C’est ça ! le joli bulletin rose, là…

Aux USA, on va voter, comme ils disent, au « midterm« , à mi-course du mandat décoiffant de monsieur Trump. Des législatives, en quelque sorte, pour corriger le tir de l’élection tonitruante de Donald T, ou, si ça se trouve, pour enfoncer le clou populiste et mal hotru d’il y a deux ans. A ce sujet, on glose, dans Le Monde, sur les dizaines de milliers de citoyens états-uniens qui ne pourront pas voter, Amérindiens, Noirs, Latinos… pour des raisons diverses et pas toujours honnêtes.

Cependant, chez nous, en opposition avec ces dispositions contestables, voire louches, nos Chefs ont pris d’autres initiatives : TOUS les handicapés vont pouvoir se pacser, se marier – puis éventuellement divorcer, ça se passe dans cet ordre-là – et voter ! Tous les handicapés ? tous. Un paraplégique, un aveugle, une manchote… ça va de soi. Mais un trisomique, une Alzheimer, un autiste ?  Je cite l’intéressant article du Monde, encore lui, qui traite de ce sujet : « Avant 2009, la norme restait l’interdiction [ du droit de voter, NDLR] et le juge pouvait être saisi pour la lever. Aujourd’hui, les personnes sous tutelle ont toutes le droit de voter et c’est au juge de demander une interdiction. (…)  L’Unapei estime à 100 000 le nombre d’handicapés mentaux sous tutelle en France, ce qui porte à 400 000 le nombre total d’handicapés mentaux en âge d’être inscrits sur les listes électorales« .

Voilà : avant on pouvait autoriser à voter, maintenant c’est par défaut la démarche inverse. Je ne sais pas comment les juges chargés des tutelles vont affronter, se coltiner ces 100 000 interdictions éventuelles du droit de voter ; songeant aux pratiques de nos politiciens, incontournables visites aux maisons de retraite, chaleureux serrages de cuillères aux mamies plus très opérationnelles dans leur fauteuil roulant (« et surtout n’oubliez pas d’aller voter dimanche ! Dugenou, vous vous souviendrez ?« , je m’interroge… derrière ces manifestes « bonnes intentions », est-ce bien sensé, et surtout franc du collier ?

Tibert

Mais quelle idée sotte et grenue !

Madame Royal, qui souffre d’amnésie quant à ses propres initiative du temps lointain où elle était aux manivelles de l’écologie ministérielle, critique la politique « tax-tax-tax » de nos Chefs, taxes uniquement punitives, remarque-t-elle. Elle a en cela raison. Inciter à l’écologie c’est bien, mais si l’écologie c’est taxer et encore taxer, on va rapidement la prendre en grippe, l’écologie… drôle d’incitation, façon ponctions, purge et huile de foie de morue obligatoire.

Madame Corinne Lepage, qui a bossé jadis au même Ministère de la Verdure, en disait un peu de même, il y a peu. Le titre de l’article que je vous cite, « Corinne Lepage pour la hausse du prix du diésel« ,  est biaisé : elle ne milite pas connement – gouvernementalement, pourrait-on dire – pour remonter froidement le prix du diésel, mais pour le rapprocher de celui de l’essence. Pas pareil ? eh non…

Je vais vous expliquer : au lieu de taxer de plus en plus le diésel, on taxerait de moins en moins l’essence. Bon sang… mais c’est bien sûr !

Voilà… y a plus qu’à.

