Samedis divers sur le Boulevard Haussmann

( Le scoop « pipôle » : Macronious Covid-positif, et à l’isolement à la Lanterne ! à la Lanterne, comme Pépère-Normal, qui s’y isolait, lui, mais pas trop, et sans Covid, juste pour le plaisir… Et l’on se fâche, un peu partout, qu’il (Macron, pas Pépère) n’ait pas respecté les interdits que son gouvernement édicte pour le commun des citoyens : pas plus de six à table, vindiou ! On se fâche à tort : en fait, premio c’est juste une sage recommandation, pas un décret ; deuxio, personne n’a pu établir avec certitude où précisément notre Président a chopé ce virus  ! sur une carte de visite d’un vendeur ambulant d’aspirateurs ? dans le sèche-cheveux de son coiffeur attitré et quotidien ? au coin d’un calendrier des pompiers du 8ème arrondissement ? Bof, il est jeune, encore assez loin de l’entrée en EHPAD : il s’en remettra !  échappant du même coup à la vaccination exemplaire et ostentatoire.)

Et puis hier c’était samedi : c’était manif anti-quelque chose ! Le Monde  , et puis Le Parigot, (et en lecture libre, s’il vous plaît ! pour que tout un chacun communie), soucieux d’entretenir la flamme, relatent ça avec assez de détail… les GJ auraient été de la partie, bien entendu, mais j’y lis autre chose de non dit. Je cite les zélés journaleux : « Contre la loi raciste, coloniale, islamophobe » ; « Nos vies valent plus que leurs profits »… c’est signé, c’est du pur NPA de chez Trotski, ça. Les GJ n’ont jamais crié au colonialisme, encore moins à l’islamophobie – bien au contraire pour nombre d’entre eux, héritiers spirituels des populistes franchouillards. Bref c’étaient des manifs « clairsemées », dixit Le Parigot, quelques centaines de péquins par ci-par là, et puis surtout attrape-tout. C’est quand même malheureux, finir l’année la « plus pire » de ces dernières décennies avec des manifs en eau de boudin, entre militants… mais le Parigot, toujours lui, s’esbaudit a contrario, ce matin, sur les foules compactes rassemblées hier sur le boulevard Haussmann (à Paris, ça va de soi) ; ce n’était pas pour la manif et pour casser-piller, c’était pour les courses de Noël ! La conscience politique fout le camp, camarades.

Tibert

Pagnolade de masques

(Macronious envisage un référendum sur l’inscription de la lutte contre le réchauffement climatique dans la constitution… en voilà une idée qu’elle est stupide ! pourquoi ne pas y coller aussi la reconquête républicaine des quartiers « sensibles », les luttes qu’on tente de nous vendre contre les diverses supposées « …phobies » (*), la protection des mineures isolées, et puis les 80 km/h sur les départementales, chers à monsieur Philippe ? initiative casse-gueule, qui plus est ! résultat fort incertain ! Allons, le peuple n’est quasiment jamais consulté, et « là-haut » on s’essuie assez systématiquement les pieds sur des interrogations sociétales bien plus vitales, qui, clairement, voudraient que NOUS nous prononcions. Mais si c’est pour cette lubie saugrenue… même les écolos vont ricaner et trouver ça bizarre, c’est dire !)

Mais Marseille – que j’ai bien connue, à l’époque où son 15ème arrondissement « Quartiers Nord / Saint-Louis » étalait de superbes pinèdes aujourd’hui bétonnées-goudronnées à mort – nous donne à voir une de ces comédies « Marius-et-Olive » dont elle a le secret. Le PS avançait donc masqué, et pas du masque anti-Covid, pour conquérir la municipalité : une tête d’affiche aguichante, une femme écolo-pas politicienne-toubib bien sous tous rapports, du sang neuf, adios Gaudin et ses bataillons de fonctionnaires municipaux pléthoriques et difficiles à justifier au regard du boulot tombé. Sauf que, pas du tout ! c’est un « pro » de la politique politicienne socialo qui se planquait derrière. le PS, coucou le revoilou ! et Le Monde, ému de cette divine surprise, en bon groupie, nous sert un article ronflant : « L’heure de Benoît Payan, architecte du Printemps marseillais, est arrivée » ! C’était l’architecte, peut-être, mais on a oublié de nous dire que c’est lui qui devait occuper la boutique !

