Intermittences littéraires

( Une que j’ai trouvée, sinistrement, excellente : c’est à propos de la situation en Algérie…  » On voulait des élections sans Bouteflika ; on aura Bouteflika sans les élections ! «  )

Mais au fait : je lis dans le Monde que les écrivaines-z’et-écrivains ont parfois deux métiers, l’un pour croûter, l’autre de plume. En clair : ils ne sont pas tous lauréats du prix de ceci ou de cela (*), ils ne vivent pas tous de leurs écrits, le croiriez-vous ? alors ils gagnent leur pain quotidien à faire autre chose. C’est dingue, non ? un auteur français, chez nous, en 2019, ne pourrait pas vivre de ses écrits ? mais l’Art ? la création ? que fait le ministère de la Culture ? Il est urgent d’instaurer le statut d’intermittent de l’écrit, digne pendant de celui du spectacle. En panne d’inspiration ? vite chez Popaul-Emploi pour toucher les allocations idoines.

Je vais vous dire : j’ai, moi aussi, entrepris jadis l’écriture de l’oeuvre majeure, décisive qui devait sous ma signature reléguer Proust, Gide et Martin du Gard au rang de miteux amateurs… avec un tel dispositif de soutien j’aurais eu toutes mes chances, évidemment. A l’époque, j’ai dû abandonner, faute de financement : carrière brisée ! perte immense…

Il faudra évidemment border tout ça, pour éviter les fraudes : tenez, quand Rimbaud écrivait « Les poètes de sept ans« , en fait il en avait dix de plus. Un escroc, quoi.

Tibert

(*) Les livres c’est comme le pinard : il y a cinquante ans, il y avait 4-5 concours et 4-5 médailles d’or, d’argent et de bronze ; de nos jours on a le Concours des Grands Crus de Bouzeneuve sous-Yvette ou de Méséglise-les-Côteaux pour essayer de coller des médailles à tout le monde. On y arrive presque.

14 thoughts on “Intermittences littéraires”

  1. … Ahlàlà, ne me caressez pas à rebrousse-pwâl S.V.P. Tibuche !! Du temps que j’étais Rédac-Chef au sein du groupe de presse Arys (aujourd’hui disparu, hélas !), je pissais quotidiennement de « l’alimentaire » et j’en tirais entre 12 et 15.000 f. par mois sans trop me fouler… non comptés les petits « à côté » !
    Aujourd’hui que j’écris pour « la gloire », d’abord la gloire se fait attendre et ensuite, si j’avais pas mes différentes mini-retraites à côté, je serais SDF.
    Voilà pour mon cas personnel : vous pouvez rempocher vos mouchwârds.
    Non, ce dont je voulais vous parler, c’est d’une escroquerie de plus en plus fréquente sur le « ouèbe » ; qui concerne les sites à « prétentions littéraires » et dont la plus classique consiste à vous refourguer vos écrits sous forme d’imprimés dignes de notices pour médicaments (je parle de la qualité de l’impression, du brochage et du papier, toujours « bouffant »*) SANS JAMAIS se préoccuper en aucune façon de ce qui constitue le seul et véritable travail d’un éditeur : LA PROMOTION DE SES POULAINS !
    La règle, c’est on vous imprime, point-barre. Et si vous insistez, on vous « fait distribuer » (à la demande !) sur Azamone & C°. Le tout pour trois à quatre fois le prix du petit imprimeur qu’on trouve à peu près dans toutes les « Zones Artisanales » de n’importe quelle ville de banlieue. Désormais c’est aussi « à la demande » ; un minima de X exemplaires de votre chef-d’oeuvre facturés « forfaitairement » plein-pot et une fois ledit forfait accompli, DÉMERDEZ-VOUS pour jouer les commis-voyageurs, de « prix littéraires » en « salons » du même nom. Si après six mois vous faites le quotient des ventes (en général 3 ex max. par session) sur les dépenses (frais de bagnole, autoroute, resto, voire hôtel) vous aurez une notion très exacte de ce qu’on appelle le mécénat. Progrès tout de même : avant, on vous en expédiait une palette complète de bouquins qui finissaient par moisir dans votre garage une fois distribués les différents ex. du dessus à la famille, aux copains et à la bibliothèque municipale locale (gratos) ; plus un ou deux pour les « organes de presse » régionaux qui allaient parfois, en échange d’un bon gueuleton, jusqu’à vous pondre un entrefilet de dix lignes max en 4ème locale, entre le Carnet du Jour et la Rubrique Nécro.
    Si vous voulez avoir une idée précise de la chose, je vous conseille un site du Net dont le nom signifie « Encre » en latin** : d’abord, les « fora » critiques y sont squattés en permanence par une indéracinable demi-douzaine de bisounours du troisième âge (Toujours les mêmes ; généralement femelles, surtout lorsqu’il s’agit « d’érotisme », terme consacré pour désigner chez ces aréopages fripés la gluante pornographie ordinaire), lesquel(le)s s’entre-échangent à discrétion des brouettes de superlatifs hyperboliques – là encore toujours les mêmes :  » … Génial, Admirable, Énorme, Fantastique, Éblouissant « , etc. etc. – pour des sous-proses dont même la maison Harlequin n’a pas voulu.
    Statistiques, enfin : si vous n’êtes pas vous même un « geek », demandez à votre petit-fils de vous pondre un logiciel viral qui y fera monter vos « lecteurs » à plus de 15.533 en moins de quatre minutes. Histoire de rire encore : il y a qqs mois, la SNCF avait testé sur ses quais des débitants-robots qui, en échange d’un ou deux €, vous délivraient de la littérature… au mètre ! Comme le papier-Q ; longueur à déterminer en fonction de la durée du trajet envisagé. Je ne sais pas ce que cette initiative hautement culturo-littéraire est devenue, mais c’est un débouché inespéré pour tous les recalés au Goncourt ; l’honorable Sté ferroviaire ayant toutefois précisé qu’elle ne payait pas de droits d’auteur…
    Ahhhahhhaah… c’était mon 1/4 d’heure odieux. Mais ça fait tellement de bien d’être exécrable de temps à autres !
    T.O.

