De la coercition

( L’évacuation d’un « camp de migrants » – avec des bardées de guillemets – benoîtement installé sur le terre-plein de la Place de la République (à Paris, forcément) a fait des vagues : on a assisté là à une exécution exemplaire du cycle « provocation-répression », soigneusement préparée et en présence des milliers de caméras prêtes à immortaliser. Les gars qui étaient dans les désormais traditionnelles tentes individuelles de survie savaient-ils qu’on (« on » : les bonnes âmes activistes des Portes Largement Ouvertes) les avait sciemment envoyés au bourre-pif pour l’exemple ? Bref : ça n’excuse certes pas les violences inutiles de la part de ceux qui devaient, forcément, faire dégager la Place ; mais ceux qui avaient monté cette manipulation les attendaient, ces violences ! pain béni pour aller hurler ensuite à l’état policier. Ce qui met clairement en lumière, si je puis employer cette redondance lumineuse, les moches pratiques politiques des « utilisateurs de réfugiés ». )

Et puis Macronious annonçait hier soir que si l’on détecte un Covidien positif, désormais, il devra rester à l’isolement le temps nécessaire (une semaine, en fait), et que, je cite, « nous devons être plus contraignants ». Qu’est-ce à dire ? qu’on s’orienterait vers une politique pratiquée par des tas de pays pragmatiques et sérieux : on ne se contente pas de dire gentiment à l’infecté-infectieux de rester chez lui, on l’y oblige ! et on a raison. Car, actuellement, un test PCR positif n’engage à rien : muni de sages paroles du genre restez donc chez vous 8 jours à l’isolement mon brave homme, on peut s’asseoir dessus si ledit isolement dérange trop, et répandre urbi et orbi son petit lot de coronavirus possiblement mortel. Et, tiens, je vous parie que sur cette déclaration macronienne, d’aucuns vont hurler au liberticide.

Tibert

Synonymes de « bahutage »

Par exemple : usinage, sessions d’intégration, transmission des traditions… ou plus clairement : bizutage, mais chuuut, le bizutage est depuis longtemps interdit et puni par la loi. Il s’agit, mais ne le répétez pas, de sadiser les petits nouveaux, leur en faire baver, vu que, y a pas de raison, on y est passé avant eux. Et ainsi de suite !

C’est ainsi que des « traditions » lamentables perdurent, dans moult écoles fortes de leur passé supposément glorieux et de leurs valeurs à transmettre nolens volens, qu’on y consente ou pas. C’est ainsi que lors d’une des séances d’ « intégration » avec plein de guillemets, un élève-officier de Saint-Cyr est mort… il y a huit ans ! c’est tout sauf récent. On peut supposer que, depuis, on n’y pratique plus ces jeux de massacre ? supposons toujours, ça ne mange pas de pain.

On admirera la rapidité  😉  de la Justice dans cette affaire, et puis la retenue, la mesure, la bonne tenue des réquisitions de peines. A cette aune, la vie d’un homme ne vaut pas cher – enfin, ça dépend de quel point de vue on se place !

Tibert

Blaque niouzes

( Le « Vendredi Fou » des Québecois, c’est par chez nous, on vous le martèle, du « blac-fraïdais », en français dans le texte. C’est que ça leur écorcherait la gueule de parler notre langue, nos grands communicateurs de partout – y compris au gouvernement ! Avec le cluster – la grappe, mais au masculin, comprenne qui pourra, et qui remplace abusivement le foyer – c’est maintenant le duo chéri de nos journaux télévisés. Ah, j’oubliais : Jonathann-avec 2 « nn » Daval, sa sinistre trombine éplorée-de-crocodile, en incrustation sur le coin en bas de la télé, pour finir de nous saper le moral. Marre de tout ça.  Et, tiens, je vais boycotter le Blac-fraïdais. )

Mais Michel Robin est mort, à 90 balais, de LA Covid, puisque c’est féminin, comme la Parque avec ses grands ciseaux. Savoir quel chemin a pris le sale virus en question pour le faucher… ce sont les meilleurs qui se barrent, on en a la preuve une fois de plus. Souvenons-nous de lui dans ce petit bijou méconnu, « Les petites fugues », sûrement pas un blockbuster de blac-fraïdais, mais du beau cinéma sensible et inventif, avec un acteur très chouette.

