Nonobstant le sparadrap

( On va bien y arriver à commencer, non ? allez, on y va. Pffft… encore une année à passer. Tenez, j’apprends que le langage assez fermé des décisions de justice devrait tendre à se simplifier, se clarifier, car, le croirez-vous ? on a du mal à suivre, parfois. Le Parigot nous cite des « infra petita« , des « susmentionnés » qui devraient passer à la trappe… moi je trouve ça triste ; infra petita  désigne très explicitement l’alinéa a)  en dessous… susmentionnés, voir plus haut, etc. Mais c’est, outre des termes parfois abscons – ou carrément sans abs –  la construction des phrases qui pèche : les redoutables doubles ou triples négations, les subordonnées relatives pendantes qu’on récupère trois lignes plus tard, etc. Messieurs-dames de la justice, de la clarté dans l’expression ! ça demande un effort, je sais. Il faut, tel Flaubert – ou comme moi, tiens ! – raturer, reprendre, restructurer, biffer, reconstruire son texte… eh oui, c’est exigeant. Au passage, merci de nous sauver le fragile et mignon nonobstant, que je chéris particulièrement. )

Mais au fait : Benalla, acte III. Monsieur Benalla, c’est pour Macronibus le sparadrap du capitaine Haddock dans L’affaire Tournesol. Pas moyen de s’en décoller ! après l’histoire des initiatives musclées du personnage lors des manifs, ce furent les passeports diplomatiques – deux ! comme les testicules, c’est plus sûr – et un voyage « officieux » au Tchad façon barbouze et françafrique. Et désormais, l’ex-acolyte musclé déchu s’attache clairement à lâcher un maximum de boules supposées puantes, à mouiller du beau linge avec lui  : il nous raconte ses billets échangés avec Macron par messagerie instantanée (voyez comme nous étions proches !). Et l’Elysée de nier, puis d’admettre, contraint, que, oui, certes, ponctuellement, deux brefs échanges… ces cachotteries… on joue à quoi, là ? c’est miteux. Un peu de courage, que diable ! Ils ont échangé par messagerie instantanée ? et puis ? c’est interdit ?

Tibert

L’oeuf et la poule, version jaune fluo

Je suis tombé (sans mal, rassurez-vous) sur cet article du Parigot qui nous montre comment le santon « gilet jaune » de la crêche fait un tabac (brun, le tabac).

Point d’orgue à la saison 2018 de ce blog – sauf si demain l’inspiration me vient en une ultime secousse décembriste – je me pose, je vous pose la question : mon éminent lecteur-contributeur T.O. avait, il y a quelques jours, signalé, commu-niqué sur l’existence anticipée, avant la galette des rois, l’épiphanie, l’arrivée des rois-mages… de la fève-figurine « gilet jaune ». J’avais, au vu des photos de ladite figurine, argué que c’était plutôt un ravi, le bénêt-Simplet en version provençale. Mais qui sait, ce blog et ses valeureux contributeurs ont peut-être inspiré l’usine immanquablement chinoise qui produit à grandes giclées de plastique –  et tardivement – ce santon de la Noël désormais derrière nous ? modeste prouesse, je vous l’accorde, tout petit pas pour l’Homme, certes, mais… allez savoir… allez, je n’en dis-écris pas plus. Le hic, c’est que les santons vont rester, rangés pour un an dans leurs boîtes avant de refaire surface, tandis que les GJ, hein, ça passe, ça passe. D’ici cinquante ans, d’aucuns se demanderont à quoi riment ces figurines obscures et obsolètes. Et nous ne serons plus là pour leur répondre…

Tibert

La carpe jaune-fluo et le rouge lapin

Bon, ce sont les moments bénis où tous les services municipaux sont en sommeil tout partout, mairies claquemurées etc… : vous avez besoin de quelque chose ? un papier, une attestation, un service ? attendez le 2 janvier 2019 ! avec du pot les employés n’auront pas pris leurs congés de maladie à ce moment-là.

