Un De Profundis et des Vêpres

Un de profundis pour monsieur Filoche, Gérard, bientôt 72 piges, retraité fonctionnaire et futur ex-membre de la Direction de Feu le PS. Outre qu’il est de gauche, de gauche nom de diou ! et donc que tout ce qu’il émet ne peut être que de gauche itou, forcément, il nous a émis un touïtt « de gauche », donc, avec une joulie image – ah zut ! où avais-je la tête ? c’était un truc de droite… – avec des références picturales très très claires à l’imagerie nazie, et en fond d’écran, derrière un Macron affublé d’un brassard rouge siglé « $ » mais évoquant furieusement un swastika, trois portraits choisis : monsieur P. Drahi, monsieur J. Attali, et monsieur J. De Rothschild… et puis un drapeau israélien au fond, au cas où vous ne verriez pas le lien entre ces trois personnages. Souhaitons à monsieur Filoche, bientôt soixante-douze balais, une paisible et longue retraite – de gauche, bien entendu, c’est là toute la différence.

Et puis le Carmel de Verdun a inauguré malgré lui une nouvelle technique de persuasion, pacifique celle-là, pour inciter les mécréants et infidèles à se convertir à l’Islam. Foin de la Kalachnikov, brutale, bruyante, qui laisse des salissures et ne persuade personne : deux jeunes prosélytes, prédicateurs improvisés, sont donc intervenus pendant les Vêpres chez les Carmélites de Verdun, psalmodiant des versets du Coran et haranguant les nonnes pour qu’elles se convertissent fissa, faute de quoi elles iraient en Enfer – l’enfer musulman, bien entendu.

Je vous laisse imaginer quelques cathos intégristes – et intrépides – latin, missel et eau bénite, essayant de convertir des fidèles musulmans au Petit Jésus et au Saint-Esprit pendant la Grande Prière du vendredi : l’observatoire contre l’islamophobie s’en étranglerait d’indignation. Avouez, il y aurait de quoi !

Tibert

 

Attention où vous marchez !

J’ai la flemme, aujourd’hui. La cosse, la grosse fatigue de bloguer. Hier, tiens, venant sur le trottoir face à une nana qui ne zieutait bien entendu que son mobile (*), je me suis amusé à rester pile-poil en face, pour voir… ça n’a pas loupé, on a failli s’emboutir. Pour vous dire : ils et elles deviennent autistes, sourds et aveugles – cons, aussi, légèrement sur les bords – vissés à leur mobile.

J’ai là sous le pied un texte sur le sujet – pas de moi, mais un lecteur assidu et réactif me l’a obligeamment communiqué. Je vous le ressers donc texto, verbatim comme disait Jules César à Cicéron.  Avec ses qualités et ses défauts : ce n’est pas de moi, mais d’un monsieur Dupuis. On l’applaudit ! c’est à vous, monsieur Dupuis.

Tibert

(*) J’en ai marre des « smartphones » : ils sont tous « smart » maintenant, ou quaïment. Donc « mobile » suffira désormais : c’est aussi clair, c’est plus court, et au diable l’intelligence du téléphone – l’intelligence des types qui nous ont balancé cette bombe planétaire dans les pattes.


