Peuchère !

Macronious est à Marseille… au chevet d’une ville en déshérence. Ville superbe, sites splendides, des tas d’atouts, … et à la ramasse. Il va évidemment mettre la main à la poche, annoncer plus de police, mieux d’écoles, des investissements. Bien… rappelons toutefois deux choses :

a) Plus de police c’est bien, mais pour quoi faire ? pour continuer à voir la Justice, noyée sous les dossiers, parfois pleine d’une mansuétude néfaste, relâcher ou condamner à des peines symboliques,  dans des délais ridiculement longs, des délinquants endurcis « défavorablement connus etc etc… » faute d’accueil en prison ? pour continuer à fermer les yeux sur une économie carrément parallèle et des trafics juteux connus de tous ? pour faire comme si le haschich était illicite alors qu’il se consomme à ciel ouvert, tarifs affichés en vitrine ? pour aller timidement et en nombre « suffisant » faire par ci-par là des parades de dissuasion dans les quartiers ? C’est un changement radical de politique qu’il faut, et les moyens qu’il faut avec ; pas du cosmétique.

b) La mairie de Marseille a été durant des lustres en dessous de tous ses devoirs. Ne nommons personne… le folklore pastis-pétanque-cigales-cabanon (espadrilles, accent, bouillabaisse…) a bon dos ! ce fut le clientélisme comme politique (et en a-t-on fini avec ?). On a complaisamment embauché des tas d’agents municipaux inutiles, on leur a même doré le boulot sur tranche – le « fini-parti » des éboueurs, les chasses gardées des dockers, les horaires bidon de certains services sociaux… –  et l’on a laissé dormir ou filer en quenouille les dossiers essentiels, sécurité, transports, logement, éducation. La gouvernance laxiste de cette ville est lourdement fautive, et tout le monde le sait : elle a – elle avait – à la base autant d’atouts et pas plus de soucis que Nice, Strasbourg, Lyon ou Bordeaux.

Face à ce lamentable bilan, Macronibus aura-t-il le courage de dire les choses ? d’énoncer les bons diagnostics ? d’appuyer là où ça fait mal ? rien n’est moins sûr, à neuf mois des élections.

Tibert

 

Chacun ses Balisant (*)

( La prochaine étape des édiles autophobes parisiens, ce serait, selon le Parigot, le périph’ à 50 km/h maxi. Sachant que son parcours total est de 35 km, calculer le temps minimum requis pour en faire le tour ? 42 minutes. Allez, trois-quarts d’heure. Aux heures de pointe c’est même pas en rêve, il faut le double – d’ailleurs personne ne s’amuse à en faire le tour complet – et la nuit c’est une dure épreuve de lenteur, une purge à ronger son frein. On a les moyens maintenant de moduler les vitesses en fonction du trafic : ce serait nettement plus intelligent que ces limites-couperet hargneuses. Avec la mesure actuelle des 30 km/h partout à Paris, on a affaire à une initiative tout sauf pratique, raisonnable : c’est de l’idéologie à l’état cristallin, ayahtollesque, talibanesque, pourrait-on dire. Tant pis pour les France-Iliens… après tout, les Parisiens ont voulu Hidalgo et ses sbires ? ils les ont, ils assument, et leurs voisins avec, pris en otages. )

Et puis le CSA gronde la chaîne numéro 16, CNews, pour « absence de diversité des points de vue exprimés » : tenez, c’est ici. Traduisez : il n’y avait pas suffisamment – ou pas du tout ? je n’ai pas vu cette émission – de contradicteurs, ou pas de voix suffisamment discordantes face au journaleux Pascal Praud, lors d’un débat sur le « délitement de la France » , délitement dénoncé par un groupe de militaires. Ce qui me fait marrer : le CSA écoute-t-il de temps en temps France-Inter ? FR3 ? Arte ? y a-t-il suffisamment de voix diverses et contradictoires face aux incessants prêches pro-immigration, face aux pieuses invocations au Vivre-Ensemble en dépit des séparatismes et des ghettos voulus ? CNews est une chaîne, disons, à droite, comme le Fig’ragot dans la presse écrite. Et alors ? il en est qui sont de gauche, Mediapart, Libé, FR3, Arte, que j’ai déjà cités… ça équilibre, et c’est très bien comme ça : vive la diversité, comme le dit si bien le CSA. Et laissons au téléspectateur la liberté d’appuyer sur sa zappette comme ça lui chante.