    (*) Contrairement à ce que vous pourriez croire, ça ne signifie pas seulement qu’il vous bouffe votre pognon mais qu’en plus, il fait paraître vos 17 pages in-8 de « pouahsie » beaucoup plus imposantes qu’elles ne sont. Comme les coqs de combat qui s’ébouriffent le camail pour impressionner l’adversaire…
    (**) Comme je ne suis pas dans les meilleurs termes avec le « ouèbmasteur » dudit site pour lui avoir dit sans ménagement ce que je pensais de ses esbroufes – la brosse-à-reluire, c’est pas mon genre, ch’ais pas si vous avez remarqué ? -, je vous laisse chercher dans votre Gafiot, et après sur le net… Ça commence et ça finit par « A ». Vu ?

    1. Ben ouais… entre Marc Levy (Musso, etc, bref les romans qu’on trouve en piles chez Carrouf’…) et l’obscur qui s’édite sur papier bouffant (de la vache enragée) via les plateformes de raccroc, il y a comme un trou. Intuitivement, je me félicite de n’avoir pas compté sur mes écrits pour becqueter : je serais bien aigre, et maigre.

  2. … Allons bon : « on » me fait remarquer que Gaffiot, ça prend deux « f ». Y’m’ semblait aussi. Mais faut reconnaître que ça fait un bail que je n’ai plus ouvert le mien, qui lestait mon cartable à m’en faire redresser la scoliose du temps du lycée Van der Meersch à Roubaix…

    1. Le rôle du modérateur ne va pas jusqu’à rectifier le Gafiot ; il faut respecter l’authenticité des commentaires. Mon dico à moi était aussi lourd mais siégeait au fond de mon casier dans la salle d’études. Je l’en extrayais pour faire appel à ses compétences avec deux FF. J’appréciais tout particulièrement – ça pouvait arriver – les longues citations traduites in extenso…

      Je change de sujet : cramer le Fouquet’s… c’était Sarko, le Fouquet’s ! cette terrible faute politique, cet insupportable et provocateur risotto crevettes-artichaut avec des amis pour fêter la victoire, et qui manifestement insultait le peuple. Il y a confusion, Sarko n’est plus président depuis mai 2012. Ils mélangent tout, les ravageurs masqués, là. C’est brouillon, comme message.

