeux… mais ce scoop renversant m’arrache un ricanement désabusé. Ce terrorisme – islamique donc, bonne réponse – est nourri, chouchouté, valorisé par des paquets d’Etats tous plus uniformément islamiques les uns que les autres, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran, l’Arabie Saoudite, le Yemen, et d’autres, plus sournois mais bienveillants. Etats où il n’est pas question de relativiser quoi que ce soit du dogme, où les autres religions sont anecdotiques voire persécutées, où la mort punit le fou qui ose  douter à voix haute. C’est avec ces écoles étatiques de fanatisme, d’obscurantisme et de haine que nous devons nous colleter, et, comme le dit Moi-Normal-Président, « nous n’en avons pas fini » : c’est assez bien vu.

Tibert

Tollé rance

On a peut-être vu le film – estimable, sans plus – de Verneuil, « I comme Icare », qui illustre les capacités de l’homme à… 1) faire taire ses principes dès lors qu’il est couvert par une autorité supérieure ; 2) s’accoutumer à des situations qu’il ne supporte pas au premier abord. On a aussi – hélas – de multiples retours d’expériences sur l’accoutumance à l’horrible, à l’horreur : l’apprenti-toubib, qui tourne de l’oeil à sa première dissection, fera ça en sifflotant plus tard. Plus sinistre, des gamins de 8-10 ans étaient invités à assister aux décapitations en grande pompe mises en scène par l’Etat Islamique, afin de les accoutumer au sang, à l’insoutenable. Afin de les blinder.

Mais venons-en à mon propos… lisant le Parigot, je suis tombé sur cet article, dans lequel un professeur des écoles, aux yeux noircis et tatoué des orteils aux cheveux, et qui en est fier, argumente ainsi  : « Si mon apparence peut contribuer à l’augmentation de la tolérance…». Il se trouve, justement,  que l’article en question fait état de la frayeur de parents et d’élèves face à ce spécimen inhabituel d’enseignant, spécimen qui admet être conscient de cette réaction. On est hélas, là, en plein dans l’air du temps, les repères de valeurs ne fonctionnant plus. Qu’est-ce qui est beau, quand tout se vaut, quand une « installation » à base de brouette, pelle et tas de sable est encensée au niveau d’un Murillo ? En quoi est-il positif d’ « augmenter la tolérance », si c’est pour se résigner à tolérer – subir, en fait – la hideur, l’excès, la provocation ?

Eh non, tolérer n’est pas forcément louable (*). Tolérer, c’est céder, quelque part ; tolérons l’autre dans sa différence, soit, mais qu’il ne nous l’impose pas.

Tibert

(*) La tolérance ? il y a des maisons, pour ça, disait Claudel.

Trop tard !

Madame Hidalgo se tâte : sera-t-elle candidate à la magistrature suprême ? Paris est si petit pour ses ambitions… à supposer, premio, qu’elle y aille, deuxio, qu’elle gagne, ce serait, entre autres immenses bénéfices (la première femme Président (*), de gauche, anti-bagnole, pro-vélo, gnagnagna…) la première fois que nous aurions un.e président.e vraiment bilingue. Pour le dialogue franco-espagnol ce serait super, mais, entre nous, si la Maire de Paris « y va », ce n’est pas ça qui guidera mon choix ! )

Et puis on vient de nous dire qu’en Chine ils ont compté 12 cas nouveaux de Covid, avant-hier. Ils sont franchement miteux ; chez nous c’est plus de 10.000… bref on ne joue pas dans la même cour. Ou bien ils ne comptent pas comme nous ?  😉  Ceci étant, chez nous les gens désespèrent de se faire tester, queutent des plombes sous le soleil et sous la pluie pour se faire fourrer un écouvillon dans le nez… avant d’attendre fiévreusement (!!) le résultat.