Tibert

(*) C’est une anagramme.

Piqûres et rosbif

Ces derniers temps, grosso modo, on compte trois millions de vaccinations anti-Covid chaque semaine, soit 400.000 par jour en moyenne. Comparons : hier samedi-manif, forcément manif, on a compté 160.000 manifestants (dans plus de 200 lieux, et il y a 36.000 communes en France). Concluons : les revendications anti-vaccin sont largement minoritaires, ça on le savait déjà ; les craintifs de la seringue, les allumés du complot « un micro-processeur dans la dose » , ou « je reçois la 5g dans l’avant-bras » , ou « ça dérègle les règles » sont peu nombreux, en fait. Ceux qui « manquent de recul » , « on attend de voir »  ?  il est vrai que six pieds sous terre (soit presque deux mètres) on a plus de recul ! Les vrais moteurs de ces mobilisations qui vont désormais en s’étiolant, ce sont en fait… a) les appels à la liberté (liberté de refiler le virus aux voisins, de se foutre de l’intérêt général, des travailleurs des hôpitaux) ; b) la hargne anti-Macron, les appels à ce qu’il démissionne (vous pouvez flûter !…) ; c) la volonté d’entretenir la flamme, des deux bords extrêmes, Mélenchonesques aussi bien que Philippotiens, sans oublier les Gilets bouton d’or : on ne sait jamais, la mayonnaise pourrait prendre à nouveau, allez savoir ? faut pas perdre la main…

Mais voyez cet article de Ouest-France sur les manifs d’hier : à Rennes, cette photo de braves gens défilant benoîtement – toutes-et-tous sans masques, forcément, et beaucoup de femmes – et cette pancarte « Freedom / Liberté » … quelle est la valeur ajoutée de ce Freedom ? quelle lubie a voulu qu’on invoque la Liberté en anglais, à Rennes ? une seule explication : ce sont des agitateurs infiltrés par le perfide et blond Boris « BoJo » . Il cherche manifestement à déstabiliser Macronious, pour que cesse enfin l’intolérable blocus qui, paraît-il,  prive les Britanniques des saucisses de porc bretonnes.

Tibert

 

Misère et boulet

Les Afghans réfugiés ou candidats au refuge nous le disent, avec leurs pieds, leurs suppliques, leurs gesticulations, les mouvements de foules affolées : le retour des Talibans en deuxième saison n’est pas une divine surprise ! c’est même une très mauvaise nouvelle pour des tas de gens (il en est tout de même qui se réjouissent, genre le Pakistan, les Talibans, leurs groupies, certains musulmans, etc). Sur le destin de ce pays, les USA ont aussi sérieusement merdé, et d’autres…

Mais disons aussi que les Afghans (les mâles, essentiellement, mais pas que !) sont les premiers responsables de leur malheur. Après un épisode de cinq ans pourtant clairement instructif et désastreux, terminé en 2001, et presque vingt ans pour en tirer les conclusions, ils se lamentent de retrouver aux manivelles des fanatiques rétrogrades et bornés, résolus à replonger leur pays dans l’obscurantisme religieux, la soumission et l’abêtissement des femmes, la barbarie de la Justice, la haine de la culture… Quand on n’est pas fichu de tirer les leçons d’un passé pourtant bien frais, de questionner ses croyances, ses moeurs, son mode de fonctionnement, c’est assez moche ! Il y a une profonde contradiction à vouloir la démocratie, à aspirer à la modernité, à la liberté, quand on reste englué dans des schémas rétrogrades et les raideurs tribales, religieuses et sociétales d’un pays à la ramasse.

Nous allons donc devoir accueillir des gens qui, certes, pour beaucoup, ont pâti du régime des Talibans ou craignent d’en pâtir, mais n’ont rien remis en cause de leur façon de penser et de se comporter. Et, comme dit fort justement le proverbe, on ne peut faire boire un âne qui n’a pas soif.  Bref, ça craint.