L’effet des smartphones sur nos jeunes est plus qu’effrayant
Chère lectrice, cher lecteur,
Personne, je pense, n’avait anticipé la catastrophe historique provoquée par les smartphones.
La psychologue américaine Jean M. Twenge étudie depuis vingt-cinq ans le comportement social et affectif des jeunes. Elle a observé ces dernières années un séisme. Dans un article intitulé « Les smartphones ont-ils détruit une génération ? », elle explique que tout a changé à partir de 2012.
Cette année-là, plus d’un ado sur deux était équipé d’un smartphone. Aujourd’hui, c’est quatre sur cinq.
Durant cette période, les évolutions suivantes se sont produites. Elles concernent toutes les classes de la population, riches ou pauvres : les symptômes dépressifs se sont accrus de 50 % chez les filles et de 21 % chez les garçons, de 2012 à 2015 ; le nombre de filles qui se sont suicidées a triplé entre 2007 à 2015, et celui des garçons doublé ; le nombre de jeunes qui voient des amis tous les jours a baissé de 40 % entre 2000 et 2015 ;
actuellement, les jeunes de 16 ans sortent moins que ne le faisaient ceux de 12 ans en 2009. Ils sont en train de cesser progressivement de sortir et de se socialiser dans les parcs, squares, etc., et restent seuls chez eux avec leur smartphone ; en 2015, seuls 56 % des élèves de terminale sont « sortis » avec quelqu’un, contre 85 % des jeunes dix ans plus tôt, un chiffre qui était stable depuis les années 1960 ; le nombre d’enfants qui manquent de sommeil a augmenté de 57 % entre 1991 et 2015 ; aux États-Unis, où l’obtention du permis de conduire était le rêve de tous les jeunes autrefois, le passeport pour la liberté, on observe un désintérêt massif des adolescents, qui préfèrent rester dans leur chambre sur leur smartphone et se faire conduire par leurs parents ; concernant la consommation d’alcool, les rencontres amoureuses, les adolescents se comportent comme nous le faisions à 15 ans, et ceux de 15 ans comme nous le faisions à 13 ; s’ils sortent moins souvent, les rares fois où ils le font sont abondamment communiquées sur Snapchat, Instagram ou Facebook. Ceux qui ne sont pas invités se sentent donc cruellement exclus : le nombre de jeunes filles se sentant rejetées et isolées a augmenté de 48 % de 2010 à 2015 et le nombre de garçons de 27 %.

« J’essaye de leur parler et ils ne me regardent pas. Ils regardent leur smartphone »
Lorsqu’ils se confrontent malgré tout aux enfants de leur âge, leur manière d’interagir est profondément dégradée. En effet, bien que physiquement ensemble, cela n’interrompt nullement le fonctionnement des smartphones.
« J’essaye de leur parler de quelque chose, et ils ne me regardent pas droit dans les yeux. Ils regardent leur téléphone ou leur AppleWatch », témoigne une jeune fille dans l’article cité ci-dessus. « Et qu’est-ce que ça te fait, quand tu essayes de parler à quelqu’un en face-à-face et qu’il ne te regarde pas ? », lui demande la psychologue. « Cela me fait mal. Mal. Je sais que la génération de mes parents ne faisait pas ça. Je peux être en train de parler de quelque chose de super-important pour moi, et ils ne m’écoutent même pas. »
Oui, on imagine que ça fait mal, en effet…

Piégé par mon smartphone
En ce qui me concerne, j’ai tenu sans téléphone mobile jusqu’à il y a quelques mois. Pendant longtemps, je me suis débrouillé avec des «télécartes ». Mais les cabines publiques ont peu à peu été supprimées. En cas d’urgence, j’étais obligé d’emprunter le téléphone des gens. Mais avec le smartphone, ils sont devenus de plus en plus réticents à cause de toutes les informations personnelles ; trop dangereux de laisser ça entre les mains d’un inconnu, aussi sympathique soit-il.
Mais c’est ma banque qui a eu raison de mes résistances…
Comment ma banque m’a vaincu
Au mois de février, ma banque m’a envoyé un courrier m’expliquant que tous les clients devaient désormais utiliser leur smartphone pour « scanner » un code apparaissant sur l’écran pour accéder à leur compte… Penaud, j’ai acheté un smartphone. J’étais décidé à ne m’en servir que pour la banque mais, bien sûr, très rapidement j’ai passé mes premiers appels et il s’est mis à sonner en retour…
La chute
En juillet, je m’en servais, pour la première fois, connecté à ma voiture. En août, ma fille m’installa Whatsapp, et m’inscrivit au groupe de la famille, ce qui me valut de sentir des vibrations toutes les cinq minutes, et voir apparaître toutes sortes de « notifications » sur l’écran que ma curiosité avait le plus grand mal à ignorer…
Peu à peu, ma vie a basculé. Il y a dix jours, je me suis retrouvé pour la première fois à me promener dans la rue en « textant ». J’ai alors levé le nez autour de moi. Je ne regardais plus le ciel bleu. Je n’entendais plus les oiseaux chanter. Je ne souriais plus aux passants (ni aux passantes…). J’étais dans la prison psychique de mes messageries et je me suis rendu compte que la plupart des gens autour de moi étaient… pareils.