Sachant… a) qu’ils ont attendu 1-2 jours, ressentant les supposés symptômes, avant de se décider à se faire écouvillonner ; b) qu’ils ont attendu 2-3 jours pour accéder à l’épreuve de l’écouvillon ; c) qu’ils attendront 3 jours avant les résultats, calculer le temps écoulé entre les premières toux inquiétantes et le résultat. Vous avez 2 minutes.

Je relève les copies : 6-7 jours. Etant donnée la durée de quarantaine communément admise, soit 7 jours, quand on sait si on l’a (eu) ou pas, ça ne sert plus à rien… bravo les mecs. Quant au logiciel Stop-Covid, il est, comme son nom l’indique, vide ! encore un gadget à poubelliser, ayant néanmoins coûté un max, comme il se doit.

Allez, courage, on survivra : Donald nous promet un vaccin pour les élections états-uniennes ; Vladimir en a déjà un. A propos, s’ils en discutaient, tous les deux ?

Tibert

(*) C’est la fonction, pas le genre, ici. Donc Le Président, madame Le Président de la République. Et zut aux scrivailleur.se.s inclusif.ve.s

C’est trop d’honneur

D’aucuns veulent panthéoniser à tout va. Après madame Weil – et son mari, qui autrement se morfondrait – on veut nous y coller Verlaine et Rimbaud ! Permettez que je rejoigne celzéceux qui s’en offusquent. Panthéoniser Arthur et Paul – « Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante » – est aussi pertinent que de filer les Palmes Académiques à un montreur d’ours, ou le Mérite Agricole à une danseuse de l’Opéra de Paris.

Et d’une, Arthur aurait montré son cul à une telle proposition. Et de deux, ce ne fut pas un « grand homme » – sa fin de vie ne fut pas exemplaire, ses engueulades au revolver avec Paul ne furent pas de bon goût – mais un immense poète. Paul ? il fut tout aussi rebelle, musicien évidemment, mais plus vieux, plus sage – et plus terne, selon moi. Alcoolique violent avec ça, et taulard pour avoir tenté d’étrangler sa mère. De « grands hommes », Paul et Arthur ? ils sont sur une autre orbite, on se trompe d’aiguillage. Je les vénère et les relis, mais c’est d’autre chose qu’on cause, là.

Mais, vous voulez mon avis ? ce qui sous-tend cette proposition sotte et grenue, c’est encore autre chose : c’est le Mariage Pour Tous revisité, prolongé, sanctifié, et qui s’invite dans cette promotion hypocritement avancée. Pensez, deux homos (*) ! au Panthéon ! ce serait un vrai progrès sociétal, non ? ou bien, les deux Jean, Cocteau et Marais ? euh…  voyons voir, voyons voir…

Tibert

PS – De l’eau à mon moulin : les auteurs de cette proposition sont bien dans le droit fil de faire entrer au Panthéon, enfin, un couple homo, ça manquait. Un dédoublement d’Oscar Wilde, en quelque sorte. Rimbaud n’aimait pas Charleville-Mézières, où il est enterré. Ses restes aimeraient-ils côtoyer, à Paris (ah, Paris ! Paris, forcément, TOUT ce qui vaut le coup doit être à Paris, la Province ne mérite pas les Grands Hommes…)  et sous des tonnes de pierre, les squelettes qui y moisissent (et s’en foutent, totalement, d’ailleurs) ?

(*) Pas purs et durs : Verlaine fut marié fort classiquement, mariage très houleux et malheureux d’ailleurs. Et moult de leurs poèmes célèbrent les femmes, eh oui. Je me joins d’ailleurs à eux, beaucoup plus prosaïquement.