  3. Encore heureux que l’incendie du Fouquet’s n’ait pas fourni matière à barbecue anthropophage ! Ah non, c’est vrai, c’est la Banque Tartignolles & C° qu’a cramé ! Et le Castagnégnotte de s’empresser de préciser, histoire de faire pleurer Margot, qu’une « jeune femme et son bébé » sont restés coincés au second étage, où les Sapiers-Pompeurs de la Ville de Paris sont allés les délivrer : on voudrait pousser les choses au noir anti-jaune qu’on ferait pas mieux !
    Mais quand donc cette brochette d’imbéciles heureux qui nous tient lieu de gouvernement redescendra-t-elle sur terre ? Un de ces quatre, les flics vont leur pisser entre les doigts – commence d’ailleurs à y avoir pas mal de grincements dans la mature, de ce côté-là… pour ne rien dire des suicides « avec arme de service » – : on n’en est pas encore à la fraternisation genre « Braves soldats du XVIIème… » mais si j’étais d’eux, je commencerais de m’inquiéter sérieux. Cependant, combien d’entre eux connaissent ce « détail » de notre histoire encore récente de la fraternisation des gonzes du XVIIème R.I. avec les viticulteurs de Béziers en rogne ? On comprend mieux pourquoi Collomb a préféré retourner taquiner le guignol sur les bords du Rhône à son rôle de Super-Flic, désormais : âââchement plus fût’-fût’ qu’eux, le mec ; il a senti le vent venir. À propos de fût’-fût’, z’avez vu comment on essaie de disqualifier le père Lassale (que j’aime bien, avec son pif fleuri et son gros bon-sens pyrénéen…) en laissant croire qu’il a dîné en privé avec Benalla et consorts… dans un bistrot où toute l’Assemblée Nationale a ses habitudes ; le tout bien avant que Benalla ne devienne la star que l’on sait* ? Aurait-on peur de lui, qqpart ? Des fois, je songe à ce que me disait jadis mon popa : « En politique, si tu peux pas nettoyer efficacement, eh bien salit ! »
    T.O.

    (*) Au fait, caisse y devient le Benalla chéri ? Il est parti se remettre au soleil de Casa de son expérience des geôles françouaises ? Pisqu’avec ou sans passeport, il voyage comme il veut…

    1. Encore heureux qu’il y ait des pompiers et des secouristes pour arriver et faire le nécessaire après les saccages et les pillages. C’est la faute au gouvernement ? ben voyons ! c’est la faute à cette démocratie timorée et qui finira en lambeaux, faute de se décider à mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour empêcher de nuire les factieux et les pillards.

  4. « … se décider à mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour empêcher de nuire les factieux et les pillards. »
    Mouais. Sauf quand ça l’arrange ! Vous vous rappelez le prétexte qu’Hitler avait trouvé pour justifier l’envahissement de la Pologne ? Des « polonais » auraient profité de la nuit pour « envahir » une station de radio allemande frontalière… Sauf qu’il s’est très vite avéré que les polonais en question étaient en fait des allemands revêtus d’uniformes polonais ! Oui, c’est la faute à un gouvernement d’incapables, qui draguent en boîte de nuit ou vont faire du ski à La Mongie pendant que la maison brûle ! Quant à la démocratie, elle a le dos large. Mais comme disait je ne sais plus qui, le principal défaut de la démocratie, c’est la dilution des responsabilités… Elle ne finira pas en lambeaux parce qu’elle l’est déjà, et depuis un bon moment et ce n’est certes pas la « bruxellisation » des centres et organismes de décision qui améliorera les choses !
    M’enfin, « « Pourquoi s’en prendre à la flèche quand le tireur est présent ? » comme dit le proverbe indien.

    1. Le Point Godwin les doigts dans le nez, et puis le Complot, quoi… avec un K ça ferait mieux… le Reischtag incendié par des barbouzes infiltrés chez les GJ… et puis Sarko au Fouquet’s, Macron au ski, Castaner en boîte… toujours ces mêmes indignations hypocrites, haineuses-envieuses, comme si vous-même ne vous soyez jamais permis de bouffer dans un restau un peu chicos ou de gigoter sur une piste de danse. Evidemment, personne ne vous y a photographié pour publier ça tout croustillant, livrer ça à la juste colère des masses laborieuses. Diagnostic, vous baignez dans le comploto-populisme, là. Il faudrait refaire surface.