Tibert

Blattes et cancrelats

Ouest-France, qui se tient pas mal comme canard sur Toile – c’est un compliment, les Auvergnats et Languedociens pourraient en prendre de la graine – nous sort une amorce d’article sur les dangers de la navigation, justement, sur la Toile. Un jeune homme y raconte avoir, effrayé, reçu un mèl d’un quidam prétendant avoir le total contrôle de son ordi : caméra, micro, fichiers, souris, tout ! mon p’tit gars t’es à ma pogne ! avec demande de rançon en crypto-monnaie, sous la menace de diffuser à tous les contacts de son carnet d’adresses les images et vidéos cochonnes supposément matées, voire enregistrées… il est vrai qu’il est des tranches d’âge plus sensibles que d’autres à ce genre de stimuli, les hormones se montrant tyranniques.

Moi-même j’en suis à la n-ième agression de ce style… mais vas-y mon gars, diffuse, diffuse donc mes nombreuses vidéos compromettantes ! on n’est plus en 1927 avec les ligues de vertu, les gens de toutes inclinations sexuelles se câlinent et se roulent des pelles dans la rue, et l’on a trouvé le vaccin contre la surdité post-masturbatoire. Mais c’est bidon, évidemment, ces mèls : le hackeur ne contrôle rien du tout, il a tout juste chipé, acheté, emprunté une liste d’adresses électroniques et va à la pêche au pigeon craintif, ça pourrait mordre.

Aussi vicieux, la chasse aux infos bancaires ! là aussi c’est la troisième tentative à mon encontre. Loubanger, ou DCiscount, ou Ah-Masone m’informe que ma commande n°… d’un montant … (élevé ! élevé, le montant, genre 935,67 €) va être livrée à M. Mouloud (Hocine, Mohamed…) BenMachinTruc (nom clairement arabe), habitant le 9-3 (le 5-9, le 9-5…). Mais si vous souhaitez annuler cette commande, cher monsieur, cliquez donc sur ce lien. C’est bidon, évidemment, l’achat sur la Toile étant assez bien protégé maintenant. Le but, c’est de vous extorquer vos coordonnées bancaires… sous prétexte d’annuler la commande et de vous rembourser, par exemple.

Mais blague à part, premio il faut signaler toutes ces arnaques, tenez, c’est ici, le site gouvernemental signal-spam ; deuxio ça met l’accent sur une vraie mocheté, une putasserie. On titille là le ressort du réflexe raciste du Français moyen, furieux de se croire arnaqué par Abdel (Ahmed, Samir… ). Tous des voleurs, c’est bien connu ! si le bénéficiaire du SuperRobotCuistot à 935,67 € s’appelait Jean-Paul Dugenou, la provocation serait nettement moins crédible, n’est-ce-pas ? Bref, visiblement, les hackers nous supposent, nous espèrent irascibles et racistes. Les hackers, ces insectes furtifs du sombre, répugnants cloportes masqués du Houèbe.

Tibert

Les hordes, en verlan : dehors !

[ En préambule, j’ai trouvé cet article suisse (ils ne font pas que du chocolat au lait et des votations citoyennes) assez bien foutu sur la situation actuelle en Afghanistan : comme on le subodore assez bien, le Pakistan, puissance nucléaire mais « pays musulman » (*) tire bien des ficelles, tire les ficelles chez son voisin de l’Ouest. Au fait, dans ma liste des pays nettement plus aptes que nous à recevoir des réfugiés afghans, j’ai oublié la Chine. Pas loin, la Chine ! très grands espaces peu peuplés, puissante et prospère. Juste qu’elle n’a visiblement pas envie, la Chine, de s’emmerder avec des réfugiés, musulmans à 99, 97 %, et de plus pas sinophones (**). Et puis il n’y a pas de Verts, de PCF, de PS, de LFI, de LDH, d’OXFAM, de pétitionnaires bras ouverts, de trotskistes en Chine, ils ont été éradiqués. Mais pour faire du business, pas de problème ! notamment pour le lithium. ]