Tibert

L’invention de l’eau tiède, enfin

( La mairie de Paris vient de se voir encore une fois envoyer sur les roses avec ses voies sur berges pour les piétons flâneurs et autres happy-few tandis que la valetaille qui a besoin de sa bagnole se morfond sur les quais de surface… deux à zéro, reste évidemment à la mairie de Paris de contester derechef, etc etc : quand on ne veut pas reconnaître, madame Hidalgo,  qu’on a pris des initiatives iniques et dommageables, on s’entête… à suivre, donc. )

Et puis notre gouvernement, décidément un des plus féconds en taxes nouvelles – ils y vont à donf, c’est sidérant ce que ça taxe – veut fluidifier le trafic des autoroutes au passage des péages. Eh oui, amis lecteurs, je vous en avais  causé : les autoroutes ça va encore, ça roule couci-couça, mais les péages c’est terrible : ça bouchonne abominablement, c’est une plaie. Chez nos voisins ? ça va très bien, merci, et de plus ils sont moins chers… à Singapour, tenez, chaque voiture a un boîtier radio, et les portiques qui surplombent les routes « lisent » à la volée ces boiboîtes pour facturer ce que de droit. En France on n’est pas aussi avancés techniquement, vous pensez bien.

Mais j’y songe : en France en payant un « pass », un abonnement, on passe, justement, les péages sans s’arrêter (on roule douuucement devant le poste de péage). Donc ça existe ? eh oui ça existe, on n’est pas si ringards que ça, mais IL FAUT PAYER l’abonnement. Vous pensez bien que les sociétés d’autoroutes n’ont pas loupé cette fabuleuse occase de vous faire casquer EN PLUS pour ne pas bouchonner, ou bien vous résigner à bouchonner à chaque péage, sur ces autoroutes déjà les plus chères d’Europe.

Moi je vois bien une possibilité : que nos chefs, pour une fois courageux, prennent enfin NOTRE intérêt en considération, et sachent expliquer aux gestionnaires d’autoroutes que, dorénavant, tout le monde passera les péages sans surcoût avec ce système de « pass ». Ils se sucrent déjà plus que suffisamment, et puis rouler à 130 pour perdre des quarts d’heures entiers à chaque barrière – sur la Côte d’Azur il y en a tous les 300 mètres, j’exagère à peine –  c’est idiot, c’est minable, lamentablement mercantile, et indigne d’un pays qui se prétend moderne.

Tibert

PS – d’ailleurs techniquement nos postes de péage sont pas mal en retard : pour payer en sou-sous il faut presque partout insérer ses piécettes une  à une dans la fente – et ça peut tomber, etc… avec les emmerdes qui vont avec. Dans les pays un peu évolués, on vous propose un « panier » large et facile d’accès, vous y balancez vos picaillons en vrac, et ils s’en débrouillent ! pas croyable. Chez nous on sait pas faire ça… mais ça permet d’admirer le paysage plus longtemps en faisant la queue derrière celui qui a fait tomber une pièce de deux balles et la cherche sous ses roues après avoir réussi à entrouvrir sa portière suffisamment pour se contorsionner hors de sa bagnole.

C’est légal oui ou zut ?

A l’heure bénie – enfin ! merci merci Léticia ! je cours, que dis-je, je vole chez mon disquaire 😉  – où l’album posthume de Djohnny se vend comme des croissants frais un dimanche matin, grand bien leur fasse et chacun voit midi à  sa porte, Le Monde et d’autres – mais pas le Parigot, qui préfère titrer sur Feu Smet – révèlent des magouilles boursières complexes et très juteuses qui ont, paraît-il, spolié les gouvernements de plusieurs pays, dont le nôtre, des énormes rentrées fiscales qu’ils auraient été en droit d’attendre. En cause, les banquiers, évidemment, et les organismes boursiers-financiers…

En gros, la bidouille consiste, le jour même de versement des dividendes d’actions, à revendre pile-poil au bon moment ces actions à des comparses dans des pays moins taxés, de sorte que ces dividendes, plouf, n’y sont plus, pfuuuit, partis ailleurs, avant de revenir dans de meilleures conditions, moyennant un pourcentage pour les compères de l’autre côté. Hier midi les radios glosaient sur la chose : « opérations à la limite de la légalité« , récitaient en choeur les speakers vu que c’était le papier de l’AFP qu’on lisait mot à mot. Moi ça m’interroge : ou bien c’est légal, et alors les finances publiques se font plumer parce qu’incapables de mettre les verrous là où il en faut – ou complices, va savoir ? : incompétence crasse ; ou bien c’est illégal, et alors comment se fait-ce qu’on ait mis quinze ans à s’en aviser ? cinquante-cinq milliards d’euros, c’est tout sauf une petite fuite de pas grand-chose. De quelque côté qu’on tourne la question, la conclusion est la même : les financiers sont plus astucieux que nos fonctionnaires des Finances ! qu’est-ce qu’on attend pour leur proposer des postes à Bercy à la place de nos ronds-de-cuir ?