Je ne mange pas de ce pain-là, moi môssieur, et je travaille, moi, nonobstant la trêve décrétée par les confiseurs. Tiens, je vais vous dérouler ici même un billet sous les yeux : l’un des lecteurs du Parigot écrivait, à propos de certains Gilles & John qui ont défrayé négativement les chroniques : « jaune devant et brun derrière » : pas le brun-bronze du caca auquel vous pensez, ce n’est pas au niveau du froc que ça se situe, mais du torse : le brun des Chemises Brunes – et paf au point Godwin ! Et, à contempler les agissements ici et là, ça y ressemblerait pas mal, des fois. Ce qui interroge encore plus, ce sont les subtiles manoeuvres (grosses galoches) de la gauche, des gauches, de la CGT, des Insoumis etc… pour bichonner-câliner les GJ, amis-amis-copains-copains : la carpe et le lapin, vous écrivais-je en titre, du moins vu de loin et au vu des orientations politiques affichées ou en filigrane – on m’accordera que chez les GJ c’est assez évolutif et foisonnant, ça commençait modestement par +7 centimes injustes et indigestes sur le gasoil, mais certains en sont maintenant à décapiter Macronibus – en marionnette, rassurez-vous – et à scander « rendez-nous l’ISF » (« nous » : afin que les autres payent, évidemment).

Mais trêve (des confiseurs) de politique ! l’An Nouveau pointe son nez au bout du tunnel ; alleluïa donc, et tous mes voeux de bonheur, lecteurs et lecteurs-contributeurs estimés. Je vous propose en point d’orgue et en conclusion de fructueuses méditations sur ces deux aphorismes :

– La meilleure façon de réaliser ses rêves, c’est de se réveiller.

– La meilleure façon de ne pas se perdre, c’est d’ignorer où l’on va.

… ou toute combinaison des deux.

Tibert, et youpee.

Bûche au beurre et fourches bercyennes

( Il y a environ 2.000 ans selon notre calendrier, un couple de Nazareth en villégiature à Bethléem – hôtels surbookés, congés de Noël – se voyait contraint, vu l’imminence parturiente, de se trouver une cabane à bestiaux pour que Marie puisse accoucher dans l’urgence et sur un coin de paille propre… les urgences, justement, de l’hôpital voisin étaient débordées. Nous commémorons ce lointain ratage administratif à coups de foie gras, de champagne et de saumon fumé, puis, le lendemain, de tasses de verveine, de linges froids sur le front et de cachets d’antalgiques. Comprenne qui pourra...)

Mais au fait : j’ai lu avec intérêt dans le Parigot le topo commis par un député LREM du 7-9 (l’ex-fief de Ségolène, la madone des Deux-Chèvres et des Charentes-Poitou) ; j’ai nommé Guillaume Chiche. Ce monsieur y énonce des trucs qui ont du sens. En substance, il nous dit que les élus peuvent bien flûter, décider ce qu’ils veulent ! en fait, c’est l’Administration qui décide. Mise en oeuvre, mise en musique, faisable ou pas ? voyez Bercy.

J’explique, citant Chiche : « Notre volonté politique d’augmenter le smic de 100 euros par la prime d’activité au 1er janvier (…), le moyen le plus rapide, le plus juste et le plus à même de réaliser cette mesure. Si la notion de justice est à la charge du politique, celles de rapidité et de fiabilité dépendent directement de l’administration. Aussi, du fait de l’incapacité de l’administration à individualiser la situation d’une personne au sein d’un foyer, nous avons basé notre mesure sur le foyer fiscal. »

Voilà ! je reformule… Macronaparte a promis 100 euros pour tous les smicards ; mais si dans un foyer l’un est au SMIC (il y a droit) et son conjoint gagne nettement mieux, on additionne les deux : c’est le « foyer fiscal« , et plouf, le couperet bercyen tombe, ce smicard-là n’aura pas ses 100 euros. Car, dit Chiche, Bercy n’est pas foutu d’individualiser les revenus de chaque personne du foyer. Eh oui ma pauvre dame, l’informatique… c’est la faute à l’ordinateur !

La morale de cette histoire, c’est, conclut Chiche, qu’en fait c’est Bercy qui dicte ce qui se fait ou pas.  Les politiques proposent, l’administration dispose. La morale n° 2, c’est qu’à mon humble avis l’argument ne vaut pas, c’est juste de la mauvaise volonté. Les couples, par exemple, reçoivent tous les ans leur feuille d’impôts pré-remplie, avec les revenus détaillés de chacun des deux. Donc… on se fout de qui, là ?