Et pour finir, cette nouvelle très prometteuse, le musée olfactif est en bonne voie, et j’espère vivre assez vieux pour le visiter, sans le nez bouché. Au fait, savez-vous que la mémoire olfactive est, de loin, la plus puissante et fidèle ? Enfin, chez moi du moins.. Les stations de métro des années 60, les pissaladières de ma mère, les silex qu’on frottait sous les couvertures à la colo pour faire des étincelles… sans oublier l’odeur des Mistrals gagnants et des capsules de poudre de coco. Voilà qui remonte le moral !

Tibert

C’est la vie d’château…

… pourvu qu’ça dure ! Je me souviens de cette séquence de film (« Avoir vingt ans dans les Aurès », si je ne Mabuse, docteur) où un pauvre bidasse fait des pompes en pagaille aux pieds de son sadique d’adjudant-chef, tout en psalmodiant la phrase que je vous cite, afin d’apprendre les joies de la vie militaire. C’est du bizutage, évidemment, et le bizutage, c’est clairement stupide, malfaisant, moche, et puni par la Loi (madame Ségolène avait eu là des initiatives courageuses). Mais ça continue… eh oui, tout petit-chef dans sa petite sphère de pouvoir jouit de faire ch… celle ou celui qui est à sa botte. J’ai pu lire sur France-Info un long reportage sur la chose, à l’hôpital ! Sadisme et grasse rigolade à tous les étages du pouvoir. Bref, ça continue !

C’est assez ignoble. Mais, juste une poignante interrogation… à laquelle ne répond pas l’enquête citée plus haut. La victime d’aujourd’hui de ces débiles brimades sera-t-elle demain le bourreau heureux de s’essuyer les pieds sur le dos des suivants ? Parce que, comme ça, ça peut durer longtemps.

Tibert, confiné (mais non c’est pas fini ! )

PS – J’ai bien aimé le revirement de monsieur Takieddine, LE accusateur dans l’affaire des soupçons de financement lybien de la campagne électorale de Sarkozy.  Les gars de Médiapart peuvent rire jaune, vu que c’est leur « petit », cette boule puante ! En substance, ledit Takieddine raconte qu’il avait balancé et signé ce que le juge du PNF (le Parquet National Financier) lui avait suggéré de dire… chouette, non ? Alors, nonobstant ce revirement, auront-ils, in fine, la peau du Sarko ? ils y bossent dur, ça leur tient à coeur, ça c’est sûr ! La dernière trouvaille en riposte, c’est que ce gus, le dénonciateur, là, son revirement, c’est du n’importe quoi : c’est un fabulateur ! Sauf quand il dit ce qu’on lui dit de dire, évidemment.

Très froide piquouze

( Les deux firmes pharmaceutiques qui viennent d’annoncer (youpee, yahoo, et toutes ces sortes de choses)  avoir goupillé un vaccin anti-Covid prometteur… ont, à mon humble avis,  attendu que les carottes soient bien-bien cuites pour Donald-Casque d’Or. Imaginez, s’ils avaient fait cette annonce il y a 9-10 jours, la veille du fatal mardi ? le scoop ? la divine surprise ? la vague trumpienne ? Mais non, ces sadiques l’ont privé d’une victoire attendue, annoncée, imparable. Ma foi, si certains s’en fâcheront, ce n’est pas mon cas : joli coup de balai !  Chapeau, donc, au Service Communication de chez Pfizer, il remonte dans mon estime, où d’ailleurs il n’avait jamais été référencé : voilà qui est réparé.)