Tibert

Tout le monde le fait mais faut pas le dire

( Au fait : au Canada, on a fait les comptes et additionné deux plus deux, puis tiré les conclusions : c’est maintenant possible d’acheter de l’herbe dans les boutiques – et de la fumer en privé, ça va de soi – sans raser les murs ni  s’exposer à des poursuites policières : ils sont moins cons que nous, les Canadiens )

Mais bon… autre chose : quatorze trotskistes sur cent-vingt-sept cadres de FO, paraît-il, soit un petit 11 %… FO, la centrale syndicale qui est a priori le point de chute et de nidation préféré des émules de Léon le barbichu. Pourquoi je vous cite ce chiffre ? eh bien le Palmipède Bridé révélait il y a peu l’existence d’un fichier (informatique ? en tout cas lisible à l’oeil nu après impression) façon trombinoscope enrichi de commentaires divers et variés, « ordure« , « homo« , « trop intelligent pour entrer au bureau confédéral » (sic), « collabo » etc… fichier qui fiche, justement, les « cadres » de cette centrale syndicale. Qui fiche illégalement, bien entendu : c’est strictement interdit, atteinte à la vie privée. Le rigolo de l’affaire, c’est que les syndicats – tout à fait dans leur rôle – ne manquent pas de pousser des hurlements chaque fois que dans une boîte on découvre l’existence de ce genre de pratiques.

Et alors ? et alors c’est l’arbre qui cache la forêt ! même moi je suis fiché ! Ah-ma-zone et LeChouetteCoin savent farpaitement tout ce que j’y ai acheté depuis que ça existe, Le Parigot (et tous les autres) sait lesquelles de ses pages houèbe j’ai bouquinées, si j’ai cliqué sur une accroche de cul – c’est juste un exemple – ou plutôt le nouvel aspirateur de chez Dugenou, etc. Nous sommes tous fichés, et le plus amusant c’est qu’il y en a plein qui en rajoutent, qui veulent en dire plus ! qui se racontent en long et en large sur Fesse-bouc ou Ouate-Sape, les photos du petit dernier, le barbecue de dimanche et le selfie avec la marchande de cacahouètes qu’était sympa.

Evidemment, on ne trouve pas sur les serveurs du Chouette-Coin les annotations pittoresques du fichier de FO, « abruti » ou autres noms d’oiseaux. Et alors ? on est toujours l’abruti de quelqu’un. Je vais vous dire : ces trucs de fichage, c’est massif et irréversible, depuis que Gutemberg a inventé l’imprimerie – avant, avec les moines copistes, ça limitait les possibilités, et puis peu de gens savaient lire. En latin, en plus… comment on écrit « abruti« , en latin ?

Juste un truc à savoir : quand d’aucuns trop curieux découvrent un fichier nominatif gênant et illégal, toujours se dire sidéré, abasourdi, ciel que vois-je ? comment se fait-ce ? ça alors !  toute autre attitude serait contre-productive.

Tibert

Qualité, brand safety et transparence

( L’actualité me gonfle, par ces temps de mi-automne : le Macroléon rumine en silence – à vrai dire, il n’est pas idiot qu’il se fasse quelque peu oublier après ses lamentables selfies aux Caraïbes – et la classe politique récite ses classiques, sans surprise ni conviction. Attendons pour voir, donc ).