Conclusion, que je laisse à monsieur Chiche ; il fait ça aujourd’hui mieux que moi : « Il devient urgent de reprendre un pouvoir confisqué par la haute administration qui doit assumer sa capacité ou son incapacité à exécuter une volonté démocratique« . Y a plus qu’à, et c’est toute la grâce que je nous-vous souhaite.

Tibert, amen.

Oui-Oui s’envoie en l’air

( J’en ai marre de Jill et John, ras le béret. On doit en être à neuf morts depuis le début du truc ; Mai 68 fut bien moins sanglant. Il faudra bien un jour remettre les choses à l’endroit : 1) bloquer les ronds-points c’est illégal, et ça fout logiquement tout les gens bloqués en pétard. 2) Moi je prends peu ma voiture, je suis emmerdé mais ponctuellement – notez, ça ne me rend pas les obstinés « on ne lâche rien » de la palette flambée plus sympathiques. Mais les routiers, qui galèrent de blocage en blocage à longueur de journée ? eh bien il y en a qui pètent les plombs, qui tentent de passer en force, d’où les morts récents. C’est lamentable ? c’est lamentable, des deux côtés. )

Mais bon… on a reçu ça, de la SNCF la coquine, la SNCF qui a augmenté méchamment ses tarifs planchers TGV depuis octobre, profitant qu’on avait le dos tourné – exemple de 25 euros à  35, du 40 %… et le pouvoir d’achat ? ben le pouvoir d’achat, plouf ! La SNCF, donc, merci pour ces délicates attentions tarifaires, après la journée des femmes, des mamans, des secrétaires, du patrimoine, des crêpes, des… bref, la SNCF nous annonce la journée de l’orgasme ! et la nuit la plus longue de l’année.

Vous saisissez le rapport (consenti, bien entendu) ? la nuit du solstice d’hiver est effectivement très looonnnngue, et donc ? dois-je vous faire un dessin ? sachant qu’un mâle moyen-normal a besoin d’environ six-sept minutes, préparatifs compris, pour conclure, puis se tourne poliment du côté de sa table de nuit pour roupiller après avoir marmonné  » alors, heureuse ?  » (*), à quoi ça sert que la nuit soit super-longue ? il n’y a d’ailleurs quasiment plus aucun train de nuit – pas rentable – pour fricoter avec la madone des sleepings. Oui-SNCF essaye en fait de nous vendre du voyage, hôtels, séjours, transports… que ne nous les propose-t-il aux tarifs d’avant octobre ?  ce ne serait pas franchement orgasmique, mais follement excitant.

Tibert

(*) Réponse classique :  » ah oui… heureuse que ce soit fini ! )

Qu’est-ce que je vous disais !

Hier encore ( j’avais vingt ans gnagnagna… où sont-ils à présent mes vingt ans…) je répondais à un distingué commentateur de ma prose : « ( Au fait, les péages autoroutiers n’ont pas été suffisamment mentionnés. L’appropriation de ce réseau par des boîtes privées est un scandale en soi ; les tarifs exorbitants en sont un autre.)« . Et, tiens, rattrapé par l’actualité, je lis ce matin que dans la nuit le péage de Bandol, sur l’A50, a grillé ! des GJ pyromanes, mais au lieu des palettes et des pneus, c’est un poste de péage…

Et vous savez quoi ? la ministre des transports est transportée de détresse à évoquer les pertes déclarées par les sociétés d’autoroutes au cours des semaines écoulées. Deux-cent-cinquante sites de péages touchés… horreur… et le ministre de l’écologie, dont on se demande d’où il parle – l’écologie des péages, ça fonctionne, ça ? – De Rugy de se lamenter : « Sans doute que c’est l’Etat qui va devoir payer une grande partie de la facture (…). Ou sinon, cela sera répercuté d’une façon ou d’une autre sur les tarifs d’autoroutes, ce qui est bien dommage ». Bien dommage, ah la la ma pauvre dame.

Je ne fais pas ici l’apologie du vandalisme, cramer des installations c’est très très con, mais tout de même ! pas un poil de recul chez nos ministres ! à emboîter le pas aux sanglots de Vinci et consorts ! Payer quasiment 40 euros de droit d’usage pour faire Clermont-Ferrand-Paris par autoroute, c’est normal, ça ? Ils réalisent ? non. Ils ne réalisent pas.

