En raison d'un arrêt de travail de certaines catégories de personnels…

… la télé nationale, A2 FR3 la Cinq et les radios itou seront muettes aujourd’hui ; sans doute plutôt aurons-nous droit à un robinet de musique insipide, histoire que celles-zé-ceux qui ne supportent pas le silence n’angoissent pas.

La raison en est que lesdites certaines catégories de personnels ont des inquiétudes sur les intentions réelles de nos gouvernants concernant le manque à gagner – un peu plus d’un milliard d’euros – de la télé après la fermeture du robinet à pub’ : on ne leur a rien dit, et à nous non plus par la même occasion.

Il y a gros à parier que ce qui sera perdu d’un côté sera repris d’un autre, ne nous racontons pas d’histoires. Mais au moins une chose est sûre : c’est chouette, et je suis ravi que la télé publique se passe de pub’s et nous les épargne. On s’est fait emm… pendant des lustres avec ces saletés de spots de pub’, on s’est moqué de nous, pour parler châtié, bref on s’est foutu de notre gueule ! Voir les interminables empilements pub’s-bande annonce-pub’s-bande annonce-pub’s … alors qu’on venait de nous promettre la météo tout de suite immédiatement ça vient ça vient. Et les films prétendûment à 20h50 mais repoussés à 20 h 57 parce que 7 minutes de pub’… eh bien voilàààà, on va peut-être enfin voir arriver la météo quand elle sera annoncée. C’est un grand moment.

Il est vrai que pendant les pub’s on pouvait aller pisser. Certes, et on ne s’en privait pas. Mais comme on en profitait aussi pour aller se chercher à boire, ça s’équilibre.

Redescendons sur terre

Le billet précédent ayant soulevé une masse de commentaires égale à zéro, j’en déduis que vous vous intéressez aux complaisances étatiques envers les sectéglises comme à votre première paire de chaussettes. Ou bien encore que votre fournisseur Internet est en panne (ça ferait beaucoup, quand même !) ou bien enfin que vous approuvez entièrement mon point de vue, et que par conséquent, en aucune façon, vous ne sauriez me contredire. Merci donc, mais je suis sceptique.

J’en reviens donc à des sujets plus terre à terre : il paraît que l’on ne laboure plus. C’est tendance de ne plus labourer ! C’est du moins ce que je lis sur les journaux, donc ce doit être vrai ? Et je me dis, voilà encore tout un pan de notre histoire qui fout le camp ! Après le bougnat pinard-charbon, le vitrier, le porteur d’eau, les lavandières, le livreur de menhirs, l’allumeur de réverbères, le cocher, le relais de Poste, le maréchal-ferrand, le rempailleur de chaises, le dinandier, le gars qui montait une baignoire au 5ème étage avec de l’eau chaude (j’ai oublié son titre), le rémouleur, le sabotier… v’la le laboureur qui fout le camp !

Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine…

Labourage et pâturage sont les deux mamelles…

Au bon laboureur…

Nul jour sans trait ou labour.

Faute de boeuf, on fait labourer (et non pas on la fait bourrer) par son âne.

Si la fortune vient en dormant, le blé ne lève qu’en labourant.

Bon, j’arrête là, il y en aurait des pelletées. Eh bien, tout ça c’est bientôt fini. Les gros tracteurs achetés à crédit au Crédit Agricole, justement, on va pouvoir les mettre au Musée. Et les quelques boeufs qui se tapent encore la corvée de labour pourront se dire qu’ils vont enfin se les rouler, s’ils ont l’humour triste.

PS : un/une Auvergnat de ma connaissance me fait justement remarquer que les taxieurs payent leur licence un prix croquignolesque, voire exorbitant, plus de 150.000 euros, et que par conséquent il convient de traiter ce problème si l’on veut enfin élargir l’accès à cette belle profession : si dorénavant leur licence ne vaut plus tripette, ils vont « quelque part » se sentir floués, car ils comptent bien la revendre quand ils quitteront le turf.

Certes ! Il/elle a raison. Mais une autre condition impérative du succès de cette ouverture de la profession à plus de taxieurs, c’est aussi LA BAISSE DES TARIFS !!! Quand le quidam moyennement argenté n’hésitera plus à héler un taxi pour une course quelconque, ça changera le paysage. Sinon, mettez deux fois, trois fois plus de taxis et conservez les tarifs actuels : le bide, garanti.

Une image, une seule

On l’annonce et c’est une grande nouvelle, on a retrouvé la valise « mexicaine » des rouleaux de négatifs de Robert Capa. Capa, vous le savez, bien sûr, c’est la photo célébrissime, publiée en 1936 dans « Vu », de ce milicien républicain, le corps à 30 degrés de la verticale, le fusil tendu à bout de bras, en train de s’écrouler, car – on en est certain, vu la position – il est touché à mort par un projectile franquiste. LA photo de Robert Capa. Sa valise de négatifs, qu’il avait confiée à son assistant, était planquée quelque part. Au Mexique d’abord, va savoir pourquoi le Mexique, dans les mains d’un ex-compagnon de Pancho Villa. Bref, lisez l’article, c’est assez rocambolesque. Capa qui disait « Si ta photo n’est pas bonne, c’est que tu n’es pas assez près » : il fallait entendre bourdonner les balles.

Capa et le milicien espagnol touché à mort, Cartier-Bresson et le petit parigot en culottes courtes qui trimballe fièrement un litron de rouge (pas pour lui, mais pour son papa, probablement), Doisneau et le très élaboré instantané du Baiser de l’Hôtel de Ville (précisons : de Paris) : voilà ce qui reste de Capa, Doisneau, Cartier-Bresson. Une image.

Moi, quelle image laisserai-je ? ou plutôt, quelle est l’image à laquelle on m’associera, que l’on m’associera, que l’on retiendra de moi ? UNE image, comme seule trace… ah, si seulement vous retrouviez ma valise mexicaine, bourrée de négatif !

Rare fanfare

Et une page de pub’ !

Entre parenthèses ( ce qui me dispense d’en mettre ) j’entends autour de moi bruire le bruit que France Télévision, sur les instantes recommandations de not’ Nicolas (« Je souhaite que le cahier des charges de la télévision publique soit revu, profondément, et que l’on réfléchisse à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques« ) se passerait désormais de pub’ !!! Je rêve ? pincez-moi. Ca fait des années que je clame dans le désert que, sachant que nous payons une redevance télé, il serait pour le moins normal que les chaînes publiques s’abstiennent de faire la course à la pub’ avec TasFétide1 et Moche6. Et sur ce plan, ne nous payons pas de mots, A2 et FR3 se foutaient de notre trombine : tombereaux de pub’ ineptes (mais c’est un pléonasme) sur A2 et FR3.

J’aurais donc z’enfin été entendu ? Nous tenons peut-être là une bonne nouvelle.

Bon, je ne glosais pas pour ça, mais pour vous recommander un beau film. Rare, léger et grave, ironique, plein d’humour et d’humanité, bref… depuis Vodka-Lemon j’avions point vu d’aussi belle oeuvre : « La visite de la fanfare« . Courez-y avant que ça disparaisse, si vous n’aimez ni Tome Crouz ni la daube, les studios Mickey, les effets spéciaux, les flingues partout, les courses en bagnole, les bons-et-les-méchants, les saisons 2,3,4,5…n de feuilletons tous calibrés pareil.

C’est un film israélien, ça passe partout en V.O, dieu merci (mais dieu s’en fout), en arabe, hébreu, anglais… j’en oublie peut-être. C’est une très belle oeuvre. Ma parole.