Au fait, ce vaccin : à supposer qu’il passe les tests et déboule sur le marché, avant qu’on en ait fabriqué 9 à 10 milliards de doses (deux piqûres par tête de pipe) il aura fallu poireauter quelque peu. Qui plus est, à devoir le conserver avant usage à -80 °C, ça ne simplifie pas vraiment les choses ! l’infirmière du village ne pourra pas, même en poussant son congèle à donf‘, se charger de vous l’administrer : centres spécialisés obligatoires !  vous imaginez les queues ? deux fois ? avec le masque, évidemment, et le mètre-étalon de distanciation sociale (*) obligatoire. Et sachant que, pour un petit vaccin anti-grippe de rien du tout, à garder au frigo, administrable à la maison, on n’est pas foutus… a)  d’approvisionner potablement les pharmacies ; b) de faire respecter des règles de priorité pourtant fort simples, virgule, je vous laisse imaginer le bordel.

Je conclus : superbe vaccin, vachement novateur, et, qui plus est, annoncé dans un tempo (**) également admirable. Mais au vu de la mise en oeuvre dantesque prévisible, je suggère néanmoins aux autres labos qui bossent sur le sujet de ne pas baisser les bras : il y en aura pour tout le monde !

Tibert

(*) Cette expression me réjouit toujours, je ne m’en lasse pas. Plus ampoulé et cuistre que ça (con, en bref), tu meurs. Il faudra un jour nous révéler quel génial haut-fonctionnaire a pondu ça, qu’on lui érige une statue.

(**) timing, en anglais, mais je préfère l’italien, ça chante plus. Et puis la solidarité linguistique latine. Et puis les anglicismes en « …ing », hein, ral le bol.

Badius versus Aerus, le match

J’ai, nous avons mis à profit quelques séances de une heure à moins d’un kilomètre de notre petite cahute rupestre et peinarde – nul Pandore à l’horizon, et puis nous avions nos papiers, en règle, oeuf corse. Séances mises à profit pour des cueillettes de champis, qui enfin sortent, les garnements. Fort tard, vous en conviendrez. Des lactaires sanguins retardataires, des coulemelles en pagaille – bof… – et puis des bolets, moult bolets. Boletus aerus charnus et massifs, boletus badius au chapeau marron sombre et mat, presque aussi massifs, aux tubes verdissants-bleuissants. Miam… la tourte n’est pas loin, sa pâte feuilletée, son fumet… avec un, disons, Jura blanc Chardonnay-Savagnin fifty-fifty de 2-3 ans de cave, bien frais, ça va de soi.

Le match a été rude. Les yeux bandés, après cuissons séparées, c’est surprenamment Boletus Joe-Biden’us qui l’emporte. Il est moins fort en gueule que Boletus DonaldTrump’us, moins m’as-tu-vu, mais il sait mieux se tenir. Il ne se targue pas connement de sa position avantageuse, de sa notoriété, mais il tient la route, il assure, finalement. Je vais vous dire : pour nous les Froggies confinés, Trumpus ou Bidenus c’est kif-kif bourricot, sauf quelques retouches cosmétiques, accord de Paris, amabilités, délicatesses succédant à des grossièretés… des queues de cerises. Bref, on ne s’en tape pas totalement, mais presque. Vivement qu’on nous trouve un vaccin ! on ne va pas pouvoir zoner tout l’hiver à la chasse aux champignons confinés, y en aura plus !

Tibert

PS – Au fait, le vaccin… toujours pas de celui contre la grippe, rupture de stock grave de chez Grave. Mon bon de délivrance gratoche est toujours scotché sur la porte du frigo, triste et démoralisé (la pharmacienne l’est aussi).

 

Télescopages

( Un récent accident à Montpellier a mis en évidence l’utilisation courante et dangereuse des cartouches de protoxyde d’azote – N2O en latin -, ces cartouches destinées aux pistolets à crème chantilly : ça fout en l’air, ça altère le jugement, les réflexes, l’équilibre, comme l’alcool, le shit etc. Et ce y compris les conducteurs de voitures, qui l’eût cru ?