Mais au fait : « qualité, brand safety et transparence » sont les trois mamelles de Ligatus, ce leader du native advertising, c’est lui qui l’écrit dans un français impeccable, où il manque toutefois l’implémentation, le B-to-B et le win-win. Ligatus ? voyez les canards-sur-Toile, qui invariablement nous proposent en queue d’articles, et nonobstant les efforts d’un bloqueur de pub, des « contenus sponsorisés par Ligatus » : des bagnoles, des « kärchers » pour vos intestins, le prix des monte-escaliers, la douchette géniale qui…, encore une bagnole, une autre… bref de la pub invasive, répétitive et qui en plus nous prend pour des billes. Ligatus pour les gâteux, en somme.

Mais le choix des « accroches » n’est pas innocent et pose question : les monte-escaliers, c’est pour les séniors, façon « Notre temps » et  « Veillée des Chaumières » (il manque la baignoire qu’on n’a pas besoin d’enjamber) ; les aliments pour nettoyer les intestins ça cible le troisième âge chroniquement constipé, etc. Les bagnoles ? que des modèles pépères. Bref Ligatus s’adresse aux anciens – des anciens qui surfent sur la Toile, tout de même. C’est bien vu, comment ont-ils fait ? j’en suis un ! C’est vrai que la démence sénile et l’envie absurde d’acheter n’importe quoi me guettent, tête chenue et doigt tremblotant sur le bouton de la souris, des fois que je cliquerais par maladresse ?

Tibert, plus côté à l’Argus.

Discret assassinat du composteur

On se gargarise, là-haut chez nos Chefs, de nous « redonner du pouvoir d’achat« , le pouvoir d’achat y a qu’ ça !. Eh bien, tenez, un exemple probant : un couple de mes amis voyageant de Paris-Gare de Lyon à Montpellier (*) avec des billets SNCF normaux a eu un mal fou, d’abord à trouver un composteur – il semble qu’une mystérieuse épidémie les décime – puis à passer les tout neufs portillons à lecture optique qui commandent l’accès au train à quai, comme à Roissy. Avec l’aide d’une préposée soupçonneuse (« Vous les avez achetés en France, ces billets ?« ), ce fut cependant possible.

Mais désirant racheter par Internet des billets fissa-fissa – c’est l’ouverture SNCF de la chasse aux offres Prem’s de Noël – ils ont constaté qu’il était obligatoire de les prendre sous forme « e-billet« , électronique et nominatif. Ahhh ? eh non, il n’y a plus la case permettant de choisir un bon vieux billet-carton. C’est bien fâcheux, car de ce fait on ne peut plus revendre son billet en cas d’empêchement, sur TrocDesTrains.fr, Kelbillet.com ou autres. Cerise sur la gênoise, c’est 35 euros prix plancher, alors que c’était 25 il y a peu : + 40 % d’augmentation, merci la SNCF et le pouvoir d’achat !

C’était donc fini, le billet-carton « anonyme » ? mes amis ont résolu d’aller les acheter à la gare (*), aux guichets. Vingt minutes de poireau, et ils purent s’entendre dire par un Chef – le guichetier ne le savait pas ! – que oui, ou plutôt non, c’est terminé le billet Prem’s en carton : ç’en est fini de la possible revente, et de l’anonymat du voyageur. La SNCF s’est bien gardée de communiquer sur la chose, évidemment. Et les plates-formes de revente de billets vont pouvoir se mettre au chomdu.

Détail rigolo : dans leur train, mes amis ont entendu le contrôleur – il n’a pas contrôlé, en fait – demander aux passagers de « respecter leurs places » ! eh oui… l’informatique… facile, le chef de train a le plan de l’appareil, les sièges occupés, les noms, les cartes de réduction, les tarifs – il pourrait en savoir beaucoup plus s’il en avait le droit, sauf la marque de mon slip, que je garde secrète – et peut viser pile-poil le suspicieux du 7-92 qui a payé avec une carte Militaire ou Famille Nombreuse. Mais ce rebelle, ce mauvais Français du 7-92 est allé se vautrer dans un carré vide en bout de voiture : vous pensez, le train était rempli à peine à moitié ! Avec des fers aux pieds, peut-être ?