Je vais vous dire : si j’étais Marseillais, et si j’avais voté pour la liste qui a gagné (et c’était la majorité, eh oui ! nonobstant la participation minable et les embrouilles de fin de campagne) je me sentirais quelque peu cocu !

Tibert

(*) « Phobie » = peur, crainte. ce n’est qu’avec des contorsions sémantiques malhonnêtes qu’on veut nous maquiller ça en haine malfaisante. On a de bonnes raisons de craindre, parfois…

Sombre appropriation d’une soupe

Vous avez peut-être en tête l’un de mes récents billets sur la propriété des mots ? c’était à propos de l’adjectif « lynché »… c’est un adjectif qui APPARTIENT à certaine communauté, tenez-vous le pour dit. Eh bien, rebelote : aux USA, un magazine culinaire a dû se confondre en excuses car il avait employé-détourné (dénaturé ?) LA recette de cuisine haïtienne, le truc national sacré et intouchable, qui rappelle les heures qui, que… bref, la soupe joumou. N’employez jamais ce terme, sauf en y mettant le ton révérend, les guillemets et en faisant la génuflexion, comme un footballeur quand il y a des caméras pour immortaliser le truc. Halte au soupe-joumou-bashing ! à la soupe-joumouphobie !

Le joumou, c’est le terme haïtien pour « giraumon » : c’est clair, comme ça ? non, toujours pas ? allez, c’est une variété de courge. Le magazine états-unien a donc, vu que le giraumon ça ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval, prescrit d’utiliser de la courge… eh bien c’est épouvantable, c’est une offense à la nation haïtienne. Rien que ça…

Moi je vois arriver le jour où le couscous et la pizza, l’irish stew, le fish & chips, la paëlla, le… seront proclamés plats sacrés – héritages, emblèmes, symboles de ceci, de cela – et qu’on devra rayer des cartes des restaus, des bouquins de cuisine et des émissions télé ces références hautement sensibles. Avec les « gardiens du temple » qui vont avec. On se prépare de chouettes lendemains !

Tibert

Chouette 31

Castex-en-Chef l’a dit : oui à Noël, non au Nouvel An. Pour faire la fiesta toute la nuit ? ce sera autour du Petit Jésus dans son berceau avec de la paille, entouré du boeuf (un Salers, ça tient plus chaud), un âne (gris selon les Ecritures, peut-être un baudet du Poitou ?) et puis  son père adoptif, Joseph le charpentier barbu, et bien sûr la môman, agenouillée mains jointes et tête bâchée-baissée, dans sa belle robe blanche à liserés bleus (*). Les athées, musulmans, juifs, boudhistes etc … et agnostiques, en profiteront lâchement, ou feront semblant, ou rien du tout.

Et donc, il n’y aura pas de seconde chance au grattage ! le Nouvel An ? à la maison ! devant la téloche, ou le Houatsappe, ou le Squaïpe, ou le Zoum, etc. Trinquâges et embrassades virtuelles !  Et c’est réjouissant à plus d’un titre :

Premio, les bagnoles seront incendiées en moins grand nombre, vu que c’est en principe le 31 décembre que d’aucuns croient traditionnel de cramer des voitures. Eh non, ce n’est pas traditionnel, ce serait même puni par la Loi – si du moins dans ce pays on appliquait les lois.

Deuxièmo, moins d’Alqua-Seltzair, moins d’Asprôt, moins de para-7-amolle et autres rince-cochons ! les crises de foie ? oubliées. On va pouvoir, le 1er janvier midi, bouffer normalement son steak-purée au lieu du traditionnel Hépattoume au bouillon de poireaux.