Question : a) – est-il essentiel que la crème fouettée-sucrée (avec une pointe de bicarbonate) soit mousseuse et pleine de bulles pour décorer les glaces à la fraise et les vacherins ? mettre en balance la santé publique et la beauté des vacherins, ça paraît un peu léger… b) – deuxièmo, les chimistes sont-ils bornés à ce point qu’ils soient incapables de trouver un substitut au N2O ? quid de l’azote tout court ? personne ne s’est jamais shooté à l’azote, que je sache, et ça n’a jamais fait rire personne. Mais bon, ce que j’en dis, hein… )

Et puis un peu de philo, pour combattre les effets des gaz hilarants. La liberté d’expression. Sans limite ? absolue ? monolithique ? que nenni. Rappelons la phrase illustrissime mais apocryphe (voir ce lien) de Voltaire « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que gnagnagna… » : c’est une bonne base. Il se trouve qu’à dire (dessiner, écrire, montrer…) des blagues, des âneries, des provocations, des saletés, des mensonges, il y a concrètement des limites : les limites des conséquences prévisibles ! La loi Gayssot, par exemple, punit « la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité qui furent définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg » : on est donc en principe libre de clamer – c’est une infâmie, on est d’accord – que les chambres à gaz du 3ème Reich n’ont jamais existé, mais il faut alors s’attendre à un méchant retour de bâton. Donc, tout aussi concrètement, on réfléchit avant de se lancer…

Ainsi, tout homme (*) politique s’est vu insulter au cours de sa carrière pour des propos maladroits, confus, ambigus… ou clairs, mais mal interprétés ! Macronious n’a jamais dit qu’il appréciait les dessins caricaturant « le Prophète » (le prophète des Musulmans) ; je pense même qu’à titre personnel il n’apprécie pas (moi-même, prude comme je suis, je réprouve le côté inutilement scato-caca-prout de certains dessins). Il rappelle en revanche qu’en France on est libre de caricaturer, et il a raison sur ce point. En restant lucide sur le fait qu’on peut ainsi a) – blesser, offenser, humilier… et b) – provoquer des réactions. Quant à réagir par la décapitation ou la Kalach’, là, c’est du terrorisme, il n’y a pas d’autre mot.

Tibert

(*) Les femmes aussi ! Mesdames, je ne vous oublie pas dans mes textes, vous y êtes, ô combien ! mais littérairement, je globalise, je synthétise, car j’en ai le droit.

Ficelles, « shibari » (*) et autres liens

Hier, alors qu’on traitait en large et en long d’un attentat commis par un demandeur d’asile tunisien (?) dans une basilique à Nice, j’ai pu voir à la télé une équipe gouvernementale morne, pas résignée mais presque : piteuse ! En guise de réponse à la menace, du Vigipirate+++, soit pas grand-chose. Que les militaires patrouillent benoîtement en plus grand nombre ne protègera guère plus face à un fêlé fanatique armé d’un couteau et décidé à trucider quelques passants au hasard en offrande à son supposé dieu.

C’est quand même un monde ! nous avons des tas de dispositions pour parer ces menaces, mais ne nous en servons pas (**). Ce pays est décidément le ventre mou de l’Europe occidentale, et nos ennemis le savent : nous sommes « bons » ! bons et faibles. Les Droits de l’Homme par ci, la stigmatisation par là… les détestables machintrucphobies en plus. Dès qu’il s’agit de prendre des dispositions un tant soit peu énergiques pour défendre l’intégrité physique de nos concitoyens, ça va hurler au liberticide.

Et nous sommes ficelés ! on peut pleurnicher, c’est à peu près tout. Comptez : nous avons cinq juridictions par dessus nos têtes pour veiller sur les Beaux, Grands et très Paralysants Principes, en décalage terrible avec la réalité. Nous avons un conseil constitutionnel, un conseil d’état, une cour de cassation, une cour européenne des droits de l’homme,  et enfin une cour de justice de l’Union Européenne. Chacune peut vous faire les gros yeux, retoquer votre copie, si vous faites mine de prendre des outils pas assez nickel-chrome à ses yeux, pour défendre la peau de votre beau pays.

Donc, terroriser les terroristes, qu’ils disaient ? on en est juste à se pelotonner un peu plus pour ne pas trop prendre de coups.

Tibert

(*) L’art du saucissonnage à la japonaise, appliqué à des jeux pas sages.

(**) Idem, à quoi bon dépister des porteurs du Covid ( trop tard, en plus !) si l’on ne les met pas efficacement, vraiment, à l’isolement ? des tas de pays le font, et… ça, ça marche !