Le patron d’Apple avait interdit l’iPhone à ses enfants
Ce matin, un article explique que le grand Steve Jobs, patron d’Apple, avait interdit le smartphone à ses enfants. De même pour Bill Gates, fondateur de Microsoft, qui ne voulait pas d’ordinateur chez lui.
Y avait-il quelque part un problème que ces « génies de l’informatique » avaient remarqué et dont leurs clients ne s’étaient pas aperçus ?
« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… »
Les gens sont en train d’oublier combien la vie était douce avant ces engins. Moi je m’en souviens, je vivais ainsi il y a quelques mois encore.
Je montais dans ma voiture, ou dans le train, et je partais réellement.
Je ne poursuivais pas la conversation avec les gens que je venais de quitter. Les séparations étaient plus dures, mais les retrouvailles étaient aussi beaucoup plus intenses.
En voyage, je lisais. Dans ma voiture, je rêvais. J’écoutais de la musique sans jamais être interrompu par un brutal appel téléphonique.
Quand j’arrivais chez des amis, j’étais présent, je ne poursuivais pas des échanges parallèles avec des collègues ou d’autres personnes à des centaines de kilomètres de moi. C’était plus agréable pour tout le monde.
En réunion, au travail, je me concentrais uniquement sur les problèmes discutés autour de la table. Je n’avais pas le choix. Impossible de m’évader en appuyant sur un écran pour recevoir des nouvelles de ma famille ou de mes amis, ou encore pour traiter les questions liées à d’autres collègues, autre part.
Je comprends bien l’aspect excitant de ces machines. Vous êtes tout le temps stimulé. Vous vous sentez important. Vous avez l’impression d’être dans le coup, de mener une vie trépidante. Vous êtes enivré. Le grand frisson de la vie moderne, connectée, toujours en mouvement.
Vous recevez de délicieuses décharges d’adrénaline chaque fois que ça bipe, que ça buzze, que ça sonne.
Mais si vous regardez les choses en face, vous risquez aussi beaucoup plus de devenir un zombie dépressif.
Alors, cette fois, c’est décidé : je laisse mon smartphone à la maison ! Une fois par mois, je consulterai mes comptes, et ce sera tout.
Je brise mes chaînes. Je retourne dans le monde normal. Je dis stop à la dépression, aux insomnies, aux idées suicidaires. Adieu, mon smartphone !
À votre santé !
JM Dupuis

Virez les marquéteux !

Je ne vais pas causer de la querelle Plenel-Riss qui agite Le Monde  (188 commentaires de lecteurs à l’heure où je mets sous presse !), Charlie-Hebdo et Mediapart : allez-y et retournez-y, c’est instructif. Etant allergique aux contorsions chafouines et faux-cul des vieux trotskistes enkystés, je penche ici pour Charlie, bien que peu perméable à leur humour souvent caca-pipi-zizi, bref poussif. Mais vous avez le droit de penser autrement, oeuf corse !

Passons à aut’chose, donc : SFR va mal, son PDG de la holding (la maison-mère, Altice) se démène, cherche la parade… moi j’en ai une, radicale : virez le service marquétinge ! les marquéteux sont des gens payés (cher !) pour trouver les meilleurs moyens de baiser le client :

  • lui vendre des machins nuls, inutiles mais obligatoires car paquetés avec un truc qui vaut la peine, exemple des matches de foot avec un abonnement internet…
  • sortir la version 2.0.a du produit Bidule-Truc alors que la 2.1 est déjà fin prête à fonctionner : on fait lanterner, on créera le buzz avec la nouvelle mouture plus tard, et puis ce sera plus cher en y ajoutant un jonc chromé, etc…
  • faire des offres limitées dans le temps : « 17,99 € pendant 6 mois« … (en tout petit, ensuite : « puis 29,99 € avec engagement de 36 mois« ) ; « promotion à 12,99 € pour achat jusqu’à jeudi prochain« … comme ça le pauvre gars qui a acheté au prix « standard » une semaine plus tôt se sent bien seul et bien con.