Tibert

(*) … à Montpellier-St-Roch, la gare, quoi. Pas cet ersatz de hangar-TGV planté au milieu de nulle part et des herbes folles à 6 km du centre-ville, avec bien entendu parking et navette payants ! 30 minutes gagnées sur le trajet vers Paris ? une heure de perdue à  regagner la ville : c’est le progrès, mais si, mais si, puisqu’on vous le dit.

Sociaux, les réseaux !

Juste trois mots pour dire deux choses :

– Les réseaux sociaux, comme on dit avec humour, avancent à grands pas vers la barbarie et le Moyen-Age, le sang et la mort moche, avec une motivation puissante en plus : le fric. On allait jadis se divertir à voir les lions déchiqueter et bouffer les chrétiens, ou le bourreau écarteler Ravaillac après lui avoir administré quelques gâteries : eh bien on y revient. Tenez, cette vidéo d’une caméra de rue qui a « vu » un suicidé se jeter du haut d’un immeuble, et qui a fuité grâce à quelques indélicatesses. On ne sait pas où ça va, mais on y va, et c’est très moche.

– Sur cette affaire de vidéo, on cherche les coupables, et on espère tous qu’ils seront confondus et punis comme il se doit : c’est dégueulasse ce qu’ils ont fait. Idem, madame Pécresse défendait hier à la télé l’idée de punir plus sévèrement les crimes et délits dans les zones de délinquance bien répertoriées (*), là où les braves gens n’en peuvent plus de vivre. C’est intéressant, quoique probablement chimérique car non-constitutionnel…

… mais, écrivant cela, on passe comme d’hab’ sous silence ce qui ne tourne pas rond chez nous, irrémédiablement : pour assurer l’ordre et empêcher les délinquants  de délinquer, il faut appréhender, certes, on y parvient souvent, mais ensuite et dans la foulée juger, punir – et puis réinsérer ensuite, si possible. Juger et punir ? MDR, comme on écrit sur les textos ;  ou bien « vaste programme », comme disait De Gaulle.

Tibert

(*) c’est un fait : on applique plus rigoureusement la loi – car c’est encore faisable – dans les paisibles bourgs du Tarn-et-Meuse que dans les cités où règne la loi des bandes. C’est juste l’inverse que propose madame Pécresse.

A tordus, tordu et demi

( La ville de Chalon sur Saône avait supprimé les menus de substitution « sans porc »  les jours de porc dans les cantoches scolaires : en effet ça nécessitait, dixit le maire, le fichage nominatif des élèves juifs et musulmans, fichage contraire à la Loi… eh bien il se trouve que la Justice n’en veut pas, de la suppression en question, et donc il faudrait supprimer la suppression d’absence de porc… (vous suivez ? ). Bref au pays d’Ubu et de la laïcité qui part en quenouille il faut fournir des repas « sans porc » mais en fermant les yeux : il est interdit de savoir. Et dém… brouillez vous avec ça ! )

Mais au fait : un truc assez désopilant… la boîte de monsieur Elon Musk, le milliardaire qui fabrique des bagnoles électriques bon marché  😉  « Tesla »…  eh bien en bourse cette boîte subit des secousses violentes, du fait d’un PDG assez surmené, qui manoeuvre un peu « à vue » et sans trop de cohérence ces temps-ci. C’est une info plus très fraîche, mais je la trouve assez mignonne. Je cite Huffington : « Des investisseurs et des financiers ayant parié sur l’effondrement du titre Tesla ont déposé plainte, accusant Elon Musk de manipulation de cours« . Quand on parie sur la baisse d’un titre, c’est classiquement qu’on fait du « short » : on vend les titres – qu’on ne détient pas, c’est curieux mais c’est comme ça – au prix X, comptant que lorsqu’on devra les acheter en fin de mois pour régulariser la bidouille, ça aura baissé : X-Delta, et on empoche la différence ! Le « short » (qui est une manip artificielle et pour tout dire contre-nature) s’accompagne en général de vigoureuses campagnes de dénigrement et d’intox négative, pour aider à la baisse. Et ces vautours pleurent qu’on les a baladés ? mais c’est bien fait, je suis bien content. L’arroseur arrosé, le boomerang qui revient dans la margoulette, etc. Enfin une information boursière qu’elle est bonne.