Laste beutte note Liszt – ou cerise sur le quatre-quarts, si vous préférez – le couvre-feu sera à 20 heures, excellente initiative : ce soir-là, j’avais justement prévu de rester chez moi, peinard. Cette mesure ne me pose donc rigoureusement aucun problème : faites comme moi ! Je vais vous dire : se souhaiter une bonne année à venir en se bisoutant, c’est débile. D’abord malsain : s’il y a là UN Covidopositif, c’est tout le monde qui va le choper, le virus. Et débile : vous vous souvenez, l’an dernier ? vous avez formulé des tas de voeux mirobolants à plein de gens, pour 2020. Le résultat ? magnifique, une année de m… comme on en a rarement vue ! donc, vos petites formules magiques, ça ne marche pas ! « La santé, hein, surtout ! la santé ! », avez-vous clamé, un peu pompette, un peu à tout le monde. Justement, la santé en 2020… parlons-en : l’horreur absolue ! Et le pire, je n’ai toujours pas trouvé de vaccin anti-grippe : y en a pas, obstinément.

Tibert

(*) Y repensant, c’est une posture assez improbable. Les parturientes récemment accouchées sont quasi toujours vues ou représentées couchées et dolentes. Un  miracle, sans doute.

Mon voisin n’a pas de cafard…

… dans son  assiette ! On connaît peut-être cette blague à deux balles : les moines de l’ordre des ??? – disons les Bénédictins, au hasard – n’ont pas le droit de parler pour eux-mêmes, modestie et altruisme obligent. Ainsi à table, l’un des leurs, constatant qu’un superbe cafard marron et bien mort orne sa part de boeuf-miroton-purée, et ne pouvant dire « ciel, un cafard mort dans mon assiette ! » apostrophe le frère-serveur en parlant du voisin.

On pourrait s’en inspirer pour éviter tout litige ou prise de bec, et dans bien des domaines. Hier soir on a interrompu un match de foot pour cause de propos supposés racistes… pour l’occasion, c’étaient le PSG, forcément, LE club français, puisque parisien ou tout comme (nommons-le P.), et un club turc, au doux nom de Basaksehir, disons B. Des mouvements du côté du staff de B. (entraîneurs, soigneurs, assistants etc) alertent les arbitres – Roumains, les arbitres. Mouvements jugés inappropriés et nécessitant d’intervenir, puisque l’un des arbitres en second juge utile de désigner à l’arbitre-en-chef la personne dudit staff qui lui semble poser problème. Et (la distance entre les deux groupes est ici un point essentiel), en l’absence d’autre identifiant pertinent et plus aisé (le nom en gros sur le dos, la couleur de la parka, la stature, le bonnet…), il le désigne par sa couleur de peau, qui permet effectivement de l’identifier, vu que c’est (du moins on le suppose) le seul Noir. Or, c’est assez incroyable, les arbitres roumains, entre eux, s’expriment… en roumain ! dingue, non ? et comment dit-on Noir en roumain ? negru. Je suppose que le « u » final donne plutôt quelque chose comme « ou », un son approchant… entendu par un francophone, ça peut évoquer le mot, clairement péjoratif, négro, eh oui…

Non, ce n’était ni le gars au bonnet rouge, ni celui avec les lunettes, et non, pas non plus celui avec une écharpe vert et bleu ; non, pas le blond non plus… le, là, comment dirais-je ?

Tibert

NB : il n’est pas du tout impossible que les propos de l’arbitre incriminé aient été effectivement racistes, une enquête est en cours. Mais si c’est sur le seul mot de negru, « Noir » en roumain, qu’est basée cette grosse affaire, c’est une tempête dans un verre d’eau, et un affreux malentendu. On se prépare de bigrement complexes contorsions circonlocutoires !