Eh bien je décris là quelques-unes des techniques classiques – sans oublier le débile « virgule quatre-vingt-dix-neuf » – utilisées par la boi-boîte de monsieur Drahi, et plus généralement par tous les marquéteux de la planète. Si les clients se barrent, c’est bien fait !

Tibert

Tare partisane ? grammaire insoumise ?

Je vous causerai un de ces quatre du smart-faune et de ses ravages, notamment sur les jeunes, qui en deviennent sourds, aveugles et idiots. Mais ce qui m’interpelle ici, c’est un touïtt de  monsieur J-L. Mélenchon, le lider des Insoumis. On sait qu’il a du vague à l’âme – si tant est qu’il s’en reconnaisse une – du fait des flops piteux des diverses révoltes du Peuple, de la Rue, espérées, appelées, invoquées de toute son éloquence, mais que dalle ! On sait aussi qu’une des ses bras droites, Raquel Garrido, a tiré l’échelle et filé sa dèm’, devant choisir entre la juteuse et baveuse télé chez C8 et la rude politique chez Méluche : bref c’est une ambiance assez morose.

Morose, d’autant plus que monsieur Jack Ralite vient de mourir. Ancien ministre communiste – un des quatre – du premier gouvernement d’Union de la Gauche avec Mitterand, un gars bien, si l’on en croit les hommages funèbres (*). Bon, Méluche se fend donc, comme moult autres, d’un sobre touïtt à la mémoire de monsieur Ralite, ça se fait, ça… et alors ?

Et alors, ça donne ça : « Jack Ralite, ancien ministre de François Mitterrand, nous a quitté. » Pas « nous a quittés« , ou « nous a quittées« , non. Nous a quitté, nous. Nous ? nous, Mélenchon, au singulier.

Mais, p… ! c’est exactement la même faute d’orthographe que faisait Clémentine Autain dans son oraison funèbre en 140 signes maximum à Jacques Sauvageot : « L’une des grandes figures de 1968, Jacques Sauvageot #PSU #UNEF, nous a quitté. Emotion ». Madame Autain, du parti de Mélenchon !

Une telle convergence disorthographique est confondante, avouez !  ça méritait bien un billet, non ? mais au fait, qu’est ce que ça signifie ? bonne question.

Tibert

(*) J’ai beaucoup aimé – ça exprime pile-poil mon propre sentiment – un des commentaires des lecteurs du Monde concernant la mort de J. Ralite, je vous le ressers ici : « Les humains n’ont pas suffisamment de qualités humaines pour vivre en communistes« . Ce qui s’est toujours vérifié jusqu’ici.

Les femmes et les enfants ?

EmMac, le Chef en Chef de nos armées, se sent des « rangers » victorieuses aux pieds : ça y est, nous annonce-t-il, NOUS avons quaïment vaincu Daech – ou c’est imminent. Saluons donc cet exploit de nos soldats, modestement appuyés par les Russes, les Kurdes, les Syriens loyalistes, etc.

Et puis j’ai bouquiné l’article du Parigot consacré aux résidus français des forces daëchiennes, et, ma foi, une chose m’a interpellé : on y traite durement des hommes (les combattants, forcément !) dont notre ministre des Armées dit sobrement « Si des djihadistes périssent dans ces combats, je dirais que c’est tant mieux » (c’est raide mais c’est la guerre !) – tandis que le sort des femmes et enfants est clairement disjoint ! Je cite Le Parigot :

« Après la chute de Raqqa (…) une vingtaine de familles ont envoyé un courrier au président de la République pour plaider en faveur du rapatriement des femmes et des enfants en France. « Il n’est pas question de minimiser la responsabilité de nos filles qui se sont laissées manipuler, mais simplement de rappeler à notre mère patrie qu’elle ne doit pas rejeter ses enfants, même égarés ». C’est émouvant, c’est beau comme du Musset.