Mort du câble et du père

( Un-une quidam qui, mâle, avait eu des gosses avec une femme (what else ?), ayant pris le chemin chirurgico-socio-administratif d’ « être » femme, réclame maintenant de pouvoir être reconnu.e officiellement comme « mère » de sa fille dernière née – née notamment d’un de ses spermatozoïdes du temps qu’elle en produisait encore. C’est la Cour de Cassation qui va devoir trancher… on roule de plus en plus déjanté ! Bref, on sait pas où on va, mais on y va. *)

Mais, au fait. Notre Macronious national brocarde la lampe à huile et les Amish, à propos de la querelle de la fameuse 5G, cette technologie (évolution technique, plus modestement) qui doit révolutionner notre mode de vie. Pensez, on devrait pouvoir télécharger un film en haute définition en quelques secondes ! le bonheur, quoi. Du coup, muni d’une carte bancaire bien pourvue, si « Dillinger est mort » vous fait ch… devant votre écran super-panoramique ou votre smart-faune drap-de-lit, hop vous cliquez, vous effleurez… vous surfez,  et dix secondes plus tard vous pouvez visionner « Startrek » ou « Mission Pas Possible VIII », toujours aussi efficaces, zim-boum-boum. Avouez, ça change la vie !

Et puis la 5G serait enfin, paraît-il, le truc qui permettrait de faire de la télé-chirurgie les doigts dans le nez… excusez-moi, mais si je suis sur le billard, ouvert par un robot, je préfère de bons vieux câbles, optiques si vous y tenez, au réseau hertzien, aussi rapide soit-il : si 800 concierges se mettent à téléphoner à leurs copines en même temps, ça va saturer, nonobstant la soi-disant priorisation des flux. Plus sérieusement : on est très loin d’avoir déployé correctement et efficacement la 4G  et la fibre optique ! Que quelques cellules critiques exploitent et défrichent la 5G, oui, bon, on ne va pas rester à la lampe à huile, mais à équiper solidement et exhaustivement l’Hexagone de bons vieux réseaux redondants de fibre, de relais 4G denses et couvrants, on y gagnerait, en efficacité, en équité républicaine, en budget, en économies d’énergie. Et je ne suis pas Amish pour deux ronds, j’ai même une voiture (**).

Tibert

(*) Réclame gratoche, un roman assez réjouissant bien que sombre, façon « 1984 » revisité, d’un nommé Ilan Duran Cohen, « Le petit polémiste« , y va assez à fond sur les dérives et délires sociétaux qu’on nous prépare gentiment, entre suppression du sapin de Noël et Ministère de la Décarbonation et du Vivre-Ensemble. A vous de voir.

(**) Vieille, oui, je sais, et polluante, je vous dis pas ! Mais si vous voulez y remédier, je vous communique mon RIB.

Con-fusions et sous-entendus

( ça y est, les « frigos vides le 15 du mois » reviennent, on les avait presque oubliés. Pffff… Les vitrines des Champs-Elysées n’ont qu’à bien se tenir, va y avoir des débris de verre sur le bitume, les samedis. Déjà, le virus dont on n’arrive pas à se dépêtrer – les jeunes ont décrété qu’ils s’en foutaient, donc ça galope, et tant pis pour les autres – et puis la bubonite jaune qui reprend à petit feu. On est mal barrés, ma pauvre dame. )

Mais causons d’autre chose, on va déprimer… vous savez, bien sûr, que les races humaines n’existent pas ? animales, oui, les Setter, les Aubrac, le baudet du Poitou, etc… mais humaines, non. On garde le mot « race », mais c’est juste pour le cheptel, sinon c’est au minimum inapproprié, sinon grôôssier. Ceci dit, on cause d’ethnies, c’est plus propre. Notez bien qu’on en cause, mais pour clamer haut et fort qu’on ne veut pas savoir. Savoir les chiffres, les proportions, la répartition, etc, c’est légitime et intéressant, mais ce n’est pas bien. Donc on se bouche les oreilles et on ferme les yeux.

Sauf que Le Monde nous pond un article « Querelle républicaine autour des statistiques ethniques ». Dans cet article (*) il n’est nullement question de statistiques ! ni trop de république, d’ailleurs. Confusion… car le sujet, c’est que des  groupes ethniques contreviennent à l’universalisme républicain officiel et affiché. L’universalisme ? oui, qu’importent la couleur de la peau et l’origine. Vous cherchez un toubib ? qu’il soit Antillais, du Ch’nord, d’origine vietnamienne ou Corse,  c’est un toubib, point ! Les atomes crochus, les compétences, oui, bon, mais le reste, on oublie – en principe et en bonne République.