Lectures des samedis

On aurait pu intituler ce billet « CGTilets Jaunes » tant le discours CGTiste de monsieur Martinez, son Grand Chef moustachu, se cale maintenant sur du remâché des GJ. La Loi Sécurité, l’article 24, les violences policières ? après avoir défilé le samedi d’avant (casse, incendies etc… comme d’hab’) et si ça ne suffit pas à rameuter, on allonge alors la sauce avec la précarité, les salaires, le… les pharmaciens diraient « QSP », Quantité Suffisante Pour… appeler à un samedi de manif de plus. Donc, banderoles, défilés, CRS, blackblocs, casse, incendies : air connu.

Les journaleux constatent, certains désolés, d’autres goguenards, mais unanimes ou presque, qu’on ne peut rien faire : on ne peut pas interpeller avant la commission d’un délit, ça ne se fait pas dans un état de droit. On ne peut pas se battre avec les casseurs, faute de règle du jeu : ils n’ont aucune déontologie autre que de casser, justement, le maximum de choses et de flics, et ne sont pas identifiables sur place, quand les flics sont surveillés comme le lait sur le feu. Remarquez, le coquetèl Molotov est une arme létale, quoi qu’on prétende, et il en est d’autres ; et la légitime défense voudrait que… mais c’est évidemment « strengt verboten ». Et l’on n’a jamais vu manifester la gauche en tant que telle pour la mort d’un policier en service – Charlie en janvier 2015 excepté, mais tout le monde y était – tandis que pour la mort d’un manifestant…

Bref on ne peut rien faire ? c’est qu’on est tétanisé, là-haut, par une gesticulation largement minoritaire mais puissamment amplifiée, tant les médias sont à la botte des hurleurs (*). Il est cependant clair, et tout le monde le sait, et des deux côtés, que la large majorité des citoyens exècre les saccageurs et veut vivre en paix (**). Ce n’est pas en faisant des guili-guili à un site « djeune » très antif-flics qu’on va remonter la pente, n’est-ce pas, monsieur le Président… il faudrait du courage. Se boucher les oreilles et puis laisser hurler. Identifier les casseurs, on sait faire ça, on identifie bien les islamistes radicaux… et les empêcher de nuire, AVANT. Supposons qu’on apprenne qu’un terroriste va commettre un massacre : on attend que le crime soit constitué ? « état de droit » ? Ben non, évidemment. Pour les casseurs, ce devrait être exactement le même principe, leur nuisance est intrinsèque, si l’on peut dire, et largement prouvée.

Et tant pis pour les rouspétances vertueuses du Conseil d’Etat, qui porte très-très mal son nom : il conseille ? eh bien, qu’il conseille, et basta ! Ce n’est pas lui qui tient les manivelles. Qu’on invite donc ses membres à une queue de manif face à des black-blocs, qu’ils appréhendent le problème de visu.

Tibert

(*) Dans le temps les militants d’extrême-gauche, notamment les groupies de Léon-le-Barbichu, « entraient » dans les administrations pour y noyauter et subvertir. De nos jours, l’évolution des choses faisant la part belle aux médias, c’est là qu’on dirige les forces.

(**) La paix et la sécurité, pour faire court : c’est quand il n’y a pas de coin louche ni d’heure glauque. On peut rêver.

Délices et brevets oubliés

En l’absence de tout commentaire sur mon dernier billet « De la propriété des mots », et ayant eu à gamberger abondamment au cours d’une de mes insomnies fréquentes et nocturnes aux alentours de 3 heures du mat’, je me suis avisé que j’avais à tort, tout en prenant bonne note de la pétition de propriété lexicale, sémantique et historique des termes « lynché », « lynchés », « lynchée » et « lynchées » – mais pas du terme « lynchage » –  par une active et vindicative militante afro-féministe (*), virgule, employé l’expression « roué de coups » !