Et puis un article de plus qui illustre un des problèmes majeurs de notre temps : on est trop nombreux ! trop nombreux, infoutus de comprendre et tirer les leçons de la célèbre citation pascalienne, « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre » – remarquez, les compagnies aériennes sont contre, la SNCF aussi. Le Fig’haro, donc, nous le montre dans ce papier sur Porquerolles, île réputés idyllique, mais plus du tout. Quand les bateaux venus du Continent vomissent leurs touristes sur le quai, c’est l’invasion. Idem les énoôormes paquebots de croisières déballant leurs trois-mille visiteurs d’un jour sur la Place Saint-Marc, à Venise : c’est le nuage de sauterelles sur les champs de sorgho en Ethiopie. Je vous épargnerai les queues à l’Arc de Triomphe, au Taj-Mahal, sur le sentier du Puy de Sancy, à l’expo temporaire du célèbre peintre Dugenou, etc. Que faire ? à supposer que le Covid ne vide pas entièrement les rangs des séniors, on va rester trop nombreux. De plus en plus nombreux. Faudra-t-il un virus encore plus méchant ? la vasectomie pour tous ? ou la ligature des trompes pour toutes ? ou les deux ? supprimer les allocs’ ? instituer des numerus clausus un peu partout ? « Désolé, vous n’êtes pas pré-enregistré pour faire vos courses à notre magasin Karrouf ce jeudi soir 18h 30-19h, veuillez prendre un ticket d’attente pour un éventuel désistement en ligne » .

Tibert

(*) Comment le dire ? un pays qui a les structures politiques d’une démocratie, mais entretient et bichonne les coutumes, croyances et idéologies les plus rétrogrades, obscurantistes, clairement incompatibles avec la démocratie.

(**) C’est très esthétique, la calligraphie chinoise, avec des bâtons d’encre de Chine, justement, qu’on délaye dans l’eau, de majestueux pinceaux et de belles feuilles de vélin crème, format 1/4-Grand-aigle. Mais pour ce qui est de l’apprentissage de cette langue, ça s’apparente à une enclume de forgeron à traîner, à pied et à l’aide d’un câble, sur vingt kilomètres d’une ancienne voie romaine aux pavés disjoints : il y a plus aisé et plus ergonomique.

Un Pau par an

Il fallait s’y attendre, Macronious se fait voler dans les plumes par la Gauche, la gauche le coeur sur la main, bien évidemment (*). Il a osé déclarer vouloir porter une initiative européenne visant à se « protéger des flux migratoires irréguliers importants » qui « nourrissent les trafics de toute nature » . Et puis « L’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle » (en Afghanistan, vous l’aurez deviné). Réactions, « c’est épouvantable, répugnant » , lit-on un peu partout chez les LFI, PS, PC, Verts et les diverses chapelles trotskistes. Edward Snowden lui-même, lanceur d’alerte états-unien réfugié en Russie, donc bien au fait de nos réalités 😉  , s’insurge… quoi, la France ? ce langage ? on nous aurait menti ?

Sauf que oui, les dernières statistiques sur les demandeurs d’asile donnent 81.000 dossiers en 2020. Avec en tête, tir groupé impressionnant, Afghanistan (avant le retour gagnant des Talibans), Bangladesh, Pakistan : sans doute des gens persécutés dans ces pays étroitement islamiques ?  Bref, une « ville » de la taille de Pau s’est dessinée ex nihilo dans le paysage l’an dernier. Faisant suite à d’autres « villes » les années précédentes. Encore ne sont-ce que les chiffres officiels, ne prenant pas en compte les entrées en douce par Menton, le Perthus etc. La réalité, c’est que moult de ces migrants viennent – c’est courageux de leur part, mais illégal, ne correspondant pas aux critères de « refuge politique » – pour simplement vivre mieux que dans leur pays d’origine.