Tibert

La burqa pour tou.te.s

(Le PCF, ce moribond sous perfusion des irréductibles militants, voit sa direction actuelle, avec Pierre Laurent – fils de Paul Laurent – mise en minorité par le « roué » (*) député André Chassaigne, auvergnat moustachu. Laurent ne recueille que 37 % des voix, et je vous laisse calculer combien de « larges masses populaires » ça représente, sachant qu’il n’y a pas eu de candidat PCF aux Présidentielles pour se prendre une gamelle, et qu’aux Législatives ça a donné 2,72 % des votants. Je vais vous dire : ironie des extrêmismes, et cent ans après, avec LFI, le NPA et autres chapelles du même tonneau, Trotski se porte mieux que Lénine et successeurs ! il faut dire que les seconds ont pu abondamment démontrer in vivo leur malfaisance ; le trotskisme, jamais, et pourvou qué ça douré !)

Mais au fait : cocorico, le Prix Nobel de Physique de cette année récompense entre autres un Français : monsieur Gérard Mourou, spécialiste des lasers. Bravo donc à ce chercheur de chez nous, on est les meilleurs, etc. Mais, horreur et putréfaction, cet ignoble individu s’est commis en 2009 dans une vidéo – assez confidentielle car très peu vue à l’époque -, une vidéo de vulgarisation scientifique mais sexiste ! arggghh, c’est épouvantable, et vous pensez bien que tous ces superbes travaux scientifiques ne valent du coup plus un clou. A propos de clous, justement, on envisage sérieusement de clouer monsieur Mourou au pilori, lui cracher à la gueule, #balancetonporc et autres amabilités.

Un astucieux fouille-merde du web a récemment déterré ce clip, avec les allusions perverses qui vont bien sur le supposé sexisme du chef Mourou (c’est en anglais, désolé !). Regardez-le, ce clip gentiment nunuche et humoristique, ça dure à peine quatre minutes, dont quatre à cinq secondes de shorts blancs et de cuisses dévoilées. Faites-vous votre opinion, et jugez l’infamie de l’ignoble chercheur libidineux. La mienne est faite : les peine-à-jouir et la burqa sont en train de gagner. Tenez, récemment Redouane Faïd l’a utilisée, la burqa, pour circuler incognito à Creil.  Il faut décidément supprimer tous les spectacles dégradants qui exploitent et dévoilent le corps des femmes, le Moulin Rouge et le Crazy Horse, etc, et puis les Chippendales de l’autre côté, y a pas de raison ; ça va assainir grave. Quant aux bikinis sur les plages c’est inadmissible, on voit les cuisses !

Bon j’arrête là, je vais déprimer. Disons-le, ça devient décidément très con.

Tibert

(*) « roué » dixit Le Monde (madré irait bien aussi) : bref, vu du Boulevard Blanqui à Paris, un bouseux du Puy-de Dôme, un plouc.

PS – A propos de Nobel, justement : on s’interroge gravement, dans les milieux où ça pense « bien », sur le peu de femmes nobélisées : en physique, trois seulement en cent-quinze ans ! C’est en effet inadmissible, et dorénavant il conviendra – notez, là-haut à Stockholm – d’équilibrer les nominations H / F ; démerdez-vous, quoi, inventez des découvertes au besoin. En attendant les remarques et critiques à venir, inéluctables, sur l’absence scandaleuse de Nobels LGBT, trans, queer etc.