Bref, nous dit Le Monde, d’aucuns se font des réseaux pour sélectionner des professionnels ou des services « racialisés ». Pas raciaux, non, ça n’existe pas ; racialisés. Traduisez :  de la bonne couleur, celle du groupe d’accueil probablement, il faut deviner. De toutes façons, surtout pas Blancs ! Tandis que d’autres s’étranglent d’indignation à l’évocation d’une possible offense (**) à une personne « de couleur »… franchement, ça devient malsain.

Tibert

(*) Article réservé aux abonnés, dans sa version complète. Mais vous pouvez lire l’amorce, ça donne forcément envie d’acheter le truc pour voir  😉

(**) Dernièrement, monsieur Sarkozy s’est fait allumer par divers membres de LFI (la structure mélenchonienne) car il avait, dans le même propos, et dans un intervalle de temps jugé trop étroit, causé des « singes » puis des « nègres » ; il critiquait en fait les oukazes sur certains mots, décrétés caca par la doxa bien-pensante. DONC, clamaient les Mélenchons’ Boys, c’est qu’il associe ces deux concepts :  DONC il est raciste, CQFD, Quod Erat Demonstrandum. Remarquons simplement que c’est surtout la lecture que font ces contempteurs des propos sarkoziens qui associe brutalement les deux termes : c’est çui qui l’dit qui y est !

Les môts

Supposez, vous êtes environ à deux mètres d’un quidam, sur le trottoir. Comment l’exprimez vous ? pas en disant « je suis à deux mètres de monsieur X», c’est plat, c’est nul. Vous dites : je respecte (j’applique, je mets en oeuvre, je concrétise, j’exerce…) une distanciation sociale de deux mètres.  La distanciation sociale est à la distance ce que le référentiel bondissant est à un ballon : les Diafoirus de la langue y sévissent. Lorsqu’on ne ne nous bombarde pas d’importations inutiles, toutes venues d’outre-Manche, de clusters (de foyers) et de fact-checking (de vérifications),  on nous enfle le langage, ça fait mieux, plus sérieux.

On enfle, mais c’est du vent. L’ensauvagement ne fait pas broncher un cil au d’jeune mâle qui tabasse une nana pendant qu’un comparse filme ça aux fins de diffusion sur les réseaux-poubelles. On nous niait tout ça, mais pas du tout, voyons, tout baigne. Ainsi, le délicieux, le délicat sentiment d’insécurité a longtemps, sous la houlette des Socialistes, tenu lieu de diagnostic : meuuuh non, c’est juste l’appréhension…

On tente maintenant – faute de pouvoir soigner – on tente de nommer : c’est l’ensauvagement. De la sauvagerie ? de la barbarie, comme tente de nous en convaincre la Marine ? non non, un « processus de passage à la sauvagerie». Voilà qui illumine notre quotidien truffé d’abominables faits divers, voilà qui permet d’affronter désormais la ville et ses pièges avec sérénité. Nous l’ignorions, craintifs, lovés sur notre sentiment d’insécurité : nous voilà sachants. Ce qui change tout, admettez ! Nous sachons maintenant qu’il s’agit d’un processus, vous voyez… défavorable, certes…

Juste une question : comment ça s’arrête, un processus ?