Que n’ai-je pas écrit là ! mea culpa, donc. J’explique : le supplice de la roue, qui remonte à la nuit des temps, c’est à dire probablement à l’invention de la roue, a donné le terme « roué ». Roué de coups se dit de celui qui, ficelé en croix sur une roue, a reçu les coups du bourreau, en général à l’aide d’une barre de fer. Coups mortels à coup (sic) sûr mais – tout le sel de la chose est là – à plus ou moins longue échéance (quelques heures à deux-trois jours), consistant à briser menu les membres et causer des lésions et hémorragies internes. Ceci, sur des mâles exclusivement, du moins en France, où l’on jugeait la position du supplicié, fi donc ! indécente pour les femmes. Et ce jusqu’à la fin du 18ème siècle, c’est-à-dire que la roue et le lynchage ont été largement contemporains !

On s’avisera donc, afin d’éviter de froisser l’AMSR, « Amicale Mémorielle des Suppliciés de la Roue », de s’abstenir d’employer le terme « roué », qui appartient à ce douloureux chapitre de l’Humanité : ce serait offenser la mémoire de ceux qui, gnagnagna…

Tibert

PS – Tentant une fois de plus de trouver hier l’introuvable vaccin anti-grippe 2020 (j’ai pourtant mon bon d’octroi prioritaire, juste « ein stuckpapier »), j’espérais que le déblocage de 1,2 million de doses du stock stratégique gouvernemental inonderait enfin les pharmacies. Que nenni ! Dialogue avec une pharmacienne :

La potarde : "C'est réservé d'abord aux pensionnaires des EHPAD"
Moi : "Ah bon ? ils n'ont pas encore été vaccinés ?
Elle : "Eh non !"
Moi : "C'est n'importe quoi !"
Elle " : "En effet !"

Chouette, non ? ça laisse bien augurer du prochain et complexe processus de vaccination à 5 étages.

(*) Supposez qu’elle soit écologiste, ça donne du « afro-écolo-féministe ». Et végétarienne ? ouh là là… Quant à la hiérarchie des termes, à vous de voir.

De la propriété des mots

Un Grand Chef des Ecolos-verts-de-Vert – LE grand chef, en fait, monsieur Bayou – s’est fendu d’un mea culpa, « a fait tapis » comme on dit à Montréal au Québec. Il se confond en excuses, il « entend » (mazette, quel langage !) que le terme « lynchage » ne puisse s’appliquer qu’aux Noirs Etats-Uniens (du côté des victimes, ça va de soi, pas du côté des lyncheurs). Il avait utilisé ce terme réservé-breveté, traitant des agressions de voyous genre black-blocs sur un policier, lors de la récente marche dite « des libertés » (de tout saccager).

Ah, si le policier en question avait été Noir, alors, peut-être ? même pas, il n’était pas Etats-Unien. Donc il a été tabassé, roué de coups… mais pas lynché ! Une militante afro-féministe, madame Amandine Gay, revendique l’exclusivité du terme. Au passage, elle nous colle, forcément, de l’écriture inclusive, tarte à la crème des féministes de qualité. Donc le lynchage, c’est pour les Noir.e.s etats-unien.ne.s, texto.

Notons que le Larousse ne dit rien de tel, ne faisant pas de racisme quant au lynchage. Donc ce n’est pas monsieur Bayou qu’il faut engueuler, c’est l’équipe du dictionnaire ! notons aussi qu’il y a le lynché… et les lyncheurs ! le lynchage nécessite plusieurs intervenants, pas tous Noirs, probablement ?