Puisque nos Chefs sachant-sacher sont si à cheval sur les chiffres de la mortalité routière, à surveiller ça comme le lait sur le feu, au mort près : c’est sur les autoroutes – NOS autoroutes, on les a payées, elles sont aux Français – qu’on se tue le moins. Il est évident que des tarifs de péage raisonnables, jouables, permettraient au plus grand nombre de rouler sereinement, vite et en sécurité. Moi-même, je ne prends l’autoroute que contraint et forcé, la mort dans l’âme : question de principe. Je préfère me payer une bouffe, un pot, ou faire des économies, que d’engraisser le concessionnaire-propriétaire de l’autoroute et ses actionnaires, qui me feraient pourtant gagner du temps en toute sécurité. Ceci dit, si fortuitement, un opportun hasard, la barrière de péage est hors service, ça peut changer la donne…

Tibert

RIC ? RIP…

Monsieur Bayrou (…de secours, ce qui le décrit bien) dit que la crise (des gilets bouton d’or, what else ?) est derrière nous mais que « les problèmes ne sont pas résolus« . Il parle d’or, monsieur Bayrou, car si Maqueronibus a promis des concertations sur moult sujets brûlants, c’est du futur, et le futur, hein, c’est comme les nombres du prochain loto (*), c’est incertain. Le déficit de démocratie est criant dans ce pays, verrouillé par 1) les énarques etc…, disons les sachant, ce qui implique que nous les administrés, nous ne savons pas et devons subir ; 2) la Bonne Pensée (pas touche l’identité nationale, l’immigration, les statistiques ethniques, la fonction publique, les fromages des syndicats, les effectifs des parlementaires, le nombre aberrant de communes… tous sujets inabordables, et j’en oublie), 3) un système parlementaire à base d’une pléthore de quasi-godillots, carriéristes et permutables tous les cinq ans.

Et alors ? on demande, chez les GJ, l’instauration du RIC, le Référendum d’Initiative Citoyenne. A partir de 100.000 signatures (comme en Suisse), de 500.000, de 700.000 ? vaste sujet. Monsieur Philippe – qui admet avoir commis des erreurs mais n’indique pas vouloir les réparer – dit que « le référendum peut être un bon instrument dans une démocratie, mais pas sur n’importe quel sujet ni dans n’importe quelles conditions« . Je vous traduis : ouais… c’est intéressant… faut voir… en d’autres termes, cause toujours. Car en France c’est comme ça, c’est aux élus, aux sachant, sacrebleu, qu’il revient de décider, de légiférer. On a l’exemple d’un truc théoriquement jouable, le Référendum d’Initiative Populaire, le bien nommé RIP (qu’il repose en paix) : personne n’en a jamais vu la couleur ! RIC ou RIP, il s’agit là d’un sacré changement culturel, et c’est dur à avaler pour un sachant : on lui prend son job, au pire on le contredit.

Tenez, chiche, j’ai un sujet  de RIC tout prêt à vous soumettre : « La limite de vitesse par défaut sur les routes sans séparateur central est désormais de 90 km/h« .

Tibert

(*) Je suis prêt à croire à toute Entité Supérieure, disons, allez, divine, qui me donnera au moment propice les résultats du prochain Euromillion. Mécréant, certes, mais pas buté, si ça vaut le coup.

Bénéfices secondaires et circulaires

Il paraît, en ce samedi V ème des Actes des Gilets Jaunes, qu’il y a plus de flics à Paris que de manifestants. Bonne nouvelle ! ils ne savaient pas, les manifestants,  comment arrêter sans perdre la face ; ils vont avoir une bonne excuse. C’est tout le problème de ce mouvement, qui se monte le bourrichon tout seul, auto-alimente sa mobilisation, hors de toute lucidité. A force, et de barrage filtrant en blocage usant, ceux qui les chérissaient se prennent et se prendront à les détester : basta cosi, c’est assez évident. Ceci dit, outre des picaillons en plus, des portes ont été bousculées, un courant d’air frais a commencé de circuler : à suivre, si nos hommes politiques savent tirer les leçons de l’histoire. Se résoudront-ils à descendre de leur cheval ? le mieux serait de n’y pas monter, mais ce sera un dur apprentissage.