  5. Bonjour Tibert,
    Je ne résiste pas à vous communiquer une partie du courriel que m’adresse un ami à qui j’avais conseillé la lecture du commentaire de Timothy Olgerssøn.
    « Le commentaire du lecteur de Tibert ne présente pas grand intérêt à mon avis; je n’y ai rien trouvé que je ne sache déjà et qui traîne partout. En revanche son ton m’a un peu gêné. Les critiques qu’il adresse au site Atramenta (sans le nommer quel courage!) m’ont paru, à moi qui fréquente ce site depuis sa création, sans aucun fondement, voire mensongères et malveillantes. Pour ma part, dans mes échanges sur internet, je cherche plutôt des qualités humaines de générosité, d’ouverture aux autres et de véritable réflexion. Je crois que Tibert ne devrait pas encourager de tel commentaires, à l’ironie aigrie et auto-satisfaite, en y répondant; il est au-dessus de ça. »

    A bon entendeur, salut.
    Romane

    1. Dont acte. Personnellement je ne suis pas familier du site Atramenta en tant qu’auteur, et m’interdirai donc de juger de son sérieux. Constatons que l’un le vilipende – magouilles, vieux schnocks… – l’autre le juge positivement. Amis lecteurs de ce blog, à vous de vous faire une opinion : voyez .ce lien.

  6. … D’abord, des bwâtes de nuit, j’en ai construites, dont la plus grande de France à cette époque (1969/70), le « KNOX » dans la région lilloise ; ensuite, j’ai été invité à bouffer à la table (façon de parler : on mangeait sur des tapis à même le sol) d’émirs et de princes saoudiens dont le Gvt français aurait bien voulu se rapprocher à l’époque, mais… Ensuite encore, le point Godwin… je l’attendais çui-là !! allez donc me prouver que l’envahissement de la Pologne n’a pas été réglé comme du papier à musique par qui vous savez* : les faits sont suffisamment connus et établis !
    Pour finir, je ne m’indigne pas de ce que les connards qui nous gouvernent se paient des nuits d’ados-retardés en boîte ou aille se refaire une santé au ski – grand bien leur fasse ! – mais qu’ils le fassent à notre nez et à notre barbe, avec un mépris souverain pour ce que d’autres vivent au même moment ; d’autres à la tête desquels ils ont été mis pour faire autre chose que de l’Audimat et/ou la première de « Galla » ! Quand vous voyez que Micronibus va réunir 70 « Intellectuels » du dessus du panier pour s’improviser un « think tank » à la hauteur de ses propres réflexions… Rien que ça ! et en combien de temps ? Déjà, rien que décliner en détail tous les titres de ces messieurs-dames et les raisons pour lesquelles on les a conviés, y’en a pour une bonne journée. Et bien entendu, on va y retrouver des pointures du style BHL et consorts, à n’en pas douter ! Vous m’accusez d’hypocrisie haineuse-envieuse mais j’ai l’impression que vous n’avez pas entendu les dernières proclamations anti-GJ de notre gourou-gourou attitré ; le « devin-plombier » des shaddoks, opulente chevelure emportée dans le vent de la gloire en plus ! Je remercie chaleureusement l’un des invités d’avoir refusé officiellement de servir de caution au triste guignol qui nous tient lieu de chef d’État et à ses esbroufes à répétition ! L’extrême médiocrité n’a nul besoin de fomentation et/ou de conjurés : elle se constate ; c’est tout et c’est bien suffisant !
    Quant à faire de moi un convaincu du « Komplot », vous me décevez, Tibuche ; non seulement vous me décevez mais vous vous foutez le doigt dans l’œil jusqu’à l’omoplate : je vous ai connu plus avisé.
    À la revoyure,
    T.O.

    (*) … qui ne faisait d’ailleurs que s’inspirer d’exemples antérieurs célèbres comme l’incendie de Rome par Néron, fallacieusement/astucieusement attribué aux Chrétiens alors que ce sont ses propres sbires qui l’avaient allumé !