Notons enfin que s’il faut emboîter le pas à madame Gay, ça va aller très loin ! des termes courants du dico mais liés en exclusivité à l’histoire des Noirs ? c’est transposable ailleurs, non ? y a pas de raison… les Juifs vont se breveter le pogrom ; les Russes, le goulag ; le génocide est réservé aux Juifs états-uniens, c’est un des leurs qui l’a inventé. Dans un autre domaine, moins sombre, la pizza n’est que Napolitaine ! non mais… quant au hamburger, « galette de Hambourg », il est allemand ! donc interdiction d’utiliser ce terme aux USA. Je m’arrête là… Les mots vivent, eh oui, et ils évoluent. On ne dit pas la messe en latin, là ! Monsieur Bayou, vous vous excusâtes à tort : un policier blanc et français lynché ? bien sûr que ça se dit, ça y ressemblait bigrement ! et ça ne fait pas offense aux Noirs états-uniens qui ont, les malheureux, subi cette « justice » expéditive.

Tibert

Tous voyeurs

(Anne Sylvestre – alias Anne-Marie Beugras, personne n’est responsable de son nom – vient de mourir : j’en connais qui vont pleurer. Sans en être un groupie, saluons l’artiste. Je retiendrai « Le mari de Maryvonne » , c’était bien envoyé.)

Mais l’autre jour, dans ma boîte mèl, j’ai trouvé une demande de rançon : dans un anglais excellent – c’est assez rare pour le souligner – un escroc prétendant avoir introduit un « cheval de Troie » dans mon ordi, le contrôler, tout enregistrer, gnagnagna, voulait que je me fendisse d’environ 800-900 euros en cryptomonnaie Bite-cogne pour qu’il oublie d’envoyer à tous mes contacts les vidéos salaces et torrides qu’il avait prétendument glanées sur la caméra dudit PC… je me suis bien amusé ! Faites, très cher ! faites. Il y a des mois et des années que la caméra de mon ordi est désactivée, avec un bout de carton scotché par dessus : ceinture et bretelles ! c’est qu’il y a tellement de voyeurs sur la Toile, on n’est jamais assez prudent. Et ils sont cupides, avec ça !

Tout ça pour dire que nous sommes tous devenus peu ou prou des voyeurs, des peeping Tom comme disent les Rosbifs – salopard de Tom ! Qui n’a pas son smartfaune au poing, prêt à bondir pour immortaliser n’importe quoi, filmer le flic en mission de maintien de l’ordre quasiment sous les narines, pour qu’on voie les poils ? des fois que ce serait une bavure ? des milliards de photos sans aucun intérêt tous les jours, des millions de vidéos débiles et oubliables pour 99,99 % d’entre elles. Le droit à l’image ? à la vie privée ? c’est d’une autre époque, ça n’existe plus, coco. C’est quoi, déjà, la marque de ton slip ?

Tibert

Les trains à l’heure

Les trains à l’heure ne défraient jamais la chronique. C’est bien normal : c’est normal ! Les flics qui font leur boulot proprement et sans violences inutiles aussi : on n’en parle pas. On devrait en parler, de même qu’on devrait – Macronious devrait, et ses acolytes concernés – parler des flics ou gendarmes tabassés, percutés, tués, etc… en s’indignant tout autant que lorsque des flics se lâchent dans des violences injustifiées ni justifiables. On pourrait, lorsqu’une gendarmette est tuée par un chauffard ou un malfrat (c’est pareil) et qu’on est un footballeur célèbre, « avoir mal à sa France » ; mais on le le fait pas ! on serait déconsidéré, la risée des Réseaux-Poubelles. Comme quoi la considération desdits réseaux, hein, on peut s’asseoir dessus.

Bref : cet après-midi, des tas d’éléments « incontrôlés » (gentiment incontrôlés par les organisateurs des manifs « anti-violences policières », qui essayent d’instrumentaliser au maximum le ramdam politique autour de cette histoire) exerceront des violences anti-policières, injustifiables, « gratuites » comme on dit – mais rien n’est jamais gratuit. Ils s’en prendront aux flics, CRS, gendarmes mobiles etc… qui font leur boulot sérieusement et sans excès de violence, tout en hurlant à l’état policier. Si ce n’était pas sinistre et lamentable, on trouverait cocasse cette incongruité logique.

Tibert