Comme c’est bien dit !

( Les rebelles au masque… au lieu de leur coller des prunes à 135 euros, il serait moins enrichissant pour l’Etat, mais plus éducatif pour eux de leur infliger quelques heures de travail dans un service de réa-covid (avec masque, gants, blouse, bonnet et tout le tralala), histoire qu’ils voient ce que c’est que choper cette vérole quand ça tourne mal… je pense qu’ils modifieraient leur point de vue sur l’ «inadmissible privation de liberté » et autres antiennes protestataires. )

Ceci dit, au fait : moult pays « musulmans » (où l’Islam est religion d’Etat ou quasiment, les autres croyances étant réduites à la portion rikiki, voire rien du tout, quand ce n’est pas carrément la répression) sont en pétard à cause des caricatures de Mahomet. Ils ne peuvent admettre qu’on moque une religion – la leur, en l’occurrence ; quant à brocarder la chrétienté, le judaïsme et autres, c’est ad libitum ! (*) Le Pakistan est en pointe dans ce domaine, ça n’étonnera personne. Un  Conseil des sages musulmans, sis à Abou Dhabi, a l’intention de poursuivre Charlie Hebdo devant une cour constituée pour l’occasion… et s’est fendu d’une déclaration de principe  où l’on peut lire : « La liberté d’expression (…) doit respecter les droits d’autrui et ne devrait pas permettre d’utiliser les religions dans les marchés de la politique ou dans la propagande électorale ». C’est superbement dit ! il ne reste plus qu’à l’appliquer dans ces pays où l’Islam s’impose à tous, y compris à celzéceux qui n’en sont pas. Messieurs (**), c’est à vous !

Tibert

PS – En Chine, je me suis laissé dire qu’on s’en prend vraiment aux Ouïgours, ces musulmans pas « dans la ligne du Parti » ; ce ne sont pas juste des caricatures possiblement offensantes. Eh bien ? silence dans les rangs des défenseurs du Prophète : personne ne moufte, même pas Erdogan.

(*) Petit rappel, en France, croit qui veut à ce qu’il veut tant qu’il n’emm..bête pas les autres avec sa croyance. Les religions sont des OPINIONS : il y a une variété d’opinions, toutes fondées sur des révélations et des constructions humaines, vu que les dieux, hein, on n’en a pas encore vu la couleur. Le blasphème – insulte à un dieu et/ou à ses prophètes – n’existe donc pas juridiquement, vu que ledit dieu participe d’une opinion.

(**) On ne voit guère de femmes dans ces manifs anti-Macron, anti-France, anti-Charlie. Allez savoir pourquoi ?

Vraiment pas cher !

( Deux voitures foncent, pas loin de l’Elysée, sur un militaire en faction… 7 personnes à bord, soi-disant des Britanniques, jeunes, est-il besoin de le préciser. Il s’agissait semble-t-il d’une nouvelle rigolade importée des USA, qu’ils appellent le « hit and run », en français « frappe et barre-toi » (courageusement). Les fausses plaques des bagnoles portaient d’ailleurs cette fière inscription. Et ça se passait, hasard fortuit, juste à côté de l’ambassade d’Israël.

On a réussi à retrouver rapidement les énergumènes. Inculpation, évidemment, gnagnagna… vous savez ce que ça coûte ? « refus d’obtempérer », pour le conducteur d’un des véhicules. Avouez, à ce prix-là, c’est pas cher de l’attentat ! )

Mais bon… le Conseil de l’Europe a pointé du doigt les carences de notre Justice – hors des carences comme celle que j’ai relatée plus haut, qui sont navrantes et heurtent le bon sens – : un budget vraiment rikiki, au regard des tâches qui lui incombent. C’est constant, chez nous la Justice tire le diable par la queue, c’est génétique semble-t-il… remarquez, ça fait une excuse pour la minabilité de fonctionnement que tout un chacun peut constater. Que monsieur Dupont-Moretti, pugnace comme on le connaît, se félicite de ce budget « obtenu avec les dents », montre que ça n’est pas près de changer… tant pis pour ce pays.

Tibert