Les journaux ont pris le virage, eux : au lieu de « les gilets jaunes veulent ceci cela… » c’est désormais « des gilets jaunes veulent… » : nuance ! mais lisant les canards, je suis frappé par l’identification géographique des GJ à leurs ronds-points, tels des berniques à leur rocher : il y a ceux de la sortie Sud de Mormoil-les-Gonesse, ceux de la rocade Ouest de Paimpont-sur-Yvette, etc. Ils sont quasi mariés… « mon rond-point, mon amour« .

La France détenant le record mondial – un record très très con – du nombre de ronds-points, il est intéressant de se poser la question : s’il y avait eu moins de ronds-points, y aurait-il eu moins de GJ ? Quoi  qu’il en soit, une conclusion s’impose :  on va certainement et urgemment arrêter de construire de nouveaux ronds-points. Dès qu’il s’en créera un, il sera aussi sec occupé par des GJ ! Qui sait, instruits par ce violent soubresaut, ce cahot-chaos (KO ?) politique, va-t-on enfin déconstruire des ronds-points, revenir aux bons vieux croisements d’antan ? la décroissance des ronds-points : ça serait une sacrée bonne idée, non ?

Tibert

Trio infernal

( Hier, un mien ami a été chercher des parents lointains à l’aéroport de Marignane ; 150 km en voiture, à l’aller ce fut peinard, rien à signaler… deux petites heures. Ils ont mis 4 h 15 au retour, « grâce » à trois superbes barrages de GJ en fin d’après-midi. Après un voyage crevant (*) de 18 heures environ, vous imaginez comme ces braves gens ont apprécié ce mouvement « citoyen » et « populaire » ).

Mais bon… le deuxième volet de la trilogie actuelle, c’est le terrorisme. Strasbourg… individu « très défavorablement connu des services de police« . Muni à vingt-neuf ans de vingt-sept condamnations , c’est une litote ! Mais rassurons-nous, sa fiche va passer à « très-très défavorablement gnagnagna…« , ce qui change tout.

Et le troisième mousquetaire de nos emmerdes actuelles, c’est un code : L214. Les « vegan« , en d’autres termes importés des USA. Des gens qui ne touchent pas à un poil d’un animal et n’en bouffent surtout pas – c’est leur droit le plus strict, qu’ils mangent de la brioche à la graisse de laitue, ils ont ma bénédiction – mais qui prétendent nous imposer leurs lubies et leurs chimères. Et ça, non. Non et non. D’ailleurs, voyez, ils sont très défavorablement connus des agriculteurs charentais.

Tibert

(*) Ils n’avaient pas pris la classe Affaires, bien que monsieur Mélenchon considère qu’il n’y a que ça de correct pour voyager. Tssss…. enfin quoi, prenez la classe Affaires, c’est nettement mieux !

Les excréments au ventilateur, avec obstination

( Je ne sais plus quelle auteure (sic) connue et estimée emploie « derechef » pour signifier « tout de suite » : elle se goure jusqu’au coude. Derechef, chef, ça veut dire rebelote, à nouveau, encore une fois, etc.)

Mais bon… juste un bref mot, un mot court pour constater combien les médias sont obstinément à jeter la merde au ventilateur, souffler sur les braises de pneus et de palettes, agiter les éléments les plus entêtés et remontés, etc. Il n’est plus possible de regarder sereinement FR3, la 2, de lire le Parigot sur le web : du Jill & John ad nauseam ; il n’y a plus que ça. La Terre peut s’arrêter de tourner, ils s’en tapent : les GJ, les GJ ! comme au Jeu des Mille-Balles on crie « banco ! banco ! » On nous rebat les oreilles et les yeux des GJ, et l’on interviouve systématiquement les plus violents – hier soir après la causerie de Macronibus au coin de son bureau, c’était flagrant sur TF1.

Il n’y a plus qu’Arte pour nous causer aussi d’autres choses, les états d’âme de madame Merkel, le pacte de Marrakech, l’Arménie, le feuilleton du Brexit… ça fait du bien.

Qu’est-ce qu’ils veulent, les journaleux ? entretenir et amplifier la m… ? ils font ça très bien, ma foi. Avec ou sans ventilateur.

Tibert