Comparativement, il est clair qu’à part la Turquie et surtout le Liban, surchargés de Syriens venus en voisins, les pays du Moyen-Orient sont très-très frileux en matière d’accueil de réfugiés. Ils payent mais n’accueillent pas… craignant, disent-ils, l’infiltration de terroristes ! c’est l’hôpital qui se moque de la charité… J’ai nommé le Qatar et surtout l’Arabie Saoudite. Et puis il ne manque pas de place chez les voisins immédiats de l’Afghanistan : en Iran (52 habitants / km2), au Tadjikistan (62 hab / km2), en Ouzbékistan (68 hab / km2), au Turkménistan (11 hab / km2, mais c’est surtout du désert), tous  pays pacifiques, largement voire exclusivement musulmans, et sûrs 😉  – et d’une superficie totale d’environ cinq fois la France.

L’Europe, l’Europe « riche et en paix » – pas sans peine ! – subit depuis des années le poids de centaines de milliers de migrants, une large part n’ayant aucune légitimité à demander l’asile politique. On a beau nous seriner à gauche que l‘identité nationale est un concept rance et racorni, voire nauséabond, c’est simplement et sainement le refus de la submersion et / ou du nivellement globalisant, et l’attachement à des racines, à un mode de vie apprécié. Et, de mon point de vue, Macronious parle d’or quand il affirme vouloir certes honorer le devoir d’asile pour ceux qui en ont besoin, mais nous « protéger des flux migratoires irréguliers importants » . Le hic, c’est qu’il parle, mais ça ne suit pas ! c’est sans doute loin de ses préoccupations… Les statistiques en la matière le montrent clairement : on estime qu’environ 13 % des déboutés du droit d’asile quittent effectivement le territoire. De sorte que 87 % y restent, en clandestins – et ça marche !

Tibert

(*) L’immigré, ce Nouveau Prolétaire – avec un grand P – du 21ème siècle, donc à bichonner en vue du Matin du Grand Soir. « Entrez entrez, y a d’ la place pour tout l’ monde » .

« Bring democracy », re-bide

On se souvient peut-être de Bush (le père ? le fils ? le Saint-Esprit ? peu importe) annonçant que les USA allaient « apporter la démocratie » à l’Irak. On a vu le truc ! Encore l’Irak ne va-t-il pas si mal que ça, comparé à d’autres.

Rebelote dans l’aveuglement et l’illusion : l’Afghanistan. On sait que ce pays est un… comment dirais-je ? un bâton merdeux dans un sac de noeuds, du même acabit que le Soudan et la Libye. On peut y ajouter le poids conséquent de la drogue : le pavot, donc l’opium, donc l’héroïne et ses dérivés, y croissent et multiplient, pas que pour la consommation intérieure ! Arriérations tribales, pesée d’un Islam obligatoire et exclusif, étouffant et d’un autre âge, y compris chez les élites prétendument éclairées (ne pas oublier l’influence des deux gros voisins directs, Pakistan (*) et Iran, et en prime la rivalité sunnites / chiites) et business de la drogue : c’est à tout ça que les USA disaient apporter la démocratie. Hélas la démocratie n’est pas un lot de palettes de corned-beef en boîte débarquées d’un avion-cargo. C’est une fleur fragile et locale, exclusivement locale. Et ça ne pousse pas sur la corruption, le tribalisme, l’arriération religieuse, et encore moins sous la contrainte militaire.

Au fait : l’Afghanistan, indépendant depuis 1921 après une n-ième guerre, c’est encore une des brillantes réussites de la décolonisation anglaise, avec ses bénéfiques conséquences 😉 . C’était l’ Empire des Indes : le sac de noeuds avec un bâton merdeux dedans en sort tout droit, avec, soyons justes, l’URSS puis les USA pour agrémenter le potage à leur sauce respective. Ce sont les Afghans (et les Afghanes, si si, surtout elles) qui vont déguster.

Tibert

(*) Il se dit que les services secrets pakistanais ont fortement aidé les Talibans à emporter le morceau. On le croit volontiers, tant les affinités sont grandes.

Rien qu’à nous embêter !