Mais là je m’interroge : où sont planquées les féministes ? personne chez elles pour exiger un traitement égal aux hommes ? il n’y avait donc aucune guerrière chez les Daëchien.ne.s ? aucune femme n’y a pris part aux combats ? toutes à garder les mioches à la maison, coudre les ceintures d’explosifs et préparer le couscous ? à l’heure où les militant.e.s de l’écriture inclusive (*) nous pourrissent la langue – avec la fervente complicité des journaleux pour faire mousser – cet article sexiste et macho fait tache : « Nos filles (…) se sont laissées manipuler » ! quelle image passéiste, dégradante de la femme ! non, monsieur le Président, ici comme partout, l’égalité homme-femme s’impose, doit s’mposer.

Tibert

(*) D’aucuns proposent, au lieu de l’indigeste, militante et lourdingue écriture inclusive, de revoir les accords dans le sens dit « de proximité », le dernier cité l’emportant. Le masculin ne s’imposerait pas d’office, « Ils sont partis joyeux » (même avec cinquante femmes tristes pour un seul homme gai), mais selon le cas : « les gars et les filles sont parties joyeuses« , ou « les filles et les gars sont partis joyeux« . Ouais… c’est jouable… un peu délicat mais jouable, contrairement à l’aberration inclusive.

Noël au clairon, pas qu’au …

… pas qu’au… Pâques aux… allez, trouvez-moi une rime en -on, et pas grossière siouplait, c’est pour Noël.

Oui, Noël ça se prépare de plus en plus tôt, grosse affaire, et cette année les éboueurs sont passés me taxer d’un biffeton vers la Toussaint – mais c’était pour leurs petits souliers de Noël, qu’ils m’ont dit, dame faut anticiper – et le facteur leur a emboîté le pas deux jours plus tard ! manque plus que les pompiers, à la bourre finalement, quoique 6-7 semaines avant la supposée naissance du Petit Jésus dans sa cré-crêche.

Hier madame Kidman, Nicole, blonde et maquillée façon drague-couine, a inauguré devant les badauds et les télés du monde entier la vitrine de Noël du grand magasin Le Printemps, à Paris, boulevard Hausmann (pouvez pas le louper, c’est juste en face le derrière de l’Opéra Garnier). Ce fut beau, on se serait cru à Cannes au festival, les marches en moins, dixit le Parigot. Mais il y eut des râleurs, celui-ci, tenez : « Dommage que cela présente des produits et pas assez de jolis sapins. Ce n’est pas assez l¹esprit de Noël ». Voilà, « y a trop de produits« , soi-disant ! non mais, y a toujours des grincheux pour gâcher la fête au tiroir-caisse. D’abord y en a pas, des sapins, à Bethléem, c’est des oliviers.

Pour l’esprit de Noël bien avant l’Armistice (le 11 novembre, celui de 14-18, the Boucherie avec un Grand B majuscule), voyez les forains ! les forains qui bloquent Paris, vu que la maire Hidalgo veut plus du marché de Noël. Trop de produits ? évidemment que oui, des bougies farpumées et des  sapins-pain d’épices, des foies gras made in PRC et des bonnets en laine blanc-rouge fabriqués aussi là-bas, très très loin, mais venus pile-poil au bon moment par porte-containers… eh bien la maire de Paris elle en veut plus, de ces guignoleries à claquer du fric connement (remarquez, le prétexte c’est comme d’hab « pour votre sécurité« , bien entendu). Alors forcément, les forains ça leur fait du manque à gagner ! on peut plus faire la fête nom de diou ! et donc ils bloquent tout le monde, c’est bien normal.

Voilà, comme on dit (soupir…), c’est bientôt Noël, pfffft…, et vivement qu’on ait passé l’Epiphanie et la galette à la frangipane, c’est d’un pénible, toutes ces fêtes !