Tibert

 

Le bon sens (unique)

( Hélas, Annie Cordy nous a quittés… snif… ah cette délicieuse niglerie, « La  bonne du curé » ! tenez, ces vers sublimes :

Quand on est une fille comme moué
Entre la cure et les figures
Des grenouilles de bénitier
La vie est dure
Quand on aime rigoler…

Ah ah, irrésistible… mais que diriez-vous de transposer ça sur un imam ? )

Mais bon… Macronious redisait récemment, ce n’était pas inutile, qu’en France, on a le droit de railler, brocarder, caricaturer. Enfin, pas tout ! De même, on a le droit de gratter des articles dans un canard, mais pas n’importe qui, ni n’importe comment, ni dans n’importe quel sens. Tenez, le canard économico-politique Valeurs Actuelles ayant fait ce qu’on peut appeler un prout journalistique à propos de la députée Danièle Obono (voir mon antépénultième billet, « Je-suis-charlie-euh-oui-mais-non« ), les feux de la rampe journaleuse se sont braqués sur lui…

Il se trouve qu’un rédac’chef de ce canard émigre vers Europe N° 1. C’est banal, les hommes changent, embauches, débauches et remaniements, les sensibilités, les copinages et les opportunités de carrières. Les hommes changent, les femmes aussi, rassurez-vous, c’est implicite dans le terme neutre « hommes », on a le droit de changer… Enfin, pas tout le monde ! Car c’est une levée de boucliers de la part du SNJ, le plus connu des syndicats de journaleux : quoi ? un homme de droite ? c’est scandaleux. Tenez, extrait de l’article qui traite de ça :

Le syndicat [ le SNJ, NDLR ] s’insurge en outre que le service politique d’une radio généraliste soit désormais dirigé par quelqu’un qui a un passé assumé de militant politique, rappelant que l’ex-rédacteur en chef de Valeurs actuelles a fait partie de l’équipe rapprochée de Claude Guéant, ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy.

Voilà, c’est scandaleux ! a contrario, que d’anciens (ou toujours actifs) trotskistes, maoïstes, socialistes, communistes et toutes les tendances politique en istes DE GAUCHE grattent des articles dans la presse, c’est farpaitement normal : il faut juste faire partie du sérail, et jouer sa partition comme il faut. C’est ce qu’on appelle la Liberté de la Presse.

Tibert

Début de débat

Juste un début, justement : Le Monde nous  livre gratoche le début d’un article sur le terme ensauvagement. Article dont on pourra imaginer la suite, toujours gratuitement, ou bien qu’on pourra lire in extenso en s’abonnant ou en l’achetant… et le débat, donc, s’amorce en nous informant que, je cite, la droite radicale se réjouit de la banalisation du mot « ensauvagement ».

Je ne sais pas si elle s’en réjouit, la droite radicale, mais on lit en filigrane que Le Monde, qui n’en est évidemment pas, de la droite radicale, ne s’en réjouit pas !  affreux, ce terme, donc… madame Lecolle, enseignante-chercheuse universitaire en Lorraine, abondamment citée dans cette amorce d’article, écrit en effet ceci : Quand Darmanin reprend le terme, il n’a pas besoin de préciser “ensauvagement de qui, de quoi ?” [ Darmanin disait : ensauvagement d’une partie de la société, ce qui n’est en effet pas très précis, NDLR ] On pense automatiquement “banlieues, immigration, etc”. Ce ne sont pas les mots qui disent ça, mais ceux qui se les sont appropriés qui les ont chargés de ce sens.

Eh oui, en somme, les mots appellent les mots, comme lorsqu’on entend Réaumur on complète in petto par -Sébastopol ; et « une partie de la société », ça se prolonge ensuite dans certaines oreilles mal construites avec « banlieues, immigration, etc ». Les gens ont l’esprit mal tourné, non ? pourquoi, mais pourquoi grands dieux ne suppose-t-on pas qu’il s’agit des bourges des beaux quartiers, de la France rurale et paisible, des têtes chenues ? Ah c’est terrible, ces présupposés… tsss.

Bref il va falloir, pour désigner ces formes de délinquance insolente qui gangrènent des quartiers non identifiés, pratiquées par des populations inconnues, trouver un terme qui ne stigmatise pas, qui ne se prolonge pas tacitement du mauvais côté. Le mieux, tiens, serait qu’on ne désigne pas : ça ferait plus propre. Ou alors, un terme anglais ? (*)

Tibert

(*) Et voilà ! ils font du suburbs-bashing  !