Le très médiatique rétropédalage macronien, sur le décret instituant un contrôle technique pour les 2-roues, laisse rêveur. Car enfin, quels sont les fonctionnaires assez { incompétents, pervers, machiavéliques, phobiques } (rayer les mentions inutiles) pour proposer de s’attaquer à la très respectée corporation des motards ? c’est pour glisser une peau de banane dans l’escalier, destinée à Macronibus ? pour le rendre un peu plus impopulaire encore ? c’est loupé. Pour enfin permettre un contrôle normal et salutaire des bécanes, notamment des pots d’échappement fantaisistes, absents, hors normes, hurlants ? c’est remis à plus tard, quand l’horizon sera plus serein… jamais, donc, sauf à l’avènement des motos exclusivement électriques – encore y aura-t-il des fêlés pour fixer des bouts de carton dans les roues, ça fait vroom-vroom quand elles tournent.

Sachons-le, il y a en France des sujets qu’on ne peut aborder que dans une conjoncture très favorable, calme plat, consensus national, etc… situations rarissimes, quasi miraculeuses. Tenez, le gasoil « agricole » ou « BTP » au prix standard de tout le monde ? plus tard ! il est urgent d’attendre, sauf à mettre le pays sens dessus dessous. Les routiers (soit les salariés, soit les petits patrons, voire les deux, c’est une fusée à trois étages) c’est idem, surtout ne pas les froisser ! On a ainsi vu les coûteux portiques Ecotaxe mis à la poubelle (madame Ségolène en frémit encore), du seul fait que les routiers bretons, bérets rouges sur le ciboulot, estimaient qu’on leur en voulait, zut quoi, ils sont plus loin, eux.

Il n’y a pas si longtemps, les taxis parisiens faisaient encore la pluie et le beau temps. A chaque timide tentative de moderniser cette profession, allez hop, blocage total ! le périph’ parisien en thrombose veineuse profonde. Monsieur Pasqua en était à les bichonner aux petits oignons… Il a fallu le raz-de-marée planétaire des Z’Uber et compagnie pour enfin balayer ce corporatisme délétère, inique, cynique, d’un autre âge.

Bref, sur cette affaire hautement inflammable, Macronious a pu éviter le pire, mais il y a des fonctionnaires qui vont se faire remonter les bretelles : qui a pris et balancé dans son dos ce décret anti-motards et explosif ? Derrière cet épisode révélateur de nos dysfonctionnements administratifs s’impose cette belle image de notre pays : une juxtaposition chaotique d’égoïsmes exacerbés, moi-moi-moi, les autres je m’en fous ; un Chef chef-d’orchestre appliqué à tout contrôler, tirer toutes les ficelles : s’il pouvait il soufflerait lui-même dans les clarinettes ! manifestement, on est bien gouvernés.

Tibert

Nommer, plus ou moins

J’ai eu l’occasion de feuilleter un vieux numéro de Bébective de l’année 1963, à propos d’un assassinat en Auvergne : TOUS les noms y étaient. Les proches, les suspects, la victime, les lieux, tout. En ce temps-là, on ne prenait pas des airs de vierges effarouchées à propos de « stigmatisation » : Robert, Mouloud ou Paulette, on nommait.

De nos jours, on ne nomme plus, ouhlala non ! Le gars pris, les mains pleines de sang, un couteau tout poisseux à la main au dessus d’un cadavre égorgé de frais, c’est un « suspect », un « présumé »  ; sa couleur de peau ? son blaze ? rien. Vous pourrez vérifier aisément, les faits divers… pas de stigmatisation !

Sauf que, samedi dernier, une nana dans une manif « Anti-passe + vaccin assassin + GJ + Macron démission etc… » à Metz brandissait une pancarte citant des noms juifs – mais pas que – du genre « qui c’est qui tire les ficelles » . C’est lamentable, c’est une saleté de sortir de tels slogans, on est d’accord. Condamnable, c’est clair, sans être du même ordre que de violer et torturer une joggeuse avant de l’étrangler – chuut, là c’est « le suspect » , surtout ne pas stigmatiser. La pancarte anti-juifs, en revanche, on sait qui c’est ! visage bien visible et non flouté sur les photos, nom en caractères d’imprimerie dans les articles, pedigree détaillé. Il se trouve que « la suspecte » a – c’est dit clairement – fréquenté le RN, le parti de la Marine : si vous y voyez une justification pour qu’on lui réserve un traitement de faveur, qu’on la montre du doigt, qu’on l’attache au pilori et qu’on lui crache à la figure, vous avez bon.

Tibert