Tibert

Elémentaire mon cher Dugenou

J’ai assez bonne mémoire, surtout les chiffres, et justement ce matin, lisant la presse-pas-papier, la presse-sur-Toile donc, j’y apprends (c’est Le Monde qui s’y colle) qu’un groupe important de touristes « asiatiques » – ils sont repartis vers la Chine : des touristes chinois, pourquoi ne pas le dire –  se sont fait dévaliser devant l’hôtel 3-étoiles de Fresnes (9-4) où ils séjournaient : attaque par quatre malfrats arrivés et repartis en bagnole avec des mines patibulaires, des intentions malveillantes et des gaz lacrymogènes : main basse sur montres, portefeuilles, smart-faunes et sacs à main, bref l’attaque de la diligence.

L’article ne le dit pas, mais ce n’étaient pas quatre pelés devisant devant l’hôtel tout en fumant leurs clopes qui se sont fait agresser, mais tout un groupe, réuni là, donc, vers 20 h 30, pour un mouvement collectif et vespéral genre déplacement en car pour une visite, disons le comptoir, l’arrière-salle et les jeux de billard du sympathique et typique « Café des Sports » d’un bled voisin, avec dégustation de rosé mousseux demi-sec élaboré en cuve close.

Or, tenez-vous bien, c’est là que c’est fort, jetez un oeil à ce vieux billet du 3 août 2016, « Con trastes » que j’avais écrit, ému d’avoir appris l’attaque visant un car de touristes chinois devant leur hôtel, perpétrée dans le 9-3 près de Roissy : le même mode opératoire, pile-poil. Sauf que là les touristes se préparaient à rejoindre l’aéroport pour s’y envoler vers chez eux.

Bon, moi « je dis ça, je dis rien », comme on dit en sifflotant d’un air entendu tout en s’inspectant les ongles de la main gauche : y a un truc à creuser, là, des rapprochements à faire, ça tombe sous le sens. D’abord ces irruptions de malfrats sont manifestement orchestrées à l’avance, ils doivent avoir des complices sur place pour être ainsi informés des mouvements collectifs de leurs victimes… mais surtout, on s’en prend, par DEUX FOIS, à des Chinois ! ce n’est pas un hasard, non ? Déplorons ici l’absence d’un ONS, un Observatoire National contre la Sinophobie, qui compterait les actes sinophobes, comme on compte d’autres actes hostiles à certaine religion, et gageons que, lecteurs assidus de mon blog et armés de mes commentaires éclairants, les fins limiers du 9-3 et du 9-4 réunis mettront enfin la main au collet des malfaisants. Trop c’est trop.

Tibert

L’œuvre et l’homme, vaste sujet

…ou la femme et son oeuvre, comme vous voudrez, l’ « homme » du titre c’est le genre humain indifférencié, et merde à l’écriture pleine de .e. tout partout. L’homme et son oeuvre ? où est le problème ? eh bien… la rétrospective Polanski à la cinémathèque de Paris, pardi. Du Couteau dans l’eau à Carnage, plein de films, inégaux, parfois quelque peu hollywoodiens mais généralement du dessus du panier, avec des joyaux comme Cul-de-sac ou Le Locataire.  Polanski est accusé de viols, au pluriel, et ne peut pas poser le pied sur le sol des USA, sinon couic, au trou.

Alors, madame Schiappa (voir le Fig’haro sur le lien indiqué plus haut) nous dit « C’est ce qui contribue à la culture du viol que de minimiser ou de relativiser les viols ou les agressions sexuelles selon le talent ou la notoriété de la personne« . C’est un point de vue… qui fait peu de cas de la présomption d’innocence ! mais élargissons à d’autres types de délinquance, l’assassin, le cambrioleur, le raciste, puisque l’expression et l’acte racistes tombent sous le coup de la loi ? on pense évidemment à Céline ! faut-il enterrer le Voyage et puis Mort à crédit, etc… parce que Louis-Ferdinand était un infâme antisémite ? idem, revenant aux moeurs sexuelles, le très controversé André Gide – dans Bagatelles pour un massacre, le même Céline moquait de manière imagée les moeurs homosexuelles de Gide avec les « petits bédouins » : Gide appréciait en effet les très jeunes mâles du Maghreb. Alors on boycotte l’écrivain Gide, ce pédophile ? parce qu’il ne faut pas « minimiser ou relativiser les viols ou les agressions sexuelles selon le talent etc etc… » ? mais on ne minimise rien, que je sache. La rétrospective Polanski n’a pas pour but de passer l’éponge sur ses frasques et ses possibles délits sexuels : il s’agit de cinéma, point-barre.

