Privilégier le « local »

Sans les Stukas à vrombir au dessus de leurs têtes mais avec le Corotrucmuche aux basques, les Parigots, comme en Mai 40 avec les Celtaquatre surchargées et le matelas sur le toit (*), déferlent sur la Province, réputée plus peinarde, moins pénible à se confiner, mieux nourrie… ceux qu’on traitait de bouseux jusqu’il y a deux mois se retrouvent parés de moult vertus…

… sauf que ça déséquilibre le pays, que les soignants de la cambrousse – déjà pas assez nombreux en temps normal – et les petits hôpitaux locaux ne sont pas de taille à traiter tout ça, surtout quand les citadins arrivent déjà toussant et fiévreux. Certains responsables locaux s’insurgent, à juste titre. Là où nos malheureux voisins italiens en sont à choisir qui laisser « filer », lesté de morphine, et qui tenter de sauver, si on sauvait chez nous les malades « locaux » en priorité ? non mais, sérieusement… je blague, là. Quoique…

Tibert

(*) Voir le début de « Jeux interdits« , par exemple. On pourra zapper la musique, devenue le Pont-aux-ânes du guitariste débutant.

… et le Coronus vira !

Non non, je sais, vous vous inquiétez pour moi, ce silence insolite, mais non : je ne suis pas cloué au fond d’un lit isolé-blindé-verrouillé, hérissé de tubes (moi, pas le lit), un masque à oxygène sur le museau. Jusqu’ici ça va, comme disait le type tombé d’un gratte-ciel et passant verticalement devant le 9ème étage à environ 52 m/s (il lui reste une demi-seconde d’optimisme). Simplement, je regarde ce qui se passe, et en fait de nouvelles il ne se passe qu’un seul truc, ad nauseam (*) : le corona-machintruc. J’ai reçu une blague d’une amie , parodie de pub : « Pour 2 Corona, on vous offre une Mort-Subite« . Les amateurs de bières et de gueuzes – avec un z – apprécieront.

Justement, à propos de gueuzes (excusez cette transition malotrue) : c’était hier la Journée des Femmes – enfin, la plus illustre : c’est tous les jours, la journée des femmes ! Des activistes-féministes, de gauche je suppose 😉  avaient collé un peu partout des affichettes blanches format A4 (on trouve ça en ramettes de 500 feuilles dans tous les bureaux, y a qu’à se servir) pour des slogans percutants : tenez : « Contre la transphobie étatique« . J’ignorais que Philippe-Premier, Macronious, le parlement etc… avaient peur des travelos, LGBTQ++ et j’en oublie. Souhaitons que ça se soigne ! Et puis celle-là : « Contre le viol et le 49-3« . En voilà un tandem carpe-lapin ! Pourquoi pas aussi contre le gruyère dans le gratin dauphinois ? A l’occasion, le Monde, citant les manifs de cette Journée des Femmes, glisse en douce que celles-ci seraient les grandes perdantes de la nouvelle organisation des retraites (**) : d’où l’opposition au 49-3 ! c’est limpide, non ?

Mais j’apprends que le ministre de la Culture Riester est diagnostiqué porteur du Covid-19.  Je compatis et lui souhaite prompt rétablissement, il est jeune encore et plein d’avenir. Et surtout qu’il reste au chaud et à l’écart dans son ministère : tout par visio-conférences et téléphone. A son propos, j’ai pu apprécier la constance dans l’errement avec laquelle il martèle ses convictions féministo-anti-viol, je le cite : « J‘avais dit avant même la remise de ce César dans la journée que ça serait un mauvais signal envoyé à la population, aux femmes, à toutes celles qui se battent contre les agressions sexuelles et sexistes, qu’il y ait la remise de la meilleure réalisation à Roman Polanski. » Eh oui, les 4.300 « électeurs » de l’académie des César(s) ont envoyé le mauvais signal ! Le bon signal – il suffisait d’avoir la moralité supposée en ligne de mire, et au diable le goût du bon cinoche – aurait été de distinguer… voyons voir… parmi les six candidat.e.s nommé.e.s et réputé.e.s de bonne moeurs depuis les quarante dernières années (***) … ah oui, tiens, la seule femme du lot, bien évidemment ! la metteuse en scène du film « Portrait de la jeune fille en feu« , madame Sciamma – film où jouait, justement, madame Haënel. C’était ça le bon signal !

Tibert

(*) Jusqu’à la nausée : si ça se trouve, c’est un des symptômes ?

(**) C’est à vérifier, textes et exemples en mains.

(***) excluant Polanski, ils restaient six en lice : Ozon, Sciamma, Nakache-Toledano, Ladj-Ly, Nicola Bedos, Desplechin. UNE femme là-dedans : le choix s’imposait, non ? au fait, je vous le fais façon écriture inclusive, groupuscule de Benoît Hamon, etc… Bref : genré bien visible ! C’est moche et illisible, mais on VOIT la femme ! ah…