    1. Bon, on n’est pas d’accord. Pour vous les saccages de samedi ce sont les sbires de Macron ? ça s’appelle un complot, ça. C’est votre opinion et vous la partagez, moi je souhaite et attends des preuves à ces graves accusations ; en attendant les dégâts ont été faits par des voyous, les GJ présents ont laissé faire, ou approuvé, ou participé, rayez les mentions inutiles.
      Et puis perso BHL m’indispose et je vis très bien – voire mieux – sans lui, merci : sur ce point on se rejoint. Mais si les paparazzi flashent Castaner en boîte et en font leurs choux gras, 1) il a farpaitement le droit d’y aller, 2) je m’en contrefous, il a payé son entrée et sa conso, tout est réglo ; 3) ceux qui s’en offusquent sont des hypocrites.

  7. Mouiiiii… elle fréquente Atra depuis combien de temps, la petite Romane ? Sa création ? tiens-tiens-tiens… Et à part ça, qu’est-ce qu’elle sait du milieu de l’édition en France ? Moi, à côté de mon boulot d’archi, j’y ai bossé de 1997 à la disparition de mon éditeur, en 2110, comme Rédac-Chef d’abord et Dr Littéraire ensuite au sein du groupe de presse Arys, que j’ai déjà évoqué ici, et je n’ai pas pour habitude de parler de ce que je ne connais pas : si Romane tient à se faire éditer un jour par un VRAI éditeur, je lui conseille fortement de ne surtout jamais mentionner Atra dans son CV… à bon entendeur, salut à mon tour !
    Quant aux saccages de samedi sur les Champs, outre que je n’approuve pas, je n’ai jamais dit que c’étaient « les sbires » de Macron à l’œuvre mais je constate simplement que pendant que le Fouquet’s et autres flambaient, il y avait quelques 1000 CRS en faction arme au pied autour de l’Élysée… dont le locataire était en vacances à La Mongie, comme chacun sait. Mais ils n’ont pas bougé ; sur ordre, ils ont laissé faire et aux copains de se démerder, au point que ça pose des questions même à Muñez en personne et celle-là, c’est pas moi qui l’ai inventée* !
    Les GJ ont laissé faire dîtes-vous ? Ah bon ? Et depuis quand est-ce à la foule de faire sa propre police** ? Vous savez en quoi ça dégénère habituellement ce genre de considération ? en émeute ; généralement premier acte des guerres civiles… Or, la guerre civile, si on n’y est pas encore tout à fait, c’est tout de même pas loin !
    Bon, et pour le reste, comme le disait fort joliment une reine de France qui a eu un destin tragique : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! » : on en est à peu près au même niveau, du point de vue considération du peuple par leurs « élites ».
    Sauf que tout ça montre que le site du blogueur à griffes rétractiles est bien vivant et réactif, et c’est ça le principal !
    T.O.

    (*)https://www.nordnet.fr/infos/politique/saccage-des-champs-elysees-nunez-veut-examiner-les-responsabilites-de-la-chaine-de-commandement/urn.newsml.afp.com.20190318.doc.1er8ej

    (**) Les seuls que j’ai jamais vu avoir un service d’ordre efficace, c’est – et je regretterais presque d’avoir à le souligner ! – la CGT et ses « gros bras ». Mais c’était il y a longtemps !

    1. La chienne chaîne de commandement, dites-vous. Peut-être ; on verra bien les développements. Je suis d’accord sur l’inefficacité – et la faisabilité, donc ! – d’interdire les Champs’: encore une idée à la noix. La Loi existe, pourtant : toute manif non déclarée est illégale, etc… mais on verra les dispositions prises. Quand je vois des gus cagoulés et casqués lever les bras de joie à voir incendier les boutiques, je me dis qu’on côtoie des gens dangereux dans les rues ; on peut supposer que ça les fait jouir…
      Mais la pseudo Romane, à ce que j’ai lu, ne se targue pas de connaître elle-même Atramenta ; elle cite un mail d’un autre lecteur de ce blog et sien ami qui, lui, fréquente Atramenta depuis etc etc… et vous contredit. Voir son texte. Je suis un modérateur honnête, je donne les deux sons de cloche, n’ayant pas de vécu là-dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recopiez ces symboles *