Il y en a qui exigeaient la mise au pilon de « Tintin au Congo », ouvrage raciste, colonialiste, etc. C’est effectivement un ouvrage très critiquable : eh bien, restons lucides et critiquons-le, tout en en goûtant l’intrigue et le graphisme. On est adultes, oui ou zut ?

Tibert

#Emotion

Certains journaux se demandent et nous questionnent : l’heure est grave depuis l’Occupation et les tickets de rationnement, les B.O.F. qui faisaient leur pelote en mouillant le lait etc : « Comment, mais comment faire revenir le beurre dans les rayons des magasins ?  » eh oui, le beurre ! pénurie terrible qui frappe nos tartines, confiture orpheline, tandis que l’argent du beurre, lui, ça va très bien merci, ne vous faites pas de bile pour lui.
Et puis ayons une pensée émue pour toutes les langues issues du latin et menacées par les pasionarias déchaînées de l’inclusif.ve (voir notamment Rue89, où elles ont pris le pouvoir et s’agitent un max) : la nôtre, et l’italienne, la portugaise, l’espagnole, la roumaine, sans oublier les régionales, la catalane, l’occitane, la provençale… toutes langues pour lesquelles le genre neutre, collectif indifférencié, prend la forme masculine. Ragazzi e ragazze, hermanos y hermanas, les mecs et les nanas ont en eux le péché grammatical originel du latin : c’est terrible !

Mais soyons sérieux : Jacques Sauvageot est mort ces jours-ci, le Sauvageot de Mai 68, du trio fameux avec Geismar et Cohn-Bendit. Il était du PSU façon Rocard, lui, ou tout comme, ou du même tonneau, dans cette gauche protéiforme de l’époque. Et les notables d’aujourd’hui et de la gauche revendiquée, de réagir comme il se doit, « adieu camarade » etc, évidemment.  En particulier à La France Insoumise, un des emblématiques bras droits de J-L Mélenchon : Clémentine Autain ! qui touïïttait ceci hier, texto : « L’une des grandes figures de 1968, Jacques Sauvageot #PSU #UNEF, nous a quitté. Emotion« .
nous a quitté ! mais, le pluriel de majesté autaine, ça donne « nous a quittée » ; le singulier féminin et très intime ce serait « m’a quittée » ; le pluriel neutre banal « nous a quittés », et s’il n’y a que des femmes, « nous a quittées » ; sans oublier la mixture inclusive qui bouffe connement quelques-uns des chiches 140 caractères : « nous a quitté.e.s ».
Voilà comme on écrit un touïïtt ému sous le coup de l’ #Emotion : on en oublie sa grammaire et les accords, les accords de gauche, évidemment.

Tibert

De l’éloquence du taiseux

Le probable futur Grand-Chef des « Républicains », Laurent Wauquiez, a des formules délicieusement croustillantes, et cela devrait lui ouvrir tout grand les portes de la chefferie de son parti. Il fait du Sarkozy sans Sarkozy, lui, il a le bagout ferme et patriote qui va bien, et, tenez, il nous a sorti cette perle, que le Figaro nous rapporte brute de fonderie : « le candidat [Wauquiez, NDLR] s’est dressé en porte-parole de la «majorité silencieuse» qui «n’est pas entendue»« .

Bon, d’accord, c’est du niveau de l’Almanach Vermot, je sais, mais c’est toujours aussi rigolo, ce genre de cornichonneries… ça exerce les zygomatiques et ça ne rend pas sourd, contrairement à d’autres activités.

Allez, bonne journée, ça commence pas mal du tout. Tibert.